Après leur concert au Download Festival France Paris 2018, et juste avant les Guns N’ Roses (et pour le coup je dois être le seul à remercier leur retard qui m’a permis de faire cette interview et de ne pas manquer leur arrivée sur scène ;)). Danny, batteur du groupe nous a accordé quelques minutes pour répondre à nos questions !

Lisez bien jusqu’au bout, car on vous a réservé un petit cadeau UNIQUE à la fin 🙂

Merci à Lili pour la traduction !

Maximilien : Alors, comment c’était le concert d’aujourd’hui ?

Danny Wagner : C’était très fun. Je me suis beaucoup amusé. Je suis arrivé et je ne m’attendais pas cette foule. Les gens étaient très ouverts et très bruyants, c’est cool.

M : Vous jouez aujourd’hui au Download Festival France et c’est un jour assez particulier. C’est le 4eme jour et il y a les Guns N Roses sur scène maintenant. – Vous avez joué aujourd’hui au Download Festival France et sur scène maintenant il y a Guns N’ Roses. Ça vous plait ?

D : Oui, vraiment. Je suis très heureux d’avoir pu jouer le même jour que Guns N’ Roses. Sur certaines de leurs tournées nous avons eu l’occasion d’être en première partie donc c’est vraiment cool d’être de nouveau avec eux.

Greta Van Fleet au Download festival Error404 par Romain Keller
Greta sur la scène du Download Festival France 2018

M : Quel est votre sentiment sur votre premier album ?

D : Notre premier album est une espèce de foutoir. Nous n’avions pas de ligne directrice, de grandes idées. Mais à sa sortie, il a attiré l’attention et on ne s’y attendait pas du tout. Mais j’aime vraiment certaines de nos chansons et j’aime vraiment le travail que nous allons sortir.

M : Vous pouvez nous en parler ?

D : Oui, je peux. Nous avons travaillé sur un nouvel album cette année. Ce n’est pas fini mais presque et il sortira certainement cet automne, en octobre.

M : En parlant d’octobre, je vois que vous venez d’annoncer une nouvelle date sur Paris, à l’Elysée Montmartre…

D : On est très excités de revenir à Paris. Toute la tournée va être assez incroyable en fait …

M : L’Elysée Montmartre est une grosse scène. On se souvient de votre concert à Les Etoiles en décembre dernier qui était incroyable. Quel souvenir avez-vous de ce moment ?

D : Malheureusement ce jour-là nous sommes restés à Paris, quoi … 8-10heures ?  Et c’était notre première fois à Paris. Nous étions tristes de ne pas rester plus mais le concert était très fun. La salle était super, là encore une foule. Mais c’était bref donc je suis content de pouvoir passer plus de temps à Paris.

M : Vous comptez passer plus de temps à Paris la prochaine fois ?

D : La prochaine fois, oui. Parce que nous partons ce soir donc là on a encore pas de temps. Mais la prochaine fois, on restera.

M : Quel est votre processus créatif ? Comment fonctionnez-vous ?

D : Pour ce futur album, nous avons enregistré à Nashville, dans le Tennessee, un haut lieu musical aux USA : beaucoup de studios, beaucoup d’artistes… Et nous voulions les meilleurs. Nous avions beaucoup de vieilles chansons que nous avions besoin d’enregistrer donc nous avons pris celles-là en première (Nous avons enregistrés en premier les vieilles chansons) car nous avions une idée claire de ce à quoi elles devaient ressembler, quels sons elles devaient avoir. Puis on est passés aux nouvelles chansons. On en a écrites certaines dans le studio d’ailleurs, ce qui est assez… ça semble stressant mais elles viennent tellement naturellement. On a essayé de les rendre vivantes, de capter cette énergie et de construire à partir de là.

M : Est-ce que cet album ressemble à l’ancien ou est-ce que c’est complètement différent ?

D : Ça y ressemble mais il y a plus de maturité. Il y a des anciennes chansons mais maintenant il a un thème propre, une direction claire, sa continuité. J’ai vraiment le sentiment que ça a évolué. Sur la question du ton, c’est beaucoup plus spectaculaire parce qu’on a vraiment eu la chance de s’asseoir et de composer, de produire ce qu’on avait envie de produire, d’avoir le temps de dire « non, on ne veut pas de ça, on veut autre chose ». C’est très stimulant.

M : Vous connaissez déjà le nom de l’album ?

D : Nous n’avons pas encore de nom, non. Malheureusement.

La forêt et le feu de camp, pochette de leur premier opus « From The Fires »

M : Pas de pochette d’album encore ?

D : On y travaille. On n’a pas encore d’images *rires*

M : Vous avez déjà quelques idées ?

D : Ouais. Beaucoup de nos chansons racontent des histoires. Le dernier album, From the Fire, montre les histoires que l’on nous racontait quand on étaient petits. From the Fire est une figure archétypale. Et les nouvelles chansons ont des points communs. Elles ont un thème, ça va être très large et c’est l’expression de notre personnalité.

M : L’album raconte une seule histoire, du début à la fin ?

D : Normalement, oui, mais de manières très différentes.

M : Quelles sont vos influences musicales ?

D : En tant que batteur, je dirai John Bonham, Keith Moon …  Buddy Rich aussi pas dans le style mais dans l’attitude. Ringo Starr est également une grande influence. Mitch Mitchell du Jimi Hendrix Experience, Ginger Baker des Cream… j’adore leur travail à tous.

M : Beaucoup comparent Greta avec du bon vieux Led Zeppelin. Vous en pensez quoi ?

D : C’est vrai qu’on nous le dit beaucoup. Je comprends en partie pourquoi. Led Zeppelin est le genre de groupe qu’on écoute en boucle quand on est gamin, ils sont fantastiques. Donc rien que le fait qu’on nous compare à eux est un compliment, ça rend humble. Mais je pense qu’avec ce nouvel album qui va sortir, nous explorons tout un tas de nouvelles directions qu’on était capables de réaliser jusqu’à maintenant. Donc je suis super impatient que ça sorte.

M : Si on se concentre sur vous : quel est votre groupe favori du moment ?

D : Ah je ne sais pas si j’ai un groupe favori en ce moment… En ce moment je suis vraiment fasciné par… Je dois dire un vieux groupe, un nouveau groupe ?

M : Comme vous voulez, le premier qui vous vient à l’esprit.

D : Le premier qui me vient à l’esprit… Ça a toujours été un super groupe mais en ce moment je suis revenu à écouter les Crosby, Stills, Nash and Young. Même jeune je les écoutais.  C’est probablement l’un des plus grands groupes que je connaisse.

M : Votre série tv préféré ?

D : Pour être honnête je ne regarde pas trop la télé *rires*. Je ne vais pas mentir je ne regarde pas vraiment.

M : Et les jeux vidéo ?

D : Et je ne joue pas beaucoup aux jeux vidéo non plus. Sur mon téléphone, oui. Je joue à un jeu qui s’appelle PUBG  de temps en temps parfois dans le bus quand on est ensemble. J’essaie de rester loin de l’électronique.

M : Dernière question sur le groupe : qui est le plus drôle ?

D : Ouf… c’est à tour de rôle, ce n’est pas une question juste. Je pourrais très facilement être le plus drôle, Jake pourrait facilement être le plus drôle… Je dirai quand même que le plus drôle c’est Sam parce qu’il se plie en quatre pour faire plaisir aux gens, il essaie toujours de détendre l’atmosphère. Je le respecte pour ça.  

M : Ah, dernière question : les tenues, comment choisissez-vous vos tenues ?

D : On prend tous nos costumes, on s’habille et on regarde qui porte quoi. On se pose des questions « qu’est-ce que tu veux porter ? » « Et toi, quelles couleurs ? ». On essaie quand même de rester dans une palette de couleurs mais certains soirs on se lâche. On est pas stricts, on porte ce qui nous met à l’aise. Elton John nous a donné des conseils à ce sujet quand on lui a parlé l’année dernière et il a dit « soyez-vous-même. Si vous ne voulez pas porter de vêtements sur scène, allez-y nus ! Vous allez le regretter dans 5 ans si vous ne le faites pas ». On va dans des friperies, des magasins de vente de collection, … on essaie de s’habiller pour montrer ce qu’on est.

M : Un dernier mot pour vos fans ?

D : On a hâte d’être à l’Élysée Montmartre. J’aime la France, mais on y passe pas assez de temps alors venez nous voir la prochaine fois ! 

 

 

On vous laisse sur le petit concours dont on vous avait parlé… Danny s’est laissé prendre en photo durant notre interview avec l’aide d’un petit Polaroid ! On lui a bien évidemment demander de vous le dédicacer ! Laissez votre nom et mail ci-dessous avec votre chanson préférée du groupe pour remporter un cadeau unique : un polaroïd de Danny Wagner, batteur de Greta Van Fleet, dédicacé par lui-même ! Un objet rare et unique de leur passage au Download Festival France 2018 ! Fin du concours le 20/07.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :