Aujourd’hui, le 8 février, marque un jour spécial. Il s’agit du premier Zénith de Paris pour notre partenaire et ami Alternative Live ! Configuration minimale cependant avec un Zénith dans son format le plus petit (petite fosse, pas de fond), cela n’empêchera pas aux quelques 2500 personnes présentes ce soir de s’amuser avec l’un des groupes phares de notre adolescence à tous : Good Charlotte !

The Dose

Ouverture du concert par un mini-set un peu déroutant. The Dose vient proposer un grunge très old school. Le duo, composé d’Indio à la guitare/voix et de Ralph à la batterie va avoir du mal à convaincre le public ce soir. Dialogue timide avec le public, les deux membres se positionnent littéralement aux opposés de la scène et resteront statiques pendant toute la durée du concert. On a l’impression de voir une répétition d’un groupe de punk dans son garage puisque Indio n’a qu’un ampli Orange à sa disposition derrière lui et Ralph sa simple batterie !

Cela sera sûrement le groupe le plus « heavy » de la soirée, avec une intro de batterie digne de Mötorhead et une guitare très lourde la plupart du temps ! Cela dénote un petit peu avec la soirée mais cela se conclut assez vite pour donner place à Boston Manor, qui fera office de réel premier groupe ! Vu à l’heure à laquelle a terminé le concert, se passer de The Dose n’aurait pas posé beaucoup de problèmes. Si je suis totalement pour les premières parties en temps normal pour découvrir de nouveaux groupes, je ne pense pas que The Dose aura trouvé son public cible ce soir-là malheureusement ! En espérant me tromper et en revoyant le duo un peu plus énergique dans une salle qui sera là pour eux un de ces 4 car le grunge proposé restait sympathique !

Boston Manor

Le quintet anglais apposera sa cagoule sur fond rouge en fond de scène et sur sa batterie et c’est Henry Cox qui ouvre le bal en sautillant partout. Le groupe arrive à créer les premiers mouvements de la soirée après quelques titres parmi lesquelles figurent Bad Machine ou bien Funeral Party.

Le groupe terminera par leur plus grand succès à ce jour Halo. Le chant est bien plus screamé en live que sur les albums, on sent que le groupe se fait plaisir et propose des versions alternatives plus rythmées et névrosées de ses morceaux !

Après le groupe le plus « grunge » on aura peut être ici le groupe le plus metal avec quelques passages screamés. Malheureusement la voix d’Henry est finalement assez quelconque et on a l’impression de revoir un Don Broco, version edulcorée !

Sleeping With Sirens

Alors que Kellin Quinn était venu s’asseoir avec nous dans l’Espace VIP durant The Dose (merci à Alternative Live de nous avoir régalé en espace VIP pour ce concert d’ailleurs ♥), le voici désormais sur scène. L’homme à la voix angélique (et improbable) va nous faire une démonstration de ses talents vocaux après leur date à la Machine en mai dernier.

Malgré un temps de jeu plus court que Good Charlotte, Sleeping With Sirens était très attendu ce soir à en voir les t-shirts et pulls dans l’assemblée. C’est un enchaînement de 10 classiques du groupe dont on aura le droit dans le Zénith qui commence à être vraiment bien plein maintenant. Comme en mai dernier, on remarque rapidement que les screams ne sont plus tous assurés par Kellin. La plupart des passages criés provenaient de bande enregistrées en fond ou était repris par le public et Nick Martin, guitariste du groupe. Cela étant dit, cela n’a empêché d’entendre les folles vocalises du frontman sur des titres qui auront su accrocher les foules tels que Better Off Dead ou bien même Congratulations, avant de finir sur le même combo que le rappel de la fois précédente, à savoir un enchainement ultime pour les fans du groupe : If I’m James Dean,  You’re Audrey HepburnIf You Can’t Hang afin de cloturer sur Kick Me.

Sleeping With Sirens a Le Zenith @Farah SibliniSur scène, le groupe ne perd pas en énergie, on voit Justin Hills à la base s’amuser à faire tenir sa basse en équilibre dans la paume de sa main et la lancer en l’air par exemple. On voit aussi Gabe à la batterie lancer l’une de ses baguettes sur le côté de la scène en plein morceau avant qu’on ne le lui renvoie pour continuer le morceau comme si de rien n’était. On voit même Kellin courir partout, lancer le micro en l’air et tirer sur le cable pour le ramener au niveau de sa bouche et continuer de chanter. On voulait du Sleeping With Sirens ? On a eu exactement ce qu’on attendait de Sleeping With Sirens. Kellin finira même par aller slamer sur la foule à la fin, mais il semblerait que le jeune public de la fosse l’ait fait tomber assez rapidement, car peut être pas assez habitué de ce genre de pratiques en concert ! Une situation cocasse qui n’empêchera pas le frontman de remonter sur scène pour terminer le morceau en remerciant une dernière fois les fans en quittant la scène !

PS : Ironie du sort, j’ai parlé hier avec l’amie Farah qui assurait les photos que vous voyez dans cet article (non bien sans mal puisque leur espace pour shooter le concert se trouvait au fin fond de la fosse ! 🙁 ), et je lui ai fait exactement la même remarque qui clôture l’article du précédent live-report de SWS, sans même me rappeler l’avoir écrite la dernière fois… Comme quoi !

Good Charlotte

Au tour des frères Madden, Joël et Benji de débarquer sur scène. La scénographie de la salle est assez sobre : des étendards avec les différents visages fantômes issus de la pochette de leur dernier album, Generation Rx, prône sur toute la hauteur du Zénith. Le show débute par l’intro de leur dernier album, avant de voir rentrer le groupe sur Self Help, le tout joué dans une vague de stroboscopes. Si les frères de Good Charlotte ne sont pas réputés pour chanter extrêmement bien en live (surtout en passant après Sleeping With Sirens), le chant ce soir est assez bon et sans trop de fausses notes ! Benji et Joël communiqueront plusieurs fois avec le public, les invitant à s’amuser et se rappeler des meilleurs années. Joël demandera plusieurs fois si le public avait déjà vu Good Charlotte a Le Zenith @Farah SibliniGood Charlotte. La réponse, majoritairement oui, montre ici que tout le monde est déjà converti et absorbé par GC après quelques titres. C’est en évoquant l’année 2004 que le public va se mettre à hurler de joie. Les fans auront  bien entendu fait le rapprochement avec Chronicles Of Life And Death, qui sera célébré à l’occasion de ses 15 ans par Predictable. Puisqu’on était venu pour vivre la nostalgie de nos années collège et lycée, et que Good Charlotte l’ont bien compris, c’est en toute évidence que le groupe parla du passé et de la nostalgie la plupart du temps. Back to the begenning, c’est le premier album du groupe et l’époque eyeliner coulant de Joël Madden, qui sera évoqué. Good Charlotteen 1999, fera aussi parler de lui ce soir là ! Le groupe interprétera deux titres issus de ce premier album éponyme  : Little Things et WaldorfWorldwide. Une chose est clair, on ne voit absolument pas passer les 1h30 de show !

 

Le groupe terminera par trois hits interplanétaires qui ont fait leur renommée d’aujourd’hui : The River, I Just Wanna Live et Lifestyles Of The Rich & Famous. Alors qu’on les attendait en guise de rappel, c’est sur ces titres que le groupe terminera bien son set, au milieu de fumée et de feux d’artifices. Le groupe quitte la scène avec un bref salut et ne reviendra ensuite pas pour un rappel. On dit toujours que les rappels sont trop évidents et surcôtés puisqu’on sait que les groupes reviennent toujours, mais à l’inverse, c’est étonnant de ne pas en avoir. On a tout de suite ce sentiment qu’il manque un petit quelque chose au show, dommage!

Alternative Live signe une première date au Zénith de Paris avec des groupes de qualité qui auront su livré un show plus que satisfaisant ! Les câmes de collégiens et lycéens qu’on avait touus en nous ont été flattés durant toute la soirée, et ça fait parfois du bien de retourner dans son adolescence comme ça ! Allez, on retourne s’écouter un peu de Blink et de Sum*41 !

 

Crédit photographique : Farah Siblini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :