Kratos, le plus fort des Vikings n’a pas encore dit son dernier mot. Attendu depuis 8 ans (le 3 étant sorti le 16 mars 2010), le revoilà en fin. Le studio Sony Santa Monica a mis les petits plats dans les grands, et nous sert ce nouvel opus sur une hache d’argent. Voyons voir quel goût à ce nouveau met plein de muscles !

 

  • Graphismes époustouflants : C’est dans ces moments-là qu’on regrette de ne pas avoir sa TV 4K 60FPS HDR… Mon simple écran de télévision FHD qui n’a rien d’un tout dernier cri a su époustoufler ma rétine. Le jeu est on ne peut plus fluide, avec un niveau de détails impressionnant et qui vient se greffer au niveau d’un Uncharted 4 sans soucis. Ces décors enneigés et une texture plus qu’agréable à l’oeil font de God Of War une référence ultime en termes de « beau jeu », au même titre qu’un Crysis en son époque par exemple. Si vous ne vous régalez pas en  jouant au jeu, on ne saura plus trop que vous conseiller pour être satisfait des graphismes. Le jeu est une véritable claque visuelle, et c’est indéniable.
    Gosh of War.

 

  • Mise en scène époustouflante :  La mise en scène est assez incroyable, et c’est ce qui a valu au jeu tous ses éloges. Prenant un point de vue très cinématographique, le jeu possède un doublage plutôt réussi, des cinématiques saisissantes, des combats épiques plus incroyables les uns que les autres. Vous vous en rendrez compte dès le premier gros combat contre « L’Étranger » qui est assez spectaculaire. À ce moment-là, vous pourrez vous dire « Okay, je n’ai pas pris n’importe quel jeu, ce jeu est différent de ce que je peux jouer d’habitude ». Le contexte viking fonctionne évidemment à merveille. Kratos est toujours le plus fort de tous les Hommes et sa hache le rend aussi fort qu’un super héros. On a envie d’y croire et d’incarner ce personnage plus fort que tous. D’ailleurs, la maniabilité de sa hache est impeccable. Le lancer de hache et le retour de la hache dans la main sur la simple pression d’une touche rendent le jeu extrêmement dynamique. On a très vite fait de mettre deux trois coups au corps à corps, reculer d’un pas, lancer sa hache sur les ennemis qui arrivent, puis faire revenir la hache, en en profitant pour remettre quelques dégâts sur le retour de notre hache boomerang, et ainsi de suite. Pas le temps de s’ennuyer sur God Of War !

 

  • Durée de vie époustou…fiente? Bon, là on exagère clairement. La durée de vie de ce God Of War est très correcte. Composé en 6 chapitres principaux, le jeu se déroule assez naturellement en une 20-25aine d’heures. Une durée de vie assez typique des jeux d’exploration du genre. Pour nos amis les chasseurs de trophées, le jeu propose beaucoup de missions annexes et d’exploration et découvertes de tous les recoins froids de l’Univers.

 

  • Level Design époustou-flan – Le design du jeu est bien amené et de nombreux recoins secrets remplis de coffres ,d’or et de divers bonus seront à dénicher au cours du temps. Que cela soit des coffres à ouvrir en brisant des sceaux, des mécanismes à activer en lançant sa hache et bien plus encore, le level design de God Of War se veut assez inspiré, et de sorte à toujours aller découvrir de nouvelles choses, même en revenant plus tard sur certaines zones de l’aventure du jeu.

 

C’est bon, t’as plus bobo à la tête ?
  • Ventilo épou-soufflant Préparez vous à faire souffler les chaumières ! Même avec une PS4 PRO, le jeu fait souffler la console comme pas possible, avec un vrombissement qui est quand même gênant en jeu. Il est vraiment très fort et ça en est presque inquiétant. Est-ce que God Of War fait tomber la PS4 dans ses tout derniers retranchements ? Possible… Là est peut être prémice à l’arrivée d’une PlayStation 5… Réponse à l’E3 ! 🙂

 

  • Relations époustouflantes Même si l’univers est bien retranscrit et le jeu très bien écrit, les dialogues entre Kratos et son fils, Atreus, sont parfois un peu insipides… « Père pourquoi est-ce que vous souhaitez m’entraîner aujourd’hui alors que la veille encore vous ne vouliez pas ? ». « C’est comme ça » « OK. »… Sérieusement ? Tu réponds « OK » sur un changement de décision aussi rapide de la part de ton père sans te poser de questions ? Tout en restant soumis à ce père qui te maltraite pourtant beaucoup et qui est antipathique au possible ? Il s’agit de la personnalité de Kratos, c’est donc normal, mais merde, faire rentrer Atreus dans ce petit jeu rend la chose bien trop simple et perd un peu en saveur. On aurait aimé qu’Atreus soit un peu plus curieux et tienne un peu plus tête à son père en essayant de se révéler davantage.

 

19/20

God Of War est LA référence dans les jeux d’aventure pour cette année 2018. On voit difficilement un jeu faire mieux cette année (j’entends Red Dead Redemption II dans l’oreillette, ou Super Smash Bros Switch ? Même s’il s’agit de jeux concourant dans des catégories assez différentes!), et c’est une exclusivité PS4 qui vaut évidemment le détour. Il n’y a pas à dire , PlayStation sait faire plaisir à ces joueurs en proposant des exclusivités d’une qualité toujours irréprochable jeu après jeu. God Of War est donc un indispensable sur cette 5ème année de vie de la console de Sony, et passer à côté serait évidemment très regrettable dans votre vie de joueur !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :