Firewatch

Développé par Campo Santo et édité par Panic
PlayStation 4, Windows, Mac OS, Linux et Xbox One

Bonjour/Bonsoir ! Les jeux walk in (où l’on marche) ne sont pas les plus plébiscités par les gameurs. Pour ma part j’avais tenté le fameux Everybody’s gone to the rapture. J’ai tenu 1h. C’était long, lent, chiant mais beau. Bref je n’étais pas convaincue pour un sou. 
Et alors arrivé mon collège Reizak qui m’a conseillé Firewatch : c’est un jeu super qu’il faut faire en une fois dans le noir et au casque. Bon évidement flipette comme je suis je ne l’ai pas fait dans ces conditions, parce que j’ai encore peur dans le noir à 27 ans. 

Bref, ne nous mentons pas la jaquette d’un jeu fait tout. Et celle de Firewatch m’attirait particulièrement : les couleurs, le graphisme. J’avais écouté la soundtrack à plusieurs reprises et je le trouvais belle. 

                                     Une discussion et une promo plus tard le jeu était en train de s’installer. 

Je suis tombée amoureuse au bout des premières secondes de jeu, passé l’introduction très intéressante où l’on détermine une partie de la vie de notre personnage. Les lignes sont simples tout en étant réalistes, les couleurs vives, le réalisme, l’ambiance avec le son de la nature ponctuée de quelques musiques lors des moments décisifs du jeu. 

L’histoire de Firewatch simple : vous passez votre été au poste de gardien dans un parc national. Le job est assez simple en apparence : passer du temps dans votre tour, vous ballader, éteindre les départs de feu (les petits hein), faire de la prévention. Un boulot relativement tranquille en apparence. Sauf que 2 jeunes femmes disparaissent un jour et il semble que vous ayez un problème avec votre radio. 

Ce n’est pas un jeu que l’on va qualifier de thriller, l’ambiance n’est pas stressante. Il y a quelques petits pics de stress mais rien de violent, juste l’histoire qui avance et le mystère qui s’épaissit. 

Sachant que vous avez touuuuuut le temps du monde pour vous déplacer. Je suis très mauvaise en orientation et là vous devez vous dirigez avec une carte et une boussole. Autant vous dire qu’au début je sortais la carte tous les 10 mètres.
Et quand on me disait dans ma radio qu’il fallait vite que je remonte à ma tour je flippais de ne pas aller assez vite. Relax. Tout va bien. Surtout, et c’est le gros point négatif de mon point de vue, le temps passe très vite dans ce jeu. Une journée se déroule en 15 minutes. Alors quand il s’agit de rentrer dans une grotte la nuit huuuuum je n’étais pas rassurée. Mais n’ayez crainte, vraiment. 

J’ai vraiment beaucoup aimé l’expérience de Firewatch, on se sent bien quand on se balade dans cette nature fictive, la découverte, apprendre à se repérer sans technologie. On a presque une expérience humaine via Dee avec qui l’on discute à travers la radio. 

Vous pouvez reprendre la manette pour vous balader librement dans tout le parc dans un mode libre ou le refaire avec les commentaires de l’équipe !                     

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :