Hubert Selby, Jr.

Bonjour/Bonsoir ! Je continue mes fiches en vous présentant un auteur dont vous ne connaissez sûrement pas le nom, ni l’œuvre. Enfin pas directement mais définitivement l’adaptation qui a été faite !

Comme la dernière fois je me tâte à vous faire languir. Allez, jour de bonté, je vous le donne en mille : Requiem for a dream. Comme quoi il y a des avantages à aimer lire le livre avant de voir le film (que je n’ai toujours pas vu, pas de tomates merciiiiiii !!!! C’est prévu, je suis juste une peureuse qui préfère imaginer que de voir).

selby requiem

 

Bon, passons au vif du sujet, c’est qui ce Hubert qui n’est pas mon oncle ?

Hubert-Selby-Jr

L’auteur : Hubert Selby, Jr est né le 23 juillet 1928 à New York et mort le 26 avril 2004 (à 75 ans) à Los Angeles. Né à Brooklyn en 1928, Selby quitte l’école à l’âge de 15 ans pour s’engager dans la marine marchande, où son père, orphelin, avait travaillé. Atteint de la tuberculose à 18 ans, les médecins lui annoncent qu’il lui reste deux mois à vivre. Il est opéré, perd une partie de son poumon, et restera quatre ans à l’hôpital.

Lors de la décennie suivante, Selby, convalescent, est cloué au lit et fréquemment hospitalisé (1946-1950) à la suite de diverses infections du poumon. « C’est à l’hôpital que j’ai commencé à lire avant d’éprouver le besoin d’écrire. ». Incapable de suivre une vie normale à cause de ses problèmes de santé, Selby dira : « Je connais l’alphabet. Peut-être que je pourrais être écrivain. ». Grâce à sa première machine à écrire, il se lance frénétiquement dans l’écriture. Selby connaît des problèmes d’alcool et devient dépendant à l’héroïne, ce qui le conduira deux mois en prison et un mois à l’hôpital, ce séjour lui permettant de sortir de cette dépendance. Cependant, après cette cure, il tombera encore plus dans l’alcoolisme.

 

Je fais rarement des biographies aussi longues sur les auteur, mais pour comprendre ses livres il est important de connaître un minimum son histoire.  
Aussi un mot sur son style, très particulier car extrêmement vif. Vous ne pouvez pas lire son œuvre en étant déconcentré, en effet lors des dialogues, eh bien… il n’y a pas de retour à la ligne. Voyez le genre ? Ce sont des gros blocs de texte et il faut vous dépatouiller avec. Aussi je tiens à vous prévenir que c’est assez cru, dur, triste et parfois dérangeant. Ce n’est donc pas une lecture que je conseille au moins de 16/17 ans.

 

Retour a Brooklyn / Requiem for a dream (titre original et du film)

Selby retour à brook

Livre publié en 1978 pour être adapté en 2000 au cinéma, dont il co-écrit le scénario, Retour à Brooklyn. C’est le premier livre de lui que j’ai lu.
Si vous avez vu le film vous pouvez lire la suite sinon SPOILER ALERT. Mais sachez que le livre est moins trash que le film.
On retrouve les trois personnages du film, le décor est à peu près semblable. Sauf que le film va au-delà du livre (chose inhabituelle). Ainsi que la vieille dame. Après avoir (re) regardé la bande annonce du film, je dirais que celui-ci est vraiment plus oppressant et plus intense. Le livre s’arrête pour Harry quand il fait des travaux d’intérêts généraux, Tyronne lui se fait bien couper le bras (huuuuu rien que pour cette scène je veux pas voir le film !) et pour Marion, elle va commencer la « vraie » prostitution.

Je l’ai trouvé fort mais moins que le suivant.

 

Last Exit to Brooklyn

selby last exit to

Paru en 1964 c’est son premier roman et il a eu un énorme succès, vendu à près de 2 millions d’exemplaires.
Divisé en six histoires qui dépeignent la plus basse société de Brooklyn, traitant du sexe, de l’alcool, de la violence, de la haine, et de certains vices assez répugnants… L’action se passe dans le quartier de Red Hook. Chacun des personnages voulant sortir de sa vie minable en étant le plus possible aimé par les autres, quitte à se détruire.
Là c’est un livre vraiment dur, qui ne vous laissera pas indifférent et où le « vrai » style de Selby est le plus présent.

Je viens de voir que ce livre a lui aussi eu droit à une adaptation pat le réalisateur allemand Uli Edel en 1989. Et même si le film a mal vieilli je n’ai vraiment pas envie de le voir, donc si toi lecteur tu ne crains pas les films violents, dis-moi ce que tu en penses !

 

Waiting period

selby waiting period

Dernier livre de Selby de son vivant, paru en 2002, il dépeint le ressenti de l’auteur. Tombé dans la drogue et l’alcool.
C’est l’histoire d’un homme (on ne connaît pas son nom), qui fatigué par sa vie sans intérêt décide d’aller chez l’armurier pour acheter un flingue et se suicider. Mais voilà, l’arme ne sera pas disponible avant quelques jours. Ce qui laisse à notre homme le temps de faire le point et une évidence lui vient à l’esprit : pourquoi serait-ce à moi de mourir ?

Voulant dénoncer le gouvernement Bush, roman intéressant et qui nous rappelle le merveilleux film God Bless America.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :