Blue Sky – Musée d’art ludique
25 mars au 18 septembre

Blue Sky - affiche

Bonjour/Bonsoir ! Avec Margaux, on a eu la chance d’aller à la nouvelle expo du musée d’art ludique !
Après les studios Ghibli, Aardman, les super-héros marvel, pixar ou encore l’art dans le jeu vidéo dont je vous parlais ici.

Compte-rendu de Margaux  : 

Le Musée Art Ludique nous ouvre ses portes pour découvrir l’univers du studio d’animation « Blue Sky » du 25 mars au 18 septembre 2016 ! Le prochain film du studio, L’âge de Glace 5 (et oui déjà !) sort le 22 juillet 2016. Cette exposition est donc, pour ainsi dire, l’occasion parfaite, enfants comme adultes, de découvrir ou de redécouvrir les dessins, les peintures, les essais, les sculptures et même l’histoire des différents films et du studio. L’exposition dévoile près de 800 œuvres (rien que ça) issues de la création de leurs films, dont certains ont connu, et connaissent encore actuellement, un succès planétaire. Ces présentations permettent de découvrir la naissance et l’évolution des différents personnages comme le célèbre Scrat l’écureuil que l’on peut revoir avec la projection inédite de « Il était une noix ».

IMG_4810
Inspirations pour le film « Rio »

L’exposition se compose de plusieurs pièces distinctes regroupant, pour chacune d’entre elles, une thématique particulière (un film, un personnage, une inspiration, ou une technique artistique et créative). Pour comprendre cette ampleur cinématographique il est important de préciser que les années 1990 annoncent l’arrivée en force de l’image de synthèse. Cette nouvelle amorce est un tournant décisif pour le cinéma, et tout particulièrement pour le cinéma d’animation. Les courts et les longs métrages qui fleurissent à cette époque suscitent la curiosité, ainsi que l’engouement des spectateurs qui bénéficient d’un tout nouveau panel de couleurs au service de leur imagination, et de leurs rêves. Cette exposition permet donc au spectateur de comprendre comment le studio Blue Sky trouve naturellement sa place dans ce nouveau concept artistique.

Oh ! De beaux oiseaux bleus !

La première salle est consacrée à l’histoire personnelle de « Blue Sky Studio ». C’est en effet en 1987 que six membres issus de MAGI (Mathematical Applications Group, Inc.) fondent le studio Blue Sky. Dès 1992, le studio réalise de nombreux travaux de commandes ainsi que des spots publicitaires. Une publicité, réalisée en images de synthèse, pour un simple rasoir électrique, semble tellement réelle qu’un jury d’expert pour un grand concours d’images en 3D pense qu’il s’agit d’un véritable appareil électrique, disqualifiant ainsi l’équipe par simple erreur de « réalisme ».

En 1996, Blue Sky crée les effets spéciaux du film Bienvenue chez Joe pour la scène dans laquelle des cafards dansent et chantent. Un an plus tard, soit en 1997, le studio réalise les effets spéciaux pour Alien, La résurrection, (n’ayez pas peur ils sont réglos !). En 1998 le studio est même récompensé par un Oscar (Oscar présent dans l’exposition même !), pour son premier court métrage Bunny. Bien que ce dernier soit très émouvant, voire trop triste pour un enfant (et pour les adultes également, et oui qui a dit que les films d’animation étaient réservés aux plus petits ?), il faut bien reconnaître que pour l’époque il est plutôt agréable à regarder malgré le fait qu’il soit difficile de ne pas pleurer face à la solitude poignante de cette lapine veuve et très âgée. Mais c’est pourtant bien en 2002 que le studio réalise un carton planétaire avec la sortie de L’Age de Glace. A partir de cette date, le studio ne cessera de se faire connaître à travers le monde entier que ce soit avec Epic : La Bataille du royaume secret, Rio, ou encore Robots.  

IMG_4803
Pour une ville robotique…

Indéniablement, les films d’animation du studio s’inspirent de nombreux artistes du XIXe siècle comme Winsor McCay, l’inventeur de Little Nemo in Slumberland, de Gustave Doré, Edward Gorey ou encore de John Randolph Bray. Que ce soit au travers des dessins, des caricatures, des peintures, ou encore des œuvres caractéristiques de l’art figuratif américain, tout peut être utile au brouillement créatif du studio. Au-delà de l’héritage de ces grands illustrateurs le studio s’intéresse également la technologie contemporaine, technologie, la plus sophistiquée possible évidemment. En effet, les ordinateurs et l’ensemble des différentes technologies ne remplaçant pas les artistes pour autant, les différents membres du studio doivent acquérir un savoir faire exceptionnel du dessin ainsi que de l’image de synthèse. Éléments qui confèrent aux différents univers une authenticité tout à fait unique. Pour ainsi dire, toute l’équipe possède une immense culture visuelle que ce soit les réalisateurs, les illustrateurs, les animateurs ou encore les directeurs artistiques. C’est grâce à cette diversité d’esprit et de d’originalité que nous pouvons affirmer qu’il n’existe pas à proprement parlé de « style standard Blue Sky » mais bien un style unique par film.

L’ingéniosité de studio s’exprime donc avant tout à travers une très bonne maîtrise de la lumière, des couleurs, et des environnements, aussi différents soient-ils, (glace, forêt tropicale, ville robotique…), et d’un fourmillement créatif qui se compose de nombreux styles graphiques aussi variés que complémentaires qui offrent non seulement un véritable hommage au génie artistique de leurs prédécesseurs mais également une multitude d’inspirations pour les générations actuelles et à venir. C’est ainsi que nous découvrons l’univers de Robots, qui comprend des espaces géométriques simples et des immeubles constitués de modules en acier empilés ou encore celui du monde microscopique d’une certaine civilisation qui incarne toute la grâce et la force des forêts avec Epic : La Bataille du royaume secret.

Pour conclure nous pouvons dire, que des héros poilus de L’Age de glace, des personnages mécaniques de Robots, ou des oiseaux multicolores de Rio, les humains et les animaux qui peuplent les films de Blue Sky assurent un style artistique et graphique très différent. Bien que le prix soit un peu élevé, l’exposition est un ravissement pour les yeux et le cœur (humour et émotions garanties) et offre aux visiteurs des images exclusives pour le prochain film du studio L’Age de glace 5 : Les lois de l’univers (ce qui n’est tout de même pas négligeable !). Et au-delà de la certaine nostalgie, ou de l’admiration que nous pouvons porter à ces films d’animation qui ont, ou pas
par ailleurs, bercés notre enfance, l’exposition nous offre une possibilité de comprendre la conception de ces univers, qui n’ont assurément pas fini de nous étonner !

IMG_4822
Mais si vous savez le chien Snoopy !

 

Le mot de Zora : 
Pour ma part j’ai apprécié cette exposition mais sûrement pas autant que les fans du studio Blue Sky. En parcourant l’exposition j’ai réalisé que je n’avais vu que les films L’âge de glace et Robots
 Les salles sont biens aménagées, une par film ou presque, mis à part pour L’âge de glace que l’on retrouve tout au long de notre visite. 

Certains tableaux sont très très beaux, de bonne qualité d’impression et d’autres.. eh bien on voit les gros pixels, c’est dommage. Cela dit, les maquettes ainsi qu les sculptures qui ont servis à la numérisation des personnages sont impressionnantes par leurs détails. Les vidéos qui les accompagnent (où l’on retrouve les scénaristes, créateurs, réalisateurs,…) nous apprennent beaucoup sur la création d’un tel film. 

Le petit plus ce sont les deux courts-métrages que l’on peut visionner : celui qui a reçu un oscar (dont j’ai oublié le nom, désolée !) et un autre avec Scrat, toujours aussi drôle et adorable ! 
Aussi, je ne suis pas trop du genre à prendre les audio-guides, mais ici c’est une mine d’informations qui vaut le détour ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :