On est allés faire un tour du côté du Trabendo en ce vendredi soir un peu frais… Frais oui, mais pas pour bien longtemps ! C’est le classique de l’adolescence de beaucoup d’amateurs de rock/metal, on parle bien sûr d’Escape The Fate !

C’est moi-même (Maximilange) qui commencerait à vous parler de Shields UK et Furyina prendra le relai sur la suite 🙂 

– Shields UK- 19h30 – 20h –

Shields uk | Le Trabendo

Shields UK, c’était la première surprise de la soirée, un petit quintet anglais (vous l’aviez devinez, n’est-ce pas?) au chanteur, George  particulièrement chevelu monte sur scène. Le groupe délivre un metalcore très puissant et le public rendre dedans assez vite, malgré la salle encore bien vide… Nous aurons le droit en live à It’s Killing Me, un nouveau titre sorti le jour-même du concert, petits veinards que nous sommes ! Le groupe alterne entre chant clair, chant scream puissant et très rauque avec des screams aigus stridents. Le rendu est très correct en live même si on sent que le groupe n’est pas encore un grand habitué des lives. Le show n’a pas énormément d’originalité en lui-même et manque un peu de saveur pour s’en rappeler sur le long terme. La salle peu remplie, le manque d’expérience ou autre ? On ne saurait que trop dire ce qui clochait dans le set des Shields UK, mais en tout cas, le public est maintenant bien réveillé et prêt à enchaîner comme il se doit !

PS : On regrettera fortement la non-présence des amis Palisades, groupe que j’apprécie tout particulièrement ces derniers temps qui ont rejoint la tournée et remplacés Shields UK à partir du 28 janvier… Soit deux jours après la date française. Palisades, soyez cools, et venez en France la prochaine fois, car ce qui va suivre Shields UK, c’était pas jo-jo…

 

– Set To Stun- 20h30 – 21h –

 

Set To Stun | Le Trabendo

Imaginez un mélange entre la virtuosité insolente et brutale de The Dillinger Escape Plan, le pop-punk remuant et un peu sombre de Set It Off, les breakdowns brise-nuque du premier groupe de metalcore qui vous vient à l’esprit, la gestuelle complètement barrée de Maynard James Keenan de Tool, un soupçon de grand écart musical à la Hollywood Undead et vous obtiendrez grosso modo une bouillasse complètement débile et insipide comme Set To Stun. 

J’ai eu l’occasion de faire un certain nombre de concerts et donc de premières parties plus ou moins bonnes mais aucune ne m’a laissé une impression aussi confuse et brouillonne que Set To Stun. 

Set To Stun | Le Trabendo

En voulant sans doute se créer une niche et ressembler à tout ce que le rock/métal a pondu d’original ces quinze dernières années, ça ne ressemble juste à rien. Le groupe déborde d’envie de bien faire mais le résultat est franchement peu convainquant : ça sonne faux, ça balance des breakdowns débiles et artificiels pour faire illusion de musique, ça se la joue concept album avec des samples et un nom de CD à rallonge … 

Typiquement le genre de groupe à la Blood On The Dancefloor ou brokeNCYDE qui ne reste dans la mémoire que pour sa médiocrité et pouvoir pourrir les playlists en soirée … 

Après, ça avait l’air de plaire à la fosse qui a alterné entre pogos et circles pits tout au long de leur set … Chacun sa dope, I guess. 

 

 

– Escape The Fate – 21h30 – 22h30 –

Escape the Fate | Le Trabendo

Ah Escape The Fate … Une véritable madeleine de Proust musicale pour moi. A l’époque où je les ai découverts via une AMV de One Piece, je n’avais jamais entendu de « scream » sur autre chose que les ponts et les breakdowns de Linkin Park. Ecouter This War is Ours fut pour moi une expérience aussi étrange que choquante mais sur la route du métal, il faut bien commencer quelque part avant de passer au black norvégien par exemple ha-ha ! 

Escape the Fate | Le TrabendoLe groupe débarque sur scène aux environs de 21h30 et ouvre DIRECT avec This War is Ours qui met tout le monde d’accord et créé de bons mouvements de foule dans la fosse étriquée du Trabendo. Le premier album du groupe avec Craig Mabbitt est plus que dignement représenté au cours du concert avec You’re So Beautiful, 10 Miles Wide, The Flood, Something et Ashley. Chacun de ces titres fait mouche et je me surprends à connaître encore plus que bien les paroles de certaines d’entre elles.  

Le dernier album  I am Human (pas encore sorti à ce jour) est également bien représenté avec trois titres qui sont déjà bien connus du public qui semble en connaitre toutes les paroles. I am Human est l’occasion d’un beau moment d’émotion et de communion entre un groupe très énergique et professionnel et un public conquis.  

Escape the Fate | Le TrabendoCe savant mélange entre titres anciens et nouveaux morceaux fait mouche auprès du public du Trabendo et fait bien plaisir. Néanmoins, cette mise en avant du premier et dernier album se fait au détriment des albums « intermédiaires » tels que Escape The Fate, Ungrateful et Hate Me qui sont trèèèès peu représentés. Nulle trace de Issues par exemple qui est pourtant un titre bien catchy. 

Le groupe se permet aussi un petit clin d’oeil bienvenu à My Chemical Romance (petit ange parti trop tôt), groupe absolument phare de la musique rock/émo des années 2000. La reprise de Dead, second titre de l’album The Black Parade sonne très bien. 

Le show est mené sur les chapeaux de roue : 17 titres en à peine plus d’une heure. Un concert en apparence court mais dans la durée habituelle d’un concert de « core » et musique apparentées. Escape the Fate a délivré un show de qualité tout à fait honorable et agréable. 

Crédits photos : Romain Keller

 

 

Une pensée sur “[LIVE-REPORT] Escape The Fate + Set To Stun + Shields UK @Le Trabendo 26/01/2018

  • 16 février 2018 à 0 h 31 min
    Permalink

    Tellement intense que je m’en suis fêlé une côte lors des premiers pogos ! Hell yeah !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :