Le 28 janvier 2018, Escape The Fate foulait déjà le sol français pour la présentation de leur album “I am a human”.

Cette fois, les voici de retour pour les 10 ans de leur mythique album “This War Is Ours” qui a marqué toute une génération. Ils sont accompagnés The World Over et Slaves pour cette tournée anniversaire.

 

– The World Over –

The World Over @Le Trabendo , Photographe ©Farah Sibilni pour Error404

Il est 19h30, la salle est encore peu remplie, le show commence par The World Over, un groupe originaire de Los Angeles formé en 2013.

Tiaday Ball, la frontwoman est d’une énergie débordante. Sur scène elle ne tient pas en place, parcourt la scène dans tous les sens et n’hésite pas à grimper sur les amplis pour se rapprocher de son public. Son chant alterne entre chant clair et scream bien grave, ce qui déroute et surprend l’assemblée mais fait l’originalité de ce groupe post hardcore.

On assiste à un set en demie teinte ce soir. En effet, nous entendons mal le chant clair. En revanche, les chants screamés envoient du lourd notamment en fin de set.

Avant de quitter la scène, le groupe invite le public à les rejoindre au merch et… au vu du monde présent autour de la table de merch, on en conclut que le public est conquis.

– Slaves –

Slaves @Le Trabendo , Photographe ©Farah Sibilni pour Error404

20h15 place au deuxième groupe de la soirée : Slaves. C’est avec un nouveau chanteur que le groupe performe ce soir. Leur précédent chanteur et fondateur du groupe décide de prendre le large pour des raisons de santé.

Contrairement à The World Over, le son est de bien meilleur qualité. Les musiciens donnent l’impression d’un live maîtrisé et précis. La prestation est réussie ce soir.

Slaves à déjà une fanbase en France. On peut constater que les fans se sont déplacés pour les applaudir et les soutenir. 

Petit bémol, le groupe n’interagit pas assez avec son public, excepté le moment où une fan offre une rose au leader Matt McAndrew.

– Escape The Fate –

Escape The Fate @Le Trabendo , Photographe ©Farah Sibilni pour Error404

21h30 place au moment que tout le monde attends. avec impatience.

Préparez vous à un voyage dans le temps…. Nous voici en 2009 (enfin plutôt en octobre 2008), c’est le moment de ressortir les pantalons à rayures, les t shirts têtes de mort, les bracelets multicolores et à pics et de se refaire une coupe de cheveux version emo car oui, l’album “This War Is Ours” vient de sortir.

 

Mais avant cela, nous avons le droit à une introduction de qualité. Pour chauffer son public Escape The Fate, diffuse le célébrissime “Bohemian Rhapsody”. C’est évidemment sans surprise que le public reprend en chœur le légendaire morceau de Queen.

 

Escape The Fate @Le Trabendo , Photographe ©Farah Sibilni pour Error404Les premiers riffs raisonnent et la foule est en effervescence sur “We Won’t Back Down” qui donne le ton de la soirée. Bonne humeur et pogos sont au rendez vous. Le groupe semble heureux d’être présent et nous avons un Craig Mabbitt survolté qui court partout. On remarque aussi, que les membres du groupes ont gardé le style vestimentaire de l’époque. Un look maîtrisé et assumé qui nous rappelle la nostalgie de l’époque emo / metalcore.

Craig et ses amis ont l’air un peu fatigués sur scène. On ne leur en tient pas rigueur car en effet Paris est l’une des dernières date de la tournée.

Craig, n’hésite pas à tendre son micro à l’auditoire qui connait les paroles de chaque chansons par coeur.

 

Les titres “The Flood”, “This War Is Ours” et “10 Miles Wild” mettent tout le monde d’accord. Le public devient comme possédé et nous assistons à des crowdsurfings qui finissent sur scène avec des chutes remarquables à l’arrivée.

 

D’autres titres plus calme, nous  permet d’assister à un joli spectacle. A savoir un Trabendo baigné de lumière de téléphones portable. Cet instant de répit nous permet également de souffler un peu entre les titres plus énergiques.

 

Le titre “It’s Just Me” pointe le bout de son nez et indique une fin de concert imminente. Le public réclame à gorge déployée ESCAPE THE FATE ! ESCAPE THE FATE ! ESCAPE THE FATE ! Ni une, ni deux, la bande remonte sur scène pour jouer leurs titres les plus récents comme “I’m A Human” et “One for the Money”. L’un des guitariste décide même de venir jouer dans le pit et se faire porter par les fans pour rejoindre la scène.

 

Cette fois le concert est bien terminé. Comme pour l’introduction, le groupe décide de conclure par une chanson de Queen, “We Are The Champions”. Ils en profitent pour distribuer setlists, médiators… Robert Ortiz, le batteur joue avec les fans pour le fameux lancé de baguettes. Puis, il descend dans la fosse pour faire quelques selfies et discuter avec les fans.

Crédit photo : Farah Siblini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :