Il est des concerts dans la vie d’un fan qu’il ne faut rater sous aucun prétexte. Epica qui passe à Paris pour fêter les dix ans de son cinquième album Design Your Universe fait sans aucun doute parti de ces rendez-vous à ne pas manquer. Les fans de métal symphonique ne s’y sont pas trompés et la date a très rapidement affiché complet. Petit retour sur une soirée enchanteresse en compagnie d’un des groupes les plus populaires de la scène !

 

Blackbriar :

La soirée commence doucement sur la performance du groupe néerlandais Blackbriar. Ces derniers livrent sur scène une bonne prestation de rock alternatif plutôt emo qui rappelle énormément ce que des groupes comme Breaking Benjamin ou Three Days Grace font outre-Atlantique. La performance vocale de la front woman Zora Cock est assez impressionnante mais le set très posé lasse plutôt rapidement le public malgré quelques très bonnes chansons sortant carrément du lot. Une première partie loin d’être mauvaise mais qui ne sera pas mémorable pour ma part. Reste que le groupe propose un combo alternative/voix féminine très intéressant qui saura sans aucun doute trouver son public !

 

Epica :

Toujours assez bizarre d’assister à un concert anniversaire d’un album. On se dit « waaaah le temps passe vite » et puis « je n’ai plus la vigueur de ma jeunesse en concert » mais dès qu’on voit Simone Simons et ses comparses arriver, on oublie tout et on reste juste bouche bée devant autant de grâce et de talent.

Difficile de faire un commentaire de composition sur la setlist d’un concert-album vu que le programme est assez prévisible mais on ne peut que remarquer la perfection d’exécution du groupe. Quelle merveilleuse occasion d’entendre certaines des meilleurs chansons du groupe comme Unleashed et Kingdom of Heaven qui avaient disparu des setlists.

Epica | Romain Keller | Error404

Epica a choisi une bonne manière de présenter l’album Design Your Universe tout au long du concert en l’entrecoupant juste de trois chansons d’autres albums, tirées de toute la discographie du groupe et surtout différentes à chaque concert ! Pour Paris, ça sera The Last Crusade (référence à l’ancien fanclub français d’Epica « The French Crusade »), In All Conscience et la mythique Cry For The Moon.

Après Design Your Universe (A New Age Dawns Part VI), titre final et absolument dantesque de l’album du même nom, le groupe embraye sur un excellent rappel composé de la classique Sancta Terra, de la très énergique Beyond The Matrix et enfin de l’iconique Consign To Oblivion qui donne l’occasion au public parisien de démontrer que même un dimanche soir, il a toujours l’énergie de lancer un bon wall of death bien comme il faut !

Epica a livré une performance impeccable, mémorable et intimiste. On repart comblé, les muscles endoloris et des étoiles plein les yeux. C’est à ça que doit ressembler un bon concert. Chapeau les artistes.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :