Eminent Domain. Ce nom vous rappelle-t-il quelque chose ? C’est possible pour deux raisons. Tout d’abord pour Eminent Domain Microcosm peut être. Vous savez la conquête spatiale pour deux joueurs rapide mais frénétique de Tasty Minstrel Games ? Ou alors peut être avez-vous déjà entendu parler du jeu dans sa version originale sorti en 2011 toujours du même éditeur ? Effectivement ce jeu n’est pas tout jeune et dispose déjà de quatres extensions mais il vient tout juste d’arriver dans la langue de Thomas Pesquet (oui Molière n’a jamais mis les pieds dans l’espace). Alors que peut-on attendre de cette version française ?

Étendez votre empire

Le but du jeu ici sera d’être à la tête de l’empire le plus influent de la galaxie. Pour cela vous pourrez favoriser une approche coloniale, guerrière ou encore commerciale. À vous donc de gérer votre deck de cartes de façon la plus optimal possible. Gérer son deck de cartes, c’est donc un deckbuilding ? Oui mais il est assez particulier pour qu’on s’y intéresse sans faire doublon avec ceux que vous possédez déjà.

Le matériel de jeu

A votre tour de jeu, vous aurez la possibilité de faire jusqu’à deux actions. La première action, qui est facultative, consiste à jouer une carte de s

a main et de résoudre sa capacité d’action. Toutes les cartes de votre deck de départ, ainsi que celles que vous vous procurerez par la suite possèdent une capacité d’action.

Après avoir réalisé ou non votre action facultative vous devrez choisir un rôle entre observation (pour découvrir de nouvelles planètes), guerre ou colonisation (pour conquérir des planètes par la force ou grâces à vos colonies), production/commerce ou encore recherche. Comment faire cela ? En prenant une carte dans le paquet du rôle choisi tout simplement. Avec ce rôle vous allez ensuite pouvoir effectuer une action que vous pourrez renforcer grâce aux cartes de votre main ou de vos planètes portant le même symbole en profitant d’un bonus. Oui avec un bonus car une fois votre action terminée, tous les autres joueurs pourront eux aussi réaliser cette action mais sans bonus (un peu comme pour Race For The Galaxy), ou piocher une carte.

Enfin on défausse toutes les cartes jouées et voilà votre tour et fini. Rapide non ?

Et donc quelle est la particularité de ce deckbuilding ?

Lorsque vous choisissez un rôle, vous récupérez une carte de ce paquet qui n’est autre qu’une carte de base que vous possédiez déjà dans votre deck de départ. Mais alors on n’améliore pas réellement notre deck ? Effectivement les cartes récupérées ne permettent pas d’améliorer votre deck mais plutôt de renforcer votre deck dans la stratégie que vous choisirez. Cependant, les cartes que vous pouvez obtenir en choisissant le rôle de recherche comportent elles des actions plus puissantes et plusieurs symboles permettant ainsi d’être plus souvent utiles pour renforcer vos actions de rôles et elles vont directement dans votre main sans passer par la défausse. De plus, l’action des cartes de recherche permettent rapidement d’épurer son deck en retirant des cartes de sa main de la partie. La gestion d’obtention de cartes de bases et de cartes avancées, en épurant son deck mais tout en parvenant à suivre sa stratégie sera alors tout le sel de cette conquête.

Eminent-Domain-Cartes1

Fin de partie et vainqueur

Les tours vont ainsi s’enchaîner jusqu’à ce qu’un certains nombre de pile de rôle dépendant du nombre de joueurs soit vide. On passe alors on décompte des points. On additionne les points d’influence obtenus par les planètes conquises, certaines cartes avancées et enfin les points d’influence obtenus grâce au commerce des ressources produites par vos planètes. Et comme vous pouvez vous en douter le joueur avec le plus de point d’influence est déclaré vainqueur.

Avis

Cette version française tant attendu par certains va permettre à un plus grand nombre de joueurs de découvrir l’univers d’Eminent Domain et qui sait peut être à voir les extensions arrivées en français également. Ce deckbuilding nous donne une nouvelle vision de la gestion de deck mais je conseillerai tout de même d’y jouer à trois ou quatre joueurs pour avoir une réelle sensation de choix à faire au moment de suivre un rôle choisi par un adversaire ou de le contester pour piocher. Pour jouer à deux joueurs je choisirai plutôt la version Microcosm. Et le manque d’extensions risque de se faire ressentir assez vite surtout quand le matériel fourni dans la boîte de base laisse déjà apercevoir les prémices d’une extension (grâce aux jetons chasseurs de différentes couleurs sans influence dans le jeu)

 

  • Les parties à deux joueurs pas assez captivantes
  • Les illustrations identiques à la version Microcosm
  • Une version française très en retard et sans extensions
  • Une approche du deckbuilding très déroutante demandant de s’adapter

 

 

 

  • De l’innovation dans le deckbuilding bien que déroutant au départ
  • Enfin une version française
  • Des extensions qui existent déjà (pas encore en français)
  • Des tours fluides qui s’enchaînent rapidement

 

En résumé

Si vous aimez le deckbuilding et le thème spatial, vous vous y retrouverez ici mais attention à ne pas rester sur votre première impressions qui pourrait être déroutante. De plus sachant que des extensions existent déjà, si le jeu connaît un succès suffisant dans sa version française il y a de grandes chances que les extensions voient elles aussi le jour en français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :