Epilogue : Création d’un Pays : [Elucie]

 

 

Lucie dansait d’un pas léger, créant une scène fantastique tandis que son large costume flottait au vent.

En réponse à la danse de Lucie, la femme à côté d’elle commença à raconter la légende du village Elfe.

« Autrefois, le monde avait succombé aux ténèbres. Les démons recouvraient l’horizon, le Roi Démon à leur tête, et de nombreuses villes étaient ainsi rasées. »

Les démons et le Roi Démon.

Ils apparaissaient systématiquement dans les mondes où le mana était présent comme phénomène naturel.

Le Mana était un pouvoir béni, tands que son opposé était une force négative appelée Erna.

Erna était la peur de chacun, une forme manifestée de pouvoir pouvant être trouvée partout.

Il s’agissait du pouvoir du mal pur. Personne ne pouvait le contrôler, et il propageait la peur et la destruction.

Bêtes, Diables et Natures Monstrueuses étaient des existences communément appelée démons, et formées par les sentiments de chacun.

La plupart des Roi Démons possédaient des formes humanoïdes, car après tout, c’était l’Humain dont les hommes avaient le plus peur.

Ainsi, l’Erna pouvait prendre la forme d’un humain à l’intelligence supérieure aux autres races. Avec une telle intelligence, les rois Démons pouvaient propager la peur plus efficacement, et ainsi se renforcer davantage. Un Roi Démon était donc un être surhumain doué d’intelligence et capable de plonger le monde entier dans la peur.

« Le monde n’était que désespoir. La population avait peur, perdant tout espoir. »

L’idée que tout ce qui était créé allait finir par être détruit. L’idée que la vie n’avait plus aucune valeur.

Dans un tel monde, la civilisation ne pouvait pas se développer. En plaçant un pied en dehors des villes, les démons étaient partout. Dans une telle situation, les interactions entre villes étaient impossibles.

Comme si prédestiné, le monde continuait à décliner dans une telle situation. J’avais vu de nombreux monde comme celui-ci.

Pour empécher cela d’arriver, de nombreux mondes abandonnaient la bénédiction du Mana. Sans Mana, l’Erna ne pouvait plus être créé, et les démons ne pouvaient plus exister. Mais il était ensuite extrèmement difficile d’utiliser la magie dans un tel monde. La Terre en était un exemple parfait.

« Toutefois, des personnes se sont levées. Un chevalier Humain, un guerrier de la Tribu Féline, deux Hauts-Elfes, et un ange au corps d’acier. »

Ces 5 personnes étaient célèbres dans l’Empire et dans le Royaume Korine où de nombreuses races vivaient en harmonie. Ils étaient connus à travers le monde entier.

« A l’issu de nombreux périples, ils parvinrent à vaincre le Roi Démon. Toutefois, le prix à payer avait été trop important. De nombreuses villes avaient subies les conséquences de la guerre, et tandis que les héros étaient encore jeunes, tous avaient péris à l’exception d’une Haut-Elfe. Cette femme est notre ancètre, Shurano-sama. »

Dans la littérature, Shurano, ayant perdu ses camarades, était retournée vivre en ville. Elle avait continué à vivre, souriant et répondant que tout allait bien et qu’il ne fallait pas s’inquiéter.

Alors qu’elle avait succombé au désespoir, elle continuait à sourire.

Son visage paraissait trembler tandis qu’elle souriait. Cette scène était gravée dans mon âme.

Tout à coup, un bruit traversa mon esprit. Etrangement, je pouvais clairement me rappeler de tous les souvenirs engravés dans mon âme, à l’exception de deux souvenirs passés.

Malgré ça, j’avais la vague impression de savoir.

Il ne pouvait y avoir qu’une seule cause à ça. J’avais moi-même scellé ces souvenirs.

« Mais Shurano-sama savait que le Roi Démon allait ressusciter sous peu. »

En effet, lorsque le Roi Démon périssait, l’Erna disparaissait avec lui.

Toutefois, l’Erna s’accumulait de nouveau grâce à la peur, et un nouveau Roi Démon naissait. Dans un monde possédant du Mana, chasser quotidiennement les démons permettait de dissiper légèrement l’Erna.

« Shurano-sama décida donc de voyager afin que cette tragédie ne se répète pas. Lors de ce voyage, elle rencontra un Archmage appelé Shujina. Attiré par Shurano-sama, il lui offrit de voyager ensemble. »

 La musique devint plus intense, et les mouvements de Lucie devinrent plus prononcés.

« Shurano-sama, aux côtés de Shujina-sama, parcourut le monde, créant 9 sceaux différents en utilisant l’Arbre Monde comme catalyseur. Ainsi, l’Arbre Monde pouvait collecter lui-même la puissance maléfique tout en l’éliminant. Après ce jour, les démons et le Roi Démon cessèrent d’apparaitre. »

J’avais déjà entendu parler de ce sceau, et je le trouvais extrèmement intéressant.

Contrairement au Mana, l’Erna ne pouvait pas être contrôlé directement, il était donc impossible d’arrêter sa création.

Ceci dit, l’Erna était issu d’une influence extérieure, créant ainsi une contradiction.

Ce sceau était une méthode de haut niveau extrèmement compliquée, mais avec un catalyseur de haut grade comme l’Arbre Monde ainsi que le meilleur des magiciens, ce n’était pas impossible.

« Une fois le sceau complété, leur voyage prit fin. Shurano-sama revint seule, rassembla les Elfes maltraités et construisit un village. Ainsi fut créé notre village. Tout au long de sa vie, Shurano-sama a continué à superviser ce village sans aucune attache ou contrainte. Puis, elle s’est paisiblement endormie. »

La musique devint triste tout à coup, et la danse de Lucie prit fin.

Les applaudissements des elfes résonnèrent.

Lorsque Shurano était revenue après avoir scellé l’Erna, elle n’était pas accompagnée de l’Archmage.

Personne n’en comprenait la raison. Après avoir complété le sceau, pourquoi ne pas être resté resté avec lui ? N’avait-elle en tête que les elfes persécutés par les humains ? Il s’agissait de ma supposition, mais aucune réponse claire n’existait.

Toutefois, des personnes avaient affirmées avoir aperçu un humain ressemblant à Shurano. A cette époque, tout le monde pensait que cette personne avait un lien avec Shurano.

 Mais cela était impossible, car un enfant né de plusieurs races héritait des traits de sa mère. Dans le cas d’un enfant mi-humain mi-elfe, l’enfant héritait d’oreilles longues et pointues, d’un vieillissement plus lent, etc…

[Tant mieux, je suis fatigué des tragédies, et ce monde est spécial à mes yeux. Peut-être que cet enfant est… non, peu importe. Si quelque chose lui arrive, je sauverais cet enfant.]

Tout à coup, les mots apparus dans mon esprit disparurent aussitôt. Je doutais du fait que Shurano se soit offerte à l’Archmage.

Comme si quelqu’un effaçait un souvenir faisant surface, une profonde douleur traversa ma tête.

« Urgh, j’ai le vertige. »

M’exclamai-je inconsciemment. Ma tête me paraissait lourde, et mes souvenirs troubles. Cette douleur dura une dizaine de secondes.

Il était écrit dans un document que Shurano-sama était restée célibataire tout au long de sa vie.

Elle considérait l’amour et le mariage comme un tabou, et avait donc abandonné ces notions. Peut-être que trouver une personne autre que l’Archmage lui paraissait trop douloureux.

« Nous, les Elfes, peu importe le temps passé, nous ne devons pas oublier Shurano-sama. Le monde présent est ainsi grâce à Shurano-sama, et il est de notre devoir de l’enseigner aux prochaines générations. C’est notre mission. »

A la fin de ces mots, le spectacle était terminé.

Mes yeux rencontrèrent ceux de Lucie. Elle souriait en surface, mais je pouvais sentir son anxiété.

J’aurais eu la même réaction en essayant de reproduire une danse non pratiquée pendant de longues années.

« Incroyable. »

Dis-je à voix-basse en souriant.

Le visage souriant de Lucie était rayonnant. Tout cela était pour moi une récompense suffisante, et je comptais la féliciter une fois rentrés à la maison. Elle était magnifique, et pouvait probablement être comparée à Shurano-sama.

Après plusieurs minutes, les applaudissements cessèrent et Lucie descendit de la scène.

Mais tout à coup, les villageois l’encerclèrent, m’empéchant d’approcher.

Je pouvais la sortir de là de force en utilisant mon autorité de chef du village, mais je ne comptais pas agir avec si peu de tact. Ce festival était dédié aux villageois. Je devais les laisser profiter de cette joie, qui allait devenir une motivation à partir de demain.

Les villageois encourageaient Lucie, certains essayaient même de la draguer ou de lui demander sa main. Quel courage, il ne fallait pas que j’oublie de les foudroyer du regard après ça. Le festival Kagura n’ayant pas été réalisé depuis 5 ans, il était naturel qu’en le revoyant de nouveau tout le monde réalise la liberté retouvée du village.

Quant à moi, je profitai de l atmosphère en buvant de la liqueur.

Tout le monde riait joyeusement.

« Bon, il est temps de m’occuper du dernier travail de la journée. »

Considérant le moment opportun, je montai sur la scène.

Puis, je me tournai en direction des villageois.

« Ecoutez-moi tous. J’ai une importante annonce à vous faire. »

Tout à coup, tous les visages se tournèrent vers moi.

Bien évidemment, c’était parce qu’ils me considéraient comme quelqu’un d’important.

« Aujourd’hui, nous nous sommes échappés de l’emprise de l’Empire. Maintenant, nous ne pouvons plsu revenir en arrière. »

Oui, nous avions gagné cette grande bataille. Après ça, l’Empire n’allait jamais pouvoir nous pardonner.

« Notre village n’est plus sous la tutelle de l’Empire. Ainsi, nous avons quelque chose à faire. »

J’utilisai toute mon énergie pour transmettre force et espoir dans mes mots.

« Roreu, est-ce que tu comprends ? »

Demandai-je à Roreu qui se tenait près de la scène.

Celui-ci fut confus par ma question soudaine.

« Er…um… devenir plus fort ? »

« C’est important, mais non. Qu’en penses-tu Kona ? »

Ensuite, je demandai à la jeune Elfe.

« Um… Sécuriser des vivres ? »

« C’est aussi important, mais ce n’est pas notre priorité principale. »

Je secouai la tête, refusant la pertinente réponse.

« Nous devons commencer par nous rendre compte. Nous sommes maintenant une connumauté unie et indépendante de l’Empire. Ce village est maintenant un pays ! »

En entendant mon annonce, les elfes ouvrirent grand les yeux, surpris.

« Chef Syril, est-ce qu’une zone aussi petite peut vraiment être considérée come un pays ? »

« Oui. Sous notre propre protection, nous décidons nous-même de notre sort. Lorsque nous avons décidé de combattre l’Empire, nous sommes déjà devenus un pays. Ainsi, je déclare la création de notre pays, son nom est… »

J’attirai d’un geste l’attention des villageois, et regardai Lucie.

« Elucie. Ce village n’est plus un village elfe ordinaire. Je le déclare maintenant ! Notre pays Elucie ! »

Ce nom d’Elucie avait été trouvé après une nuit de réflection.

[Elu] signifiait bénédiction, et combiné avec le nom Lucie, on obtenait Elucie.

Ce nom signifiait littéralement ‘’Lucie la bénédiction’’…. ou ‘’La bénédiction de Lucie’’.

 La seconde signification avait un plus grand sens à mes yeux.

« Un pays, notre pays, Elucie ! »

« Nous ne dépendons plus de l’Empire, nous avons notre propre pays. »

« Ce nom sonne bien. »

Un village… non, un pays pour tous, voilà ce qu’impliquait ce nom.

« Nous devrons traverser de nombreuses épreuves. Le combat n’est pas encore terminé, ce n’est que le début. Mais ensemble, nous pouvons braver n’importe quel obstacle. Nous sommes de fiers habitants d’Elucie ! »

Les bruits d’applaudissements et de sifflements retentirent.

Même si l’avenir était incertain, cet endroit commençait à prendre forme.

Ce n’était que le début.

Le début du combat entre notre pays, Elucie, et l’Empire.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                   Chapitre Suivant

Accueil

2 réflexions sur “Elf Tensei – Epilogue Volume 1

  • Avatar
    30 avril 2017 à 20 h 47 min
    Permalien

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  • Avatar
    2 mai 2017 à 5 h 18 min
    Permalien

    Elucie, notre ciril c’est pas foulée pour trouver le nom du pays haha
    C’est baux l’amour. ^v^
    PS: merci pour le chapitre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :