Dollface, est une série féministe, feel good, faite par une femme, pour les femmes, avec des femmes.
J’attendais une série de cette qualité depuis longtemps, avec en bonus avec une bonne dose d’humour !

Dollface, c’est l’histoire de Jules qui, après une fin de relation de 5 ans, décide de retrouver ses anciennes amies délaissées pendant sa relation avec Jeremy. Ses amies accepteront-elles ce retour opportuniste ? Comment se faire des amies femmes quand on a tout plaqué pendant 5 ans pour se consacrer à son amoureux ?

Dollface: Season 1, Episode 4 “Fun Friend” – Recap, Review (with ...

 

  • Le casting – A 99% féminin, Dollface nous offre une série où les hommes sont vraiment en arrière-plan, du moins physiquement – pour se concentrer sur les femmes entre elles.

 Avec l’incroyable Kat Dennings (2 Broke girls, Thor) une des rares femmes avec des « formes » à Hollywood, talentueuse et splendide.A ses côté j’étais ravie de retrouver Shay Mitchell (Pretty Little Liars, You), bien qu’elle ai toujours le même genre de rôle elle incarne à merveille cette femme indépendante qui joue de son physique.

Egalement Brenda Song, bien connue du petit écran, Esther Povitsky et Malin Akerman. Mais on croise aussi Margot Robbie (également productrice).

Bref un casting féminin avec des femmes aux faciès et origines différentes !

 

  • Des thématiques féminines et féministes – Après une rupture, les copines c’est ce qu’il y a de mieux.

Mais, comment on entretien une relation que l’on a laissé tomber il y a 5 ans ? Pourquoi l’amitié avec des femmes en tant que femme est-elle si importante ? Comment être une bonne féministe ? Comment être une bonne copine ? Comment demander une augmentation, se mettre en avant dans le cadre du travail ?

Autant de thèmes et de questions qui passent par la tête des femmes qui sont abordés.

Et aussi des choses plus légères sur la tenue à porter quand on aime pas s’habiller, comment faire à dîner quand on ne sait pas cuisiner, comment avoir une « conversation d’adulte » avec un copain plus âgé ?

Et beaucoup, beaucoup, beaucoup d’amour de bienveillance et de sororité.

 

  • Feel good, humour et une point de folie – Mis à part un épisode qui se « termine mal ». On rigole beaucoup.

Dollface a une petite pointe de Scrubs quand Jules a des hallucinations liées aux situations auxquelles elle est confrontée : la table qui s’ouvre en deux quand ses copines se disputent et qu’elle tente de les réconcilier, la femme à la tête de chat qui sert de mentor dans ses décisions les plus critiques ou encore cette émission de TV au thème : que va-t-il se passer quand Jules va tomber sur son ex avec sa nouvelle copine ?

 

  • Le physique des actrices – Seul hic de Dollface, c’est que mis à part Jules qui a un corps à peu près « classique » ses copines et les femmes qui l’entourent ont le corps de mannequins de Victoria Secret. Quitte à parler de féminisme et d’amitié entre femmes ; toutes les représenter physiquement auraient été un vrai plus.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :