Le 30 juillet, Dizorder conclue sa tournée Dizorderly Summer Tour à Paris à l’International. Pour ceux qui n’ont pas eu l’opportunité d’y aller, pas de panique ! Error404 est là et va vous faire un petit résumé de ce concert.

Dizorder - Juliette Plachez-0491-2

4 groupes – 1 soirée à ne pas manquer

La conclusion de leur tournée se fait dans une soirée explosive avec 4 groupes proposés : TooLate, DVWKINS, Dizorder et la tête d’affiche IANWILL. Vous vous en doutez vu l’affiche, on a passé un super moment.

Originaire du Val d’Oise, on les avait découvert en première de Silverstein et on avait hâte de les revoir. L’avantage de cette date parisienne est qu’elle marque la fin de leur tournée et que leur public habituel a fait le déplacement, résultat : ambiance folle dans la salle.

Leur set commence et le public s’enflamme immédiatement. Grâce aux screams brutaux de la chanteuse, à leur mélodie mais également grâce à un set travaillé et pensé par le groupe pour le public, Dizorder conquit le public – même les personnes qui ne les connaissaient pas. On se rappellera du Wall of Death ou encore du moment où le seul membre du groupe restant sur scène était le batteur (RIP on pense à toi) – les autres étant en train de mettre le feu dans la salle.

Finalement, on voit bien que le groupe aura fait kiffer la salle et son public, et c’est le sourire aux lèvres que Dizorder quitte la scène et achève leur tournée d’été !

PS : retrouve le reste des photos du concert à la fin de l’article

Dizorder - Juliette Plachez-0983-2

On a parlé d’une tournée ? Découvrez toutes les dates !

Dizorderly Summer Tour Affiche - Dizorder

Petite interview de Dizorder

– Une tournée en Espagne, pourquoi cette destination ?

Après tout pourquoi pas ? L’idée fut de proposer une tournée d’été et de la mettre en avant telle qu’elle. L’Espagne s’est avérée être un combo parfait pour jouer en France et profiter d’un nouveau public extra frontalier, friand de nouveauté malgré le contexte de la scène Metal là-bas. C’était donc une opportunité parfaite !

– Pour vous, quelles sont les dates mémorables de cette tournée ?

Pouvoir jouer dans la capitale ibérique a été une expérience unique. Cette première date nous à réellement marqué puisqu’il fallait gérer l’ensemble des paramètres… en Espagnol. Mais … ouais nous pensons que Murcia est tout de même un sacré souvenir. On a eu un public déchaîné et arrosé d’alcool, grosse grosse énergie ! En revanche, Paris a été incroyable. Hors-catégorie. Si en tant qu’organisateur tout s’est bien déroulé avec 135 places vendues ce soir-là, la soirée en tant que musicien a été sans précédent. On a fait le meilleur concert de toute l’existence du groupe, à la fois sur le plan technique que scénique. Les musiciens ont pu se balader dans le pit et chaque scream était millimétré. Du moins, c’est vraiment ce qu’on a ressenti de notre prestation et du retour des personnes présentes ce soir-là. Que du positif, la conclusion d’un rêve à la maison et à son apothéose.

– Une anecdote particulière de cette tournée ?

Ah ça.. Si seulement il n’y en avait qu’une. On va retenir Kevin, notre guitariste, qui s’amuse à dire – dès la première date – que le van tombera en panne d’ici peu. Cette blague tourna court puisque le lendemain, à peine 700 km avalés et 15 minutes au Sud de Toulouse en direction de l’Espagne, notre Van a littéralement explosé. La courroie d’alternateur, la poulie d’ampères et les galets tendeurs HS. Heureusement, nous avions prévu deux days off en face de nous pour atteindre Madrid sans se presser depuis Toulouse et profiter de Saragoza une petite après-midi. Par miracle, un garage Ford à 5 minutes nous a pris en charge et réparé le véhicule. Nous avons pu repartir en moins de 24 heures avec des pièces flambant neuves. Un gros gros coup de chaud, mais il faut être prêt à tout !

– Si vous deviez renouveler l’expérience, quelle destination ?

A moyen terme, l’objectif serait de se concentrer sur une tournée Française et proposer notre show face à un public bien plus exigeant sur la qualité ! Dans l’idéal, nous rêverions de jouer en Allemagne et plus largement en Europe pour s’exporter.

Un message pour les lecteurs ?

Merci à tous de suivre Dizorder en lisant Error404. Et comme toujours .. :

#DizzyGang !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :