Sup’ guys!

Pour aujourd’hui, un visual novel où un héros lutte de l’intérieur contre une société injuste dans une ville où les criminels sont punis par des ‘’obligations’’, avec Sharin no Kuni, Himawari no Shoujo.

 

Screenshot - 20_05_2015 , 15_09_52

 

Présentation

 

Sharin no Kuni fait partie de la catégorie des eroges, donc possède des scènes à caractère sexuel, pas extrêmement nombreuses et surtout situées en moitié/fin de jeu.

L’œuvre a été traduite en plusieurs langues (anglais, russe, espagnol, allemand…) mais malheureusement pour nous, pas en français.

Le jeu existe sur PC, PS3, PSP, Xbox 360 mais seule la version PC a été traduite.

Il existe aussi un fandisc du jeu appelé Sharin no Kuni, Yuukyuu no Shounenshoujo contenant des scènes exclusives et éclaircissant quelques points de l’histoire principale. Le fandisc est lui aussi traduit.

 

                                              

 

On a le choix entre cinq routes différentes : une pour chaque héroïne (au nombre de trois), une pour la sœur du héros, et une route Harem. Chaque héroïne a deux fins : bonne ou mauvaise.

 

Screenshot - 20_05_2015 , 15_11_36

 

Scénario

 

Dans un futur proche, il existe un lieu où le gouvernement a décidé d’instaurer un système pénitencier un peu spécial. Les personnes enfreignant la loi sont contraintes à des ‘’obligations’’ dépendant du crime commis, et si l’obligation n’est pas respectée, la personne est envoyée en camp de concentration, dont peu ressortent vivants.

Morita Kenichi est ce que l’on appelle un ‘’Special High Class Individual’’, un individu travaillant pour le gouvernement et chargé de superviser les personnes possédant des obligations. Il est seulement un cadet et pour compléter sa formation, il doit passer une épreuve consistant à superviser pendant un certain temps trois jeunes filles, qu’il a connues durant son enfance, dans son village natal :

Hinata Natsumi, son obligation est appelée ‘’Interdite de tomber amoureuse’’ et l’empêche d’avoir tout contact physique avec un membre du sexe opposé.

 

Screenshot - 20_05_2015 , 15_05_46

 

Mitsuhiro Sachi, que l’obligation ‘’12 heures par jour’’ contraint à prendre chaque jour des somnifères l’endormant 12 heures et n’ayant pas un effet reposant très puissant. Ainsi, pendant les 12 heures restantes, elle est obligée de dormir l’essentiel du temps, ce qui ne lui laisse que peu de temps pour ses activités.

 

Screenshot - 20_05_2015 , 15_06_54

 

Oone Touka, son obligation ‘’Interdite de devenir un adulte’’ l’oblige à obéir à la lettre à tous les ordres que lui donnent ses parents.

 

Screenshot - 20_05_2015 , 15_08_09

 

Morita Kenichi fait tout cela avec un objectif en tête : devenir un Special High Class Individual et ensuite pouvoir superviser sa grande sœur et la libérer de son obligation, qui est la pire des obligations existantes : le ‘’Maximum Penalty’’, lui interdisant tout contact verbal ou physique avec les autres (sauf son superviseur) et interdisant aux autres d’entrer en contact avec elle, sous peine d’être envoyés en camp de concentration.

 

Screenshot - 20_05_2015 , 15_09_27

 

 

Plus +

  • Une histoire vraiment bien construite, où intervient le passé des différents personnages.
  • Une société dystopique, un sujet que j’aime beaucoup et faisant réfléchir.
  • Émotionnellement fort, impossible de rester de marbre en y jouant.
  • Très belles musiques.
  • Des personnages vraiment sympathiques et bien travaillés.
  • Belle surprise à la fin.

Moins -

  • J’ai juste essayé une bad-end et croyez-moi, c’était vraiment une mauvaise fin, très triste.

 

Screenshot - 20_05_2015 , 15_11_20

 

Conclusion

 

Je vous conseille très fortement d’acquérir Sharin no Kuni si vous aimez les scénarios bien travaillés, originaux, et aussi pleins de surprises.

Sharin no Kuni est clairement l’un de mes visual novels préférés, alors n’hésitez pas une seule seconde à y jouer !

 

Screenshot - 20_05_2015 , 15_11_03

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :