Trois Souvenirs de Ma Jeunesse – Nos Arcadies

Après avoir interviewé un bon nombre des acteurs du dernier drame d’Arnaud Desplechin, Trois Souvenirs de ma Jeunesse – Nos Arcadies, je me devais de vous donner mon avis sur le film.

– Un film découpé –

Le film est découpé en trois grandes parties ; les trois souvenirs de Paul Dédalus adulte, interprété par Paul Amalric. Paul Dédalus ne sera pas inconnu des amateurs de Desplechin, puisque c’est un personnage récurrent dans ses œuvres. On avait notamment pu retrouver sa personnalité dans « Comment je me suis disputé (ma vie sexuelle…) » qui est en fait la suite de ce nouveau film.

Tout d’abord, suivant l’ordre logique des choses, on voit les deux premiers souvenirs assez courts que Dédalus adulte se remémore, suite à une arrestation lors de son retour en France : son enfance, avec les problèmes qu’il a pu rencontrer avec sa mère, puis son voyage en URSS, dans lequel il a offert son identité, son passeport à une personne qui était dans le besoin.

Le film va très largement s’accentuer sur le troisième souvenir, le plus important au sein du film puisque tout tournera autour de celui-ci. Il s’agit d’Esther, l’amour, la raison de vivre de Paul, adolescent comme adulte.

– Un casting frais –

La plupart du film va donc se passer autour de jeunes acteurs, Quentin Dolmaire, repéré au Cours Simon de Paris, et Lou Roy-Lecollinet, encore en classe de terminale au début du tournage. L’atmosphère qui règne entre ces deux personnages est assez déroutante. On découvre ici deux jeunes acteurs qui ont l’étoffe des plus grands. Paul Dédalus adolescent, interprété par Quentin, est plus vrai que nature. Décalé, dans son univers, en marge de la société. Le sang-froid avec lequel il joue le personnage est tout simplement époustouflant : les scènes de dragues entre Esther et lui-même sont ridiculement impeccables, on ne sait pas si l’on doit rire, être gêné, attristé, ou tout cela à la fois !

Lou, quant à elle, joue également un personnage complet, capable d’avoir la plus grande confiance en elle qu’il est possible d’imaginer ,comme d’être au bord de la crise de nerf provoquée par le manque de son être cher.

– Un côté artistique bien français –

La classe française est bien présente tout au long du film : visites et commentaires de tableaux dans un musée, poésie, citations d’ouvrages, musique. La romance est vraiment le coeur de l’histoire. On voit, tout au long de ces souvenirs, une trame générale ponctuée par les interventions de Dédalus adulte, joué par le grand Mathieu Amalric, qui viendra donner le rythme général et conclure sur un épilogue surprenant, et surtout fracassant, entre la rencontre inattendue de son passé à son retour en France. La fin du film est un peu déroutante, car on aurait vraiment voulu en savoir plus… Que sont devenus Esther, les amis et la famille de Paul ? Il y a encore tant de questions qui restent sans réponse à la fin du film, qui durera tout de même 2h. Après avoir vu Trois Souvenirs de Ma Jeunesse, vous aurez très probablement très envie de (re)voir « Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) »

Plus + tableau Moins -
  • Acteurs tout nouveaux tout beaux, et vraiment talentueux !
  • L’esprit français avec sa poésie, sa bonne musique et son côté artistique omniprésent.
  • Les scènes entre Esther et Quentin, vraiment fusionnelles et pleines de mystère.
  • La fin un peu brute ?
  • Le découpage des trois souvenirs, de proportions bien différentes. On aurait voulu en savoir plus sur les deux premiers souvenirs !

Conclusion :

Le prix SACD obtenu à Cannes par « Trois Souvenirs de ma Jeunesse » n’a rien de surprenant. Arnaud Desplechin nous offre ici une excellente préquelle à son film qui a maintenant 20 ans, avec des acteurs talentueux qui donnent une bouffée d’air frais au film et qui permettent cette qualité de film en France. Médaille d’or.Médaille - Or

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :