VolenKahn’s Review #11 : Terror Firmer

 

Bonjour, bonsoir et bonnes condoléances à tous et à toutes, ici VolenKahn, et ceci est ma onzième review. Et aujourd’hui, un film méta. Si vous vous êtes déjà demandé comment un film était confectionné, voici la réponse. Mais ce n’est pas un documentaire, non non non. C’est bien plus que ça. Terror Firmer n’est pas seulement un film, mais une lettre d’amour, que nous allons analyser.

Sorti en 1999 et réalisé par Lloyd Kaufman (avec deux L oui, ça n’a pas de sens), Terror Firmer fut produit par la Troma, société de production crée par Kaufman lui-même, et spécialisé dans les séries B aux budgets dérisoires, souvent trash, vulgaires et sans limites. La quadrilogie Toxic Avenger est leur plus haut fait d’armes.

Un film narrant la création filmique est certes intéressant, mais vu la teneur des productions de la Troma, vous avez compris qu’il y allait avoir un peu d’action dans tout ça. Alors, on fait comment ? Bah on rend le réalisateur (interprété par Kaufman himself) aveugle, et on intègre un serial killer dans l’histoire, et c’est dans la boîte (notez ce subtil jeu de ma part, s’il vous plaît) !

Des meurtres inventifs.

Comme vous vous en doutez, ce film est très drôle, mais aussi très trash. L’amateurisme est présent dans chaque plan, on peut même voir certains figurants rire (enfin je crois) en fond lors de séquences plus sérieuses, et c’est ce qui fait du long-métrage une oeuvre décomplexée en tous points. On sent que tout le monde est content d’être sur le plateau, la bonne humeur règne dans chaque scène. C’est cet humour si gras, grinçant qui permet d’aborder la fabrication d’un film en « direct » d’une manière franche. Certes, les moyens utilisés pour le film dans le film (qui est par ailleurs The Toxic Avenger 5) sont complétement inexistants, et la mort des acteurs n’aide en rien, mais il faut bien faire avancer l’intrigue tout de même !

 

Mais la drôlerie hardcore du film en fait aussi son principal défaut : en effet, à un certain moment, vous pourrez trouver ça lourd, tout cet étalage de sang, de vomi, et autres liquides corporels. Ce n’est clairement pas pour tout le monde, d’autant plus que les meurtres perpétrés par notre céréales-killer sont très sales (je vous laisserai découvrir).

Pour le reste, c’est prévisible : mis à part les principaux, n’espérer pas des performances dignes des oscars ; la musique est à l’image du film, cool mais beauf. Par contre, le retournement de situation final est assez original.

Des punks à chien, des filles topless et un réalisateur aveugle : le combo parfait en somme !

 

En conclusion, Terror Firmer est un film déjanté, sanguinolent et décomplexé,  ayant un regard sincère et amoureux sur le monde difficile et compliqué du cinéma, que tout personne souhaitant travailler dans ce milieu doit avoir vu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :