Avant de commencer ce post, je tiens tout d’abord à vous prévenir qu’il risque d’y avoir du spoil !

 

Il y a quelques semaines, ma collègue Zora vous faisait une critique sur la trilogie Millénium, que j’ai découverte un peu comme elle, par hasard, n’ayant rien d’autre à lire. Verdict : eh bien j’ai été tout de suite captivée ! Les personnages de Lisbeth Salander et de Mikael Blomkvist sont attachants et parfois drôles ; l’histoire est en plus originale et prenante, et vous fait passer par tous les états possibles.

 

Ensuite, il y a environ une dizaine de jours, un tweet m’a tout de suite interpellée : « «Millenium 4»: Cinq questions que vous vous posez sur la suite de la saga (…) »

La suite de la trilogie ? Vraiment ? Personne n’était au courant de la sortie de ce quatrième volet, et personne n’avait une idée de l’histoire. Et c’est une belle surprise. Niveau coup de com’, le nouvel auteur David Lagercrantz (Stieg Larsson, auteur de la trilogie, étant décédé) ainsi que l’éditeur ont joué un très bon coup.

 

Synopsis : Quelque temps après le gros scandale que le journal Millénium a sorti, Mikael Blomkvist connaît une période de travail moins intense, et ses articles sont moins ravageurs que la fameuse affaire Zala. On le qualifie même de « hasbeen ». Malgré lui, le célèbre journaliste va se retrouver au cœur d’un homicide qui n’est pas aussi anodin qu’il n’y paraît, entre espionnage informatique, théories mathématiques et une Lisbeth Salander qui doit se battre encore une fois contre ses démons.

 7779566001_lisbeth-personnage-de-la-saga-millenium

Évidemment, un nouvel écrivain qui reprend une suite, il est attendu au tournant. Il n’est pas le créateur des personnages et n’a pas inventé la psychologie des acteurs du livre. Alors, est-ce une bonne idée de revenir après tant d’années d’absence et de faire revivre le monde de Lisbeth ?

 

Pour vous donner mon avis : oui, c’était une excellente idée. Quand j’ai appris que le quatrième tome était sorti, je l’ai téléchargé et dévoré en quelques jours. David Lagercrantz a vraiment bien pris en compte l’histoire, les anecdotes et le passé des personnages. Il y a un véritable travail de fond et ça se ressent lors de la lecture : le choix du pseudo de Lisbeth Salander pour ses connexions online, par exemple. Le style d’écriture m’a également frappée : l’auteur ne revient jamais en arrière pour rafraîchir la mémoire, ou alors il le fait de manière très subtile car lorsqu’un personnage réapparaît dans l’histoire, on ne nous rappelle pas son origine et/ou pourquoi il est intervenu auparavant.

 

Là où j’étais également restée sur ma faim avec les livres précédents, c’était avec la sœur jumelle de Lisbeth, Camilla. On n’avait que quelques bribes d’informations à son sujet, mais ici, toute la psychologie et le contraste avec sa sœur sont décrits et vécus.

 

Si je devais donner un seul bémol, il s’agirait du même que dans les précédents livres : toute l’histoire est longue et le déroulement est très détaillé. En revanche, la fin est trop rapide et le dénouement se fait en peu de pages, comparé au reste.

 

En tout cas, vivement le cinquième tome !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :