Magic in the Moonlight – Woody Allen (VOSTFR) – 2014 – 1h38

Magic-in-the-Moonlight-diapo

Histoire :
Le prestidigitateur chinois Wei Ling Soo est le plus célèbre magicien de son époque, mais rares sont ceux à savoir qu’il s’agit en réalité du nom de scène de Stanley Crawford. Cet Anglais arrogant et grognon ne supporte pas les soi-disant médiums qui prétendent prédire l’avenir. Se laissant convaincre par son fidèle ami Howard Burkan, Stanley se rend chez les Catledge qui possèdent une somptueuse propriété sur la Côte d’Azur. Il se fait passer pour un homme d’affaires, du nom de Stanley Taplinger, dans le but de démasquer la jeune et ravissante Sophie Baker, une prétendue médium, qui y séjourne avec sa mère.

magic-in-the-moonlight-Colin et Ema2

Mon avis :
Le dernier Woody Allen que j’ai vu est « Minuit à Paris », c’était un très bon film : prenant, magique, avec une toute nouvelle vision de Paris. J’étais conquise !
Avec ce dernier, je suis beaucoup plus mitigée… Ce n’est pas un mauvais film, loin de là. L’interprétation est juste, en particulier les deux acteurs principaux : Colin Firth en anglais pompeux et trop fier de lui, avec un accent très prononcé et des répliques tellement drôles et osées qu’elles nous rappellent les premiers films de Woody (Prends l’oseille et tire-toi / Annie Hall). Et sa partenaire : Emma Stone, qui joue la médium complètement ridicule à la perfection avec des têtes d’ébahie.

Magic-in-the-Moonlight-Colin-Firth

L’histoire en tant que telle n’est pas extraordinaire, le film se regarde bien, c’est lumineux, de très beaux paysages. On notera la performance des longs dialogues en plan fixe (ou presque), ce qui change des dialogues américains où à chaque fois que quelqu’un parle on change de plan (c’est fatigant à la fin !). La fin est correcte, la personne qui m’accompagnait l’a trouvée trop rapide, moi juste ; la suite n’aurait eu aucun intérêt particulier.
Un film agréable en somme, mais je ne suis pas sûre de le revoir.

magic-in-the-moonlight-affiche

+

  • Le jeu
  • Les paysages
  • Les longueurs.

Conclusion

Un bon film, seuls les dialogues montrent que c’est du Woody Allen, sinon ça aurait pu être n’importe qui d’autre au vu de l’histoire assez simple.

%d blogueurs aiment cette page :