Après avoir fini le tome 3, j’ai décidé de vous soumettre mon avis sur la série Birth Marked de Caragh M. O’brien. Je ne vais pas vous le cacher, c’est encore une dystopie (représentation d’un monde sombre – souvent situé dans un avenir lointain – où les libertés individuelles sont fréquemment bafouées et où généralement l’autorité d’un régime dictatorial ne doit jamais être remise en question), à la Hunger Games ou Divergente.

BirthmarkedPBCover

En résumé, Gaia Stone, le personnage principal, est une apprentie sagefemme formée par sa mère. Elle aide les femmes à l’extérieur de l’Enclave à accoucher, mais chaque mois elle doit donner trois bébés à cette fameuse Enclave, où les plus riches vivent. Tout se passe bien et Gaia fait son boulot sans protester, en pensant que cela est normal, jusqu’au jour où ses parents sont arrêtés. On suit donc l’aventure de Gaia qui vient du milieu précaire de Wharfton, et cherche dans un premier temps à libérer ses parents, puis après quelques péripéties, à renverser le Protecteur et son régime inégal.

On se retrouve encore dans un monde futuriste mais complétement dévasté, sans technologies ultra modernes, un peu comme dans Hunger Games
avec le Distric 13. L’histoire est plutôt bien faite : on se lie à un personnage attachant soumis à l’Enclave, mais qui se remet en question tout au long de l’histoire pour se rendre compte que ce qu’elle fait n’est pas bien et qu’un changement s’impose. De plus, elle est considérée comme un monstre à cause de la cicatrice qu’elle a depuis toute petite et qui couvre une partie de son visage, ce qui ne va pas faciliter ses actions dans l’Enclave car elle sera vite repérée. J’ai bien aimé ce personnage, car elle est courageuse et déterminée, mais parfois elle paraît molle et l’on a envie qu’elle se mette en colère, notamment contre son petit copain dans le tome 2 !!

Justement, cette histoire d’amour est assez prévisible : un homme, Léon, attaché à l’Enclave, froid et sérieux qui, comme par hasard, tombe amoureux de l’effrontée Gaia Stone. J’avoue que leur histoire m’a soulée dans le tome 2, mais heureusement l’auteure y a remédié peu après. Léon est touchant car à première vue il parait froid et distant, mais finalement on se rend compte qu’il est drôle, gentil et qu’il se bat pour que tout le monde ait les mêmes droits, alors qu’il a vécu dans l’Enclave, dans de bonnes conditions par rapport à Gaia.

Au niveau des rebondissements, il y en a pas mal. Les trois tomes ont chacun une histoire différente et le troisième marque vraiment la fin de la série. Il est vrai que certaines choses étaient prévisibles, on se doute de ce qu’il va se passer mais globalement c’est pas mal. On apprend au fil de l’histoire, eh bien celle de Gaia, notamment sur ses parents et sa grand-mère, mais aussi d’où vient sa cicatrice. Idem pour Léon, on apprend beaucoup sur lui et sa famille, des secrets que justement celle-ci ne dévoile pas.

L’histoire est bien ficelée, on a vite envie de découvrir la suite, mais sans plus. Ce n’est pas ma préférée mais j’ai quand même bien aimé car c’est une bonne série qui tient la route , et qui est intéressante au niveau de l’histoire. C’est vraiment du même genre que Hunger Games, Divergente ou encore Delirium, avec un gouvernement à renverser dans un monde futuriste presque apocalyptique, et aussi, en guise de personnage principal: une jeune femme courageuse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :