Chapitre 9 : Le Chevalier et le Seigneur

 

L’un des Château des Enfers, le Château d’Astarte.

La matinée d’un servant.

 

Maintenant que j’y pense, le Château et la fille du Comte avaient le même nom.

Sans compter que les châteaux sont d’habitude nommés d’après le lieu, n’aurait-il pas normalement dû s’appeler le ‘’Château de Sangelman’’, du même nom que le Seigneur ?

Personnellement, je pensais qu’un musume-con surprotecteur tel que lui serait un père idiot mais … on dirait que je vais devoir réviser légèrement mon estime de lui.

« Ca te va bien, tu as l’air passable. » (Comte)

Le vieil homme, non … Seigneur, il me raconta cela en me regardant porter les habits noirs de majordome.

J’avais l’impression de pouvoir accomplir n’importe quoi comme cela.

Pourquoi ? Parce que je suis un majordome.

« Blood, même si à partir d’aujourd’hui tu agiras comme le Chevalier d’Astarte, tu restes un subordonné alimenté par mon mana. Tu en es bien conscient ? » (Comte)

« Oui, Vi… Comte-sama. » (Blood)

« Aujourd’hui, tu vas un peu m’aider dans mon travail. » (Comte)

« Comte-sama ? Pas Astarte-sama ? » (Blood)

« A la base, une poignée de servants s’occupent personnellement d’Astarte. Et Sebastian s’occupe de son éducation. Et toi, tu vas devoir prendre leur place. Mais d’abord, c’est à moi, son père, de décider si tu en as la capacité ou pas. Je vais donc devoir mesurer tes capacités. » (Comte)

Sérieusement ?

Franchement, je ne suis pas vraiment à l’aise avec ce genre de personnes.

Et il était évident qu’il ne m’aimait pas.

« Si tu décides d’accepter ce job, tu vas avoir besoin de prendre la position de Chevalier, et de reconstituer tes réserves de mana. Tu comprends ce que je veux dire ? » (Comte)

« De plus, si tu reprends ta forme originale … la goule … » (Comte)

« Oui, ceux qui ne travaillent pas ne mangent pas. Et dans ce cas là, révéler ma vraie forme vous serait peu plaisant. » (Blood)

« Tout juste. » (Comte)

Puis, le Comte posa tout à coup un jeu d’échec sur la table.

« D’ailleurs, Blood, sais-tu jouer aux échecs ? » (Comte)

« Non, pas du tout. » (Blood)

La Tour se déplaçait en lignes droites comme le Hisha, le Fou se déplaçait en diagonale comme le Kaku, et la Reine était la pièce la plus forte, n’est-ce pas ?

Je ne connaissais que les règles du Shogi …

« Tant pis, jouons maintenant. » (Comte)

« Huh !? Maintenant !? » (Blood)

Maintenant, à 5 heures du matin ?

Est-ce que ce vieil homme est fou ?

Et puis, pouvions-nous au moins bien jouer ?

« Mon esprit ne peut être satisfait si je ne joue pas aux échecs chaque jour, le matin, et le soir. D’habitude, je joue contre Sebastian, mais puisque tu es là, je lui ai donné un peu de temps libre. Sois un bon substitut. » (Comte)

« Oui, je comprends. » (Blood)

 

Après 10 minutes ; le débutant, c’est-à-dire moi, perdais, comme on pouvait s’y attendre.

« Quoi, c’est déjà fini ? C’tait bien trop facile. » (Comte)

« C’est parce qu’il s’agit d’une goule. » (Rinne)

Honnêtement, j’avais perdu sans même avoir compris comment.

Moi, un vierge des échecs ne connaissant même pas les règles ni comment bouger les pièces, je venais naturellement de perdre.

C’était totalement déraisonnable, dénigrer comme ça une personne venant de jouer pour la première fois.

« Continue à t’entrainer, et lis ça. » (Comte)

« D’accord. » (Blood)

Le Comte me lança le livre de règles,  entièrement écrit en langue des enfers, tout en me disant cela.

Après ça, le Comte se leva de sa chaise et parla en plusieurs langages différents.

« Bien, allons-y, Blood ! Allons travailler ! » (Comte)

« Oui, Comte-sama ! » (Blood)

 

Ce qui nous attendait était une énorme pile de documents administratifs.

Je n’arrivais pas bien à comprendre les détails des papiers, mais je n’avais pas besoin d’aider.

« Fu, se peut-il que tu ne sois pas encore au courant ? » Me demanda-t-on.

C’était vrai.

Comte-sama était un patron modèle allouant avec brio le personnel en accordance avec se compétences.

Je fus chargé de nettoyer les niveaux supérieurs de l’étage résidentiel. Le travail du Maître fut complété juste à temps pour le déjeuner.

 

Apparemment le devoir d’un Chevalier incluait amener du thé noir au seigneur.

C’était la première fois de ma vie que je préparais du thé noir, et le Comte bu une gorgée.

« Dégoutant. » Après avoir dit cela, il n’y toucha plus.

 

Le déjeuner se termina puis, s’ensuivit une pause brève se terminant par un nettoyage, à nouveau.

 

Puis il était temps pour le goûter de 15h00.

Nous reçûmes dans la salle à manger des scones de la part d’un homme-grenouille habillé en cuisinier, ils arrivèrent avec du beurre.

La raison pour cette pause était ‘’Je veux manger plus de mal bouffe.’’ Ceci dit, il s’agissait d’une excuse absurde pour cette perte de temps.

 

Maintenant, j’étais en train de compéter tâche après tâche pour le Comte ; essayer de tout compléter en un coup s’était soldé par un échec.

 

« Avec ça, on dirait que tu ne retourneras pas à l’étage inférieur. » (Comte)

Le Comte me dît cela à la fin du premier jour.

 

La dernière tâche de la journée était de jouer aux échecs.

J’étais reconnaissant pour cette tâche ne requérant pas d’énergie ; mais je fus à nouveau vaincu sans même comprendre pourquoi.

Aucune surprise à avoir.

 

Début avec des échecs, fin avec des échecs.

Apparemment il s’agissait du travail d’un chevalier.

 

Je fus aussi chargé par le Comte de nettoyer la salle à manger des soldats hauts gradés avant le matin suivant, tandis qu’il retournai dans son bureau.

 

« Fatigué … » (Blood)

Non, je n’étais pas fatigué physiquement, mais mentalement ?

Je décidai de me reposer avant d’aller nettoyer la salle à manger.

 

Les individus reconnus comme des chevaliers possédaient une chambre personnelle dans le château.

Bien sûr, mon statut était en dessous de celui du Seigneur et d’Astarte, mais la façon dont j’étais traité s’était remarquablement améliorée par rapport à avant.

 

Après être sorti de la chambre, je pris une douche et m’habillai avec un nouvel ensemble d’habits de majordome.

*Bouge*

« Hmm ? » (Blood)

Quelque chose bougeait dans mon lit.

C’était inquiétant, alors je m’approchai du lit et soulevai la couverture.

 

« Nu … » (?)

Astarte dormait là.

« Astarte ! » (Blood)

« Oh, bonjour Blood … » (Astarte)

« Il fait déjà nuit ! »

« Qu’est-ce que tu fais, à dormir ici … » (Blood)

“Parce que je n’ai pas pu te parler aujourd’hui, au moins cette nuit … » (Astarte)

Astarte marmonna en se frottant les yeux.

Ma raison en prit un coup.

Quelle brave petite fille.

Une suprême petite fille.

Toutefois, il était regrettable que je ne puisse par répondre à ce désir.

« Désolé Astarte. Je dois finir mon travail. »

Puis, tout à coup je sentis mon corps ralentir.

Uh-oh, merde. Me transformer à une tel moment …

 

J’avais reçu une forme humaine grâce à mon évolution. Je commença
is à reprendre petit à petit mon ancienne forme, la goule.

Selon la femme en blouse blanche appelée Rinne, je ne pouvais garder cette forme que 18 heures par jour.

Les 6 autres heures, j’avais l’apparence d’une goule normale.

 

Heureusement, dormir était inutile pour les goules.

Après 6 heures de repos, je pouvais reprendre mes activités en forme humaine.

Pendant que tout le monde dormait, je gardais ma forme de goule.

 

Aujourd’hui, je m’étais transformé à 05h00 et il était actuellement 23h00.

Cela faisait exactement 18 heures d’activité.

Honnêtement, j’avais oublié cette faiblesse après avoir été si occupé.

C’était totalement déraisonnable, de nettoyer la salle à manger et d’autres endroits jusqu’au matin !

Il m’était impossible de bouger rapidement avec ce corps de goule, et je suintais, salissant tout ce que je lavais !

« Hmm ? Blood va dormir aussi ? Bonne nuit … » (Astarte)

Astarte, à moitié endormie, se rendormit sans remarquer mon anxiété.

J’étais obligé de gâcher 6 heures après tout.

 

« Miiiiiiiiiiiiiiince !! »

5 heures du matin.

Je fonçais vers la salle à manger à toute vitesse après m’être transformé.

Je venais d’oublier mon travail dès le premier jour !

Il s’agissait d’une raison valable pour me renvoyer !

‘Travailler 18 heures sans dormir est impossible’ ?

Je ne considère pas de telles conditions un challenge !

Il fallait que je donne le meilleur de moi-même !

‘J’ai fait de mon mieux’ Il s’agissait de l’impression à avoir une fois le travail terminé !

Je n’avais pas d’autre choix que de le faire !

Avancer afin de rester avec Astarte !

Yeaaaaaaaaaaah !!!

…. Hmm ?

 

Pénétrant à toute vitesse dans la salle à manger, j’étais abasourdi.

Le nettoyage avait déjà été fait.

Quelle personne à part une belle-mère miséreuse pouvait nettoyer aussi parfaitement ?

 

« C’était lent. »

Même s’il était tôt dans la matinée, la grenouille humaine n’était pas encore arrivée, et seul un homme était présent.

Son apparence m’était familière.

Un majordome souvent rencontré  lorsque j’étais une goule, et qui venait récupérer Astarte aux niveaux inférieurs, son nom-

« Sebastian !! … sama !! »

« Tu peux juste m’appeler Sebastian. Nous sommes d’une même classe. Je suis juste ton senior de 100 ans. » (Sebastian)

Même s’il disait ça, il était assez difficile d’abandonner l’honorifique …

Ok, je vais essayer d’attacher ‘-san’ à son nom.

« Sebastian-san, c’est !? » (Blood)

Lui demandai-je en pointant la salle à manger immaculée.

« Ne l’avais-je pas dit à Comte-sama ? Sérieusement …. Il n’a pas d’excuse pour donner du travail de bas grade aux personnes inférieures à lui. »

Ce n’était pas une réponse …

Que me restait-il à faire dans cette pièce reluisante ?

 

Puis, comme si lisant mon esprit, Sebastian dit.

« J’ai entendu que tu avais protégé Astarte-sama l’autre jour. Merci pour ça. Merci infiniment. » (Sebastian)

L’autre jour.

Le jour où deux personnes nous avaient envahies.

« Je comprends tout à fait la situation. Comte-sama est déraisonnable et te fais tout faire. J’ai le devoir d’aider le plus possible. » (Sebastian)

 

Sérieusement ?

Tu es une bonne personne Sebastian.

Aider depuis l’ombre a son utilité.

 

Après m’avoir donné des conseils avisés, Sebastian commença à marcher derrière moi.

« Comte-sama a une dent contre toi. Cet homme ne pense qu’à sa fille. Ce n’est que quand Astarte-sama est impliquée … qu’il devient un démon. » (Sebastian)

Hey, n’allais-tu pas dire de grandes choses à l’instant ?

Tu as vraiment le droit de critiquer ton patron comme ça ?

 

« Il n’y a des traces d’une bonne personne qu’à ses racines … Même si ces racines commencent à se détériorer en grandissant … » (Sebastian)

Ce n’était pas du tout un compliment …

Bon, en même temps il y avait ce problème lors de sa réunion, parmi le reste.

Maintenant que j’y repensais, il ne s’agissait pas d’une preuve qu’il trompait sa femme, seulement qu’il était ‘gâté’ par une femme.

C’était incroyable qu’Astarte ait pu obtenir ce qu’elle voulait en se servant de ça.

 

Le manque de popularité du vieil homme était assez inquiétant.

Cela risquait d’entrainer des traitrises.

 

« Merci pour ton aide, toutefois il ne s’agit pas nécessairement d’une bonne chose. » (Blood)

« Tu ne devrais pas essayer de paraitre fort. Oui, de temps à autre, le jeune devrait se reposer sur l’ancien. » (Sebastian)

« Ce n’est pas ça. C’est juste que je trouve ça amusant ! » (Blood)

« Ho ? » (Sebastian)

« Je n’y peux rien, jusqu’à maintenant, j’avais juste à me tenir droit sans rien de spécial à faire … Je suis vraiment heureux de travailler enfin. Je ne savais pas que c’était aussi amusant de travailler pour quelqu’un ! » (Blood)

 

Si l’on me demandait pourquoi je travaillais si dur, je répondrais que c’est pour Astarte et pour moi-même.

Afin d’être reconnu par le vieil homme en tant que chevalier d’Astarte.

Mon cœur bondit juste en l’imaginant.

Je n’avais jamais trouvé le travail si gratifiant.

 

Je me penchai en direction de Sebastian.

« Sebastian-san, j’ai besoin de votre aide, mais s’il-vous-plait ne me prenez pas ce plaisir ! Ah oui ! Merci d’avoir nettoyé la salle à manger ! » (Blood)

Sebastian reçut positivement ma requête ! Il me sourit, révélant des dents blanches parfaites.

« Dans ce cas, travaille dur ! Si tu as es problèmes, dis-le ! » (Sebastian)

« Oui ! » (Blood)

 

Après ça, Sebastian quitta la salle à manger.

« Il se peut qu’il devienne bien plus qu’un débutant, Comte-sama. »

Sebastian murmura discrètement.

« Quoi ? »

« Non, ce n’est rien. »

Répondit Sebastian en s’éloignant.

« D’ailleurs, Sebastian-san, le ton de votre voix n’est il pas différent d’avant ? » (Blood)

 « Il ne l’est pas ! Envers le fille du Seigneur, c’est tout à fait normal, normal ! » (Sebastian)

 

Pour le moment, grâce à Sebastian, ma vie venait d’être sauvée de peu.

J’appréciais sincèrement ça.

D’ailleurs, ce musume-con de père fut abasourdi par la qualité du travail.

 

[Journal de Recherche de Rinne]

Nom : Sebastian-sama

Race : Insecte

Rang : E

Compétence : Majordome accompli

Remarques : Il commence à se faire vieux, mais avant il était bien plus performant.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                       Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :