8ème Histoire : Élévation de statut et Nom

 

Moi et Astarte, nous nous dirigeâmes vers une autre pièce au même étage.

 

Un tapis rouge s’étendait jusqu’au centre de la pièce.

Et au bout du tapis, se tenait une large formation magique en forme d’hexagramme, capable de contenir une personne.

 

Dans les quatre coins  de la pièce, quatre torches émettaient des flammes violettes.

A part ça, ce n’était qu’une pièce froide sans rien dedans.

 

L’endroit avait certainement ce sentiment de ‘’Le rituel va maintenant commencer’’.

 

La goule lente que j’étais était tirée par Astarte par la main, et je fus amené dans la salle.

Le slime sur mon corps fit un bruit écœurant.

 

Et pourtant.

Cet enfant s’en fiche d’être salie en touchant la main d’une goule telle que moi.

Le slime collant s’accrochait à sa main jusqu’aux manches.

 

Je ne sais pas si c’est juste parce qu’Astarte n’est encore qu’une enfant ou bien qu’il s’agit de sa personnalité, mais honnêtement, jusqu’à maintenant, je pense qu’elle est la première personne à être entré favorablement en contact avec moi.

 

Si mes parents me voyaient maintenant … nan, non merci. Je préfère ne pas l’imaginer.

 

Pourquoi est-elle si gentille avec moi ?

 

Pour ce que je sais, il y a la raison de ‘’parce que je l’ai sauvé quand elle s’est fait kidnapper par des humains’’, mais je pense que la situation aurait été résolue même si je n’avais pas été là.

J’ai juste un peu réécrit le scénario, ais sinon les deux humains auraient été tués par d’autres démons du château.

Mais, Astarte n’est-elle pas déjà venue me voir avant ça ?

 

Maintenant que j’y pense, n’avait-elle pas dit qu’il s’agissait de quelque chose comme de la sympathie ?

Juste de la sympathie ?

En faire autant juste pour ça ? Normal.

 

« Tu sais, je te suis reconnaissante. »

Astarte  parla comme si elle avait lue dans mes pensés.

 

« C’est super strict de vivre ici. »

 

Vraiment ?

Parce qu’elle était la fille du seigneur, je pensais qu’elle pouvait agir avec autant d’arrogance et d’égoïsme qu’elle le désirait.

 

« Sauf si je n’ai pas de travail, je n’ai pas le droit d’aller aux étages inférieurs. Et quand je dis étages inférieurs, je ne parle que de cet étage et du laboratoire de Rinne. Quand à l’extérieur, il ne s’agir que d’un rêve dans un rêve. »

 

Rinne doit être le nom de cette femme à grosse poitrine et en blouse blanche.

Sans l’interrompre, j’écoutai attentivement les mots d’Astarte.

 

« Je comprends tout à fait à quel point je compte pour Otou-sama. De plus il n’arrête pas de me répéter qu’il existe de nombreux ‘’mauvais humains’’. Mais j’ai l’impression de suffoquer, alors je vais jouer de temps en temps aux étages inférieurs. »

« Les habitants des étages inférieurs sont si amusants ! Il y a une personne avec un corps d’humain et une tête de cochon, et un Monsieur Oiseau qui sait parler. C’est si amusant, comme si je me perdais dans un conte. Mais tout le monde s’enfuit dès que je m’approche … »

Ah …

Je comprends.

C’est parce que Astarte est la fille du vieil homme.

De mon point de vue, le vieil homme a un assez mauvais cas de musumecon ( = daughter complex, signifie avoir des sentiments exagérés pour sa fille), et s’ils racontent quelque chose de rude à Astarte et que son père l’entend, ils risquent d’être immédiatement décapités !

Je pouvais facilement me l’imaginer.

Ainsi, par peur, les démons de ce château essayent de ne rien à voir avec Astarte.

 

« Au final, parce que personne ne voulait jouer avec moi, je suis allée aux étages els plus bas, l’étage des ‘’goules’’ … »

Ahh. C’est donc pour ça qu’elle apparaissait toujours là où j’étais ? 

« Mais ce n’est pas comme si les goules allaient m’écouter parler. Même si je leur parlais, elles ne réagiraient pas … »

Astarte me regarda droit dans les yeux et continua à parler.

« Mais je t’ai rencontré. »

Moi ?

 

« C’était la première fois. La première fois qu’une personne me traitais telle que j’étais. Tu es intelligent en vérité, n’est-ce pas ? Tout le monde te sous-estime, mais je pense qu’ils se trompent. »

…                                                                                   

 

« Parce que tu es mon premier a-…. ami …. »

Elle était horriblement embarrassée en prononçant le mot ‘’ami’’.

Il n’y avait probablement jamais eu quelqu’un lui parlant en tant qu’égal jusqu’à maintenant.

 

Astarte avala bruyamment sa salive et hésita sérieusement, comme si elle était en train de se confesser. Mais cela ne l’empêcha pas de le dire fermement.

« Alors s’il-te-plait, reste à mes côtés à partir de ce moment ! En tant que chevalier ! »

J’étais …

Totalement abasourdi.

Je n’avais jusqu’alors jamais eu quelqu’un me demandant quelque chose si sérieusement.

Franchement, je n’ai pas la moindre idée de comment lui répondre.

 

Un moment de silence.

Et là, ma bouée de sauvetage apparut.

 

« Ahem. »

Derrière moi, le vieil homme s’éclaircit la gorge.

 

« !! »

Astarte sursauta ! Ses pieds avaient quittés le sol de quelques centimètres.

 

« Je ne pensais pas que tu était autant attachée à cette goule … »

La figure d’un père boudant se tenait là.

Il avait une tête de ‘’je me fiche de ce qui peut arriver dans ma vie maintenant’’.

 

« Je me fiche de ce qui peut arriver dans ma vie maintenant … »

Yep, c’est ça.

Astarte-san.

 

« Dans ce cas, et si nous commencions Astarte ? »

Tout en boudant, le vieil homme avança à l’intérieur de la pièce.

 

« Viens. »

Et là pur la première fois, le vieil homme me regarda dans les yeux et me parla à moi au lieu d’Astarte.

Maintenant que j’y pense, c’est vrai qu’il ne m’avait jusqu’alors jamais parlé directement.

 

Il avait ignoré mon existence pendant tout ce temps.

 Mais c’est tout à fait naturel.

Dans quel monde pourrait on voir durant une réunion de famille des parents demander à l’animal domestique son avis sur si il devait rester ou non ?

Je répondis au vieil homme en m’avançant, et je vis un soupçon d’admiration comme s’il disait ‘’Hoh, possède vraiment une intelligence …’’.

 

La cérémonie d’élévation de rang se finit relativement rapidement.

 

Tout d’abord le vieil homme et Astarte collectèrent leur sang avec une aiguille en argent.

Je me sentais en quelque sorte désolé en voyant Astarte grimacer face à la douleur.

Je pensais ‘’Si c’est pour faire un tel visage, ce n’est pas grave si tu ne le fais pas’’ … mais pour cette fille, il s’agissait sûrement d’un rituel extrêmement important.

 

Le vieil homme récita une incantation, leur sans forma des mots, et furent aspirés dans l’énorme livre de sort que le vieil homme tenait dans sa main.

Après ça, ce n’était que le chant d’une ennuyeuse, inutile et trop longue incantation, comme la cérémonie de fermeture du principal d’une école.

Franchement, je ne comprenais pas le sens que cela pouvait avoir, mais j’y étais assez habitué après un mois passé ici.

Mais, alors que l’incantation en était à la dernière phrase.

 

« En tant que Seigneur de ce Château, Sanjelman, je t’ordonne, cadavre, de devenir féroce. Sers-moi en tant que Chevalier, pour protéger dignement mon pouvoir ! »

 Bang !

Quand ces mots commencèrent à être récités, une explosion se produisit dans la pièce.

Des cendres s’élevèrent de mon corps et emplirent la pièce.

Totalement enfumé, c’était difficile à supporter.

 

« Cof ! Cof ! Qu’est-ce que c’est … ! »

Je marmonnai.

… Huh ?

 

« Huh ? »

Une voix sortit. Ce n’était pas une vois émise par des cordes vocales décomposées.

C’était une vous humaine tout à fait normale.

 

Je touchai ma gorge.

Il y avait de la peau.

C’est assez dégoutant d’entendre un homme dire ça, mais il s’agissait d’une peau douce et soyeuse.

Ou du moins, elle était bien plus propre que la peau décomposée et grossière de goule.

 

Ma pomme d’Adam était proprement attachée. Même si mon cou était plat jusqu’à maintenant !

 

Je touchai mes mains. Des ongles que je n’avais pas jusqu’alors avaient poussés.

Je touchai mon visage. Mon nez qui était jusqu’alors inutile était en train de respirer.

Je touchai mes dents. Elles étaient toutes là.

 

Toutes mes caractéristiques de goules avaient disparues.

En d’autres termes.

 

« Mon apparence est devenue celle d’un humain ! Moi ! »

« Ne sois pas si joyeux, ce n’est qu’une fonction supplémentaire d’une augmentation de rang. La véritable nature de ton corps n’a pas changée, et tu ne pourras pas maintenir cette forme 24 heurs d’affilée. »

Le vieil homme parla derrière moi.

« Je suis étonné, avais-tu une intelligence dès le début ? Ou s’agit-il d’une autre fonction de l’élévation de rang ? Je n’en sais rien, je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un améliorant une goule … »

 « Vieil homme ! »

« Qui est un vieil homme ! Je suis le Comte Sanjelman. Appelle-moi Comte-sama. »

« Comte-sama ! »

« Voilà, c’est mieux. »

 

« Je suis si contente~ ! »

« Uo !? »

Astarte enlaça ma tête.

Elle me serra si fort que j’avais l’impression que ma tête allait se briser.

 

« Comme ça, on peut discuter maintenant ! »

« On peut discuter, tu …. Tu as fait tout ça pour ça ? »

« Yup ! J’ai pensé que tu serais capable de parler en devenant un chevalier ! De plus … »

« De plus ? »

« Ce serait bizarre si tu restais un ‘’animal domestique’’ alors que tu es mon ami ! »

« Haha … c’est sûr. »

Astarte cligne des yeux surprise.

« Attend … tu es un homme ?? »

« Oui, j’en suis un ? »

Après que sa bouche soit restée grande ouverture pendant une seconde, le visage d’Astarte vira rapidement au rouge. Et elle sauta en arrière soudainement alors qu’elle m’enlaçait innocemment jusqu’à maintenant.

 

« D-d-désolé ! »

« Eh ? Qu’y a-t-il ? »

« C’est parce que je pensais que tu étais une fille … je n’aurais jamais imaginé que tu sois un garçon … »

Maintenant que j’y pense, elle n’avait jamais fait la différenciation fille/garçon quand elle me parlait.

Bon, c’est vrai que les amis des filles sont normalement des filles.

 

Je comprends maintenant son attitude insouciante et intime.

Est-ce qu’elle agissait comme ça car elle pensait son compagnon du même sexe ?

Et maintenant elle rougit en découvrant que la personne avec laquelle elle interagissait était un homme.

 

J’étais parvenu à atteindre un bon degré de compréhension mutuelle avec elle, mais apparemment l’issue fondamentale, elle, n’avait pas été transmise.

 

« Uu~… »

« Hey, Astarte. Pourquoi pensais-tu que j’étais une fille ? »

« Parce que quand je t’ai demandé les ‘’chose pour lesquelles tu était bon’’, tu m’as répondu ‘la vaisselle et la cuisine’ … »

Ahh, maintenant qu’elle le dit, j’avais effectivement bien dit ça.

C’est juste que je n’avais pas d’autre choix que de devenir auto-dépendant vu l’environnement dans lequel je vivais.

Apparemment une majeure partie de pourquoi Astarte m’adorait était à cause de mon aspect ‘femme parfaite’.

 

« Ehm~ désolé, mais je peux continuer ? »

Le Comte-sama toussa.

 

« Astarte, a-t-il un nom ? »

« C-c’est vrai. Quel est ton nom ? Je ne le sais même pas ! »

Les deux me fixèrent.

*Jiiiiiiiiz*

Fufu, vous voulez tant que ça l’entendre ?

Très bien, je vais vous le dire.

Mon nom est ……………………..

… Huh ?

C’était quoi déjà ?

Je l’ai totalement oublié étant donné que je ne l’ai pas entendu récemment.

Et puis d’abord, je n’avais déjà pas un fort attachement pour mon nom, étant donné que mes parents s’adressaient toujours à moi en m’appelant ‘toi’.

 

Non, c’est en fait un mensonge ….

Je le déteste. Ce nom que j’ai reçu de mes parents.

Je ne désire pas le retrouver dans cette nouvelle vie.

 

« Je n’ai pas de nom. Je te laisse décider. »

Je répondis, face à Astarte.

Cette personne m’avait sauvé.

Je souhaite que ce soit elle qui décide de mon nom.

Je n’aurais rien à redire si mon nom est choisi par Astarte.

 

« Eh ? Dans ce cas, Pochi ou Tama, lequel tu préfères ? »

 (Note : Pochi ou Tama sont des noms stéréotypes que l’on donne à un chien ou un chat.)

« Désolé, je vais décider moi-même. »

 

N’y a-t-il pas de bon nom ? ….

Les nom en enfers ont une sonorité occidentale.

Et parce que c’est l’enfer, un nom démoniaque serait bien.

Ah, je me rappelle que le sang d’Astarte a été utilisé dans le rituel.

 

« Dans ce cas, s’il-te-plait, appelle-moi ‘Blood’ »

« Blood ? »

« Je suis né d’un rituel utilisant le sang d’Astarte. C’est pourquoi, Blood. »

« C’est assez … ‘simple’ …. »

N’est-ce pas meilleur que Pochi ou Tama ?

Mais un tel nom fait assez chuuni de ma part.

(Note : Chuuni = Chuunibyou, syndrome touchant le plus souvent les enfants ou adolescents, et ou l’individu mélange fantaisie/imagination et réalité.)

 

« Dans ce cas, heureuse de faire ta connaissance ! Blood ! »

« Moi de même. Err, Astarte…-sama ? »

« Yu n’as pas besoin d’être si respectueux ! A partir de maintenant, tu fais partie de ma famille ! »

 

Famille.

Je ressentis un choc comme si un rocher avait frappé le derrière de ma tête, en entendant ces mots.

Famille ?

Qu’est-ce qu’une famille déjà ?

Parce que la ‘famille’ que je connais était une famille d’ordures.

Mais dans ce cas, Astarte, qui se tenait devant moi, une famille ?

Je fais partie de sa famille ?

Est-ce que …

Est-ce que … j’ai le droit d’en faire partie ?

Maintenant est-ce que – quelqu’un a besoin de moi ?

 

« Va m’acheter du sake ! Espèce de bon à rien ! »

« Arrêtez de blesse cet enfant ! »

« J’aurais préféré que tu ne sois jamais né ! »

« Vous les goules, vous n’êtes utiles que quand c’est pour nous servir de punching-ball ! »

« Je veux une fête d’anniversaire comme celle de Satou-kun – Otou-san … »

« Nous allons être ensemble à partir de maintenant ! »

 

« C’est parce que … tu es mon premier ami … »

 

De nombreux mots que j’avais entendu jusqu’à maintenant, passé ou présent, tourbillonnaient à l’intérieur de moi.

L’intérieur de ma tête devint désordonné.

Ma pensée s’obstrua.

 


 

 

« Huh ? Qu’est-ce que … »

Mon champ de vision se troubla. Ma tête devint brumeuse et je n’arrivais plu à réfléchir.

Qu’est-ce qui m’arrive ?

Je sens une sensation humide sur mon visage.

Je suis déjà en train de me rédécomposer ?

 

Seulement après avoir touché mon visage, je réalisai.

J’étais en train de pleurer.

 

« Qu-Qu’y a-t-il ? Ca te déplait tant que ça ?! »

Astarte commença à paniquer.

« Ce n’est pas ça. »

Ce n’est pas comme si le moi actuel ne pouvait pas comprendre ce que ressentait mon moi de 6 ans.

Par exemple, même si cela s’était déroulé il y a maintenant un bout de temps, je peux tout à fait comprendre la raison pour laquelle je pleure.

« C’est parce que je suis trop heureux … »

Et j’émis un léger grognement comme ceux que j’avais l’habitude de faire quand j’étais une goule.

En voyant ça, Astarte m’enlaça affectueusement, moi qui étais assis sur le sol.

Cette fois-ci, cela lui importait peu que je sois un homme ou quelqu’un du même sexe.

 

« Nous serons toujours ensemble après ça Blood. »

Je ne répondis pas à ses mots.

Ma fonction de pensée s’était déjà arrêtée, essayant tant bien que mal de retenir mes sanglots.

Mais dans mon cœur, la réponse était tout à fait claire.

 

Mes sincères salutations, mon maître-

 

La seconde vie que j’avais obtenue après un caprice de dieu.

Je la dévouerais au bien de cet enfant.

Pour le bien d’Astarte, la première personne à avoir chéri cet humain, moi.

 


 

 

PS :

Tu as dis ‘’pas besoin d’être si respectueux’’, mais derrière toi, ton père a définitivement une tête de ‘’tu as intérêt à être respectueux !’’ …

 


 

 

[Journal de recherche de Rinne]

Nom : Blood

Race : Goule (Kai)

(Note : Kai = remodelée, améliorée)

Rang : F+

Compétences : Inconnues

Remarques : la première goule améliorée de l’histoire des enfers. Je dois garder un œil sur lui en tant qu’échantillon.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :