What’s you Kart Mario?

What’s your Kart Mario?

Nintendo

Ragequit – Quel est votre personnage favori ? 

Pixou –  Au début, il n’y avait que huit personnages sur Super Mario Kart : Mario, Luigi, Peach, Yoshi, Toad, Bowser, Koopaa et Donkey Kong Jr. Après il y en a eu 20, puis 25 et maintenant 30. Mais Toad a toujours été mon préféré ! Il est trop beau, j’adore les champis.

Josh – Yoshi !  J’adore gober les trucs même si Yoshi ne le fait pas dans Mario Kart.

Ed – Maskass, il est pas lourd, il est pas léger, il est moyen. Et être moyen parfois, c’est bien.

Ragequit – Quel est votre kart/moto favoris ?

Motard – MotoGP + roues mastodonte + deltaplane classique ; je prends jamais de Kart. Le secret dans Mario Kart, c’est d’avoir un véhicule maniable. Tous les conducteurs de Kart finissent derniers, c’est bien connu.

Connoisseurdu02 – Kart en or / Proto-8 / Mach-Célèbre / Propulsar + roue lisse / Cyber-lisse. Avec ça, c’est la première place assurée.

Mrlourd – Du Louuuuurd; un gros Kart bien lourd. Avec ça, tu files mon gars.

Josh – Ca dépend de mon humeur du jour vraiment, je ne pense pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise combinaison.

Ed – Le Kart doré parce que c’est une fierté. Je l’ai gagné en réussissant toutes les courses en 150 vous voyez… ou en 150 miroir je sais plus…

Ragequit – quel est votre circuit préféré ?

Josh – La route arc-en-ciel ! Et en 200CC, c’est la plus dur, j’adore. J’aime tomber dans le vide à chaque tournant.

Pixou – Le Parc Baby : c’est simple, c’est clair, c’est un cercle ; c’est là qu’on voit la différence.

Ed – Le circuit d’Hyrule qui me rappelle Zelda, un bien meilleur jeu.

Ragequit – Vous êtes un joueur pro ? 

Gpacompris – Tu me donnes ton code ami Switch ?

Josh – Non parce qu’il y a un problème dans le jeu. Je vous assure. Ecoutez, je joue comme le meilleur des joueurs : je prends mes virages par l’intérieur, je dérape comme il faut, je mets des trucs derrière moi pour me protéger et pourtant je me prends une volée de carapaces à chaque tournant ! J’en ai marre ! En ligne, il n’y a que des nolifes à 10 000 points, impossible de jouer si on y passe pas ses journées quoi. Moi, j’ai ragequit.

Ed – Non, le problème avec la Switch et son Mario Kart en ligne, c’est qu’on peut pas insulter les gens sur l’écran d’attente sur Switch. Le plus violent message à disposition, c’est « je joue avec le gyroscope. ». Alors que quand je suis premier pendant toute une course et qu’à la fin je me prends une carapace bleue et me retrouve 7e, j’ai envie d’exprimer mon mécontentement.

Pixou – Non, parce que je suis pas assez bon.

Ragequit – Qu’est-ce que vous aimez le plus dans Mario Kart ?

Pixou – J’aime jouer avec mes amis. Mon préféré c’était Mario Kart : Double Dash !! parcequ’on pouvait être deux sur le même Kart. Et ça, c’est du jeu coop.

Josh – J’aime jouer pour la win. Jouer pour s’amuser entre ami, c’est sympa mais le vrai fun, c’est quand on gagne.

Shanon – Tout le monde y joue partout. Vous savez, 35 620 000 exemplaires de Mario Kart Wii ont été vendus et ça, c’est pas rien. Enfin… selon Wikipedia. Et on peut jouer jusqu’à douze en même temps !

Ed – Je sais pas. Je crois que j’aime conduire sur les murs et les plafonds, aucun autre jeu de course ne propose ça.

Une voix distante – C’est pas vrai !

Non – Moi j’aime pas Mario Kart. Ok, ça peut être sympa à jouer pendant cinq minutes avec les amis mais c’est pas un vrai jeu. Enfin, je veux dire, je ne vais pas prendre la console pour y jouer tout seul, ça n’a aucun intérêt. Il n’y a pas de but, pas d’histoire… c’est vide.

Ragequit – Quel est votre Mario Kart préféré ?

JeanCTMieuAvant – Pour moi, la question ne se pose pas, Mario Kart double dash c’était l’apogée de la série. T’avais besoin de réels skills pour jouer à cette époque. Dans une ligne droite il fallait alterner dérapage droite/gauche pour gagner, et ça, c’était le talent. Une seule erreur et vous étiez bon pour prendre la 12e place. La décadence a commencé avec Mario Kart Wii ; depuis le kart dérape tout seul. Nous, les pros, on peut plus montrer nos talents. Finalement, ce qui se passe avec Mario Kart, c’est un problème de société, aujourd’hui on veut du facile, du tout-cuit, on veut pas faire d’effort. A l’époque, le fun, c’était le travail, l’entraînement.

Josh – Mario Kart 8 bien sûr ! Pour les personnages, les cartes, les objets et les graphismes qui montrent clairement que c’est un jeu qui jure par sa diversité. C’est un jeu fun à jouer en famille et avec les amis.

Gpacompris – J’aime jouer avec le volant, dommage que la Wii ne se fasse plus.

Shanon – Comment quel jeu ? Il n’y a pas qu’un seul Mario Kart ?

Ed – Mario Kart 8 Deluxe parce que c’est le seul que j’ai eu.

Les noms ont été changés pour respecter l’anonymat des utilisateurs du jeu.

L'aventure Layton : Katrielle et la conspiration des millionnaires

L’aventure Layton : Katrielle et la conspiration des millionnaires

Level-5. Sortie sur 3DS le 6 octobre 2017.

Après 6 aventures centrées sur le professeur Hershel Layton, enfin 6.5 avec le crossover avec Phoenix Wright ! Il était temps que le bon vieux Hershel prenne sa retraite et ne se fasse pas décapiter comme l’autre dans The Walking Dead ! Test 4O3Quatre points positifs, et trois points négatifs sur le jeu !

  • Un vrai nouveau Layton ! – Enfin ! La licence Layton est de retour. Pour fêter ses 10 ans (le premier opus, Professeur Layton et l’Etrange Village date déjà de 2007 !), c’est la fille du professeur qui prend les rennes d’une agence Layton à Londres. Énigmes en tout genre, cinématiques 2D entièrement doublées en VF, pièces SOS, Mamie Mystère, nouveau contenu journalier pendant un an… Bref, tous les éléments d’un vrai Layton sont là ! La recette du succès reste, seul le héros change ! Si vous êtes un habitué de la licence, vous ne serez pas dépaysés du tout !
  • Un point de départ intéressant – Pas d’histoires compliquées ou de réels fils rouges. L’histoire se divise en plein de petites enquêtes à la manière d’un NCIS. On enquête sur un sujet précis à chaque fois, et on trouve de plus en plus d’indices jusqu’à trouver la réponse à l’affaire ! Les enquêtes sont relativement courtes et c’est tant mieux, cela permet de faire rapidement une enquête et de se laisser la suivante pour la fois d’après. Il faut rappeler que cet opus était prévu en premier sur mobiles, donc à une utilisation totalement nomade et qui convient parfaitement aux trajets en transport en commun par exemple !
  • Du nouveau pas si nouveau ? – Comme à son habitude (encore une fois), L’Aventure Layton propose des personnages haut en couleur et des plus sympathiques. Vous prendrez plaisir à faire connaissances avec les frères Breth Zel, Oliver et bien d’autres ! Les énigmes sont parfois similaires aux précédents jeux, mais certaines essayent de sortir de ce qui se faisait déjà et propose de nouvelles sortes d’énigmes. Quelques aspects comme les indices formant un objet clé de l’enquête en cours est un nouvel élément de gameplay intéressant. Dommage qu’il ne soit pas plus exploité puisqu’une fois tous les éléments récoltés, il n’est même pas possible de choisir parmi plusieurs hypothèses de réponses et nous sommes emmenés directement au dénouement de l’enquête sans avoir à confirmer notre théorie (on a quand même souvent une vague idée de ce qu’il se passe cela étant dit…)
  • Prix attractif – C’est tout de même un point positif mais le jeu est accessible sur mobiles pour 17.99€ (ce qui peut être déroutant pour une appli mobile mais n’oubliez pas qu’il s’agit d’un vrai jeu) et 30€ sur 3DS. On préfèrera quand même largement cette version 3DS qui est prévue pour (cf 1er point négatif)

  • Version smartphone moins agréable – Le gameplay de Layton a toujours été pensé pour des appareils à deux écrans. Le portage d’un épisode tel quel (on ne parle pas de l’épisode un peu différent des Layton Brothers qu’il y avait eu sur smartphone) sur mobiles a forcément nécessité divers sacrifices et révisions de l’interface utilisateur du jeu.
  • Pas de 3D – En effet, bien qu’il s’agisse d’un jeu 3DS, il pourrait s’agir d’un jeu 2DS puisqu’il n’y a absolument pas de 3D. 
  • Katrielle un peu clichée – Katrielle, mais tous les personnages en général sont des personnages très clichés et finalement assez simple. Dans la première mission, Katrielle demande sans cesse à aller voir les boutiques de fringues, les pâtisseries etc. Etait-ce vraiment utile d’ajouter ces éléments assez sexiste finalement alors qu’on aurait pu faire de Katrielle un personnage très intéressant même sans ce côté factice et totalement cliché ! Pas bien gênant en soit, les personnages restent quand même attachants dans l’ensemble et l’univers cohérent, mais on a parfois cette impression de « surjoué ». De même pour l’activité garde robe, typique de beaucoup de jeux japonais avec des demoiselles à forte poitrine (bonjour Dead Or Alive ou les Senran Kagura !). 

Katrielle est un excellent point d’entrée dans la licence Layton pour les plus novices avec des énigmes globalement plus simple et un univers plus classique. Les mini jeux inédits à cet épisodes tels que le chien errant ou la garde robe ne sont pas vraiment indispensables, mais le reste des énigmes proposent un jeu qui fait passer le temps et qui donne le sourire. Retrouvez Layton une fois de plus est toujours un immense plaisir de jeu et de réflexion. Vivement le prochain !

Culdcept Revolt

Culdcept Revolt

NIS America. 6 octobre 2017.

Vous avez déjà joué à Mario Party ? et à Baten Kaitos sur Gamecube ? Et peut être même au Monopoly ! Ce jeu est peut-être fait pour vous. Test 3O3. Trois points positifs, et trois points négatifs sur le jeu ! 

  • Gameplay pas inintéressant… – Quand j’ai vu qu’on avait affaire à un jeu de cartes, j’étais comme un fou ! Deckbuilding, combats intenses… Ce système de jeu de cartes mixé à un jeu de plateau et d’évolution du terrain à votre profit (ou contre vous si vous perdez…). Au final le fait de pouvoir équiper ses monstres avec des items d’attaque ou de défense et la possibilité de lancer des sorts à l’aide de cartes fait énormément penser à un Baten Kaitos (de loin), l’un des meilleurs JRPG de la Gamecube (et de la terre entière!). Le fait de pouvoir augmenter les terrains sur lequel on aura préalablement déposé un monstre donne un petit côté maison/hotel de Monopoly. Cet aspect est d’autant plus renforcé que si vous possédez plusieurs monstres sur une même couleur de case sur le terrain, le bonus de G volé à votre adversaire lorsqu’il s’arrêtera sur l’une de vos cases lors de ses déplacements (il s’agit d’un lancer de dé aléatoire pour se déplacer sur la map, à la façon d’un Mario Party) seront plus important. A vous d’être stratégique pour répartir les améliorations de niveau de vos terrains et le placement de vos monstres pour que cela soit le plus profitable possible ! Vous pouvez aussi tenter la technique de « maxxer » une case qui causera la perte immédiate de votre adversaire s’il a la malchance de tomber dessus… Bref, les stratégies sont multiples et le jeu se rend intéressant grâce à cela.
  • Jeu long… très long ! – La campagne de quêtes est longue. Combat à plusieurs, tours interminables, objectifs à rallonges, deckbuilding et récolte aléatoire de cartes dans les boosters. Il vous faudra plusieurs dizaines (centaines?) d’heures pour parvenir à récolter toutes les boosters. Avec un peu de chance, le jeu se mettra à jour en offrant de nouvelles cartes !
    Mario Party ?
  • Un deckbuilding varié – Vous retrouverez dans le jeu plus de 400 cartes à collectionner et à matcher pour confectionner le deck idéal qui permettra de vaincre n’importe quel adversaire (offline ou online!). Réaliser un deck sera vite indispensable pour vaincre les adversaires les plus robustes, et vraiment obligatoire pour les parties en ligne si vous voulez jouer de façon sympa ! D’ailleurs, petit cadeau si vous avez précommandé le jeu, NIS America offre un dos de carte exclusif et un « bonus challenge » : une nouvelle map jouable online et offline et un petit scénario bonus. Vous pouvez simplement réserver cela avant la sortie du jeu le 6 octobre. C’est par ici !

  • … mais très chronophage ! –

    Hearthstone ?
    Le problème du jeu principal selon moi, c’est son côté chronophage au possible. En effet, vous devez visualiser les tours de vos adversaires quand vous ne jouez pas… Ceci paraît assez évident pour connaître leurs coups, mais leur tour est joué à vitesse normal et le jeu devient vite long. Déjà que les objectifs en terme de mana sont souvent assez élevés, les parties ont vite tendance à s’éterniser… Compter plus d’une demi heure (au grand minimum) pour une partie… Puis il faut avouer qu’on tourne assez vite en rond malgré la possibilité de faire du deck-building.

  • Une direction artistique pas incroyable – Les cases rouges flashy, à côté de vertes et de bleues.. Ce n’est pas sans rappeler les zones colorées de Disgaea, mais c’est quand même assez moche. De même que pour les monstres sur les cartes qui apparaissent finalement comme un bestiaire tout à fait lambda d’un jeu de type héroïc fantasy avec quelques gobelins, arbres, statues, rats et autres bestioles dans le genre. L’identité graphique n’est vraiment pas folle et l’intérêt du jeu n’est certainement pas ici.
  • English only – Rien a ajouter de plus ! 😉

NIS America a la particularité de toujours proposer des jeux à forte rejouabilité et avec une durée de vie quasi illimitée. Dans un temps où les sorties de jeux pullulent à tout va, il y a de fortes chances pour que vous appréciez le jeu, commenciez un petit peu le jeu, mais soyez vite ennuyés par la redondance et la longueur des combats. Au final, je ne saurai trop vous le conseiller puisque je doute que cela devienne votre nouveau jeu de chevet, sauf si vous en devenez un fan hardcore (un peu à la façon d’un Disgaea cela dit, quand je m’y étais mis sur DS, je ne jouais plus qu’à ça pendant une bonne période ! Cela sera un peu tout l’un ou tout l’autre ! Amateurs de JCC, le jeu vaut tout de même le détour pour ses atouts stratégiques et son gameplay original. Le fin mot de l’histoire, c’est que je rejouerai bien à Baten Kaitos moi ! #BringBatenKaitosHDOnSwitch #GoBatenKaitos3

 

Kirby Blowout Blast

Kirby’s Blowout Blast

6 juillet 2017. 3DS

Il y a 25 ans débarquait Kirby sur Game Boy dans Kirby’s Dream Land. Cette petite boule rose à l’aspiration extravagante et très appréciée des joueurs fête son premier quart de cercle avec quelques petits jeux spin-off court mais toujours sympathique. On test aujourd’hui Kirby Blowout Blast, le dernier jeu-anniversaire sur Kirby et son drôle d’univers. C’est le Test 3Ode Kirby Blowout Blast. Trois points positifs, et trois points négatifs sur le jeu ! 

  • Un concept simple mais efficace – On croise ici notre jeu de plateforme préféré avec un système très orienté puzzle-game/réflexion. En effet, les 25 niveaux composant le jeu sont une successions de petits niveaux de plateformes dans lesquels vous devrez remplir des critères différents pour parvenir à la fin et le réussir. Un aspect scoring est également présent mais on va en reparler dans le point suivant. Le but du jeu en gros : aspirer vos ennemis pour les recracher sur d’autres en enchaîner les combos pour faire grimper votre score !
  • Gameplay efficace – Simple, mais grandement efficace, le but du jeu est d’aspirer des ennemis pour les recracher sur d’autres. Plus vous aspirez d’ennemis d’une traite, plus vous remporter de points. Plus vous en toucher à la fois en recrachant les ennemis, et plus vous faites un gros score. Un principe qui ne révolutionne certes absolument rien, mais qui a le mérite d’être efficace ici.
  • Bel hommage – On parle des 25 ans de Kirby, on ne pouvait donc pas passer à côté de ce qui a fait le succès de la saga, à savoir, son univers ! Le jeu vous permet donc de recroiser tous les monstres phares du jeu, mais aussi et surtout de vous battre à nouveau contre les boss de Kirby Dream’s Land, possédant d’ailleurs des patterns et des attaques finalement proches de ceux du premier : Whispy Woods, le premier boss du jeu, le célèbre arbre à pommes, Krackon, le nuage-pic à l’oeil, les deux petits bonhommes bomberman et le Roi Dadidou, bien évidemment.
    Krackon est bien là !

    • Des médailles mais pas de précisions – Il y a un concept comme dans la plupart des jeunes de réflexion à niveau comme cela qui sont attribués selon certaines conditions : récupérer toutes les pièces, tuer tous les ennemis, ne prendre aucun dégâts et faire le niveau en moins de xx secondes. Pour déverouiller une médaille d’or sur le niveau, il faut obtenir trois ou quatre médailles parmi les 4 citées précédemment. Pour l’argent 2, le bronze une seule. Bref, jusque là tout paraît sensé sauf qu’il est impossible de consulter quelles médailles a déjà été obtenue par la suite. Imaginons que vous obtenez deux médailles et que vous êtes perfectionniste et souhaitez refaire le niveau en en obtenant 3 ou 4, vous ne saurez jamais lesquelles vous avez déjà réussi lors de vos précédents essais. Seule solution ? Réussir les 4 d’un coup.. Et encore ! Si vous obtenez trois médailles, vous avez la médaille d’or du niveau… Mais du coup il y a la 4ème médaille qui n’aura peut être jamais été faite… Ah, le soucis du détail me titille ici…

 

  • Amiipasbo – Ici, les amiibos de l’univers de Kirby pourront être sollicités pour… pas grand chose au final. Activez vos amiibos Kirby, Roi Dadidou ou encore Meta Knight sur votre 3DS  dans le jeu permettra de faire apparaître des statuts des personnages dans le château qui sert de hub entre les niveaux… De quoi rendre vos voisins jaloux de votre superbe déco… 
  • Aussi petit que Kirby – En effet, le jeu avec ses 5 petits mondes se termine vite… très vite ! Comptez à peine une heure/ une heure et demi pour faire le jeu d’une première traite, puis un peu plus pour essayer de faire les mondes EX (qui se débloquent si vous obtenez au moins la médaille d’or sur tous les niveaux d’un monde.. Par exemple vous débloquez le monde Ex-1 en ayant la médaille d’or sur tous les niveaux du monde 1)

Au final, pour son petit 7€ et sa courte durée de vie, Kirby Blowout Blast n’est pas le jeu de l’année du tout, mais il est un jeu très sympathique à faire sur sa 3DS sur la plage. Bref, c’est le petit jeu de l’été qui vous accompagnera durant vos vacances et vous fera passer une après-midi des plus sympathiques ! Médaille d’argent.

 

Harvest Moon : le village de l'arbre céleste sur 3DS !

Harvest Moon sur 3DS 
Nouvel opus ! Le village de l’arbre céleste

 

Jeu développé par : Natsume
Edité chez : Rising Star Games

Dans ce nouvel opus d’Harvest Moon, vous incarnez une jeune femme dont le but est de reverdir une contrée asséchée. Auparavant arrosée par les pouvoirs de la déesse des récoltes, celle-ci a perdu les a perdus après que les habitants ont quitté le bourg.

Dynamique et plein d’enthousiasme, vous êtes persuadé que vous allez arriver à rendre ces terres un peu plus vivantes et redonner la magie aux arbres célestes qui jonchent plusieurs territoires de votre map.
Armé de votre patience, d’un déterminisme inébranlable, et d’un arrosoir vous serez guidé par des petits lutins dans votre apprentissage du jardinage et de l’agriculture. Très vite, vos premiers légumes pousseront (encore mieux si vous utilisez de l’engrais ;)).
Déjà quelques villageois apparaissent, ce qui enchante la déesse des récoltes ! Ils vous seront d’une grande aide, en vous offrant parfois des graines, une canne à pêche ou des conseils un peu étranges. Pour ceux qui connaissent l’opus La vallée perdue, dans Le village de l’arbre céleste vous aurez bien plus de personnages à rencontrer.
Vous pourrez vendre vos récoltes afin d’acheter ce qu’il vous faut pour planter, planter et replanter, agrandir votre espace de plantations et bien plus encore. Je ne vais pas vous mentir, vous aurez du travail. Vous pourrez aussi vous occuper d’animaux.
Faites également attention à votre santé. On vous répète que c’est précieux, donc veillez à ne pas vous évanouir entre vos plants de tomates !
Si vous voulez voir la vidéo : par ici 

Un petit lien Nintendo pour en savoir plus :  ici

  • Jeu complet
  • Pas de lenteurs dans le jeu, on a toujours quelque chose à faire
    (si vous n’avez plus rien à faire, allez vous coucher pour démarrer une nouvelle journée)
  • Des graphismes mignons
  • Peut-être un peu lassant à force… La vie de fermier, c’est pas tous les jours palpitant…

Conclusion :

Un jeu intéressant, bien fait, relaxant. Si vous aimez les défis sans stress, il est pour vous ! 

 

 

Cooking Mama : Sweet Shop

Cooking Mama : Sweet shop

Rising Star Games. Koch. 26 mai 2017 sur 3DS. Dès 24.20€Nouveau jeu sur le marché : voici le retour de Cooking Mama ! Vous qui aimez cuisiner mais n’aimez pas faire la vaisselle, ce jeu est peut-être fait pour vous ! Avec un bémol de taille quand même, on ne peut rien goûter…  

Quelques desserts…

Le jeu

 

Un jeu de cuisine, tout simplement. Après les émissions culinaires, le jeu vidéo donne également une place importante à la cuisine, et Cooking Mama en est le parfait exemple. Avec Sweet Shop, c’est la pâtisserie qui est à l’honneur.

Mama, grande chef, a besoin de vous en cuisine pour confectionner gâteaux et autres délices sucrés, glaces, sucettes… Et des recettes, il y en a beaucoup… comptez une soixantaine. 

Armé de votre stylet, suivez bien les instructions, étape par étape, pour réaliser votre dessert. N’allez pas trop vite, les dégâts sont vite arrivés. Lorsque vous choisissez une recette à essayer, celle-ci est divisée en plusieurs parties que vous devrez réussir dans le temps imparti. A la fin de votre confection, il vous sera attribué une note sur le système de la médaille bronze, argent, ou or. Bref, vous l’aurez compris, tout fonctionne comme dans les précédents Cooking Mama !
Les étapes ne sont pas compliquées à réaliser, loin de là. Cooking Mama : Sweet Shop est un jeu apaisant : ne vous attendez pas à beaucoup de challenge !

Vous avez également la possibilité d’acheter des accessoires, papiers peints et tabliers dans la boutique. Laissez les clients venir acheter les pâtisseries que vous avez déjà confectionnées et shoppez !

Il existe également un mode en ligne pour défier d’autres joueurs, mais il reste très anecdotique (on ne s’en serait pas douté !). 

Quelques images du jeu … 

 

Ecran principal
Et voilà ! La catastrophe !
Pro du couteau
Partant pour un peu de shopping ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En conclusion

Cooking Mama – Sweet Shop est un jeu sympa, simple et aux décors frais. Il conviendrait surtout à un public jeune, voire destiné aux enfants. Pas vraiment de réflexion à avoir, il suffit de reproduire correctement les mouvements. 

Un petit moins toutefois, le tactile n’est parfois pas très réactif et il m’est arrivé de perdre des épreuves parce que le jeu ne reconnaissait pas le geste. Bref, un Cooking Mama comme on a aimé les aimer ou les détester, avec de nouvelles recettes. Son petit prix est quand même un plus intéressant et une bonne façon de se lancer dans la licence Cooking Mama, d’un temps où les émissions de patisserie et Cyril Lignac sont à la mode !

Cooking Mama : Sweet Shop vous plaît ? Visitez la page Nintendo pour vous procurer le jeu. Juste là : oui oui, ici

Yo-Kai Watch 2 : Esprits Farceurs

Yo-Kai Watch 2

Level-5. Sortie le 7 avril 2017. Dès 34.99€ avec médaille offerte !

Après le succès auprès des plus jeunes, Level-5 ne pouvait pas s’arrêter en si bon chemin…  La licence  est devenu déjà culte au Japon : Yo-Kai Watch est de retour ! Deux versions avec de légères différences dans chacune, on teste aujourd’hui le jeu phare des cour de récrés ! Test 3O3Trois points positifs, et trois points négatifs sur le jeu ! 

  • Yokartoon – Si il y a bien une chose de marquante sur la licence Yokai-Watch, c’est l’effet graphique du jeu. C’est coloré, c’est cartoonesque. Les Yokai sont tous plus décalés les uns que les autres. Le Yokai qui fait transpirer, le yokai qui emprunte les objets sans les rendre… Là dessus, l’humour est présent et on apprécie vraiment parcourir la ville riche en rebondissements !
  • Yokaïsation au top – Là dessus, et comme à leur habitude, Level-5 nous ont fait un jeu aux petits oignons. Doublage français de qualité, comme pour les derniers Professeur Layton, ville magnifique et crédible, cutscenes humoristiques identiques à des scènes de l’anime japonais à la fin de chaque quête… L’ambiance globale du jeu est plus que prenante et véritable. On est immergés dans la vie finalement assez simple de Nathan, le petit garçon qui parlait à l’oreille des Yo-Kais…
  • Gonna Yokai’em all ! –Avec Yo-Kai Watch 2, c’est près de 350 Yo-Kai qui sont à collectionner dans le jeu. Autant vous dire que ça vous laisse de beaux jours devant vous pour tous les récuperer. A noter que le jeu est sorti dans deux versions différentes : Fantômes bouffis et Esprits farceurs : ces deux versions proposent une dizaine de Yo-kai leur étant propres, avec quelques quêtes très légèrement modifiées pour coller au scénario du jeu (le boss final n’appartient pas au m^me clan), mais reste très sensiblement le même. Avec la fonction d’échanges de médailles qui débarquent après quelques missions en jeu, cette application sur votre Yo-Kai Watch va vite devenir votre plus grand allié !
    Whisper, arrête de whisper !

  • Le système de combat, toujours pas Yokai-cu – Comme pour le premier épisode, nous avons le droit à une roue qui permet de placer trois Yokai sur le devant du combat et trois en arrière. Ensuite le combat se fait automatiquement à l’exception près de lancer des « Amultimes », ces attaques spéciales propres à chaque Yokai grâce à l’un des trois mini-jeux disponibles pour le faire, ou bien alors de placer un Yokai dont le statut est altéré dans l’arrière de la roue pour le « Purifier » en faisant l’un de ces même mini jeux… Pas super original dans le fond et même quasi identique au premier volet ! Les combats tentent de se dynamiser avec l’option « Cibler » qui permet de toucher sur l’écran lorsque des petites boules volantes apparaissent dans les combats de manière aléatoire… 
    Allez viens, on est bien !
  • Jeu sponsorisé par La Poste – Malheureusement il y a beaucoup de quêtes (trop?) qui ont finalement un intérêt limité. On parle à un PNJ qui nous demande de récupérer 156879 noix de cajou magique, trouvable seulement dans la prairie des lutins de la ville à 15.000 km, tout ça pour remporter à l’issue de la quête un bol de riz… Au final, la quête nous permet de rencontrer un des 350 Yokai et on est content… Mais l’histoire ne progresse pas et la quête reste finalement d’un intérêt scénaristique limité…
  • Jeune tu seras mon ami Nathan – Contrairement aux jeux Pokémon, le gameplay de Yokai Watch plaira d’avantage aux plus jeunes qu’à un tout public. Avec des mécaniques bien trop simplifiées, notamment au niveau du combat, le joueur lambda aura sûrement plus de mal à accrocher si ce n’est si vous adorez la collection de ces chers Yokai aux effets et aux looks tous plus extravagants les uns que les autres !

Yo-Kai Watch 2 est comme son prédécesseur un jeu qui va remplir les cours de récré. Les enfants n’hésiteront pas à s’échanger les nouvelles médailles de leurs héros au plus vite. Mais finalement, ce jeu n’est pas encore au niveau de Pokémon. Là où Pokémon arrive à rassembler toutes les tranches d’âges, Yo-Kai Watch propose un système de combat trop dénué d’intérêt et simpliste pour les plus âgés. On prend un malin plaisir à suivre l’histoire grâce aux cutscenes et à la folle envie d’avoir notre Yokai-dex (toute inspiration sur ce jeu de mots avec Pokémon serait purement fortuite…) complété à 100%, mais rien de plus. Ce sera donc une médaille d’argent pour Yo-Kai Watch 2 !

 

Dragon Ball Fusions

Dragon Ball Fusions

17 février 2017. Ganbarion. Bandai Namco. Dès 35€ sur Amazon.

Le dernier Dragon Ball sur 3DS vient de sortir ! A mi chemin entre Tactical et Pokémon (oui, oui !), on vous propose un petit test 404 pour le découvrir ensemble. Test 4O4Quatre points positifs, et quatre points négatifs sur le jeu ! 

 

  • Dragonmon – Durant chaque combat, il vous sera possible de recruter certains combattants ayant participé au combat en les achevant d’un coup d’Attaque Zenkai. Il s’agit d’une capacité spéciale qui se débloque une fois votre barre Ultra chargée. La barre d’Ultra se charge simplement en distribuant et en recevant des patates sur vos personnages : battez vous simplement et elle se chargera d’elle même ! Il y a au total pas moins de 800 (oui oui avec un huit !) personnages DIFFÉRENTS à recruter pour les ajouter dans votre équipe ! Personnages emblématiques ou simples personnages de races (Nameks, Humains…)… Il faut savoir que recruter des personnages de différentes races vous permettront d’augmenter vos jauges de ressources. Chaque personnage recruté vous fera augmenter le nombre max de ressources stockables dans votre inventaire et s’avérera indispensable puisque chaque zone du jeu se débloque contre des ressources de diverses couleurs. 

    • Combats intelligents – Le mécanisme de combat est d’une efficacité rare ! Cela faisait longtemps que je n’avais plus décroché un jeu sur 3DS comme cela ! Les combats sont des 5c5 où les deux équipes se retrouvent dans une arène. Une barre en bas de l’écran tactile indique qui sera le prochain à jouer, sachant que certains personnages se déplacent plus vite sur la barre que d’autres, faisant arriver leurs tours de jeu bien plus vite. Là où le jeu devient très stratégique est qu’il est possible de sortir les adversaires de l’arène afin de les faire retourner au début de l’arène. Pareil pour les attaques Kikohas : souvent un peu moins forte que le Corps à Corps, elles permettent de faire reculer sur la barre votre adversaire et ainsi vous laisser l’opportunité de faire jouer un autre personnage de votre côté avant les personnages de vos adversaires. Dans le même genre, si vos personnages se suivent, alors ils pourront venir mettre un coup en soutien pendant le tour d’un de vos personnages ! Un système assez simple à comprendre et pourtant bourré de techniques. Ajouter à cela les Fusions, les Fusions Ultra, les capacités spéciales en ligne, en zone, les contres de capacités et vous avez un des systèmes de combat les plus efficaces de toute la 3DS !
      Source : www.jeuxvideo.com, on a pas d’appareil réservé à la presse de la haute-sphère pour faire des captures sur 3DS… Désolé 🙁
    • L’univers fidèle – Tous les personnages emblématiques des Dragon Ball sont présents. Ginyu est toujours aussi con, Son Goten toujours aussi rigolo, Goku toujours aussi goinfre, Tortue Géniale toujours aussi pervers… Bref, toutes les personnalités sont respectés, les personnages que vous croiserez seront toujours par affinités similaires à la série. On se croit vraiment dans le monde de Dragon Ball du début à la fin !

  • Les fusions à 5 – Alors attention, on ne parle pas d’autres choses que des fusions de Dragon Ball hein ?! Dans Dragon Ball Fusions (d’où son nom peut être ?) il est possible de faire fusionner n’importe qui avec… n’importe qui ! On peut même générer des fusions de 5 personnages ensemble. Le personnage final apparaît alors le temps d’un instant en faisant des dégâts colossaux (mais en réinitialisant la barre d’action derrière des 5 personnages). Il a l’apparence du personnage qui a initié la fusion, mais un peu plus WTFLOLTROFOR, on vous laissera découvrir cela !

La classique : Gotenks !

  • Répétitif as f*** – Commençons le négatif comme a commencé le positif. Il ne faut pas avoir peur de faire toujours les mêmes choses : combat, récolte des ressources pour les nouvelles zones, combat, récolte, combat…
  • Sauvegardes old-school : Il ne s’agit pas là d’un point très important mais quand on est habitués à sauvegarder automatiquement, ou bien n’importe où, devoir retourner à un point précis de la map pour sauvegarder, ça nous paraît so retro !
    Ouais, je pose ça là car je sais pas comment vous illustrer des sauvegardes moi…1
  • Combats assez long – Dans le fond, il y a énormément d’animations et de pertes de temps dans les combats. Une option pour passer les petites cinématiques aurait été grandement appréciées. On a le droit à toutes les cinématiques possible et inimaginables : chaque coup est prétexte à faire apparaître une cinématique de quelques secondes, voir plus si c’est une super attaque. Les conserver pour les attaques spéciales, fusion etc pourquoi pas, mais personnellement j’aurais bien désactiver cela pour gagner du temps sur les coups plus classiques, histoire de rendre le jeu encore plus dynamique !
  • Le scénario ne vole pas bien haut – Malgré le fait que la Tour Karine est très haute, le scénario lui ne vole pas bien haut. Partez au combat avec votre escouade composé des personnages de vos rêves et remportez le tournoi pour devenir le guerrier ultime… C’est très cliché et sans grand intéret, mais en soit… GENKIDAMA DONNEZ MOI VOTRE ENERGIE, TOUT LE MONDE SAIT QUE CE SERA MOI LE PLUS GRAND GUERRIER !

 

Dragon Ball Fusions est probablement le jeu Dragon Ball attendu depuis bien longtemps par les fans. Après un Butoden accueilli en demi-teinte qui avait tout de même ses qualités, Dragon Ball Fusions fait bien mieux et on regrette d’ailleurs qu’il n’y ai pas eu de 3DS collector avec cette version là plutôt que Butoden ! 😉

Malgré ses petits défauts de rythme et de répétitivité, le gameplay est tel que vous prendrez toujours plaisir à faire des combats. De plus le multijoueur online est très bien foutu et on peut vite s’y perdre des heures ! (Attention par contre à le faire après avoir bien monté ses personnages, et avoir recruté des guerriers efficaces… Partir en combat online avec un Krillin et un Yamcha n’est pas une solution viable…)

Test réalisé sur New 3DSXL. Merci à Bandai Namco pour la copie de test ! 🙂

Pokemon Soleil & Lune

Pokemon Soleil & Lune

Nintendo. Game Freak. Sorti le 18 novembre 2016, dès 33.91€ sur Amazon.
Version testée : Pokémon Soleil sur New 3DS XL et 2DS

L’opus tant attendu de Pokémon est enfin là. Après une version X/Y basée sur la France introduisant Pokémon à un univers 3D et une réédition de Saphir/Alpha en 3D, Pokemon Soleil & Lune était donc le jeu le plus attendu sur 3DS depuis bien longtemps. Ce nouveau Pokémon prend place à Alola, une île paradisiaque très proche de Tahiti et instaure de nombreux nouveaux mécanismes de jeu.  Test 4O4Quatre points positifs, et quatre points négatifs sur le jeu ! 

  • Certains Pokémons en version Alola – Un Raichu d’Alola qui fait du surf sur sa queue ? Un Goupix de neige ? SHUT UP AND TAKE MY MONEY. Plutôt que de créer de nouveaux pokémons parfois très douteux, il était une excellente idée de la part de Game Freak de proposer des pokémon déjà existant sous forme de « skins ». On est habitués à voir des « skins » de personnages dans tous les jeux alors… Quand on voit par exemple le nombre de skins des animaux de Neopets.com, on voit qu’il y a un potentiel à faire sur Pokémon dans le même domaine. A quand un Goupix tout noir, un Goupix électrique ou bien même un Goupix amphibien ?
  • Nouvelles cartes et nouvelle intrigue – L’intrigue de ce nouveau Pokémon tient la route. Même si tout reste très centré autour de Lilie et de son mystérieux Pokémon, les épreuves et la Ligue d’Alola restent sympathique et on prendra plaisir à le parcourir en long, en large et en travers !
  • Nouveaux combats – Les combats à 4 en 1c1 sont juste une excellente idée ! A vous et vos adversaires (ou alliés) de vous concentrer sur l’adversaire le plus effrayant en premier pour ensuite vous éliminer ou bien taper directement les Pokémon des joueurs les plus faibles… Une multitude de stratégies peuvent se mettre en place. Avec le système de soutien des pokémon sauvages, on a donc quelques jolies nouveautés de ce point de vue là également !
    POKEMON SMASH BROS MELEE
  • Graphismes agréables – La région d’Alola est colorée. Les personnages sont tous joyeux, on vit dans un monde de bisounours (ou presque, y’a quand même de sales Ratatas qui traînent). Pour un jeu 3DS, c’est clairement beau !

  • Certains Pokémons en version Alola – Cela se passe de commentaires je pense. #BringBackOurRatata #BringBackOurTadmorv
    • Le taux de shiney toujours aussi faible – Non, je mens un peu, la probabilité de croiser un shiney est passé de 1/4096 à 1/4000… Si vous voulez tous les capturer en shiney de façon légale (oui, je te vois toi le petit malin avec tes sauvegardes de triches !), vous en avez pour un long moment !

    On s’en fout, tout est excusé car Brindibou est trop chou ! Argument valable ?
  • Unique région d’Alola et Pokédex National manquant – On était habitués à pouvoir retourner dans les anciennes régions une fois notre ligue battue. On était habitués à découvrir le Pokédex national et aller à la recherche de centaines de nouveaux pokémon une fois l’histoire terminée. Pas sur Pokémon Soleil & Lune. Cela réduit considérablement la durée de vie de ce côté là, et c’est fort dommage. Toutefois, une mise à jour en janvier devrait apporter ce Pokédex National… Wait & See.
  • Ralentissements – Game Freak a voulu repousser les limites de la 3DS avec ses combats à 4. Les New 3DS XL subissent quelques ralentissements lorsqu’il y a trop d’action dans ce genre de combats. Pour les 2DS, c’est encore plus flagrant… On atteint là les limites de la console. Vivement de voir ce qu’aura la Switch dans le ventre pour faire éventuellement tourner Pokémon sur nos consoles de salon !

Pokémon Soleil & Lune est donc le retour parfait de la saga Pokémon sur 3DS. Univers 3D, nouveaux mécanismes (même si certains restent plutôt futiles)… Ce Pokémon Soleil & Lune ne fait donc que très peu de fausses notes et les fans auront plaisir à passer de nouveau des centaines d’heures à la recherche de leur shiney tant convoité…

 

Mario Party Star Rush

Mario Party Star Rush

Nintendo, sorti le 7 octobre 2016

Le dernier Mario Party : Star Rush vient de sortir sur 3DS. Après n’avoir pas réussi à obtenir 404 au dé, on a préféré s’arrêter là et le soumettre au Test 4O4 : Quatre points positifs, et quatre points négatifs sur le jeu !

  • Un bon dynamisme : Mario Party Star Rush profite d’un tout nouveau fonctionnement. Exit le plateau à cases prédéfini tour par tour et bonjour le plateau… Un JDR Mario, c’est cool non ? Imaginez si on avait remplacé les pions par des petits Mario dans la cave de Stranger Things ?

  • Une équipe de héros :  « – Je prends Mario ! – Nan, t’abuses Luigi, ça fait trois parties que je dis que je veux prendre Mario ! » – Dialogue entre Peach et Mario, jouant à Mario Party. Problème résolu : Tout le monde joue Toad au départ et les nouveaux héros se débloquent au fur et à mesure sur le terrain, si vous avez le courage et l’envie d’aller les chercher pour qu’ils viennent vous aider.

 

  • Des mini-jeux et modes de jeux nombreux : Batailles de boss, mini jeu débiles, courses contre la montre. On ne change pas une équipe qui gagne. On a donc une quarantaine de mini-jeux au total, avec des jeux plus ou moins sympas, à vous de voir vos préférés ! Pour les modes de jeux, on découvre le Numismathlon ou bien la Tumulte des Toads. Tant de modes de jeux super cool et qui changent de l’habituel parcours qu’on a connu pendant plus de 10 épisodes… Un peu comme quand il se passe quelque chose dans un épisode de l’Inspecteur Derrick.

  • Multijoueur malin, multijoueur radin : Comme pour les épisodes précédents, il est toujours possible de jouer à 4 avec UNE seule cartouche de jeu ! Les personnes n’ayant pas le jeu téléchargeront l’application Mario Party Guest et débloqueront le jeu de façon gratuite (dans une certaine limite, mais qui reste large) au fur et à mesure qu’ils joueront avec une personne l’ayant.
    Sans altoad, la fête est plus folle !

  • Toujours inintéressant en solo : Si t’as pas d’amis, c’est pas les Curly qui viendront les remplacer cette fois là… Comme toujours, Mario Party est assez mauvais en solo alors qu’il fait parti des must-have en multijoueur !

  • Un nouveau système frustrant : Dans les mini jeux, le dernier coup donne 3 points à celui qui le donne… Si c’est serré, le dernier passe directement premier… Aïe ! L’éloignement par rapport au boss sur le plateau quand un combat de boss est provoqué par un autre joueur nécessite de marteler sa console pour arriver au boss le plus vite possible et participer au mini-jeu. Serait-ce l’obsolescence programmée naturelle ? (oh le bel oxymore !) 

  • Les IA toujours perfectibles : Si vous n’êtes pas 4, certains acolytes seront joués par des ordinateurs. Essayez de trouver un 4ème ami, vraiment. Vous devrez parfois faire équipe avec les robots sinon, et on peut vous assurer que ce n’est pas la joie que de jouer avec un robot qui n’en fait qu’à sa tête !
Non Luigi, ne tombe pas… On te connaît…
  • Le hasard toujours trop présent : Vous ne sortez que des 1 et c’est fini vous ne pourrez jamais vous en sortir… Sale histoire !
    Toujours aussi drôle ce Mario.

    C’est maintenant l’heure du jugement…. Faites rouler les dés….

Médaille d’argent pour ce Mario Party Star Rush ! Cet opus essaye de casser les codes de la série et de se réinventer. En réglant de nombreux problèmes de rythme, MPSR va malheureusement en générer d’autres. Quand même moins contraignant que le côté chronophage des précédents et portés par des mini-jeux travaillés, Mario Party Star Rush est sans aucun doute un incontournable des jeux multijoueurs sur 3DS… De quoi patienter jusqu’à Pokémon Sun et Moon !

Retrouvez Mario Party Star Rush sur Amazon à 34.99€

Severed

Severed

Drinkbox Studios, testé sur Wii U et 3DS

 

– Un jour je serai le meilleur manieur d’épée… pour gagner les défis ! –

Aujourd’hui on se retrouve pour parler de Severed, un jeu indépendant du studio qui nous a déjà proposé l’excellentissime Guacamelee (la patte graphique ne trompe pas !). 

Severed, c’est l’histoire de Sasha (non, on ne parle pas de Pokémon !), une jeune fille dont le bras gauche a été coupé par un dragon et dont la famille a été enlevée… Dans la famille pas de bol je voudrais la fille, ah bah la voilà !  Le jeu va donc suivre Sasha à travers un dungeon-crawler des plus classiques. Ici le jeu tire sa force de la 3DS en mettant le jeu sur un écran et le plan du donjon sur l’autre, ce qui s’avère très pratique. En plus, le jeu est pensé pour être utilisé à la fois par les droitiers et gaucher puisque le déplacement peut se faire à l’aide des joysticks de déplacement basiques à gauche (pour les droitiers) ou avec les touches ABXY pour les gauchers, et c’est vraiment agréable car ce n’est souvent pas le cas ! En tant que gaucher, je peux vous assurer que c’est avec joie que l’on vois un jeu pensé et jouable facilement par les gauchers !

– Moignon Ninja –

Le système de combat est très intéressant. Il propose divers monstres avec des « patterns » d’action différent. Il faudra apprendre et mémoriser la façon de venir à bout de chaque ennemi. Au fur et à mesure du jeu, les ennemis deviendront de plus en plus difficiles à battre, apparaîtront à plusieurs à la fois etc. Chaque monstre est représenté par un cercle en bas de l’écran. Le rouge au centre du cercle représente la vie du monstre, et la barre jaune formant le contour indique le moment de l’attaque du monstre. Une fois rempli, celui-ci attaque et sa barre se vide à nouveau. 

Salade, tomates, oignons ?

Si vous enchaînez les monstres, vous obtenez un combo de taillades d’épées. Arrivé à un certain nombre de coups, votre jauge de puissance se remplit. Une fois remplie, cette jauge permet de récuperer des objets à la mort d’un monstre. Lorsque la vie du monstre passe à zéro, vous obtenez quelques secondes pour trancher des membres des monstres. Chaque type de monstre donnant des moignons différents. Ces moignons serviront ensuite à upgrader les caractéristiques de Sasha… Un poil glauque, n’est-ce pas ? Cela étant dit, le système de combat et le fait de devoir affronter plusieurs ennemis en faisant attention à leurs tours d’attaque à chacun est vraiment bien pensé. Les combats sont dynamiques, variés et on ne s’en lasse pas !

– Âmes torturées, Majora’s Mask et rock’n’roll –

A défaut d’avoir le masque de Majora, Sasha aura bien d’autres équipements. Une patte artistique qui me fait souvent penser à Majora’s Mask justement, surement volontaire… On pourrait même y retrouver un peu de Kirikou là dedans. Le chara-design est aussi proche d’un Samuraï Jack pour les plus nostalgiques de Cartoon Network. Les donjons sont dotés de quelques petites énigmes à la façon des temples de Zelda d’ailleurs. Le jeu m’avait déjà accroché en juin dernier, ce test complet n’a fait que confirmer ma première approche !

La bande-son du jeu est excellente elle aussi. Des titres rock, parfois psychédéliques. Les sonorités collent parfaitement à l’univers.

https://www.youtube.com/watch?v=S-xbudD-sLw

 

  • Une jouabilité excellente : dungeon crawler simple et système de combat bien pensé.
  • Graphismes excellent
  • Bande son excellente
  • Jeu pensé pour les gauchers comme pour les droitiers sur 3DS
  • Le tout petit prix !
  • La durée de vie, tellement courte !

Conclusion :

 

Severed rejoint Guacamelee au rang de « super titres indé à ne manquer sous aucun prétexte ». Malgré sa durée de vie très faible (à peine 5 heures pour sauver tout le monde, et encore il faut traîner et chercher les secrets.), son prix doux, son esthétique et son système de combat original nous fait vivre une aventure incroyable. LA reccomandation indépendante de cette rentrée 2016 ! Médaille d’or.

Quitter la version mobile