Les Découvertes du Mouton – Marinette

Youtube est vaste. On trouve sur cette plateforme des web séries, des podcasts, des tops, des tutos et tant d’autre formats démocratisés et partagés sur les réseaux sociaux. Autant de contenu qui a pour principal objectif de détendre le spectateur. Le plus souvent, le ton est léger, humoristique, on n’essaye pas de stresser ou d’angoisser (je parle bien sûr de la grande majorité des vidéos populaires). Mais parfois, on tombe sur des créateurs qui parlent de sujets sérieux. Et puis même que parfois ils sont bon, voire très bon !

Marinette a débarqué sur Youtube en avril dernier avec la vidéo “IVG : Ma grand mère, ma mère et moi” où elle présente le témoignage de sa mère et de sa grand-mère qui ont toute deux été confronté à un IVG dans les années 70, une période emblématique du combat pour la légalisation de l’IVG en France. Un peu plus tard, elle abordera la musculature des femmes puis du harcèlement au travail. Les sujets sont très bien traités et présentés, c’est très agréable à écouter.

Ce qui est très agréable dans le travail de Marine c’est qu’elle parle de ce qu’elle connaît… et pas du reste ! Quand elle ne sait pas parler d’un sujet, elle l’admet et laisse la parole à quelqu’un de qualifié, qu’il s’agisse de sa famille ou de spécialiste comme Muriel Salmona. Cette qualité est extrêmement rare, en particulier sur YouTube où l’on trouve malheureusement des tas de gens qui parlent de ce qu’il ne connaisse pas avec une assurance sans faille.

Tout ceci pour me faire une super transition en disant que je la connais moins qu’elle ne se connaît elle même, je suis donc allé lui poser quelque questions pour la découvrir un peu plus !

Pour obtenir l’interview sous forme MP3, c’est par ici !

Découvertes du Mouton – William Erhel

Il y a peu, j’ai découvert un gars nommé William Erhel. Il a une page YouTube, une page Facebook, et il partage ses dessins. Alors, me suis-je dis, pourquoi ne pas étendre les Découvertes du Mouton à l’art qu’est le dessin. Allez, on va découvrir ça ensemble !

Bon, le dessin, je n’y connais pas grand-chose. J’adore ça, j’en regarde beaucoup sur internet, je cherche toujours de nouveaux créateur sur la toile, de nouveaux styles, mais niveau critique, je ne sais pas vraiment quoi dire à part « Oué, c stylé lol ». Alors que dire du travail de William Erhel. Je vais m’essayer avec vous à une critique constructive de ses dessins.

Mi-septembre, William a publié sur sa page  un dessin de 65×50 cm sur sa page. Un magnifique fan-made basé sur le thème d’Harry Potter. On peut y voir une quinzaine de personnages emblématiques de la saga tels que Dumbledore, Mac Gonagal, ou encore Harry lui-même. Le dessin est réalisé avec une très grande précision ! Le style est très réaliste, et on sent le temps passé sur cette réalisation. Un point intéressant de cette oeuvre est le suivi que William a proposé sur sa page : Pendant cinq mois, il a posté 17 photos de son dessins pour échanger sur facebook sur sa page pour montrer l’avancement de son projet et pour partager les techniques utilisées sur le dessin.

Mais comme personne ne présentera mieux son travail que lui, je suis allé lui posé quelques questions et il a accepté de répondre :

Peux-tu nous décrire ton parcours ? Comment t’es venu cette passion ?

Salut Reizak ! Alors, je suis un fier Breton né à St-Brieuc et très vite devenu Rennais. J’ai commencé tôt à m’intéresser au dessin, quand j’étais petit je n’étais pas trop action-man ou football mais plutôt du genre tout sage devant une feuille de papier avec un lot de crayons de couleur. C’était mes grands parents qui me gardaient souvent, et mon grand père, passionné de musique, vieux cartoons et bateaux/trains m’a fait découvrir ces univers. Du coup, plutôt que de dessiner comme chaque enfant, des maisons, des fleurs, la famille ou des soleils, je recopiais des persos de tex avery ou des trains de marchandises qui venaient faire leur livraison. C’était pas du tout du grand art, mais je dessinais tout ce que je voyais. Ensuite, en grandissant, j’ai lu pas mal de BD et je les décalquais puis je recopiais les dessins juste en observant. C’est vers mon collège/lycée que j’ai commencé à créer des persos venant de mon imagination. Et les portraits, j’ai réellement commencé à en faire après mon lycée ! Pour finir, pour continuer de bercer dans cet univers, je me suis dirigé vers des études d’Arts Appliqués et de graphisme. Aujourd’hui, je suis graphiste et illustrateur.

Comment as-tu décidé de créer une page facebook et une chaine Youtube ? Tu l’as fait dans l’unique but de partager ton travail, ou peut-être cherchais-tu à être critiqué, pour t’améliorer ?

L’idée de créer une page facebook puis une chaine Youtube, c’était avant tout pour ce côté pratique de pouvoir être vu par plein de gens. Je partageais avant sur mon profil facebook perso mais ça devenait un peu le bordel car ça mélangeait mon travail et ma vie à côté et je voulais que des inconnus puissent voir mes dessins sans pour autant avoir accès à ma vie privée. Je voulais savoir si mon travail intéresserait beaucoup de personnes ou bien si c’était à garder dans mon cercle d’amis. Pendant au moins un an, ma page est montée maigrement jusqu’à 500 fans mais c’est grâce au partage d’un portrait que j’ai envoyé au Youtubeur Seb la frite que ma page est directement passée à 20000 fans.

Youtube, c’était plutôt pour le côté expérimental de la vidéo, je suis un peu moins à l’aise.

Bref, la création de ces pages, c’était surtout pour me faire voir par plus d’inconnus et avoir des avis différents de mes amis. Et toucher des passionnés du dessin comme moi.

Où en es-tu aujourd’hui ? Tu vis de tes dessins ?

J’ai actuellement terminé mes études, je vis de petits boulots et dehors du dessin et de quelques commandes mais je compte travailler en agence de communication visuelle en tant que graphiste le plus rapidement possible.

Est-ce que tu as des rêves en tête, des illustrations en particulier que tu veux à tout prix réaliser ?

Un de mes rêves serait de vivre de l’illustration à 100%, rien de plus beau que de faire de sa passion son travail. Je n’ai pas tellement de dessins que je rêverais de réaliser, si j’ai une idée, j’essaie de m’arranger pour la réaliser au bout d’un moment. C’est plutôt une contrainte de temps, par exemple, avant la création de mon dessin sur l’univers et les personnages de Harry Potter, j’ai demandé un vote et les gens devaient choisir entre cet univers et également Le seigneur des anneaux et Star wars. J’ai dit que je les réaliserai tous mais après 150h de travail sur le premier dessin, je n’ai pas autant de temps à consacrer sur les univers suivants, cela me pousse à revoir ma technique sur mes réalisations et à bosser plus vite mais toujours avec autant de qualité. Donc disons que mon rêve est avant tout de pouvoir dessiner sur le maximum d’univers possibles et d’avoir le temps de tout faire.

Pratiques-tu d’autres formes d’art graphique ? Ou seulement du dessin ? Si oui, c’est possible d’avoir un visuel ?

Pour les autres formes d’Arts Visuels, je t’invite à aller voir mon site internet qui saura peut être te montrer d’autres projets que le dessin mais le dessin reste ma compétence première même si je dois réaliser une affiche publicitaire ou un texte, le dessin au maximum !

Quel conseil tu donnerais à de jeunes dessinateurs qui veulent se lancer ?

Et pour finir, je conseillerai aux jeunes dessinateurs qui veulent se lancer d’avoir de la patience, c’est primordial. Bien sûr, on veut toujours devenir performant le plus vite possible mais c’est un art qui s’apprend avec le temps et la pratique. Il ne faut pas avoir peur de passer du temps sur une oeuvre, ou même de s’aider les premiers temps. Ce qui peut vite décourager, c’est d’être trop loin du résultat qu’on attendait, de se trouver nul et de ne pas vouloir continuer. Avant tout, il faut trouver une idée qui nous plait, et par exemple dans le cas d’un portrait, commencer à en dessiner les contours grâce un calque et fignoler les détails. Puis de plus en plus, se priver de ces options et dessiner soi même à partir de notre imagination. J’ai commencé comme ça, décalquer, recopier et enfin imaginer.

 

Merci William d’avoir répondu à ces questions, on viendra voir ton site ! Bonne continuation !

Site de William

Page Facebook

Chaine Youtube

Les Découvertes du Mouton – Tea Time

La web-série sanglante à infuser sans modération

Salut à tous, et bienvenue dans cette toute nouvelle édition du Marathon du Mouton ! On a eu l’occasion de parler de jeu-vidéo,  de chronique cinéma, de bar ou encore d’agent spéciaux, alors quoi de mieux qu’un petit thé pour conclure ? On est parti pour Tea Time !

Il s’agit d’une web-série thriller et huis clos, sortie pendant le premier trimestre 2016. L’équipe semble quelque peu sortie de nulle part : aucun visage connu à l’horizon, la chaine a été créée pour l’occasion, pourtant après quelques secondes, on note qu’il ne s’agit pas d’un travail d’amateur. En effet, le générique est très travaillé et la musique est inédite. Un joli cadre, un réal au nom imprononçable, alors, qu’attendons nous ?

L’action se déroule au début du 20ème siècle. Cinq bourgeoises se réunissent une fois par semaine depuis, à priori, très longtemps pour boire le thé pendant que leurs maris parlent affaires (entre autre).  Thé noir, magnifique robes et bonnes manières, tout semble respecter les bonnes mœurs de l’époque. Mais le sujet de leurs conversations est des plus inattendu : chaque semaine, elles cherchent un fait divers morbide et débattent autour pendant l’heure qui les réunies. Et comme si cela ne suffisait pas, l’une d’elle décide un jour de commettre elle-même un meurtre. Suite à quoi un concours de meurtres se lance entre nos bourgeoises.

La construction des épisodes est assez classique pour un huis clos, bien qu’il soit parfois perturbé par des changements de rythme ou des ruptures de règles. Par exemple, alors que la série commence à devenir redondante (chaque épisode donne la parole à la meurtrière du jour qui explique comment elle a procédé), un épisode nous présente les maris qui discuteront dans le salon de thé –pourquoi, vous le saurez en regardant la série ;)-. C’est très bien amené, et surtout, la cassure de rythme que ça produit relance vraiment la série quand on pourrait commencer à s’ennuyer.

Le jeu d’acteur est un peu poussif, mais ça n’est pas vraiment dérangeant car ça accentue la dimension année 1900. Les personnages sont très intéressants car extrêmement différents. De plus, même si la série est très courte (8 épisodes de 10-15 minutes chacun), elle sait nous présenter tous les caractères, les histoires et les convictions de ceux-ci.

Bref, Tea Time, c’est une excellente série à regarder au calme, sous la couette, un thé bien chaud au creux de la main. C’est sur ces belles paroles, que le marathon du Mouton se termine. J’espère que mes articles vous auront plu et que vous avez aimez ces web-série ! On se retrouve bientôt dans les Découvertes du Mouton pour de nouveaux projets 😉

PS : On me chuchote à l’oreille que, Wenceslas Lifschutz, le réalisateur de Tea Time, sort actuellement un nouveau projet très intéressant : Les Plaidoiries de l’Absurde.

 

Site de la web-série

Les Découvertes du Mouton – Entendu dans les bars

Salut à tous, bienvenue dans cette avant dernière édition du Marathon du Mouton ! En effet, comme je l’ai dit précédemment, on commence à avoir fait le tour des web-séries et il faut savoir le voir quand on atteint la fin d’un sujet. Je vais parler ici d’une série qui me tiens à cœur car elle nous vient d’outre-Atlantique, et comme je l’ai dit plus tôt, j’adooooore les productions québécoises. Alors, Entendu dans les bars, qu’est-ce que c’est ?

    Peut-être êtes-vous déjà tombé, chez votre dentiste ou en trainant dans les rayons de votre librairie préférée, sur des ouvrages tel que Brèves de comptoir, Les murs se marrent ou encore Perle de librairies. Il s’agit de recueils des plus belles absurdités, étrangetés ou tags originaux entendus au comptoir, dans les librairies ou tagués sur les murs. Si vous ne connaissiez pas, je vous invite à les découvrir, c’est génial ! Entendu dans les bars, c’est le même concept mais transposé en série.

On vous présente quatre personnages travaillant dans une boite de nuit québécoise. Il y a Eddy le videur, Jeff, le dee-jey (comme ils disent), Frank, le serveur et Cath, la barmaid. Chaque épisode les confronte aux clients les plus stupides, niais, radins…. Et chacun a sa façon de réagir. Il faut comprendre l’accent mais c’est très rafraichissant. Les épisodes sont assez court, les scènes s’enchainent bien avec un bon rythme. Bref, c’est de la bonne came !

Là où cette web-série sort un peu du lot, c’est que derrière chaque situation, un petit background se construit autour des personnages. C’est un style très commun dans les séries formats long comme par exemple NCIS, mais dans une web-série de ce type (épisodes indépendant et format très court), ce n’est pas forcément évident car on ne dispose que de très peu de temps pour raconter une histoire.

Sur ce, je vais me reprendre un verre, si ça vous dits de m’accompagner pour rencontrer la belle Cath 😉 La prochaine fois on parlera de la dernière web-série de ce marathon !

 

Les Découvertes du Mouton – Billyday

Salut à tous, bienvenue dans cette nouvelle édition des Découvertes du Mouton ! Aujourd’hui je vais vous parler très rapidement d’un nouvel artiste qui débarque sur notre Internet… Très rapidement, tout simplement parce que je ne dispose que de très peu d’information à son sujet. On est parti pour…

C’est un jeune artiste allemand d’une vingtaine d’année qui semble être apparu sur le net cet été. Il a mit en ligne son premier album en ligne le 6 Août dernier et nous propose sept morceaux à tendances principalement reggea en penchant par moment vers le rap. Ce qui est assez surprenant quand on l’écoute, c’est la différence de ton entre les parties chantées en anglais et celle en allemand : en effet, ces dernière semblent plus « parlée », ce qui créé un effet de rap dont j’ai parlé un peu plus tôt.

Billyday, c’est de la musique très légère, très sympa à écouter pour profiter de ces dernières semaines de vacances au calme, une bière à la main, posé sur la plage ! J’espère que ça vous plaira, si c’est le cas, n’oubliez pas de faire connaître autour de vous, il le mérite ! Sur ce, je vous laisse avec sa playlist YouTube car le bougre n’est pas encore référencé sur Spotify (mais on lui souhaite !)

 

Les Découvertes du Mouton – Cluster Agency

Salut à tous, c’est le retour du Marathon du Mouton, pour une deuxième moitié qui sera un peu différente. En effet, pour mes premiers articles, j’ai vanté le jeu, les décors, les plans, ect, et parler d’autre série pour dire toujours la même chose devenait redondant. Aussi, j’ai choisi de faire une pause pour finalement revenir aujourd’hui avec un format un peu modifié. Il s’agira d’article plus court, dans lequel je ne parlerai que de l’essentiel. Ainsi, je vous laisse découvrir chaque web-série par vous même. Si vous voulez, par la suite, revenir en parler en commentaire, je me tiendrai près à faire une nouvelle fois l’éloge des plans de la musique et de tout ce qu’il y a de bien ! Sur ce, on est parti sur…. Cluster Agency !

Cluster Agency, c’est une web-série d’espionnage créée par l’association audiovisuelle “Le Vrac” comportant une unique saison qui n’est pas encore terminée. Je ne peux malheureusement pas vous donner de date précise pour le début de parution des épisodes pour une raison très simple : les fichiers originaux ne sont plus disponible sur Youtube. En effet, la raison pour laquelle je tenais vraiment à parler de cette série, n’est pas son contenu (qui n’en n’ai pas moins excellent), mais pour la réflexion qu’a récemment eu l’équipe du Vrac.

Les épisodes de cette série sont sortis, sauf erreur de ma part, tout au long de l’année 2015 jusqu’à début 2016 pour finalement être supprimé de la chaîne. L’équipe du Vrac a décidé de revoir l’intégralité du contenu de la série afin de l’améliorer en se basant sur l’expérience acquise lors des tournages précédent. Aujourd’hui, les premiers épisodes ont commencé à resortir, certains avec des scènes inédites, mais surtout, d’une qualité supérieur.

Je trouve que c’est une manoeuvre très courageuse de la part de créateurs Youtube et ça fais vraiment plaisir. En effet, en republiant l’intégralité de la série, ils perdent toutes les vues acquises pendant la première diffusion. Venant d’une plate-forme telle que le Studio Bagel ou Golden Moustache, ça n’aurait pas beaucoup d’importance étant donnés qu’ils ont chacun une fanbase conséquente. Le Vrac n’a que 2000 abonnés sur Youtube, cela prouve qu’ils ont confiance en leur communauté, en leur talent et surtout qu’ils portent plus d’importance à la qualité de leurs créations qu’au nombre de vues. Et ça putain, c’est rare sur Youtube ! Bravo les gars !

Synopsis : Rien de mieux qu’un bon teaser !

Je vais tout de même laisser un petit mot sur la série en elle-même : j’ai beaucoup accroché au lore qu’ils ont créé. L’histoire se déroule dans un futur relativement proche, dans l’idée post-apocalyptique, mais sans la ruine et la désolation. Pour la suite je ne sais pas si je vais être très clair, mais je vais tout de même tenter de transmettre mon impression. Je trouve qu’on a la sensation de se retrouver dans un univers steam-punk (j’adoooooore ça), mais dans un monde assez moderne. En effet, le propre du steam-punk est son coté « Je me sape avec du matos de recup mais je suis classe quand même ». Ici on ne trouve pas ce coté “recylcage de tout et n’importe quoi pourvu que ça se porte” comme on aura pu le voir dans la quatrième saison du Visiteur du Futur car on est dans un monde qui a réussi à se reconstruire après une décimation de la population. Pourtant, l’esprit y est quand même avec un coté plus… futuriste. On pourrait appeler ça du… Néo-steampunk ? Ça vous va ?

Pour terminer, je parlerais rapidement de ce que l’on appelle le game design pour les jeux-vidéos, je dirais donc le… movie-design ! Si vous avez aimez celui de Sin City, celui-ci vous séduira à coup sûr ! L’image est en noir et blanc pendant l’intégralité des épisodes à l’exception des éléments jaunes vif. Comme vous pouvez le voir sur l’image de cette jeune fille menaçante, ça a son charme. C’est très bien fait et sa participe à donner sa propre personnalité à la série.

Cluster Agency c’est web-série, avec un contexte réfléchi et parfaitement mis en place, c’est une web-série où on n’hésite pas à tuer des personnages quand on en a envie. Bref, c’est une web-série qui a son originalité et qui mérite d’être connue. Si elle vous plait, n’hésitez pas à passer voir leurs deuxième web-série, Les Souverains, elle vaut le détour !

Sur ce, je vous laisse avec l’épisode 1 et je vous dis à bientôt pour le Marathon du Mouton !

Le Vrac.tv

Chaine Youtube du Vrac

Les Découvertes du Mouton – C'est marrant la vie

Salut à tous ! Bienvenue dans cette cinquième édition du Marathon du Mouton ! Récemment j’ai découvert, ou plutôt redécouvert le collectif « Et Bim ! » qui est composé de deux anciens élèves de l’EICAR, Ambroise et Andréa, bourrés d’idées, de talents et d’ambition. J’en parlerais certainement dans une Découverte du Mouton  mais aujourd’hui, on va se concentrer sur une de leurs créations sortie en 2013 : « C’est marrant la vie ».

Cette web-série m’a beaucoup intéressé pour beaucoup de raisons : tout d’abord et avant toutes choses, c’est du très bon travail ! Les acteurs sont tous très bons ; idem pour le son, l’image, les plans… tout est bien fait, on reconnait vraiment du travail de professionnel. Mais on commence à en avoir l’habitude du bon travail ici, ça fait un mois qu’on ne voit que ça. Ce qu’il faut chercher maintenant, c’est l’originalité, la patte de l’artiste.

Ce qui est assez étonnant avec cette série, c’est son manque de notoriété : eh oui, CMLV, comme ils l’appellent, est très peu connue, c’est d’ailleurs pour ça que j’en parle ici. Pourtant elle avait tout pour elle ; en un sens, elle ressemble pas mal au style de la très connue série « Bref », mais sans la copier non plus. D’ailleurs, anecdote intéressante, Kyan Khojandi lui même avait partagé la web-série sur Twitter ? Alors pourquoi tout ça n’a pas décollé ? C’est la dure loi de Youtube, parfois ça marche, parfois non… Mais on peut changer ça 

Mais je vous entends ronchonner « Bon OK Reizak, c’est bien beau tout ça mais pourquoi elle est si cool ta série ? ». Je vais vous le dire ! « C’est marrant la vie » ça raconte des épisodes de la vie de Mathieu, un gars comme vous et moi et lui et tout ceux qui nous entoure. Mais Mathieu, c’est un gars qui pense beaucoup, et toutes ses pensées, on les entend. C’est comme ça qu’on apprend qu’il est amoureux de sa meilleure amie, qu’il déteste la nouvelle copine de son meilleur pote, qu’il manque d’avoir un fou rire au milieu d’un enterrement… Comme vous pouvez le voir, ça ressemble pas mal à Bref, mais c’est traité d’une toute autre manière, et c’est ça qui retient l’attention. A l’inverse des pensées du gars de Bref qui sont construites, tournées vers les idées fixes, presque comme un robot, les pensées de Mathieu sont destructurés, il change souvent d’avis -CF épisode 9 en particulier-, ce qui rend le personnage plus attachant. Avec ses idées moins « binaires » que le personnage de Kyan, il parait plus humain, donc plus identifiable.

Le naturel des personnages, et de la façon qu’a Mathieu de nous parler à travers ses pensées, c’est vraiment ce qui fait la force de cette web-série, c’est quelque chose que l’on peut retrouver dans Eve par exemple, mais qui manquera, malheureusement à d’excellents contenus comme Ulysse et beaucoup (beaucoup !) d’autre web-série.

J’en ai fini avec « C’est marrant la vie », n’hésitez surtout pas à la visionner, ça vous prendra une petite heure, ça vous fera sourire, dans le train, le bus ou le lit, tout les endroits sont bons ! Comme je l’ai dis, j’explorerai plus en avant le reste du contenu « Et Bim ! » un peu plus tard, si vous voulez vous y préparer, passer voir le court-métrage « Darfimbabour » sur leur chaine Youtube, il vaut vraiment le détour ! On se retrouve bientôt pour une nouvelle web-série !

Pour visionner tout ça, c’est par là : https://www.youtube.com/playlist?list=PL-WBDIyQhXhmIdH4NfgVta2Eig48wKets

Les Découvertes du Mouton – Eve

Eve

Salut à tous ! Je vous l’ai dit la dernière fois, je n’avais pas encore choisi de sujet pour cette semaine. Alors j’ai un peu fouillé dans ce que je connais et puis aussi dans ce je ne connais pas, j’ai eu des idées, j’y ai réfléchi… Et j’ai trouvé ! Cet article va être un peu particulier car on va parler de la web série Eve, qui contient… un unique épisode.

Eve, c’est une web-série québécoise qui a publié son épisode pilote il y a un peu plus d’un an. Depuis, l’équipe cherche à financer la suite… avec beaucoup de difficultés. La dernière nouvelle (sur Facebook) date de novembre et parle d’un dossier envoyé à TV5, depuis, silence radio. Maiiiis ne perdons pas espoir et soutenons les autant que possible. Pourquoi les soutenir ? Je vais vous le dire 😉 !

L’histoire est assez simple : Eve c’est une jeune fille, peut-être 25 ans, qui vit chez ses parents et qui vient de se faire larguer après 5 ans de relation… le jour de ses 5 ans de relation… pendant le repas de ses 5 ans de relation… Durdur… Elle travaille avec ses deux parents dans une petite société de dépannage qui propose également une petite épicerie. Le petit truc sympa en plus, c’est qu’il semblerait qu’Eve ai pour vocation de remettre les gens à leurs places, mais seulement dans sa tête ! A voir ce que ça donnera dans les épisodes suivants, mais cette scène du premier épisode est vraiment hilarante ! Un autre point à noter sur notre blonde québécoise est, au vu d’une scène de cet épisode ainsi que du générique, qu’elle je dessine beaucoup –et bien !-. C’est toujours sympa de voir de beau dessins et ça renforce l’idée de l’imaginaire débordant d’Eve. Voilà c’est tout, mais c’est super, c’est rafraîchissant, c’est drôle, il n’y a vraiment rien à redire sur le contenu.

En parcourant un peu le net, j’ai lu que chaque épisode contiendra un caméo. C’est une idée assez original et très sympa, et j’ai moi-même reconnu l’acteur Normand D’amour (quel nom génial) que l’on peut voir par exemple dans l’adaptation en film du livre 5150 rue des Ormes de Patrick Senecal. Malheureusement j’ai bien peur que les pauvres fan français comme moi en raterons une majorité ! En effet, nous ne sommes pas vraiment habituées à voir des têtes connues québécoise ; à moins qu’il ne s’agisse d’Anthony Kavanagh ou de Céline Dion, je ne pense pas être capable de reconnaître une célébrité québécoise ! Mais l’idée n’en reste pas moins excellente, pourvu qu’elle soit exploitée proprement et avec finesse.

Voilà, c’est à peu près tout ce que j’ai à dire, malheureusement on ne peut pas analyser grand chose sur un seul épisode. Néanmoins, je tiens à noter que l’image est vraiment belle, c’est bien tourné, c’est bien joué… Cette série a vraiment tout pour réussir, j’espère sincèrement que l’équipe arrivera a trouver ce financement ! Sur ce, je vous laisse, on se retrouve dans une semaine pour une nouvelle web-série !

Pour visionner l’épisode c’est par ici  ou bien juste en dessous ! 

 

Les Découvertes du Mouton – The Guild

Salut à tous, bienvenue dans ce troisième article du marathon web-série ! Aujourd’hui on va parler de MMORPG, comme promis, mais alors que vous pensez tous à Noob, je tiens à vous rappeler que je ne parle que d’œuvres méconnues (plus ou moins). Noob n’est pas DU TOUT méconnu. Pour la petite anecdote, l’objectif de la campagne de financement pour le premier film Noob (à savoir 35 000€) a été atteint en 15 heures et il a amassé près de 2000% de la somme demandée (681 046€ précisément). Cette parenthèse étant bouclée, on peut passer à la web-série américaine « The Guild » !

C’est la première web-série que j’aborde ici alors qu’elle est terminée. En effet, la sixième et dernière saison est sortie au début de l’année 2013, ça commence donc un peu à dater. Je l’ai moi-même découvert il y a environ un an, et je l’ai dévorée. L’autre détail a noter avant de réellement démarrer est que la chaine Youtube compte plus de 300 000 abonnés, on a donc là une série un peu plus que méconnu, sans parler de phénomène mondial. Seulement, c’est une série connue aux Etat-Unis, mais pas du tout en France ! Voilà pourquoi j’ai choisi d’en parler ici.

Cette série met en scène six membres d’une guilde, « Les chevaliers du bien » de MMORPG d’un jeu nommé « The Game ». On peut bien sûr faire le parallèle avec Noob comme dit précédemment, mais, là où la série française propose une grande majorité de scène « in game » où les acteurs jouent leurs personnages, et très peu de vision sur les joueurs, The Guild propose un contenu complètement inverse avec une série qui propose presque exclusivement les relations sociales entre les vrais individus. J’aime beaucoup les deux séries et la comparaison qui peut être faite entre elles car elles sont à la fois très proches et très différentes (autant dans le jeu des acteurs, les enjeus…)

Le nombre de personnages est d’abord assez réduit, dans la première saison, avec les six membres de la guilde, tous très différents les uns des autres mais il va peu à peu s’étendre pour mettre en jeu dans les saisons suivantes en intégrant par exemple une guilde rivale ou encore les créateurs du jeu. Mais restons un instant sur les personnages principaux. En effet, si vous pensiez tomber sur une bande de nerds classique, The Guild saura vous surprendre. En effet chaque personnage a son caractère, ses convictions, son histoire (autant en jeu que hors-jeu) bien à lui. Mais laissez-moi vous présenter mes trois personnages préférés, à titre d’exemple.

  • Codex, le personnage principal des personnages principaux. C’est une jeune fille d’une petite trentaine d’année, quelque peu névrosé, qui tient une espèce de journal intime vidéo au début de chaque épisode (on y reviendra plus tard). Elle a la volonté de garder la guilde unis alors que tout (en particulier certains membres de la guilde) semble s’y opposé, ce qui la rend très touchante et attachante. Elle est incarnée par Felicia Day, une excellente actrice que l’on peut voir dans le cours métrage Dr Horrible (avec également Neil Patrick Harris, un excellent film, passez le voir !). En jeu, elle incarne une prêtresse et sert de heal au groupe.
  • Vork est le chef de la guilde interprété par Jeff Lewis.C’est un véritable accro de la gestion, autant en jeu que IRL. Il passe son temps à faire l’état de ses finances et à trouver des plans pour économiser le moindre centime. C’est le plus vieux membre de la guilde (sans doute une quarantaine d’année. En jeu c’est le tank du groupe avec son guerrier.
  • Tink, ma préférée ! Elle est manipulatrice, secrète, accro aux jeux-vidéo et elle est sûrement celle qui se soucie le moins du bien de la guilde. Pourtant, tous ces défauts font régulièrement ressentir sa gentillesse naturelle. Le tout la rend presque aussi attachante que Codex, avec un petit côté rebelle en plus. On apprendra beaucoup de choses sur elle, sur sa famille et sur sa vie passé tout au long de la série. Elle est jouée par la belle Amy Okuda et incarne une archère.

On n’a ici qu’un échantillon de personnages, mais on verra au cours des six saisons qu’il n’y a pas deux personnages qui se ressemble et que chacun est bien fidèle à lui-même (et souvent à son avatar).

Concernant le jeu d’acteur, c’est une très bonne surprise car ils sont tous excellent. J’ai tendance à dire que l’interprétation des acteurs tend souvent vers le sur-jeu dans beaucoup de web-série, ce qui est normal car c’est souvent du travail amateur ou semi-professionnel, mais ici, c’est vraiment du bon travail ! Pourtant en cherchant sur internet, on pourra noter que, mis à part Felicia Day qui a une petite filmographie (une petite dizaine d’œuvres), aucun des acteurs de la série ne semble avoir de réelle expérience dans le domaine, ce qui démontre un gros travail de leur parts sur la série.

Il n’y a pas grand-chose sur la dimension technique de la série. C’est bien filmé, mais il n’y a pas de recours à de gros effets visuel ni de cascade, donc pas de quoi tergiverser sur le sujet. Si quelque chose est à retenir c’est le montage et l’architecture des épisodes. En effet, je l’ai dit plus haut, Codex tient un journal intime devant sa webcam. Cette courte vidéo fait office d’intro à chaque épisode et c’est une très bonne idée. C’est sobre, bien fait, ça fait sourire, parfois rire et ça démarque sur le reste de l’épisode qui est souvent plus mouvementé.

Je conclurai en parlant des deux clips « Game one » and « Do You Wanna Date My Avatar » qui ont fait exploser le nombre de vues de la chaine avec respectivement 4 500 000 et 25 600 000 vues ! Alors à tous ceux qui les ont regardés sans s’arrêter sur la série : regardez-là ! C’est sur ces belles paroles que je vous laisse, on continue ce marathon la prochaine avec une web-série que je n’ai pas encore choisi !

Site – The Guild

Les Découvertes du Mouton – Authentik

Salut à tous, aujourd’hui je m’attaque à Authentik ! C’est une web-série que j’ai très rapidement évoqué la dernière fois et qui est beeeeaaaauuucoup moins connus qu’Unknown Movies, mais pas moins intéressante. J’ai regardé cette série il y a environ deux mois et j’ai pris mon temps pour écrire cet article car je ne savais pas vraiment quoi en dire. Il y a du bon, du moins bon, du cool, de l’intéressant… Allez, on va essayer de décortiquer tout ça !

Authentik, c’est une série d’une saison (et quelques épisodes), réalisé par Anthony Lemaitre, qui parle d’un jeune homme d’une vingtaine d’année un peu paumé, Ben, et de son entourage. Ce qui fait la qualité et l’originalité de cette série, c’est la construction de chaque épisode qui est systématiquement monté de la manière suivante : c’est un échange entre deux personnes (le plus souvent Ben et quelqu’un d’autre), durant 3 à 4 minutes généralement et portant le nom d’un des deux interlocuteurs. Et c’est tout. C’est cette simplicité qui fait d’après moi la force et la faiblesse de la série.

La force qui résulte de cette manière de tourner chaque épisode est l’originalité de l’idée. Des scènes très simple, presque en plan fixe, on en a déjà vu, par exemple dans Kaamelott, mais avec seulement (et surtout systématiquement) pas plus de deux personnages à l’écran, c’est assez rare et ça apporte de la fraîcheur à l’écran.

Le problème, c’est que lorsque que l’on n’apprécie pas un personnage ou un acteur, on a tendance à pas apprécié l’épisode dans lequel il se trouve dans son intégralité. Et comme sur une vingtaine d’épisodes, chaque personnage apparait environ 3 ou 4 fois, ça gâche une bonne partie de la saison. Bien sûr, notre avis sur un personnage peut changer d’un épisode à l’autre, c’est d’ailleurs ce qui m’est arrivé. Mais cette tendance à garder un souvenir mitigé d’un épisode entier laisse un avis étrange sur la saison complète. C’est pour cette raison que je ne savais pas trop quoi penser de la série au début : certains épisodes m’ont beaucoup fait rire (une pensée aux charlottes aux fraise du gros Moussa), mais d’autre m’ont laissé de marbre.

La conclusion de mes réflexions sur cette web-série reste très positive. Une série aussi simple avec des épisodes très courts et sans aucune prise de tête, c’est vraiment agréable. Je remercie Anthony LEMAITRE de m’avoir fait découvrir sa web-série. Vous le verrez peut-être prochainement en interview sur error404.fr. Sur ces belles paroles, je vous laisse, et on se retrouve bientôt pour parler de MMORPG !

Les Découvertes du Mouton – Unknown Movies

Salut à tous, bienvenue dans cette nouvelle édition des Découvertes du Mouton ! J’ai décidé de partir sur un petit marathon web-série, parce que j’adooooore ça, au cas où je ne l’ai pas assez dis, et on va commencer par « Unknown Movies » ! En fait j’ai déjà un peu entamé le sujet avec Ulysse et Random et je comptais continuer avec une web-série bordelaise, mais pour des raisons que j’expliquerai un peu plus loin, je m’attaque d’abord à cette série du youtuber Victor Bonnefoy alias InThePanda !

Unknown Movies, c’est deux saisons sorties au début des années 2014 et 2015 sur Youtube. Le concept est assez simple : un gars vous parle au cours de chaque épisode d’un film très peu connu. La petite subtilité de la série, c’est que ce gars, interprété par InThePanda lui-même, trucide des gens pendant qu’il récite son speech. Bien sûr, ça ne s’arrête pas là : ça n’aurai aucun intérêt et il ne s’agirait pas d’une web-série mais d’une chronique (un peu glauque, certes), dans l’idée de celle du Fossoyeur de film. Tout d’abord, il ne s’attaque qu’à ceux qui insultent le septième art, et l’idée de sa séance de torture avant d’achever sa victime, est de lui donner une leçon de cinéma. Finalement, c’est bien sûr à vous que la leçon est donnée.

Les cinq ou six premiers épisodes sont assez semblable, l’action se déroule dans la cave du meurtrier et il nous parle de Feebles, Kids ou encore French Family, sans doute des titres qui ne vous disent rien. Mais à la fin du sixième épisode, le Fossoyeur de film fait son apparition et c’est là que l’intrigue d’Unknown Movies prend son envol. Je n’en dirais pas plus afin d’éviter tout spoil, on va directement passer à ce que je pense de ce que nous propose InThePanda.

Avant toute chose, il faut préciser qu’Unknown Movies n’est pas présentée comme une web-série. Il y a bien deux saisons, il y a bien une histoire, mais je ne me rappelle pas avoir vu ou entendu le terme « web-série » comme on peut le voir par exemple avec « Ulysse, la web-série ». Cela dit, je la présente en tant que telle car elle a tout d’une web-série (ça fais beaucoup de fois web-série là…). BREF ! Que dire de cette œuvre ? Pour ma part j’ai énormément apprécié cette façon de faire découvrir des films méconnus (et quand on parle de film méconnus, ce n’est pas le genre que « presque personne n’a vu à part peut-être un cousin lointain… ». Non, là on est sur du film que PERSONNE ne connait). Je n’ai moi-même regardé qu’un seul de tous les films qui sont présentés dans ces vidéos, à savoir « Docteur Horrible », mais je compte en regarder d’autre sans tarder !

Les deux points les plus importants à noter sur Unknown Movies sont la qualité d’écriture de la web-série ainsi que le choix des films présentés. Quand je parle de qualité d’écriture, je ne dis pas qu’on a trouvé le troisième frère Cohen, bien entendu, mais la manière que l’auteur-réalisateur-acteur-panda a de mêler documentaire du septième art et fiction tout au long des deux saisons est très habile. Quand on regarde Unknown Movies, il arrive un moment où on ne sait plus si on continu pour découvrir encore et encore de nouveaux films plus loufoques les uns que les autres, ou si c’est pour savoir comment ce brave meurtrier va s’en sortir.

Concernant le choix des films, je ne peux pas vraiment dire si c’est un choix de qualité au sein des films oubliés étant donné que je ne connais pas ce domaine, mais ce que j’ai pu noter c’est que ce Youtuber ne se contente pas de choisir des films qu’il adore (comme je le fais moi-même le plus souvent). En effet, ses vidéos se divisent le plus souvent en deux parties : d’abord il présente l’œuvre, le réalisateur, bref tout ce qu’il y a à présenter, puis il passe le reste de la vidéo à expliquer pourquoi ce film est une merveille, une atrocité, une fausse bonne idée, une vrai bonne idée ratée, un coup de génie… Et c’est très bien fait !

Enfin un petit mot pour les acteurs : ils sont pour la plupart inconnus (à part le Fossoyeur de film bien sûr), même si les plus « webophile » d’entre vous pourront reconnaitre le personnage principale de la web-série « Le dernier monde », mais ils sont tous très doués. Je pense bien sûr au réalisateur qui incarne à la perfection son rôle, mais aussi à Tom Laurent qui incarne d’abord un petit rôle dans la première saison pour finalement être au cœur de l’intrigue lors de la saison 2. Enfin, parmi les acteurs ponctuels (il y en a beaucoup, vraiment beaucoup), je pense à la jeune fille qui apparait au début de l’épisode sur Dr. Horrible qui interprète très bien la fan presque hystérique, ainsi qu’au journaliste qu’on verra au travers de quelques épisodes.

Comme je l’ai dit, Unknown Movies c’est deux saisons, pour le moment. J’en vient à la raison qui m’a poussé à  commencer cette suite d’articles par cette web-série et non par Auth… (Oups j’ai failli spoiler !). L’intrigue d’Unknown Movies n’est pas terminée, et InThePanda a récemment lancé une campagne de financement participatif sur Ulule pour la saison 3 ! Il me semblait donc important de commencer par parler de lui afin de tenter de toucher un maximum de personnes avant l’échéance de cette campagne. Je vous mets la vidéo de présentation de la campagne juste en dessous pour ceux que ça intéresse, n’oubliez pas que le moindre euro pourra l’aider, lui et toute son équipe à atteindre leur objectif pour pouvoir terminer le magnifique projet qu’est Unknown Movies ! Je vous invite également à aller visiter sa chaine car il propose d’autres contenus très intéressant. Sur ce, je vous laisse, on se retrouve prochainement pour une autre web-série !

 

Projet Ulule

Chaine Youtube

Quitter la version mobile