Une Journée à la Japan Expo 2019 : Ses cosplays !


On vous propose aujourd’hui et pour fêter la sortie de The Legend Of Zelda : Link’s Awakening sur Switch une sélection de clichés pris durant la Japan Expo 2019 ! Il y a bien évidemment de nombreux cosplays en lien avec The Legend Of Zelda, mais pas que ! Nous vous proposons aussi de découvrir ou revoir quelques clichés du championnat de cosplay qui a lieu tous les ans sur le salon, ainsi que des clichés du public et même le ballet Dragon Quest qui a fait sensation cette année !

Le Ballet Dragon Quest

 

Les Cosplayeurs

Assassin’s Creed Expérience : l’Escape Game au cœur des Invalides


Du 19 octobre au 4 novembre 2018, le Musée de l’Armée accueille un jeu immersif inédit, développé en partenariat avec l’agence Cultival et le studio Ubisoft.

Entre Amis ou en Famille, percez le secret de Napoléon Ier et découvrez le musée nationale des Invalides sous un angle nouveau ! Notre équipe a eu la chance d’être convié à une soirée découverte de cet escape game et voici nos impressions.

Tout d’abord, le courageux aventurier se voit une mission de la plus haute importance.

La voici : « La Confrérie des Assassins et l’Ordre des Templiers en sont convaincus, Napoléon Ier aurait construit son empire grâce aux pouvoirs d’une mystérieuse relique ramenée d’Égypte en 1798. Depuis plus de 200 ans, ils s’affrontent pour la retrouver, leur quête les mène aujourd’hui dans l’enceinte de l’Hôtel national des Invalides, où repose le corps de l’empereur. Préparez-vous, c’est ici que vous entrez en jeu. Devenez Assassin ou Templier, et soyez le premier à percer le secret de Napoléon« .

Pour commencer la partie, nous allons devoir d’abord choisir son camp : Assassin ou Templier.

Il faut aussi télécharger l’application « Hackeo » qui nous permettra de scanner des indices et de progresser à travers le musée des Invalides pour dénicher de nouveaux indices. Cela apporte une dimension ludique à l’expérience.

Vous avez 2h devant vous pour parcourir l’immense Hôtel des Invalides : vous aurez l’occasion de découvrir le tombeau de Napoléon,  l’Eglise Royale, Le Dôme doré..etc.

La prestance des lieux apporte une atmosphère particulière au jeu.

Les épreuves consistent à une série de questions en lien avec le lieu où se trouve les panneaux « indices » à scanner. On invite le joueur à s’imprégner du bâtiment au niveau architectural et historique, d’observer attentivement les détails sur les fresques murales, d’aller chercher des informations sur la vie de Napoléon Ier afin de débloquer le reste du parcours.

Une fois le panneau scanné, un objet en 3D apparaît. On peut s’amuser à le déplacer sur l’écran et d’autres détails peuvent appaire et dévoiler des indices précieux pour la suite donc ouvrez l’oeil !

Des sages encapuchonnés bienveillants seront sur votre chemin afin de vous aider dans votre quête et vous ouvrir les différents passages secrets. Ils pourront aussi vous aiguiller si jamais vous êtes perdus.

En conclusion, on ne peut que vous conseiller de tenter cette expérience au sein de ce Musée trop peu connu qui regorge de chouettes trésors historiques. Les différentes épreuves sont accessibles pour tous et feront appel à votre logique, à votre sens de l’observation et votre culture générale. On a pu essayer l’activité de nuit et c’est certainement le moment le plus propice pour découvrir ces lieux secrets du musée des Invalides. Cependant, le lien avec Assassin’s Creed n’était pour moi pas si flagrant (peut être n’y ai je pas joué assez) et était plus un concept pour donner envie aux jeunes de découvrir un musée auquel ils n’iraient pas forcément d’eux même sans ce contexte.

Malheureusement, on vous en parle maintenant, mais il faudra attendre une prochaine édition pour y participer car tous les créneaux horaires sont complets depuis bien avant le début des festivités !

Malkyrs : Les Arènes de l’Éternité : Test et Rencontre


Bonjour à tous ! Format un peu spécial aujourd’hui puisqu’on va tester un jeu qui nous faisait de l’oeil depuis longtemps. C’est à l’occasion d’une rencontre avec Paul Vaudandaine, co-fondateur de Malkyrs et créateur du jeu des Arènes de l’Eternité que nous avons pu en apprendre plus sur le premier titre du jeu qui propose un fonctionnement assez inédit : un jeu de cartes physique à distance. On a tous rêvé de pouvoir jouer aux cartes Magic ou Yugioh avec nos amis à distance. Le bon vieux combo webcam/micro pouvait faire l’affaire mais était assez contraignant et pas toujours très fair play (toi aussi tu as pris la carte de ton deck qui t’arrangeait au moment voulu !). Malkyrs débarque dans le « card game » avec des idées novatrices, des mécaniques originales et surtout des cartes NFC lisibles par un lecteur NFC dédié ou un smartphone. Bref, on vous en dit plus sur le titre et son avenir.

 

Qui dit jeu particulier dit format particulier. On va vous faire une présentation du titre point par point plus que points positifs et négatifs comme à notre habitude. Le jeu est encore en développement et le projet avance mais il serait dur d’en juger dans l’état actuel des choses avec un tranchement définitif !

– Les cartes –

Par quoi commencer si ce n’est le coeur même du sujet. Malkyrs, c’est avant tout un jeu de cartes. Les cartes se présentent toutes sous la forme d’illustrations avec un nom et quelques éléments de HUD, mais vraiment le strict minimum. Un jeu de cartes en ligne, à l’image d’un Hearthstone, c’est que les équilibrages et les évolutions sont fréquentes. La meilleure solution pour ne pas rendre une carte obsolète, c’est de contenir les informations de façon dynamique et pas imprimé sur la carte. C’est donc le jeu et la puce NFC contenue dans la carte qui contiendra toutes les informations sur celle-ci.

Sachez que les cartes de personnage sont d’ailleurs nommables et gagnent de l’xp. On peut également leur équiper divers objets pour gonfler un petit peu leurs statistiques (à la manière des runes sur League Of Legends). Si vous êtes adeptes de l’échange, vous verrez peut être passer entre vos mains des cartes aux noms sogrenues !

Voilà comment une carte se présente. L’illustration sur toute la carte, et à gauche un symbole représentant le type de la carte : attaque, défense, annulation, attaque magique, défense magique et j’en passe…  Globalement les illustrations sont plutôt très réussies. L’univers se rapproche plus d’un Magic un peu sombre qu’un YuGiOh ou un Pokémon.

Le chiffre à droite est le nombre d’utilisations de la carte dans une partie et le nombre de petits ronds blancs autour du chiffre indique la « mana » nécessaire pour la jouer. Comme vous le voyez, les cartes sont très simples et lisibles à comprendre !

– Les packs –

Vous pourrez donc retrouver les cartes sous de nombreux formats bien connus des joueurs de cartes :

  • Format Découverte : Deck de 10 cartes + 1 carte champion (tout ce qu’il faut pour jouer !) et un lecteur NFC pour lire vos cartes sur le PC : 50€
  • Format Champions : Deck de 10 cartes + 1 carte champion (tout ce qu’il faut pour jouer) : 25€  -> Ce format est désormais le plus démocratisé pour Paul. Moins coûteux il permet de jouer au jeu à un prix tout à fait convenable. Il ne contient pas de lecteur NFC, mais si vous avez un téléphone compatible NFC (soit beaucoup de téléphones Android) et le bluetooth, vous pouvez utiliser leur application dédié Malkyrs Nomade en guise de lecteur. Pour avoir essayé également, cela fonctionne plutôt bien même si je préfère personnellement le joli socle dédié de Malkyrs, dédié entièrement à faire l’interface carte/PC.
Kimeurpa, un héros… invincible ?
  • Format 2.0 : Pack de 6 cartes. Le futur de Malkyrs et l’accessibilité du jeu au meilleur prix. Une sorte de Pack Champions réduit. Il est possible de jouer avec seulement ces packs de 5 cartes + 1 carte héros. Même s’ils ne rivaliseront pas avec les grosses compositions de decks, ces packs sont d’excellentes initiations. Il en existe deux à ce jour Daeris et Lyceran. Si vous êtes sages, on vous en fera gagner un à la fin de l’article. Alors GO!
  • Booster : 3 cartes aléatoires. Pas la peine d’épiloguer sur ce qu’est un booster. Dans la dernière extension : Tumulte sur Oligar, il est possible d’obtenir des héros avec des skins alternatifs que ceux présents dans les packs de démarrage dans les boosters ! 6€

Les coûts des cartes sont assez chères et cela peut se comprendre puisque CHAQUE carte possède inévitablement une puce NFC qui la rend coûteuse. C’est pour cela que le jeu repose sur des decks de seulement une dizaine de cartes au lieu des 50 ou 60 habituels des jeux de cartes. On a en revanche la possibilité de réutiliser plusieurs fois la même carte, alors on a toujours de quoi faire des combos et enchaîner avec ses cartes favorites !

 

Psst Malkyrs si vous passez par là, on a ouvert les boosters qu’on avait à notre disposition, et on a chopé Lyceran, Gardien d’Orivol. Vous demandez une photo sur votre site officiel si tel est le cas alors voilà :

 

– Le gameplay –

L’interface de jeu. La carte qui s’active est la deuxième en partant de la droite , donc ici Vengeance Embrasée. La plus à droite étant celle venant juste d’être joué par le joueur dont c’est le tour. A son tour, on ajoute une carte à droite et celle avant s’active. Ce n’est peut être pas le plus logique pour que cela soit intuitif mais une fois le coup de main pris, c’est assez pratique de voir ce que l’on joue et ce qu’il s’est passé.

Votre deck en main, vous voilà fin prêt. Pensez juste : il n’y a pas de pioche dans Malkyrs. C’est plutôt logique pour un jeu de la sorte et ne pas juste piocher ce qui nous arrangerait sans que l’adversaire ne voit rien du tout. Vous jouerez donc à tour de rôle contre votre adversaire, le but étant de gagner en faisant tomber à 0 les points de vie du héros adverse. Jusque là tout est très classique. Chacun des héros possède trois caractéristiques : l’intelligence, la force et la défense. Ces caractéristiques sont boostables et vont changer au fil de la partie. Chaque carte propose un effet différent, et beaucoup permettent de réaliser des combos avec d’autres cartes du deck afin de maximiser leur efficacité. On retrouve donc un gameplay assez classique de JCC. Le nombre d’utilisations max d’une carte par combat, noté en haut à droite de la carte, se retrouve facilement en jeu. Je vous conseille d’ailleurs de sortir de votre deck/main une carte qui a atteint son nombre max d’utilisations.

On regrettera peut être la simplicité du jeu qui ne permet de jouer qu’une seule carte par tour maximum. On passe donc notre temps à préparer des combos dévastateurs, défendre quand on voit que l’adversaire va nous lâcher un gros combo et c’est à peu près les seules mécaniques trouvées pour le moment.

En jouant, on voit qu’on active pleins d’effets sur la durée comme du poison, une brulûre etc mais leur indication n’est pas des plus explicites non plus.

Je ne doute pas que les mécaniques de jeu sont bien plus pointues sur des decks bien réfléchis et à haut niveau, mais en ayant fait pas mal de parties en tant que pur novice, on se retrouve rapidement à enchaîner le même combo de cartes. Cela reste à creuser et à réfléchir à des nouveaux combos. Lors du deckbuilding, je vous conseille d’ailleurs de traîner sur le wikia très complet du jeu tenu par la communauté (et rejoindre leur serveur Discord très actif !) car c’est dur de construire un deck en ne regardant que les cartes qui n’ont que des illustrations..!

 

– L’avenir du titre –

Après avoir parlé une bonne heure avec le fondateur de Malkyrs, on a appris beaucoup de choses sur celui-ci. Les équipes se concentrent désormais sur la mise en place d’un tutoriel efficace… Il est vrai que le jeu au premier abord paraît assez brut et pas très user-friendly, il faut un certain temps pour en comprendre les mécanismes. Il y aura également une campagne solo à venir prochainement, et surtout deux autres extensions sont déjà prévues !

Avec ses 5.000 joueurs récurrents et une première extension « Tumulte sur Oligar » sortie le 25 mai 2018, et représentant la première moitié d’un story-telling plus important nommé « Bienvenue sur Oligar », la suite « Raids sur Oligar » débarquera le 9 novembre 2018 et proposera à son tour 54 nouvelles cartes dont 2 nouveaux champions. Chacune des sorties d’extension est accompagné d’une semaine doublée en faveur (la monnaie in-game pour acheter de l’équipement) et d’un mini tournoi de lancement d’extension entre les joueurs.

On espère de notre côté une sortie du titre sur mobiles ou Nintendo Switch car le gameplay s’y prêterait totalement. On pose les cartes sur les Joycon comme les amiibo (qui utilisent la même technologie, donc cela serait possible) et on pourrait jouer au jeu de cartes à peu près partout avec n’importe qui ! Sur mobiles, même chose, on pose les cartes sur son téléphone, comme le lecteur nomade actuel qui permet de lire ses cartes pour jouer sur PC, mais avec une interface directement intégrée à la version mobile du titre pour pouvoir jouer sans repasser par l’ordinateur.

Victoire !

 

En définitive, Malkyrs est un jeu en pleine expansion. Avec une idée de base tout simplement extra, des mécaniques d’exclusivité qui motivent les joueurs et les fidélisent (cartes avec skins exclusifs dans les boosters, cartes promo, exclusivité de tournoi ou d’enseignes…), Malkyrs a toutes les bases pour devenir un excellent titre !

A l’heure d’aujourd’hui, nous vous conseillons de vous le procurer pour soutenir les développeurs et tester le principe de jeux de cartes physique qui se joue numériquement ! De nombreux artistes sont investis sur le projet, alors c’est aussi une façon de saluer leur travail ! Si vous aimez Magic, Malkyrs devrait vous plaire (peut être moins si vous êtes plus cartes Yugioh et Pokémon qui ont un deisgn plus kawai et moins mature que Malkyrs)

Si le principe est séduisant, l’ergonomie du jeu et le gameplay reste encore perfectible sur de nombreux points, et un vrai tutoriel d’explication est essentiel pour pouvoir présenter le projet.

Quoi qu’il en soit, nous ne sommes pas revenus les mains vides de la Japan Expo et nous avons un pack 2.0 de la dernière extension à vous faire gagner !

 

Encore merci à Malkyrs pour leur accueil sur la Japan Expo et les decks de démo qu’ils nous ont fournis pour tester le titre. Nous avons ensuite achetés plusieurs packs à la JE (et notamment celui pour vous ! On ne pouvait pas s’empêcher de vous faire découvrir le jeu!) car je compte bien continuer à jouer à Malkyrs tranquillement dans mon coin, et je n’hésiterai pas à vous parler de mises à jours majeurs sur le titre ! On se croisera peut être sur le jeu si vous vous lancez… Si vous tombez sur un Maximilange in game… ne soyez pas étonnés ! 😉

Concours Malkyrs – Ouvert jusqu’au 19 août à 23h59 ! 

Remplis simplement ce petit formulaire et tu seras recontacté si tu remportes à la fin du concours ! N’hésite pas à multiplier tes participations sur notre Facebook et notre Twitter !

Il s’agit d’un pack de démarrage Lyceran qui permet de se lancer dans la partie avec le minimum de cartes pour un deck et de commencer à s’initier au jeu !

 

Un week-end à la Japan Expo 2018


Bonjour à tous,

On s’est rendus cette année avec Furyina à la Japan Expo 2018 ! On en a vu des choses, et pas qu’un peu ! Alors il est temps de vous parler des différentes choses qu’on a pu voir !

– Ambiance générale –

Pour le vendredi et le samedi, je n’ai pas ressenti de différences très notables quant aux nombres de personnes : les deux jours étaient bondés du début à la fin (et mention spéciale pour la finale de cosplay de l’ECG de samedi qui a rempli la plus grande scène de la Japan Expo de  tout le hangar ! Assez impressionnant !

Globalement, les prix étaient chers pour les goodies (des peluches à 40€, des figurines dépassant les centaines d’euros), des techniques de vente un peu aguicheuses mais vite dangereuses : par exemple le stand Merch In Dice où des boîtes à 30€ étaient proposées et étaient potentiellement remboursées. Pour cela, il ne fallait faire rien d’autre qu’un triple 6 aux dés, ce qui nous donnaient 1/216 chances de réussir ! (avec une chance sur 6 pour chaque dé et des événements indépendants, sisi les maths de terminale S et les probas) (D’ailleurs, si je me plante et que je ne me rappelle pas de ces cours si lointain, dites-le moi ! ;))

Les lucky bag japonais étaient aussi à la mode et de nombreux stands proposaient des sacs surprises à divers prix et sur divers thèmes, très rarement intéressant mais ayant pourtant eu un succès non négligeable. On avait également un stand spécial pour les Ichiban, les loteries japonaises. Le principe est simple : vous achetez un ticket à un prix fixe et remporter forcément un lot qui n’a pas encore été gagné de la loterie. C’est donc souvent un petit lot d’une valeur plus faible que le ticket qui est remportée, mais quelques gros lots (souvent de grosses figurines assez sympa) viennent compléter la loterie et contrebalancer ces petits lots !

– Cosplay Show et Finale des ECG (European Cosplay Gathering) –

 

Forte composante de la Japan Expo ou des conventions du genre, le coin extérieur entre les halls de la Japan Expo était, comme à son habitude, rempli de personnes déguisées en personnages de jeux, de séries, de films, de mangas et bien plus encore. Les costumes étaient variés et certains avaient fait des costumes vraiment exceptionnels, ou très originaux, tandis que d’autres plus classiques, participeront tout de même à cette petite fête !

Comme à son habitude, l’ECG est le temps le plus fort de la Japan Expo. La scène Ichigo, la plus grande de la Japan Expo était remplie d’un bout à l’autre, avec plusieurs milliers de personnes admirant le show. Overwatch, Warcraft, Disney, Fate, de nombreuses licences seront représentées durant cette finale haute en couleur. Les écrans proposaient des images de qualité sur les prestations, et de petites vidéos sur chaque pays étaient diffusés entre chaque, permettant de dynamiser le rythme de la finale. On a donc profité d’une finale explosive avec une Mei en tant que grande gagnante solo et le groupe gagnant était celui de Smite !

Résultats de la Finale de l’ECG – European Cosplay Gathering 2018

Solo:

1ère place : Pologne – Overwatch – Luiza

2ème place : Allemagne – Vaiana – PandoraCos – Cosplay & Art by Yuna

3ème place : Suisse – Viking – Cide Cosplay

Groupe:

1ère place : République tchèque – Smite – Germia Ketrin cosplay Ali Cosplay & Props

2ème place : Allemagne – Fate Grand Order – CupCat -> Shiroku & Chiko Chan

3ème place : Suisse – The Witcher 3 – Syf Cosplay et Ailyta cosplay

Prix Arda Wigs : Finlande groupe – Beyblade – UruharaFC

Je vous invite enfin à découvrir un joli récapitulatif des cosplays qu’on pouvait croiser dans la Japan Expo réalisé par ORYON, une vidéo de qualité qui représente bien l’ambiance qui régnait sur la Japan !

Musique : EPIC SOUL FACTORY – « Hero Memories »

– Malkyrs –

Malkyrs est un jeu de cartes connecté français qui va faire parler de lui dans les prochains mois. Prévu pour une sortie définitive en mars 2019, le jeu possède déjà une jolie petite communauté et a de jolis plans pour l’avenir. Je ne m’étale pas trop sur le sujet car j’ai pu rencontrer Paul, l’un des créateurs du jeu qui m’a initié à Malkyrs et m’a longuement parlé de son jeu. Un article dédié à celui-ci viendra donc prochainement ! 🙂

En tout cas, on apprend tout juste que Malkyrs va débarquer dans tous les Micromania Zing de France, avec une carte exclusive : Griffe de Braise, dont les méthodes d’obtention sont encore restées vagues.

Par ailleurs, si vous avez un téléphone Android, vous pouvez installer l’application nomade de Malkyrs pour scanner les cartes trésors se trouvant en magasin et vous faisant remporter 1000 faveurs, précieuse monnaie du jeu pour obtenir de l’équipement pour vos héros. Le téléphone peut également servir de lecteur de jeu pour le peu que votre ordinateur dispose de Bluetooth (sinon une clé Bluetooth ça coûte rien et ça marche très bien, je l’ai acheté pour synchroniser les manettes de mon Lenovo Mixed Reality, et ça marche du feu de Dieu !) et d’un lecteur NFC sur votre téléphone. Il sera ainsi possible de scanner les cartes directement dans le jeu via votre téléphone, ce qui évide d’acheter le lecteur et le pack à 50€ et ainsi d’essayer le jeu dès 25€, ce qui est nettement plus raisonnable et qui laisse la porte ouverte à pleins de curieux pour un prix moindre !

– KLab Games –

Petit nouveau venu dans les « gros » stands de la Japan Expo, il s’agissait de l’acteur du jeu mobile KLab. Venu présenter ses derniers titres mobiles : Bleach : Brave Souls, et Captain Tsubasa : Dream Team. Les jeux mobiles étaient présentés au travers de trailers et de diverses petites activités. Pour Bleach, il s’agissait d’un UFO Catcher pour tenter d’obtenir des petits goodies sur la licence. Du côté d’Olive & Tom, le concept avait été poussé un peu plus loin. Il était déjà possible de lancer des roue de la fortune sur des tablettes pour tenter de remporter tatouages, t-shirts ou chiffon microfibre sur la série, mais c’était surtout l’occasion de s’essayer à la VR. KLab a développé pour l’événement un mini jeu basé sur Captain Tsubasa : Dream Team  en VR. Une fois le HTC Vive mis sur la tête, vous voilà au milieu du terrain de foot. Votre but : arrêter trois tirs tous différents et particuliers… Le dernier était particulièrement difficile à stopper puisqu’il s’agissait du célèbre Tir de la Feuille Morte, iconique shoot d’Olive & Tom ! Cette petite expérience rapide était très immersive, surtout en cette période de Coupe du Monde, et mettait bien en avant le jeu mobile. Les séquences de tirs reprenaient exactement celles que l’on trouve sur le jeu mobile, alors que l’on découvrait le jeu par la VR ou bien que l’on puisse redécouvrir le jeu mobile que l’on connait dans une version VR, il y avait de quoi s’amuser quoi qu’il arrive !

-Waven –

C’est le moi d’il y a 15 ans qui parle : une nouveauté chez Ankama, ça ne se rate sous AUCUN prétexte. Waven, c’est la nouveauté de chez Ankama Games cette année. Une espèce de mélange entre jeu de plateau à la Krosmaga, jeu avec plusieurs héros et builds à la Dofus Arena, mais toujours l’univers de Dofus/Wakfu. Waven promet d’être le Dofus Cube, ou 3.0 comme son nom original l’indiquait. On a pu essayer une partie de preview du titre contre un autre joueur. L’interface était bien propre et le gameplay  très intuitif. On possède un « deck de sort » et il nous est possible de déplacer nos personnages et lancer des sorts à chaque tour. Même si de nombreuses subtilités nous échappent encore (les sorts n’ont pas de portée et peuvent donc être utilisés de partout, donc pas besoin de se déplacer finalement ?), Tôt, créateur de Dofus et la société Ankama nous assure qu’il y aura beaucoup de PVE, une cinquantaine de sorts par classe de personnage pour personnaliser son gameplay à volonté, de nombreux alliés à invoquer et encore bien d’autres éléments. Le but du jeu est donc de faire tomber les points de vie de son adversaire à zéro, un peu à la façon d’un Hearthstone (pour le système de deck et de vaincre le héros). Au final, le jeu propose quelques mécaniques intéressantes. Par exemple, chaque utilisation de sort donne des points élémentaux qui serviront à invoquer des alliés ensuite. Des statuts peuvent se cumuler sur les personnages, altérer leurs statuts et leurs fonctions.

En tout cas, le jeu nous a beaucoup attiré l’attention après notre partie de test et notre discussion avec Tot. C’est étonnant d’ailleurs que ce soit le boss final d’Ankama qui présente le jeu himself. Après comme c’est son idée, c’est sans doute plus légitime. Tot a toujours aimé parler avec sa communauté à travers son blog. Vivement la bêta car je suis très curieux d’en apprendre bien plus sur le titre !

– Les conférences –

Sword Art Online Alicization : C’était une conférence attendue par les fans, et ceux-ci n’auront pas été déçus. Alors qu’elle était ponctuée par un live-drawing de Shingo ADACHI, chara-designer de la série, qui sera remporté par une personne aléatoire du public

La conférence présentée par Kayane fût intéressante pour les fans et on eut même le droit à quelques exclusivités mondiales. L’annonce la plus importante de la conférence était bien évidemment l’arrivée de la saison 3 de Sword Art Online – Alicization qui sera dans continuité de l’Aincrad et de Gun Gale (mais pas du spin-off Gun Gale Alternative sorti récemment avec d’autres personnages). Cette nouvelle saison sera disponible en exclusivité sur Wakanim dès le mois d’octobre 2018, donc très bientôt ! C’est une super nouvelle pour les fans et une énorme exclu mondiale qu’a ramené Wakanim à la Japan Expo. Voici le tout nouveau trailer qui a été diffusé pendant la conférence.

 

Disgaea In Translation : Niikawa-san, PDG de NIS America Software et Nico From Tokyo, traducteur officiel des jeux Disgaea, ont tenus ensemble une conférence sur la localisation des prochains titres de Nippon Ichi Software. C’est donc le prochain Disgaea 1 Complete Edition sur PS4 et Switch qui a été entièrement re-traduit (il l’avait déjà été de l’anglais vers le français sur sa version DS, mais va l’être de nouveau du japonais vers le français pour être bien plus fidèle à la réalité). Le jeu sortira le 12 octobre 2018. Les compères nous parleront aussi de Labyrinth of Refrain, qui sera aussi localisé en français et qui est le prochain espoir majeur de l’entreprise, qui voit déjà ce titre comme le successeur de Disgaea. Ce dernier sortira le 21 septembre 2018. On en apprendra beaucoup sur les problèmes liés à la localisation sur de nombreux points, les délais nécessaires et bien plus encore ! Une rencontre très intéressante pour les passionnés de jeux japonais !

VEGA MANGA : Conférence sur une petite scène, VEGA est une nouvelle maison d’édition de mangas qui va se concentrer sur plusieurs seinen. Présentation de l’entreprise, des personnes qui la composent, de l’origine du nom de l’entreprise, mais surtout les premiers projets de la maison à venir en octobre.

PELELIU  par TAKEDA Kazuyoshi

Résumé :
La bataille de Peleliu, nom de code Operation Stalemate II (« impasse » en français), s’est déroulée durant la Seconde Guerre mondiale entre les États-Unis et le Japon dans le Pacifique entre septembre et novembre 1944 sur l’île de Peleliu, dans l’archipel des Palaos.
Le général américain avait prévu que l’île serait sécurisée en quatre jours, mais en raison de fortifications bien installées et de la forte résistance japonaise, les combats ont duré plus de deux mois. Cette bataille est sûrement la plus controversée de la guerre, en raison de la valeur stratégique douteuse de l’île et du grand nombre de morts. En effet, après la victoire américaine décisive dans la bataille de la mer des Philippines, l’aviation japonaise ne représentait plus une menace aussi sérieuse et l’objectif de Peleliu apparaissait donc non stratégique. Le manga décrit le quotidien de cette bataille par les yeux d’un soldat japonais. 

SURVIVANT – SHONEN S NO KIROKU par Takao Saito et Akira Miyagawa

Résumé :
À la suite d’une catastrophe naturelle, le jeune Satoru se retrouve seul au milieu d’une nature redevenue hostile. Ce jeune homme urbain, assisté et apeuré va devoir réapprendre, par le souvenir, la logique ou la nécessité, les gestes et les techniques qui lui permettront de survivre. En attendant, il devra affronter les bêtes sauvages, les rats ou les humains, et, bien pire, la faim, la peur et la solitude. Satoru réussira-t-il à survivre ? C’est tout l’enjeu de cette série.

DEEP SEA AQUARIUM MAGMELL par Sugishita Kiyomi

Résumé :

Dans la baie de Tokyo a été construit un superaquarium à plus de 200 mètres de profondeur. Le Deep Sea Aquarium Magmell est le seul au monde qui peut observer de près la vie sous-marine sauvage de ces profondeurs.L’occasion de découvrir mystères de la nature et créatures improbables. Kaitaro Amagi, a décidé de travailler comme nettoyeur à l’Aquarium Magmell. En fait, il adore les étranges créatures des profondeurs et est fasciné par ce monde encore inconnu. Un jour, une rencontre avec le directeur Otosezaki Minato va bouleverser sa vie, et le mener sur les chemins aventureux de la recherche.


-Les stands notables et animations –

Kazé nous a gâté en terme d’animation cette année avec de nombreuses choses orienté sur leur nouveau gros hit : The Promised Neverland : mur d’escalade, test de QI de « Maman », une Escape Box à réserver à l’avance gratuite et un petit photocall sur une autre licence qui fait les beaux jours de Kazé : Black Clover. La célèbre roue de la chaîne J-One avait pris place sur le stand Glénat et faisait gagner de nombreux cadeaux durant ces 4 jours !

On remarquera aussi le joli petit stand d’Ankama qui était toujours très cosy et sympathique, comme à leur habitude, mais aussi les nombreux petits stands d’artistes qui produisent divers produits fait main, des mangas auto-produits, des tenues traditionnelles, des lettres avec nos prénoms écrit en kanji et pleins de choses du genre.

Petite mention pour Mwoaa_art, qui fait de la peinture sur cartes pokémon. Vous avez sûrement déjà vu passer ses oeuvres ou des oeuvres similaires sur vos réseaux sociaux. Le rendu est saisissant !

Bref, la Japan Expo, c’est une dizaine de scènes avec des conférences de tous les côtés, des tonnes de stands avec leurs propres programmes, leurs animations et leurs présentations et tant de choses à voir et acheter qu’il est impossible d’avoir assez de temps pour être partout ! La Japan Expo n’a pas volé son titre de rassemblement  nationale de l’univers nippon en France, et c’est à chaque fois un régal et une bouffée au pays du Soleil Levant. Une bouffée qui a certes un prix élevé et beaucoup de monde, mais bouffée quand même ! Rdv l’an prochain pour les 20 ans de la Japan Expo, qui promet d’avoir un programme encore plus explosif !

Encore merci à la Japan Expo de nous avoir proposés d’être leur partenaire cette année !

Koch Day #1

Bonjour à tous ! Ce jeudi 1er février, Koch Media a organisé son premier événement live dans le Loft Bastille à Paris: Le Koch Day #1. L’occasion pour les journalistes et médias de découvrir les prochaines sorties à venir chez Koch Media. Un invité de prestige était également présent pour parler de ces 2 dernières sorties : Square Enix ! Petit tour des previews que l’on a pu voir et testé !

Kingdom Come : Delivrance : Le premier jeu du studio hongrois Warhorse Studios nous propose une sorte de Skyrim réaliste dans un univers médiéval très réaliste. Nous avons pu jouer au jeu une demi-heure. Après quelques cinématiques plutôt jolies, on débarque dans la maison du protagoniste, jeune adulte étant encore chez ses parents qui cherche à apprendre le maniement de l’épée. Les combats ne recherchent pas forcément le dynamisme de certains autres jeux, mais ils font preuve d’un réalisme à toute épreuve. Il est possible de choisir l’angle d’attaque au sabre, la force de sa frappe (plus elle est lourde et moins elle sera rapide) grâce aux joysticks sur la manette. Je me demande comment cela sera géré efficacement au PC sans joystick mais le gameplay sur manette était plutôt réussi. Il est possible de voler ou de récupérer de nombreux objets dans le jeu à la manière d’un Skyrim/Fallout. Le temps pour ramasser les objets me semblait quand même assez long. On voyait toute l’animation pour ramasser chaque objet avec le personnage qui se penche, tend la main et prend l’objet… Alors quand on ramasse 5/6 pommes avec cette même animation de quelques secondes ça devient vite long…

Le défaut que l’on pourrait reprocher au jeu est sa volonté de vouloir être trop réaliste. Au final il n’y a pas de fantaisie dans le level design ou d’identité qui lui est vraiment propre et on a l’impression d’être dans quelque chose de très générique dans l’univers. Faire quelque chose d’ultra réaliste dans le jeu vidéo reste tout de même difficile et les jeux se caractérisent la plupart du temps par leur propre identité grâce à certains éléments qu’on ne retrouvera nul part ailleurs. Point positif pour le menu cependant qui avait l’air assez complet et bien foutu. Hâte de tester d’avantage ! 

Sortie le 13 février.

Attack On Titans 2 : Le nouveau Shingeki No Kyojin est attendu au tournant. La licence marche du feu de dieu et est maintenant devenu un incontournable des mangas nippons en France. Déjà réussi lors du premier essai, ce nouvel opus ne vient que confirmer l’acquis. Le jeu est beau, en cinématique ou en jeu, et la fluidité des mouvements donne envie d’aller toujours plus loin. Il est très plaisant de se déplacer dans les airs à l’aide de ses grappins, et le système de combats dans les tutoriaux testés est assez simple tout en étant technique. Il pourrait s’apparenter à une forme de QTE, mais le temps de test fut trop court pour juger toutes les possibilités. Il y aura sûrement bien plus à voir en terme de gameplay ! Les musiques étaient très sympa aussi, bref pour le moment il n’y avait que du positif ! 🙂 

Sortie le 20 mars !

Dynasty Warriors 9 : Il n’y avait que deux postes pour tester ce nouvel opus de Dynasty Warriors, alors on a regardé par dessus l’épaule d’autres journalistes. Le jeu faisant déjà des émules au Japon (il faut dire que lorsque j’étais en voyage au Japon en août et septembre dernier, les devants d’étalage des nombreuses boutiques d’Akihabara proposait toujours le jeu à un prix très élevé par rapport aux autres jeux et dans des versions collector gigantesques !) Le principe est toujours le même et le jeu risque de s’imposer comme le nouveau pionner des musou parmi les nombreux musou sortant ces derniers temps parmi les licences nippones ! Après, d’une vue externe, cela ressemblait quand même énormément au précédent opus… Sortie prévue le 13 février !

Agony : C’est un développeur du jeu présent sur place qui nous fit la démonstration d’Agony, une nouvelle licence d’horreur. La scène dans laquelle se déroulait le test était bien évidemment sombre, avec des crânes, os et même bébés ensanglantés un peu partout. Le jeu se déroule dans les enfers, et vous devrez survivre du mieux que possible… Le jeu avait l’air assez difficile et plutôt ouvert. Il était cependant possible de retrouver son chemin à l’aide d’une simple pression sur une touche de la manette. L’un des monstres mis en avant est une sorte de démogorgon rouge particulièrement dégueulasse (dans le sens sale monstre qu’on a surtout pas envie de rencontrer) Influencé par Stranger Things peut-être ?

Pour un premier jeu, Madmind a l’air de proposer un jeu cohérent qui peut être intéressant. On a hâte de tester cela de nous-même !

Sortie prévue le 30 mars !

Yakuza 6 : Last but not least du line-up du jour chez Koch Media, le tant attendu et super cool jeu se déroulant dans la capitale … Yakuza 6 ! Tokyoïte mais aussi Yakuza, retrouver dans ce 6ème volet (et déjà le 4ème sur PS4 après Yakuza 0, Kiwami et Kiwami 2) la suite des aventures de Kazuma Kiryu. Le jeu est toujours plus poli et pour être déjà aller à Tokyo, les rues sont bien trop ressemblantes à la réalité. C’en est presque inquiétant puisque simplement en regardant cette image, tout amateur du Japon aura follement envie de courir acheter des billets d’avions pour le Japon ! On a hâte de voir le jeu sortir, ce sera encore une folle réussite dans la saga sans aucun doute !

Nous avons testé un mini-jeu de séduction d’escort-girl comme cela peut se trouver au Japon. Vous payez pour sa présence et ses consommations sous la forme d’un jeu de cartes action/vérité… Pourquoi pas! Nous n’avons pas eu le temps d’en voir assez longtemps pour trouver un réel intérêt à ce mode mais pourquoi pas. Les combats se passent des différents modes de combats comme c’était le cas sur Kiwami mais reste tout aussi dynamique et en interaction avec le décor, donc c’est top quand même !

Il est temps de passer à l’invité de l’événement, les jeux Square Enix, ou plutôt LE jeu Square Enix. On avait à disposition Life Is Strange : Before The Storm, mais nous ne nous y sommes pas attardés puisque le jeu était déjà sorti un moment et l’amie Zora vous en a déjà parlé sur 404 !

On a quand même vu ce joli presskit Life Is Strange contenant… un paquet de mouchoirs !

 

 

En revanche, on a pu tester le fraîchement sorti Final Fantasy Dissidia NT, un jeu de combat-RPG prometteur. En 3v3, les combats en ligne sont très dynamiques, et pas évident à comprendre au départ. C’est le genre de jeu « easy to learn, hard to master. ». Il vous sera possible de choisir un personnage dans un large roster de personnages et vous devrez ensuite avec votre équipe vaincre 3 adversaires (cela peut être tuer 3 fois le même adversaire par exemple). Il vous faudra apprendre les affinités entre les classes de personnages et vous coordonner avec votre équipe pour vaincre vos adversaires et invoquer les terribles dragons comme Ifrit ! Chaque coup porté à un adversaire (avec rond) vous permet d’augmenter vos « points de bravoure ». Chaque coup reçu vous fait également descendre ce montant, alors attention ! Lorsque vos points de bravoure atteigne un certain seuil et que le montant devient écrit en violet, une pression sur la touche carré permettra de tuer l’adversaire directement qui fera baisser d’un cran le nombre de vie de l’équipe adverse. Vous aurez aussi la touche L1 pour vous protéger et le triangle pour utiliser vos capacités spéciales. Sur la map, un cristal magique peut apparaître. L’équipe la détruisant récupère un gros bonus pour sa barre d’invocation (qui se remplit plus lentement juste en donnant des coups). Appuyer sur le pavé tactile de la manette PS4 permettait ensuite de « caster » votre invocation. Plus vous êtes nombreux de l’équipe à le faire et plus le « cast » se fera vite (mais vous serez aussi vulnérable lors du cast). Bref, il y a ici plein de très bonnes idées de gameplay assez inédites. Un renouveau de la licence sortie sur PSP en 2009 qui n’avait plus rien sorti depuis tout ce temps. Quand on voit l’évolution, on a hâte de voir le prochain opus de Final Fantasy Tactics ! 😉 

On a joué contre des personnes de l’équipe de Square, et c’était finalement assez unfair de se faire éclater en boucle haha ! (Vous le sentez le mec qui a la haine d’avoir fait un seul kill en 5 parties et de se faire éclater à tout va ? :D)

 

Bref, pour conclure sur l’événement Koch, les décors des salles à thèmes étaient cool, et cela fait toujours plaisir de voir les équipes, que ce soit des développeurs ou même ici l’équipe de Koch et de Square impliqué dans leur travail et la passion qu’ils ont sur le domaine ! La plupart des jeux sont prometteurs alors on a hâte de découvrir cela.

L’événement était donc une franche réussite et on a hâte de pouvoir revenir pour le Koch Day #2 ! 😉

Du loot, du loot, du loot !

PS : Malheureusement nous sommes passés en début d’après midi et nous avions fini notre tour avant l’événement de lancement de Kingdom Come à 20h qui devait être très sympathiques ! Ayant eu 2 semaines très chargées (vous l’avez peut être vus au niveau des lives reports musicaux ?) je n’ai pas pu rester le soir, mais n’hésitez pas à checkez les photos sur l’instagram de Koch Media pour voir d’autres photos de l’événement. D’ailleurs, on peut m’apercevoir sur l’une de leurs photos sur Yakuza 6 ! Les coquins !

PSS : On a pas testé Pure Farming, puisque nous ne vous aurions sans doute pas proposé de reviews derrière alors une preview d’un jeu auquel on aurait forcément pas joué… Mais tout bien réfléchi, il n’y a que les non-aventuriers qui ne se risquent pas à tous les genres ! Alors je vais essayer de vous proposer un test de ce jeu un de ces 4 ! 😉

PlayLink House à Paris

Hello à tous !

Ce jeudi 12 février, nous nous sommes rendus derrière le Grand Rex, dans un appartement immense et totalement brandé Sony et PlayStation pour l’occasion. Nous sommes allés à la découverte des jeux PlayLink sortis et à venir !

Au total, c’est 5 jeux qui arriveront durant la fin d’année 2017. 

PlayLink, c’est quoi ?

PlayLink, c’est une gamme de jeux lancée par PlayStation et ses différents studios pour proposer une nouvelle façon de jouer aux jeux vidéo. En effet, ces jeux ne se jouent non pas à l’aide d’une manette PlayStation 4 mais plutôt à l’aide de son smartphone ! Le gros avantage de ces jeux est qu’il est possible de jouer avec autant de personnes que l’on souhaite, et ce même sans avoir forcément 4 manettes a 70€ unité chez soi ! Une belle économie pour des expériences à la portée de tous (sauf des Windows Phone héhéhéhé) et souvent très amusantes ! 

La PlayLink House, c’était une maison sur trois étages louée pour l’occasion et toute décorée selon les jeux. Frantics était une salle remplie de jouets gonflables pour piscine et de ballons de baudruche, Singstar était une chambre d’adolescente, Hidden Agenda une scène de crime dans la cave et Knowledge is power et Qui es-tu était dans les salons/cuisine, endroit de convivialité ! Le lieu était vraiment sympa ! Nous sommes repartis avec quelques goodies PlayStation comme un handspinner PlayStation ou bien un ventilateur USB. Nous avons passé un moment vraiment sympathique là bas, et nous sommes revenus avec quelques aperçus des jeux PlayLink !

PS : Il paraît même qu’on a un jeu « Qui-es Tu? » à vous faire gagner ! Alors fonce sur Twitter ! 🙂

Qui es-tu ?

On ne va pas épiloguer sur ce jeu puisque vous le connaissez sûrement, c’est le premier de la gamme PlayLink à être sorti (et c’est le seul sorti pour le moment). Il s’agit d’un party game où le but sera de voir si l’on connaît bien ses amis. Au travers de différentes thématiques, le jeu pose des questions sur les joueurs. Par exemple est-ce que Joueur 1 serait plutôt xx ou xy ou yy ou yx ? Plus les autres joueurs voteront comme vous, plus vous remportez de points. Vous allez enfin découvrir comment vous voit vraiment vos amis ! (attention aux bastons parfois !)

Le jeu n’a pas une rejouabilité phénoménale (ou alors il faut jouer avec des amis différents à chaque fois) mais il n’en est pas moins très drôle !

Hidden Agenda – Sortie le 22 novembre

Peut être le jeu le plus convaincant du lot ! Hidden Agenda est un jeu développé par Supermassive Games, les papas derrière Until Dawn (rien que ça!). Le jeu proposera un jeu scénarisé à la manière d’un film (un peu à la façon d’un Beyond : Two Souls) où les joueurs seront invités à soumettre leur choix pour la suite du film. Vous savez, cette idée de film interactif avec des déroulements différents selon les choix, et bien voilà que ce rêve devient enfin réalité dans Hidden Agenda ! 

Nous avons pu essayer le tout début du jeu puis une scène au 4ème chapitre. (le menu du jeu que nous avons vu proposait déjà 15 chapitres, donc le jeu paraît avoir une durée de vie tout à fait correcte). Nous étions trois joueurs et c’était donc la majorité qui remportait. En cas de nombres pairs, c’est le joueur désigné comme « maitre du jeu » qui a le dernier mot. Il arrive parfois qu’un joueur soit désigné pour obtenir une mission secrète au sein du jeu. Ces missions secrètes sont assez simples dans la mesure où elles demandent simplement au joueur d’influencer les autres en faisant un choix bien précis. (il est bien évidemment possible de dialoguer au moment d’un choix avec vos camarades pour choisir la meilleure option). Si la mission secrète est réussie, vous remportez des points bonus. Le jeu propose un système de point qui rend le jeu compétitive, alors qu’il est totalement coopératif à la base ! Un principe fin et bien trouvé où vos amis seront aussi vos ennemis. Ne vous laissez influencer sous aucun prétexte ! 

C’est probablement l’un des seuls jeux PlayLink qui vaudra le détour, y compris à plein tarif. Je doute qu’il soit offert comme Qui-Es-Tu? avec l’abonnement PS+, mais il vaudra sûrement son achat (en fonction de son prix plein tarif/durée de vie). En tout cas, on a été absorbé et on aurait adoré savoir la suite !

Singstar – Sortie le 22 novembre 

Peut-être le moins convaincant du lot. On avait affaire ici à un vulgaire singstar. La setlist du jeu était assez réduite et les morceaux sont des classiques et des chansons pop vues et revues… Wonderwall d’Oasis, beaucoup de pop/r’n’b comme bien souvent. Le présentateur nous a annoncé qu’il y aurait des DLC et des chansons bonus à acheter sur le store. Prévisible, mais il y a de fortes chances que le genre de musiques ne change pas beaucoup.. A quand un Singstar rock/punk/metal ? Bref, il sera sûrement offert avec le PS+ (sinon autant vous tourner vers Let’s Sing ou We Sing à ce moment là, jouable aussi via le téléphone avec une plus grosse setlist… donc bon…)

 

Knowledge is Power ! – Sortie le 22 novembre

Vous vous souvenez tous sans doute de la célèbre franchise Buzz avec ces buzzers toujours emmêlés qui auront animés toutes les soirées des joueurs PlayStation 2… Et bien si c’est le cas, Knowledge Is Power ne devrait pas trop vous dépayser ! Il s’agit d’un système de quizz (pas musical) basé sur la culture générale. Dans ce jeu, il est bien évidemment possible d’envoyer des malus à vos adversaires (sous la forme de mini jeux sur leur téléphone à effectuer avant de pouvoir répondre) ce qui rend la chose très rigolote. Le jeu se divise en deux parties : une partie question à plusieurs où chacun doit choisir sa catégorie (et la catégorie la plus votée remporte) pour avoir une question, et une partie où on donne 2 adjectifs/titres et une vingtaine de mots et il faut savoir les catégoriser le plus vite possible. Par exemple on va vous donner « chat » et « chien » et vous aurez à catégoriser Garfield, Milou, Rantanplan et bien d’autres… 

Très sympathique mais des parties trop courtes qui prennent finalement du temps avant de pouvoir jouer… On a été moyennement convaincu, alors que c’était ce qui me tentait le plus !

Frantics – Sortie début 2018

Frantics est peut être le jeu le plus étrange du lot. Sous la forme de 3 mini-jeux (on espère qu’il y en aura d’avantage par la suite), vous incarnerez de petits animaux qui auront pour seul but de créer la zizanie un peu partout ! Les mini-jeux qui nous ont été possible de tester étaient les suivants :

  • Karting : Avant chaque course, il était possible de changer des éléments de son véhicule (ou de ceux de son adversaire) afin de rendre la course la plus dure possible aux adversaires et arriver en premier ! Un jeu assez rigolo, mais pas forcément très très maniable.
  • Baston ! : La baston était un espèce de Super Smash où une plateforme centrale était levée avec une jauge, et le but était de rester sur cette plateforme à 2 maximum. Dès qu’il y avait deux joueurs, la jauge montait. Les deux joueurs sur la plateforme à la fin de cette jauge gagnait la partie. Bien évidemment, le but était de sortir notre chère batte de baseball pour dégager nos adversaires de leur terrain de jeu !
  • Le jeu du pingouin : le classique jeu du terrain qui glisse où il faut pousser ses adversaires en dehors de la zone de glace qui rétrécit au fur et à mesure. Simple, mais sûrement le plus efficace.

Le jeu avait quand même de grandes longueurs et des tonnes d’explications entre chaque manche. J’espère qu’une option sera prévue pour passer tout ça lorsque l’on connaît déjà le jeu, car sinon le ratio explication/temps de jeu n’est vraiment pas bon et on joue pendant environ 5 minutes sur 30 minutes devant le jeu… Moyen moyen !

Voilà ! Le bilan est que le concept de PlayLink est très intéressant et qu’il y a de nombreux jeux à venir qui seront très sympa (et à 20€, donc très abordables !)

S’il ne fallait en garder qu’un, nous dirions bien évidemment Hidden Agenda qui est le jeu qui nous a le plus intrigués, même si Knowledge est sympathique aussi et que Frantics peut intéresser les curieux !

En attendant la sortie de tous ces jeux, vous pourrez les retrouver à l’essai sur le stand PlayStation de la Paris Games Week d’ici très peu de temps !

 

 

 

Preview : Dragon Ball Fighterz

Bêta fermée de Dragon Ball Fighterz

Bandai Namco

DRAGON BALL FighterZ Closed Beta: Ouuuuuuuuuh !

Bonjour à tous ! Après un long séjour au Japon, on reprend du poil de la bête, et pas n’importe comment ! 

Nos amis de chez Bandai Namco nous ont laissés tester leur jeu DBFighterz, le prochain jeu de combat d’Arc System Works (Blazblue, Guilty Gear) sur l’univers de Dragon Ball, créé Akira Toriyama. 

Quelques heures nous étaient offertes ce week-end pour tester le jeu. Alors il est temps de vous donner notre premier ressenti après quelques heures de jeu !

  • C’est magnifique – On ne peut pas le décrire autrement, DB Fighterz est magnifique graphiquement. Les combats sont d’une fluidité sans nom et l’enchaînement de coups lors des phases de combat est incroyable ! Tout explose de partout, et même sans connaître les combos et les touches, il est facile de s’amuser sur le jeu. Chaque coup est presque entrecoupé de micro-cutscenes… Bref, une vidéo sera plus parlante que des paroles sur ce coup-là pour bien se rendre compte.
Alors animé ou jeu ?
  • Personnages à gogo – Il y a environ une douzaine de personnages emblématiques disponibles dans cette bêta fermée, mais nous avons d’ores et déjà 3 personnages supplémentaires d’annoncés : Tenshinhan, Yamcha et même un cyborg inédit au jeu, mais inventé par Akira Toriyama himself ! On peut d’ores et déjà compter sur la présence de C-16, C-17, Goku, Gohan, Trunks, Piccolo, Freezer, Cell, Vegeta, Buu et Krillin dans cette bêta, ce qui n’était pas de refus ! On ressent bien sûr les différences entre les personnages avec des personnages lents mais puissants et d’autres plus faibles mais aussi plus rapides !
    Une grosse douzaine de persos étaient disponibles lors de la bêta, mais bien plus sont prévus pour la sortie finale.. plus probablement des DLC et on devrait avoir un roster final très sympa !
  • DBMusic dans tes oreilles ! – Comme à son habitude Arc System Works nous propose une bande son très rock, et j’espère que le vinyle de ce jeu sera disponible comme c’était le cas pour Guilty Gear car la seule musique au lancement du jeu que l’on entend est très sympathique ! Les bruitages renforcent ensuite bien l’immersion ! J’ai vraiment hâte d’entendre la suite de la BO !
  • Des lobbys qui tiennent la route – Pour les parties que l’on a fait, les différents salons de 64 joueurs qui faisaient office de lobby ont tenu le choc sans trop de soucis. Il fallait quelques dizaines de secondes maximum pour trouver un adversaire (peut être le seul soucis était à ce niveau là d’ailleurs puisqu’on voyait parfois des joueurs dans l’arène à chercher également un combat)
    DRAGON BALL FighterZ Closed Beta_20170916110220

  • Pas vraiment – On reste curieux à propos des éventuels modes de jeux, des autres personnages à venir bien évidemment, mais pour le moment cette bêta fermée nous a plus que convaincu et le temps passé dessus n’était qu’un régal pour les yeux et les oreilles ! Bien évidemment on a hâte de connaître les combos et diverses techniques pour s’améliorer, car pour le moment on avoue qu’on en est rester à la simple technique du martelage de boutons !

 

Dragon Ball Fighterz a su nous convaincre durant sa bêta fermée et n’a fait que confirmer les trailer prometteurs qu’on avait pu voir jusqu’ici, faisant monter la hype encore d’un cran, au point de faire passer le jeu sur notre top 3 des jeux les plus attendus ! 

Merci d’avoir lu cette preview !
A qui le dit-tu ?

LIVE-REPORT + INTERVIEW – Japan Expo 2017 + Honey Blood

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, il est temps de revenir sur notre week-end du 5 au 8 juillet 2017 au Parc des Expositions de Villepinte à l’occasion de la célèbre Japan Expo !

La Japan Expo, qu’est ce que c’est ? C’est le plus gros événement français autour de la culture japonaise en tout genre : mangas, jeux vidéo, animation japonaise (c’était d’ailleurs les 100 ans de l’animation japonaise cette année !), mais aussi origami, tourisme, cosplay, vêtements traditionnels, cuisine et bien d’autres choses encore ! On va revenir sous la forme de petits paragraphes thématique sur cette Japan Expo au poil cette année !

– Les Stands – 

Mais qui se cache sur cette photo avant de partir à l’EVO de Las Vegas ?!

Toujours variés, on avait donc du jeu vidéo avec Nintendo et Ubisoft qui squattaient une bonne partie de l’espace jeu vidéo (mais on ne s’y est pas trop attardés car on avait déjà testé les jeux présentés lors du Nintendo Paris il y a peu !) mais aussi des studios plus présents sur la scène du jeu japonais : Square Enix avec son prochain Dissidia Final Fantasy ou bien son MMO Final Fantasy XIV, Koch Media avec son Dangonronpa (l’auteur était d’ailleurs présent le samedi en dédicace et en conférence) et son nouveau Agents of Mayhem, Marvelous/Rice Digital avec un Splatoon réservé aux adultes sur PS4 : Senran Kagura Peach Beach Splash, mais aussi un jeu d’horreur coréen : White Day, et bien d’autres surprises sur tous les stands ! On avait également un endroit avec pleins de petits studios de jeux vidéo indépendant avec quelques belles surprises : Genetic Disaster par exemple qui avait l’air très prometteur ! Ankama, le studio venu du Ch’nord, venait lui aussi présenter ses nouveaux jeux : Krosmaga et le tout récent jeu mobile Dofus Pets sorti le jeudi de la Japan Expo !

On retrouvait également les stands de tous les éditeurs de manga (animé ou manga papier) en allant de Kana à Kurokawa sans oublier Ototo ou bien les lights novels de chez Ofelbe et les blurays de chez Anime Store… Bref, il y avait plus que largement de quoi faire des emplettes (peut être même trop !)

On retrouvait aussi quelques stands de figurines comme le stand des figurines collectors de chez Oniri Creations. Avec seulement une figurine de Cobra à leur actif, l’entreprise a déjà bien fait parler d’elle et est venu à la JE présenter son nouveau projet Death Note… On ne pouvait pas le prendre en photo mais le résultat est bluffant, et le niveau de détail juste incroyable ! Je ne crois pas avoir vu une aussi belle figurine de toute ma vie ! Le prix risque d’avoisiner celui de Cobra (470€) si ce n’est un peu plus comme la figurine est encore un peu plus grande, mais quelle pièce de collection..! C’est cher, mais ça les vaut clairement, une véritable oeuvre d’art ! (quand on voit le collector d’Assassin’s Creed Origins à 800€, on est plus à ça près…)

– Animé 100 –

Cette année, on célébrait les 100 ans de l’animation japonaise à la Japan Expo ! De nombreuses conférences avaient lieu autour de ce sujet et une soirée le samedi soir avait même été organisée pour diffuser divers animés de toutes les générations : 

  • Le tout premier épisode de Martian Successor Nadesico
  • l’OAV Gekiganger III
  • Le long métrage Chibineko Tom no Daibouken
  • Les deux épisodes de Lupin III Part II réalisés par Hayao MIYAZAKI
  • Le film Jeu, set et match

Une exposition retraçant l’histoire de l’animation japonaise et reprenant toutes les séries la caractérisant, allant des films de Miyazaki, au plus récent Your Name, en passant bien évidemment par les plus vieilles séries animées comme les plus récentes ! Une exposition bien explicite, avec des fiches pour chaque oeuvre précise et des objets issus de plusieurs animés en vitrine. Une très belle exposition qu’il ne fallait surtout pas rater d’autant plus qu’elle était gratuite (à l’exception du prix du billet de la Japan bien sûr…)

– Cosplay –

Qui dit Japan Expo dit forcément du Cosplay ! Cette année encore, les cosplay étaient présent à foison et en tout genre : des classiques de Naruto, beaucoup beaucoup d’Overwatch, des licences plus ou moins connus du public, du lol, du WTF, bref, tout ce qu’on aime ! Mais les cosplay des visiteurs n’étaient pas les seuls cosplay puisque le samedi, la Japan, en partenariat avec Bandai Namco, organisait la finale des ECG 2017 : le tournoi mondial de cosplay ! D’ailleurs, nous avons quitté le spectacle 15 mn avant la fin pour pouvoir retourner un peu profiter du salon avant notre départ, et le salon était pratiquement vide à ce moment là ! Le système pour entrer dans l’entrepôt et réguler le flux permettait de s’installer en sécurité mais il était bien trop long. Un système à la façon d’un concert où l’on se place plus ou moins anarchiquement debout aurait pu marcher aussi au lieu de forcer tout le monde à s’asseoir et à se retrouver finalement extrêmement loin en perdant un temps considérable dans la file d’attente… En ayant pris plus d’une demi heure d’avance nous avons été placé un tout petit peu après le début, et assez loin… Un peu décevant à ce niveau là !

Plein de participants avec des costumes et des prestations toutes aussi cool les unes que les autres (non, en vrai certains étaient mieux que d’autres quand même…). Les résultat ont donné les gagnant suivant :

Solo :

  • 1ère place : la Finlandaise Maija avec un costume de Rebelle
  • 2e place : la Belge Macky avec un costume de Mortal Kombat X
  • 3e place : l’Espagnole Hermione avec un costume de La Petite Sirène

Groupes :

  • 1ère place : la Suisse avec K5, Tinkerer Works et Jigsawphia (de Haru no Hana Cosplay) dans des costumes de Krampus
  • 2e place : l’Espagne avec Zihark, Sender et Nunnally dans des costumes de L’Étrange Noël de monsieur Jack
  • 3e place : la France avec Tora et Koe dans des costumes du Fantôme de l’Opéra

Vous pouvez retrouvez toutes les photos de la finale sur cet album Facebook très complet ! 

– Les invités – 

Ce n’est jamais ce qui manque les invités à la Japan Expo ! Youtubers, Stars musicales japonaises, réalisateur, acteurs du jeux vidéo, c’est tout un beau monde qu’il y avait encore cette année : David Lafarge pour présenter le nouveau jeu de cartes Shadowverse (qu’on vous recommande par ailleurs si vous aimez Hearthstone ou Force Of Will par exemple), des groupes de musique comme break through »5D… Le collectif de Youtuber Thrash était présent aussi, tout comme celui des VoxMakers qui a fait de nombreux show en groupe/en solo et qui a ponctué le rythme sur les 4 jours de l’événement.

Rien que ça, pour les VoxMakers

Pour le jeu vidéo, ce n’est autre que Eiji Aonuma qui était présent, le producteur du meilleur jeu de cette décennie selon la critique : Zelda Breath Of The Wild ! Accompagné de Satoru Takizawa (directeur artistique du jeu) et Yusuke Nakano (illustrateur de la Bataille de Ganon), ils ont donné une conférence sur l’art autour de leur jeu.

En conférence, il a pu expliquer 

– Miam! –

Ajinomoto, le Picard japonais !

Qui dit Japon, dit évidemment nourriture en tout genre ! Poisson, soba, sushis, onigris, bubble teas, takoyakis, on a retrouvé de nombreux stands nous faisant goûter divers mets délicieux ! Premier bubble-tea, les graines de tapiocas, avec son goût de bonbons gelifié était toujours aussi bon et les choix étaient variés. Les sobas de chez Ippudo, chaîne de restauration japonaise un peu luxueuse parisienne, étaient excellentes et c’était l’occasion de goûter ce genre de plats qu’on ne voit pas encore trop par chez nous. Les prix étaient chers mais sans être exhorbitant. Je reprend l’exemple d’Ippudo où nous avons mangés le samedi : les Hirata Buns étaient au même prix qu’en restaurant et la limonade japonaise (les célèbres Ramune avec une bille de verre) étaient même moins chères !

– Interview 404 : Lee Narae –

On ne revient pas de la Japan sans avoir pensé à vous ! Nous avons pu interviewé Lee Narae, la mangaka à l’origine du webtoon phare de Delitoon : Honey Blood. On vous a laissé cette fois-ci notre cher traducteur franco-coréen qui s’est autant amusé que nous cette fois suite à nos questions, parfois déroutantes ! On vous laisse avec la vidéo, et un petit bonus de Live-Drawing à la fin ! 

 

– Bilan –

La Japan Expo, c’est toujours l’évenement Japonais à ne pas manquer : des invités, des concerts, la finale de Cosplay le samedi, des animations (Fire Force et My Hero Academia étaient les mangas phares de cette édition en terme d’animation !), de la bonne bouffe, des jeux vidéo, des mangas, bref, un petit morceau de paradis nippon qui fait le voyage jusqu’à Villepinte ! Il faut dire que sur le RER, l’arrêt de l’aéroport Charles de Gaulle qui permet de se rendre à Tokyo n’est qu’une station plus loin… Villepinte fait guise de pré-Japon avant de s’y rendre vraiment un de ces 4… Peut être plus tôt que vous ne pourriez le penser … 😉

Nintendo Paris 2017 : Présentation des Nouveautés Nintendo !

 

Nintendo Paris 2017

 

Bonjour tout le monde, Blastaf aux commandes !

Ce jeudi 22 Juin 2017, Maximilange et moi-même nous sommes rendus à un événement organisé par Nintendo et destiné à nous présenter les diverses nouveautés annoncées à l’E3 de cette année.

Cet événement organisé sur Paris a lieu chaque année, et nous avons eu la chance (et l’honneur) d’y participer pour la 3ème année de suite (Pour les curieux, voici les précédents articles : 2015 & 2016). Toutefois, une chose est différente depuis ces deux dernières années : il s’agit bien évidemment de la sortie de la nouvelle console de Nintendo, la Nintendo Switch !

Celle-ci était donc bien évidemment à l’honneur, et c’est avec joie que nous vous présentons les futures nouveautés présentées lors de cet événement !

– Arms (Nintendo Switch) –

Sortie : 16 Juin 2017



Blastaf : Quoi ? Sorti le 16 Juin ? Du coup il est déjà sorti ? Bon et bien tant pis, je vais faire comme s’il n’était pas encore sorti. Le jeu est franchement bien sympathique lorsqu’il est joué avec des amis, mais je dois avouer que ce n’est pas forcément mon genre de jeu. Le nombre de personnages jouables est honnête, sachant que chaque personnage possède 3 armes différentes qu’il peut placer comme il le souhaite sur chacun de ses poings. J’espère seulement que les modes de jeu seront nombreux et variés, afin de ne pas lasser les joueurs (et surtout les joueurs commemoi).

Maximilange : Ah ce vieux bon Arms. J’avais déjà pu le tester lors de la découverte de la Nintendo Switch au Grand Palais. Ici, on avait évidemment le droit au roaster complet de personnages (assez faible, même si Nintendo a promis de nombreuses mises à jour de contenu sur ARMS, et gratuitement en plus ! On a pu faire quelques combats Blastaf et moi en essayant divers personnages. Pas grand chose à ajouter hormis le fait que le jeu est sympa et assez technique. On peut retourner une partie en un rien de temps à l’aide de son attaque ultime. On peut aussi la contrer et empêcher cela d’une simple esquive. Comme le dirait si bien le proverbe : easy to learn, hard to master; c’est ce qui définirait le mieux ARMS un jeu de combat très sympa pour les petits et les grands qui en a probablement encore pas mal sous le capot !

 

– Sonic Forces (Nintendo Switch) –

Sortie : Noël 2017



Blastaf : Enfin ! Ces deux dernières années, à l’événement Nintendo Paris, nous avions droit à Sonic Boom sur 3DS, un jeu qui m’avait franchement laissé sceptique. Mais ici, nous retrouvons un Sonic mélangeant passages  classiques en vue de côté et passages plus récents à la troisième personne. Mais qu’il s’agisse des passages de côté ou à la 3ème personne, la vitesse est au rendez-vous. La spécificité de ce nouveau Sonic ? Chaque niveau possède 3 modes de jeu : un mode classique durant lequel on joue un niveau avec l’un des personnages de la franchise, un mode de jeu  »combat de boss », et enfin un autre mode classique, différent du premier, et durant lequel le joueur joue avec son propre personnage personnalisé. De plus, ce nouveau Sonic arrive sur la nouvelle console de Nintendo, de quoi étoffer davantage le line-up.

 

– Super Mario Odyssey (Nintendo Switch) –

Sortie : 27 Octobre 2017


Blastaf : Quoi ? Un Mario dans le monde des humains ? Faut voir… Et bien le défi est réussi ! On retrouve ici un Mario comparable à un Mario Sunshine, Galaxy ou même 64, mais sur des cartes mélangeant  »moderne » telles que des villes, et « monde de Mario » avec des lieux plus colorés et exotiques. De plus, les cartes (ou du moins celles que nous avons pu tester) ont l’air assez grandes, avec de nombreuses approches et lieux secrets accessibles grâce au nouveau pouvoir de Mario, qui lui permet de contrôler objets, humains et monstres. Ce nouveau Mario, sortant sur Switch, est donc un épisode à attendre avec impatience et promettant beaucoup !

Maximilange : Alors que Blastaf a fait le niveau Mexicain un peu exotique, je me suis attelé au level en pleine ville. Avec un Mario plus petit que les humains la fréquentant, on retrouve toutes les mécaniques de ce genre de Mario qu’on pouvait déjà voir dans Sunshine ou Galaxy : les feux rouges sont des briques pouvant être explosés d’un coup de tête pour récupérer des pièces, il est possible de s’accrocher à pas mal d’éléments, d’entrer dans certains bâtiments… Bref, un Mario quoi ! La mission était simple : trouver 3 musiciens pour faire un concert à l’hôtel de ville. Si ces musiciens étaient indiqués sur une carte, il fallait en revanche trouver un moyen d’accéder à chacun de ses points puisque certains étaient en fait placés en haut d’un immeuble. La carte est donc assez fourbe à ce niveau là ! On peut noter également que chaque planète aura sa propre monnaie, en plus des pièces générales utilisables dans tout le jeu. Chaque lieu sera aussi propice à se trouver de nouveaux équipements qu’il faudra acheter avec la monnaie locale. On nous pousse ainsi à visiter de fond en comble chacune des zones du jeu si l’on veut s’acheter tous les déguisements et autres accessoires/armes de jeux plutôt que de poncer une zone et d’acheter simplement les items de la zone suivante. En tout cas, on se demande combien de planètes/univers seront présents, mais le jeu a l’air vaste, vraiment très vaste. Il se pourrait même qu’il surpasse Sunshine et Galaxy, mais pour cela, il faudra attendre fin octobre pour le savoir !

 

– Splatoon 2 (Nintendo Switch) –

Sortie : 21 Juillet 2017



Maximilange : Je n’avais jamais joué à Splatoon malgré le fait qu’il m’a toujours plutôt intéressé. Nous avons donc essayé tantôt une version multi à 8 en 4v4 qui reprenait le mode présent sur Splatoon : peindre le plus possible la carte et avoir une plus grosse part de la carte de notre couleur que de la couleur adverse. La visée se faisait au gyroscope de la manette pro ou des joycons, ce qui est très perturbant puisqu’on a plus souvent l’habitude d’utiliser le joystick droit pour viser par exemple. Ce TPS prend donc à revers tous les codes et force à jouer différemment. Déroutant au début, on s’y adapte finalement rapidement et l’éclate est immédiate, on court, on se noie dans la peinture, on surgit derrière l’adversaire, on l’écrase avec notre rouleau de peinture ou on lui tire dessus à coup de visée sniper, bref, impossible de ne pas s’amuser sur Splatoon ! Après, le but de Nintendo est d’emmener le jeu sur la scène e-sport… Pas sûr qu’il ait l’étoffe pour être aussi complexe et e-sport-friendly comme un CSGO ou un LoL, mais je ne demande qu’à le voir ! 

On a ensuite joué en version tablette à un mode coop où nous devions survivre à des vagues d’ennemis de plus en plus fortes et récupérer un certain nombres d’oeufs lâchés par les ennemis (des saumons) pour réussir le niveau. Le mode mise grandement sur le jeu d’équipe et il est quasiment impossible pour des joueurs qui ne seraient pas coordonnées ou qui ne communiqueraient pas.

Blastaf : Pour moi aussi, il s’agissait de mon premier Splatoon. J’ai donc trouvé le jeu amusant, original et coloré. Le mode multi à 8 était dynamique et reposait plus sur les capacités individuelles, tandis que le mode coop (ou horde) reposait véritablement sur le travail d’équipe et la communication. En rajoutant à cela la personnalisation des personnages et de leurs armes, nous avons ici un très bon jeu, qu’il soit joué avec des amis ou seul. Après, comme l’a bien expliqué Maximilange, a-t-il l’étoffe d’un jeu e-sport ? Peut-être, nous verrons cela.

 

– Mario et les Lapins Crétins : Kingdom Battle (Nintendo Switch) –

Sortie : 29 Août 2017

Maximilange : Ah, le jeu qui m’attirait le plus sur ce salon. J’avais peur d’un party-game débile lors de l’annonce, puis lorsque les rumeurs circulaient autour d’un T-RPG s’inspirant un peu d’X-COM, j’ai forcément été très curieux de découvrir ce jeu. Maintenant c’est chose faite et Mario + Rabbids Kingdom Battle s’annonce comme un excellent jeu ! Les combats sont énergiques et il est possible de faire de nombreux combos avec ses divers personnages, compléter divers objectifs comme vaincre tous les adversaires, mais aussi se rendre à un point X sur la carte… L’environnement est très animé et des lapins sont présents à peu près partout pour faire des bêtises. Il y a vraiment l’air d’avoir beaucoup de contenu dans le jeu et on a hâte de pouvoir y jouer un peu plus que les trois combats qui faisaient guise de tutoriel !

 

– Pokkén Tournament DX (Nintendo Switch) –

Sortie : 22 Septembre 2017


Blastaf : Encore un jeu de combat ? Il ne s’agit pas du tout de mon type de jeu, mais il faut avouer que celui-ci contribue, avec Arms, à créer un line-up « Jeux de Combat » pour la Nintendo Switch, ce qui est une très bonne chose. Il en faut pour tous les goûts après tout, et le jeu reste très agréable lorsqu’il est joué aux côtés d’un ami. Mais donc, que dire de plus, à part qu’il s’agit d’un jeu de combat comme nous en connaissons des dizaines, mais cette fois-ci avec des Pokémons ?

Maximilange : On a un remake de la version Wii U de Pokkén Tournament plutôt agréable. Je n’avais pas joué à la précédente version mais ce fut un plaisir de découvrir le jeu sur Switch. Même si le roaster de personnages reste assez faible compte tenu du nombre de pokémon existants et de la présence de Pikachu sous « deux skins », on a quand même de quoi s’amuser plusieurs heures. Graphiquement le jeu tient tout à fait la route. Même si nous avons joué au jeu en mode TV, il faut toujours garder à l’esprit que tous ses jeux sont jouables sur console portable, et ça c’est quand même top !

 

Voilà tout pour les titres que nous avons pu essayer. Mais ce n’est pas terminé ! Nous n’avons pas eu le temps d’en essayer certains, d’autres étaient seulement présentés en conférence, tandis que d’autres n’étaient même pas présents. 

Les voici donc :

 

– The Legend of Zelda : Breath of the Wild Pass Extension (Nintendo Switch) –

Sortie : 30 Juin 2017



 

– Metroid Samus Returns (Consoles de la famille Nintendo 3ds) –

Sortie : 15 Septembre 2017



 

– Metroid Prime 4 (Titre Provisoire – Nintendo Switch) –

Sortie : ?



 

– Xenoblade Chronicles 2 (Nintendo Switch) –

Sortie : Hiver 2017



 

– Yoshi for Nintendo Switch (Nintendo Switch) –

Sortie : 2018



 

– Mario & Luigi Superstar Saga + Les Sbires de Bowser (Nintendo 3ds) –

Sortie : 6 Octobre 2017



 

– Kirby for Nintendo Switch (Titre Provisoire – Nintendo Switch) –

Sortie : 2018


 

– Ever Oasis (New Nintendo 3DS – Nintendo 3DS – Nintendo 2DS) –

Sortie : 23 Juin 2017



 

– Fire Emblem Warriors (Nintendo Switch) –

Sortie : Automne 2017



 

– Rocket League (Nintendo Switch) –

Sortie : Hiver 2017



 

– Fifa 18 (Nintendo Switch) –

Sortie : 29 Septembre 2017



 

– Miitopia (Nintendo 2DS – Nintendo 3DS) –

Sortie : 28 Juillet 2017



 

– Hey ! Pikmin (Nintendo 2DS – Nintendo 3DS) –

Sortie : 28 Juillet 2017



 

Vous savez donc maintenant quels prochains titres sortiront chez Nintendo !

Pour terminer, une petite question : quels ont été nos coups de cœur lors de cet événement (ou plus largement lors de l’E3) ?

Blastaf : Lors de cet événement, j’ai bien sûr eu des coups de coeur du côté des jeux (sur Super Mario Odyssey principalement), mais mon plus grand coup de coeur s’avère être pour la console en elle-même. Car oui, j’avais lors de ce petit événement la Nintendo Switch dans les mains pour la première fois. J’ai beaucoup aimé celle-ci, et je l’ai trouvé à l’image de Nintendo : elle ne révolutionne pas le monde du jeu vidéo de par sa puissance et ses capacités graphiques, mais nous propose une nouvelle expérience vidéo-ludique en mêlant console de salon et console portable, et en étoffant petit à petit sa bibliothèque par de nombreux jeux mémorables.

Maximilange : Pour le Nintendo Paris 2017, mon coeur va aller pour Super Mario Odyssey, inévitablement, mais il faut avouer que le cru de cette année était excellent ! A vrai dire, j’hésitais aussi avec le Mario x Lapins Crétins. J’adore les T-RPG alors autant vous dire qu’il m’a vraiment tapé dans l’oeil ! Mais clairement, on a beaucoup de potentiel cette année, Nintendo reprend du poil de la bête et ça fait plaisir ! (à quand le système d’achievements/trophées maintenant sur Nintendo histoire de rigoler un peu et se donner un peu de challenge sur les jeux Mario ?). Je voulais aussi appuyer le fait qu’une grosse partie des jeux à venir sont jouable en multi local, ce qui a tendance à se perdre de plus en plus, et ce qui est vraiment dommage ! Donc big up à Nintendo pour nous ramener dans les salons entre potes plutôt que de toujours jouer en ligne, chacun chez soi derrière son écran ! (même si c’est bien aussi, attention !)

 

Mindout VR : La salle d'arcade du TUR-FU !


Le futur n’est plus si loin…

Aujourd’hui n’est pas coutume, l’équipe 404 s’est à nouveau laissé aller en allant tester pour vous un concept assez original et innovant : une salle d’arcade en réalité virtuelle : MindOut VR !

Je vous venir, vous allez me dire « Mais oui, mais Max, ça existe déjà ça au MK2 ! » NON ! Ici, on ne parle pas d’expériences temporaires avec des horaires de résa ou autres, mais bien d’une salle d’arcade. 

Au 35 rue de Turbigo dans le 3ème arrondissement, et pas si loin que ça du coeur de Paris et de ses nombreux bars geeks (cc Le Dernier Bar ou le RESET) se trouve donc MindOut, une salle d’arcade avec 14 stations d’HTC Vive/Oculus Rift.

Très bien accueilli par toute l’équipe toute souriante et très sympathique, nous avons pu découvrir l’immensité du lieu ! 200m² pour 14 stations ! En entrant, on découvre une première salle avec 4 bornes classiques d’HTC Vive pour tester tous types de jeux et ainsi débuter avec le VR. Au sous-sol et 4 stations de VR Oculus Rift sur lesquelles étaient jouables des FPS en multi ou en solo.  En continuant un peu plus loin au RDC, nous avions une salle plus petite avec des simulateurs de vols/vaisseau spatiaux et autres joies de la conduite. Ici il s’agissait donc de postes sans gestion de mouvements, ou nous étions installés dans notre fauteuil/cockpit avec les manettes qu’il faut et le casque pour se faire passer pour le Capitaine du navire ! Au bout de cette salle, une salle très intéressante… Une salle de réalité mixée ! Késako ? Il s’agit d’une salle où il est possible de jouer de façon classique avec l’HTC Vive, comme pour les autres stations… à la différence près que nous sommes dans une pièce remplie de fond vert. Cette salle sera surtout faite pour jouer à des survival-horrors et le tour sera diffusée en live (si le joueur le souhaite) en direct sur la chaîne Twitch de MindOut !

Pour rappel, la mixed reality, Squeezie l’avait aussi essayé et cela avait donné cela : 

Concernant les jeux testés, le catalogue est assez fourni avec quelques grands classiques ! On va brièvement vous parler de ce qu’on a pu tester :

  1. Audioshield : Notre premier test sur le HTC Vive fut sur ce jeu là. Un jeu très simple mais très fun. Pas sans rappeler Audiosurf ou Beat Hazard, il était possible dans ce jeu de choisir la chanson Youtube de son choix pour jouer. Une fois la chanson lancée, les deux manettes du Vive deviennent alors un bouclier bleu et orange. Il suffit de placer les manettes devant soi et de les utiliser comme bouclier pour parer des boules de couleurs qui viendront en rythme avec la musique. Très addictif, très sportif et surtout très fun !

 

  1. Tilt Brush : Le jeu de dessin de Google n’est plus à présenter après les nombreuses vidéo d’Amixem dessus : on a de nombreux pinceaux et effets de style pour tenter les dessins les plus fous en 3D. Autant vous dire qu’on a pas été très bons sur le jeu (qui est en fait plus un logiciel qu’un jeu). Cela dit, certaines oeuvres assez folles peuvent être admirées ici même !

  1. The Lab by ValvE : ValvE c’est Gabe Newell, c’est CSGO, c’est Portal, c’est Half Life, et c’est surtout Steam et le HTC Vive ! Le jeu des monstres du jeu vidéo est une petite compilation de jeux VR assez rigolos qui permet de bien exploiter les fonctions du casque. J’ai pour ma part essayer le jeu de tower defense du chateau. C’est à ce moment là que j’ai réalisé qu’il y avait vraiment du potentiel dans la VR (j’avais joué avant juste à Moto Racer 4 sur le PSVR et à Audioshield). On pouvait se déplacer dans sa tour, prendre l’arc, viser et tirer juste, regarder en bas de sa tour, un peu partout… Bref, un jeu vraiment sympathique même si c’est assez dur de bien se visualiser dans l’espace au début et de gérer sa « force » lorsqu’on tend l’arc ou des choses comme ça puisqu’au final il n’y a aucun poids réel ou autre… 

  1. Dead And Buried : L’heure est au multi. On descend au sous-sol sur l’Oculus Rift et nous avons formé deux équipes de 2 pour jouer à Dead And Buried, un jeu de shoot en multi. Avec une intégration du micro il était possible de parler aux autres joueurs tout en étant en immersion dans le jeu. Là le concept allait encore un peu plus loin. Sur des terrains variés, nous étions générés dans la peau de divers personnages sur des petits spots de tirs (sans possibilité de se déplacer). Il étiat possible de ramasser des armes se trouvant dans la petite zone ou nous étions, de se cacher derrière des murs, de se décaler et de tirer sur les adversaires. J’avoue avoir été  extrêmement mauvais sur ce jeu, sans vraiment trop savoir pourquoi alors que je me débrouille généralement pas trop trop mal aux FPS (et vous verrez juste après que c’était encore le cas pourtant…) Bref, le jeu restait très fun et on allait crescendo dans la soirée, chaque test était de plus en plus convaincant et réaliste. Une chose est sûre, l’envie d’acheter un casque VR est de plus en plus forte après l’avoir un peu essayé ! On commence à peine à fatiguer et à transpirer car mine de rien, se déplacer dans ses petites zones et vraiment « entrer dans le jeu », c’est assez physique !

  1. Robo Recall : L’expérience ULTIME. J’ai en réalité testé ce jeu avant Dead And Buried mais il me fallait garder le meilleur pour la fin. Le premier AAA du VR. Ce jeu est un jeu développé par Epic Games (Unreal Tournament, Unreal Engine, Paragon…) et propose de se battre contre une multitude de robots dans un environnement tout en 3D beau. Exit les paysages ou les images parfois un peu pixelisés des jeux, ici c’est vraiment beau et on s’y croit à 300%. Il est possible dans le hub du jeu (entre chaque mission) de prendre des objets comme des livres, de lire le titre sur la tranche du livre ou d’autres petits détails comme ça. Le jeu propose une bande son un poil synthwave avec des textes à l’écriture assez « Kung Fury« . (et pour avoir fait mon mémoire universitaire sur ce thème, vous pouvez savoir à quel point j’adore cela !) Le jeu reproduit donc une invasion de robots sur Terre. Vous êtes l’élu pour tous les détruire et les renvoyer chez eux ! Une fois dans le jeu, il est possible de se déplacer grâce au joystick gauche sur la manette. L’index placé sur la gâchette de tir et le majeur placé sur la touche pour saisir des armes, la sensation est ultra réaliste. Il suffisait de baisser les mains le long du corps pour attraper ses pistolets à la ceinture par exemple, passer la main dans le dos et appuyer sur la touche de saisie pour choper son fusil à pompe dans le dos… Pendant ce temps là, les ennemis arrivent à foison, et de tous les côtés ! Il faut donc regarder à 360° autour de vous ,esquivez les balles (que l’on voit arriver avec un effet de ralenti), mettre des gros headshots aux robots et leur faire sauter les boulons ! C’est intense, et ultra réaliste ! Le temps passe très vite, on se déplace au corps à corps des monstres, on les attrape et on les lance plus loin, on ramasse leurs armes (rien que le fait de pouvoir looter des objets sur le sol en VR, c’est encore un autre level qu’une interface de coffre dans n’importe quel RPG…), on leur dézingue la face, bref on s’extase grandement avec les textes humoristiques qui apparaissent dans tous les sens au fur et à mesure qu’on fait des kills originaux (cc Epic Games, cc Bulletstorm) ! Si vous devez tester un jeu, c’est clairement celui-ci qui devra retenir votre attention, et de loin ! 

Alors au final, HTC Vive ou Oculus Rift ? Et bien… Difficile de choisir, les deux expériences faites sur l’Oculus étaient bien plus convaincantes mais il s’agissait surtout du choix des jeux à ce niveau là. L’HTC est plus performant sur le papier mais au MindOut nous n’avons pas franchement fait de distinction sur ce qui a pu être testé. Même au niveau des manettes, la prise en main est sensiblement la même et les boutons sont positionnés aux mêmes endroits. Chaque borne d’arcade peut vraiment s’apprécier à fond ! En tout cas on vous recommande encore une fois de tester Robo Recall (exclusivité de l’Oculus en revanche, même si des petits malins sur le web ont réussi à le rendre compatible HTC Vive)

 

Quid des tarifs/horaires ?

Le MindOut est ouvert du mardi au dimanche : 

  • Mardi à jeudi : 12h/22h
  • Vendredi : 12h/00h
  • Samedi et dimanche : 10h/00h

Les tarifs proposent diverses formules susceptibles d’être réajustés selon le créateur de la salle, Romain, que nous avons pu rencontré lors de la soirée (sachant que le temps décompté est vraiment le temps de jeu du moment où vous commencez à jouer à celui où vous arrêtez)

  • Formule découverte : qui permettra pendant une heure d’être avec un membre du staff qui présentera les appareils, les différents jeux et laissera faire quelques expériences différentes pour se rôder à l’univers de la VR.
  • Formule classique : 30€ l’heure, 20€ la demi-heure, 10€ les vingt minutes.
  • Formule Abonnement (le must !) : Avec probablement une condition d’engagement (disons 3 mois même si cela reste à confirmer) vous aurez le droit à 2h pour 30€/mois et avec un tarif -50% sur les heures supplémentaires, soit 15€ l’heure supplémentaire. C’est clairement l’offre la plus intéressante ! 

Certes c’est assez cher, mais compte tenu du prix du matériel nécessaire, de l’espace de 200m² et de l’entretien/du personnel, c’est plus que justifié ! 

Pour notre part, on a sacrément kiffé Mindout ! L’ambiance, les bonnes conditions de jeu et le catalogue, et on va très certainement retourner se faire du Robo Recall ou d’autres nouveautés pas encore testées un jour ou l’autre !

Retrouvez toute l’actualité de la salle sur leur page Facebook et leur site officiel.

 

Event Little Nightmares – Paris (20/04/17)

Bonjour à tous !

Jeudi dernier, soit le 20 avril, nous nous sommes rendus dans une petite crypte sombre et perdu au fond du XXème arrondissement de Paris avec Blastaf. Je n’écris pas à chaque fois que nous faisons un événement presse car parfois il s’agit simplement de tester le jeu et finalement, vous avez le test un petit peu après, mais là, nous nous devions de vous en parler avec Blast’ !

Mais pourquoi vous diriez-vous ? Pour l’événement associé à la sortie de Little Nightmares ! Après être arrivés devant l’église Saint-Germain de Charonne, Emilie, la RP de chez Bandai Namco est venue nous chercher pour nous emmener quelques mètres plus loin, à l’entrée de la crypte reliée à l’église. Après quelques minutes d’attente, nous sommes invités à descendre des escaliers vêtus de pleins de bougies Little Nightmares… L’ambiance commence… Un homme nous fait entrer dans une salle et nous dit de rentrer dans une cage, dans laquelle l’héroïne de Little Nightmares, Six, nous attend en pleurs dans son manteau jaune. On entre dans la cage, puis l’homme vient cadenasser le tout. Nous voici, Blastaf, l’héroïne de Little Nightmares et moi-même enfermés dans ce petit compartiment. On entend des bruits de couteaux au loin. Il s’agissait du grand monstre de Little Nightmares… Mais oui, celui qu’on voit dans les trailers ! Six nous fait signe de ne pas faire de bruit et de ne pas bouger quand il regarde dans notre direction bien évidemment.

On était pas bien là…

On cherche alors une façon de s’échapper de la cage mais que nenni… Quand soudain, Blastaf aperçoit en haut d’une armoire pas si lointaine un trousseau de clés, mais bien trop haut pour l’atteindre… On reste quelques minutes à réfléchir, puis finalement c’est derrière nous que se trouvait la solution. Un balai était accessible en passant les bras au travers de la cage. Récupérant alors le balai, je le tendis à Blastaf qui s’empressa de récupérer le trousseau. Dans sa maladresse habituelle (:D), le trousseau de clé tomba du balai et fit un bruit assez lourd (il y avait une bonne vingtaine de grosses clés sur le trousseau), rameutant ainsi le méchant qui était parti jouer avec ses couteaux un peu plus loin… On est alors restés fixe le temps qu’il vienne nous voir et reparte, puis on s’est empressés tous les deux d’essayez toutes les clés jusqu’à ouvrir la cage. 

Au moment où celle-ci s’est ouverte, le vilain n’était pas là, on a couru vers un petit mur qui dépassait, puis nous avons avancés tel Splinter Cell derrière le mur, en jetant de rapides coup d’oeil pour voir sa position… Jusqu’à ensuite avancer derrière une chaise de velours très haute, puis derrière son établi. Nous étions alors tous les trois cachés derrière l’établi du gros monstre. Comme dans le jeu, nous ne pouvions voir que ses jambes. Ces secondes parurent alors très long… Pendant que nous étions derrière Six nous faisait des signes avec ses bras, comme une bosse, assez dur à décrire en fait… Ne comprenant pas sur le coup, et ne voyant pas la sortie, nous en sommes finalement arrivés à la conclusion : le lit que l’on apercevait depuis le dessous de l’établi qui était un peu plus loin… Six voulait nous indiquer d’enjamber le lit en fait ! Le lit était hissé à près de 2 mètres de haut (au moins 1m50 allez, on est pas marseillais non plus !) Une chaise était assez proche du lit, nous l’avons donc soulevé sans le moindre bruit, puis nous avons escaladé le lit et sauté de l’autre côté pour finalement arriver devant une porte qu’on s’est empressés d’ouvrir. Nous étions sains et saufs !

C’était donc un mini escape game sur un principe très intéressant de hide&seek plus que de recherches d’indices comme on a l’habitude de le faire… Peut être assez proche de l’escape game du Manoir de Paris (mais bon, ne l’ayant pas fait je ne peux dire…) En tout cas l’idée déboîtait de ouf et on s’est vraiment éclatés ! Bravo à Bandai Namco et à Emilie pour cette ingénieuse idée !

Attendez… vous êtes encore là ?

Vous vouliez savoir ce qui se trouvait derrière cette fameuse porte ?

Une énorme salle avec 6 postes de jeu de Little Nightmares pour découvrir le jeu dans sa version finale, accompagné d’un magnifique buffet de petites gourmandises toutes aussi bonnes les unes que les autres ! On a bien pu prendre en main le début du jeu (on a pas voulu squatter les consoles trop longtemps car on se réserve la surprise pour maintenant…)

Nous sommes repartis avec un sac rempli de goodies : un tablier Little Nightmares, quelques cartes postales, une bougie à led comme nous avions vus à l’entrée dans les escaliers et… le collector du jeu sur PS4 ♥ !

Merci Bandai Namco et merci à Émilie, Claudia et Sarah pour les invitations et l’accueil, c’était vraiment un chouette event ! Le test du jeu arrive la semaine prochaine normalement, pour la sortie ! 😉

Quitter la version mobile