Bonjour/Bonsoir ! Je vais tenter de vous parler du film Border.

Ce film a reçu le prix Un Certain Regard du Festival de Cannes en 2018. Rarement le nom d’un prix à aussi bien collé à un film. Border n’est pas un film qui se décrit facilement, c’est un ovni.
Tiré du livre de John Ajvide Lindqvist, auteur du roman Laisse-moi entrer qui a donné l’étrange film : Morse qui parle d’enfants vampires.

Il faut s’attendre à une histoire dramatico-fantastique qui ne ressemble à aucune autre.

Ce que ça raconte

Border c’est l’histoire de Tina une femme à l’odorat surdéveloppé qui travaille à la douane. Elle sent les odeurs mieux que n’importe qui mais également les émotions : honte, sexe, peur, culpabilité,… Ce qui lui permet d’identifier les fraudeurs.
Tina n’est pas belle. Tina a un corps un peu difforme et le visage qui se rapproche de l’homosapiens. Cela lui pose problème dans la vie de tous les jours : regards gênants, relations compliquées,… Elle vit loin dans la forêt entourée de la nature et des animaux là où elle se sent bien.
Un jour un homme passe la frontière : il lui ressemble physiquement, il semble avoir le même odorat qu’elle. C’est le coup de foudre. Va s’en suivre une histoire d’amour passionnée qui fera remonter à la surface de curieuses révélations.

Ce que j’en pense, même si c’est flou

Je suis sortie de la salle hier soir sans trop savoir quoi en penser. Je ne sais toujours pas. Je crois que j’ai bien aimé.

Border traite différents sujets qui demandent réflexion : on parle de pédophilie, de trafics d’enfants, de la passion et surtout SURTOUT du genre humain.

Ce film ne mettra pas tout le monde à l’aise. Les scènes d’amour/de sexe sont crues, brutales même un peu gênantes mais tellement plus réalistes que les plans niaiseux que l’on nous donne d’habitude. Pas de musique, pas de plan avec la main qui passe langoureusement sur le dos, de soupir délicat. C’est le désir qui transperce l’écran, l’envie animale de l’autre. C’est vrai.

Il y a un aspect fantastique très surprenant. Je ne voudrais pas vous le divulgâcher (spoiler pour les bilingues du fond de la salle) car il arrive à un moment inattendu. C’est un nouvel regard possible sur l’Humain. A quel point est-on humain ? Cela passe-t-il par le physique ? Le psychique ? Les deux ?

Cette idée est très intéressante. L’humain peut facilement basculer de bon à mauvais, il ne faut pas grand chose pour ça. Voilà la morale de ce film. Oui mais à quel prix ? A un prix sale, dégoûtant et pourtant tellement simple. Je n’en dirai pas plus mais ceux qui ont vu le film comprendront.

Border n’est pas à voir pour juste pour son histoire, il est surtout à voir pour ses réflexions et surtout pour les acteurs. 20 kilos chacun, 4heures de maquillage, une performance incroyable : entre l’humain et l’animal.

En conclusion, allez voir Border ça alimentera vos discussions dans les apéritifs dînatoires, les soirées en société et surtout ça vous fera réfléchir sur le genre humain.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :