Betty – Arnaldur Indriðason

Roman noir – points

Betty-couverture

Bonjour/Bonsoir ! Je reviens vous parler d’un livre islandais qui m’a été conseillé par un ami, contrairement à ce que je m’attendais la littérature nord-européenne n’est pas uniquement sombre ou glauque (cf Millénium entre autres), je sais c’est cliché mais quand on regarde leurs productions c’est rarement joyeux quand même…

Bref, parlons de l’histoire de BettyBetty est une belle femme, séduisante, entreprenante et extrêmement dangereuse. Quand j’ai accepté le poste que m’offrait son mari je ne pensais pas que je me retrouverai en prison pour un meurtre que je n’ai pas commis. 

Vous noterez peut-être l’emploi du « je » dans ce résumé. Il est complètement volontaire car jusqu’à la moitié du livre on ne sait pas si le personnage principal est un homme ou une femme. Sacrée performance ! J’avoue que je n’avais pas vraiment fait attention à ce détail, l’écriture est de telle sorte qu’il n’y a que très peu d’indices. 

Concernant l’histoire, je dirai que si vous êtes un fervent lecteur de livres policiers/psychologiques elle vous paraîtra assez classique et sans trop de rebondissement. Par contre si vous n’en lisez que rarement ce livre va vous bluffer ! Des indices sont dispersés tout du long du récit pour arriver à la révélation finale. 

Le petit détail qui m’a gêné c’est la répétition. Souvent l’auteur reprend la même idée d’une page à l’autre ou redonne au lecteur une information qu’il a découvert il y a quelques pages. Sur de gros livres de 400/500 pages je veux bien qu’il y ait certaines redondances mais sur 237 pages ce n’est vraiment pas utile. 

Je le recommande en cette saison estivale à déguster au soleil avec la boisson de votre choix ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :