Je ressors encore toute éblouie du visionnage. Ayant eu la chance d’assister à une projection en avant-première, je voulais partager mon enthousiasme pour ce nouveau film d’animation dédié à Batman.

Je ne vous cache pas que Batman est l’un de mes super-héros préférés tous comics confondus (Vive DC !). Je sais que ce n’est pas très original et que choisir Batman est un peu toujours la solution de facilité mais je me suis attachée aux différents univers que chaque scénariste et dessinateur ont pu se réapproprier au fil des années. Il n’est donc pas étonnant qu’un studio nippon s’empare lui aussi de la chauve-souris, qui représente un peu leur samouraï déchue à la sauce occidentale. De même que le folklore de méchants accompagnant Batman, il y avait de quoi insuffler une nouvelle histoire inédite avec les codes de la Japanimation.

On peut dire que le résultat est… très particulier, déconcertant, mais un vrai régal pour les yeux !
On peut le dire tout de suite : certains adhéreront à ce spectacle psychédélique en 3D, qui explose dans tous les sens, cette surenchère de couleurs et dans les traits du chara-design durant les scènes d’actions, à cette déclaration d’amour au monde de la pop-culture japonaise à la fois sur le versant moderne et ancien de par le parti pris stylistique et scénaristique…. et d’autres non, ça sera quitte ou double.

Certains y verront un film d’animation crée sous extasy et d’autres verront un véritable parti pris artistique audacieux.

Car entendez par hommage au monde de la Japanimation… j’entends vraiment tous les codes aussi bien shônen, sensei, shôjo, mecha… tout y passe. De belles référence aussi bien aux mangas d’hier (Devilman, Gundam, Kenshin le vagabond, Jojo’s Bizarre) que d’aujourd’hui (Le conte de la princesse Kaguya, Kill La Kill, Code Geass, Naruto).

En effet, ce fan-service à outrance aussi bien du côté comic (dans les costumes que dans le choix des personnages, aussi bien les fans des tout premiers comics de Batman que des tout récents se régaleront) qu’animé japonais peut parfois déconcerté car le spectateur cherchera sans cesse la référence qui lui sautera aux yeux. On a souvent à peine le temps de souffler que le scénario ajoute un énième suspense quand on pense qu’un des personnages est hors jeu.

L’histoire est très basique : Batman est transporté malgré lui au temps du Japon Féodal suite à une machination de ses ennemis enfermés à Arkham. Avec l’aide de ses coéquipiers propulsés avec lui, il va devoir sauver ce pays de la menace de son pire ennemi de toujours, le Joker. Mais ce scénario assez bateau permet de voir évoluer nos personnages préférés dans des décors somptueux : l’esthétisme apporté notamment sur les scènes se déroulaient comme des rouleaux anciens avec cette peinture à l’aquarelle et à l’encre de chine.. MAGNIFIQUE. Il est vrai que ces traits assez marqués ont tendance à grossir l’aspect 3D/CGI ce qui peut gâcher parfois l’immersion mais on s’habitue très vite à l’effet.

On a aussi droit à des interactions assez intéressantes entre les personnages : évidemment la relation Batman/Joker est encore une fois mise en valeur, avec tout le background complexe qui accompagne ce lien parfois sadomasochiste entre eux. Mais le film arrive à insuffler de la profondeur grâce à quelques scènes très poétiques, posées qui permettent la mise en valeur d’une dualité non manichéenne entre les deux protagonistes ( Cf : la scène des deux paysans quand vous aurez vu le film vous allez comprendre ;p ).

Dommage que les autres protagonistes ne bénéficient pas autant d’interactions de qualité avec notre héros, certains pourraient ne pas être présents l’histoire serait la même, ils sont là juste pour le fan-service (Cf Catwoman, Poison Ivy ou encore Nightwing à mon plus grand regret). Il est vrai que les rares représentantes de la gente féminine de l’univers Batman dans ce film ne brillent pas par leurs interventions.

La bande sonore est vraiment sympa mélangeant astucieusement sonorités à la flûte sur le ton de la tradition japonaise pour les scènes d’exposition et J-Pop assez techno et violent pour les moments plus dynamiques. Même les doubleurs japonais se donnent à fond et sont très crédibles! Chaque voix correspond très bien à leur personnage, elles sont toutes très bien choisies.

Malgré un parti pris artistique et scénaristique assez hors norme (qui parfois empiète sur le scénario avec les nombreuses incohérences temporelles, certaines attitudes de personnages secondaires qui interviennent comme des  » deus ex machina », les autres ennemis qui sont peu mis en valeur au détriment d’un Joker presque trop omniprésent), l’essence même de l’univers Batman est respecté. Chaque personnage iconique de la saga (aussi bien du côté des alliés que des ennemis) sont réunis, sont fidèles à eux même. On sent beaucoup de respect, d’amour pour le matériel de base.


Le personnage de Batman garde de sa superbe dans le film. Certains pourront peut-être reprocher un Batman plus conciliant, moins stressé ou colérique, plus humain dans ses rapports aux autres, moins défaitistes qu’à l’accoutumé mais je ne trouve ça pas plus mal.. il ose se remettre en question, demander naturellement de l’aide à son entourage et ça le rend assez attachant. Cela ne gâche absolument par son charisme, ni le symbolisme.

Je pense que même l’amateur de manga/comic moyen avec quelques connaissances peut y trouver son compte. Pas besoin de chercher toutes les références face à ce divertissement assez pop-corn dans sa forme finalement. Mais il est sûr que le récit s’adresse en tout premier lieu aux fans des franchises DC et Japanim’, au risque de mettre vraiment de côté les gens complètement étrangers à ce monde de la pop-culture. Ne cherchez pas non plus de message philosophique dans le propos du film.

On a du mal à bouder son plaisir devant cette production atypique mais au combien savoureuse, tel un bonbon acide mais fruité.

On regrette peut-être la longueur… ? Oui c’est vraiment trop court… ou peut-être la grosse ambition du studio ? d’avoir voulu en offrir trop aux spectateurs qui peuvent ressortir frustrer sur certains points en vue du trop grand nombre de personnages mis en scène et d’un background scénaristique trop ouvert qui ne peut pas être tout couvert en 1h30 ?
Je ressens peut-être tout ça.

Il est très difficile pour moi de tout détailler pour éviter de vous gâcher la surprise de la mise en scène.

A vous de faire votre propre opinion lors du visionnage 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :