rawcover

 

Bonjour, bonsoir et bonnes condoléances à tous, ici VolenKahn, et aujourd’hui évènement. En effet, le 7 octobre, j’ai eu la chance immense de voir lors du festival de l’Absurde (à Nantes) en hyper avant-première Grave, le premier film réalisé par Julia Ducournau. Et si je dis « hyper », c’est parce que le film ne sortira officiellement en France que le… 15 mars 2017. Pourquoi ? Peut-être pour des raisons de censure, je n’en sais rien. Mais ce que je peux vous dire, c’est que lorsqu’il sortira, il fera des ravages. Et je vais vous expliquer pourquoi.

 

Grave, ou Raw, (cru en anglais) raconte l’histoire de Justine, dernière d’une famille végétarienne, et entrant en école vétérinaire, où sa soeur étudie aussi. Mais à peine arrivée, elle doit faire face au bizutage, et notamment à une épreuve qui changera sa vie : manger de la viande. Dès lors, Justine devra affronter les conséquences de son acte, et découvrir sa vraie nature (j’ai l’impression de résumer un film avec Tom Cruise).

Vous l’avez deviné, Justine ne va pas s’intéresser qu’à la viande animale ; et durant tout le film, Justine connaitra des expériences culinaires (mais pas que) de plus en plus marginales.

 

Parlons d’abord des points négatifs : le sujet. C’est pas pour rien que le film est interdit aux moins de 16 ans. C’est donc le côté trash et sans concession du film, qui recherchera le réalisme au sensationnel, qui rebuteront pas mal de monde. Pour l’anecdote, lors de sa présentation au festival international du film à Toronto, trois personnes eurent un malaise : c’est dire à quel point ce film n’est pas… au goût de tout le monde (ba dum tss).

Bref, les points malus : eh bien… euh… C’est très la vie d’étudiant ? Donc, si vous ne l’êtes plus, au mieux vous serez nostalgique, au pire mélancolique de cette époque bénie.

Et puis… rien d’autre !

 

Maintenant, pourquoi ce film est appelé à devenir culte. Tout d’abord, le sujet (encore) : contrairement au Silence des Agneaux, il est traité de manière très réaliste, très crue, (énorme blague, merci merci) comme Cannibal Holocaust en son temps. Raw, c’est ce genre de film qui vous fait prendre conscience de l’existence d’un mode de vie qui est pourtant connu, mais qui est tellement exceptionnel, qu’à la fin, on se dit qu’on ne verra jamais ça de sa vie. Et pourtant, ce film abat nos préjugés avec force images, toutes plus viscérales et dérangeantes les unes que les autres.

Ensuite, l’ambiance. Le film vire petit à petit vers l’horreur : comme dans un thriller, chaque personnage révèle ses secrets, dérangeants ou non. Et la surprise de ces révélations ne viendra pas forcément de l’actrice principale… Parlons des acteurs : ils sont tous impeccables (mention spéciale à Adrien), mais aucun d’eux ne possède l’intensité de Garance Marillier, aka Justine. En plus de posséder un visage à deux faces, qui change entre sourire de canard et regard de dessous à la Jack Nicholson glaçant d’effroi, sa performance est surprenante d’énergie pour un corps aussi frêle. Garance Marillier EST Justine, balancée entre son désir d’une vie normale et le besoin morbide d’épancher sa soif de viande, exprimée par des pulsions d’émotions qui terrifient autant qu’elles fascinent. Justine est effrayante, fragile, humaine. Une actrice à suivre de près.

Pour le reste, je ne vais pas m’étendre : le rythme est fluide et instille une ambiance perverse de plus en plus épaisse jusqu’à en devenir insupportable, la fin est mémorable, les musiques sont super.

 

Bref, ce film est pour ma part une révélation, et un immanquable de l’année prochaine. Tout y est dedans : humour, rebondissements, critique de la société… C’est un bijou de perversité et de gore (mais pas trop) ; en gros, foncez le voir quand il sortira, et croquer-le à pleines dents.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :