Live report – Warm-Up Hellfest au Bataclan

Cette année, le covid n’empêchera pas la traditionnelle tournée Warm-Up du Hellfest d’avoir lieu après deux longues années sans. C’est au Bataclan qu’on se retrouve ce soir pour la date parisienne avec As They Burn, Crisix et Tagada Jones au menu. En parallèle, le public aura accès à plusieurs activités comme un photocall qui permet de gagner des pass Hellfest, et même un concours de air guitar.

As They Burn

C’est dans une salle peu remplie qu’entrent en scène les français de As They Burn. Cependant, après 7 ans d’absence, le groupe est très attendu par certains et l’ambiance, que ce soit sur scène ou dans la fosse, ne tarde pas à s’électriser.

Circle pits, wall of death ou même pogos s’enchaînent dans le public durant le set. Ça s’enflamme aussi sur scène, on sent l’énergie survoltée de chaque membre du groupe et le plaisir que chacun ressent à jouer ce soir. Le set joué par As They Burn est assez court, mais aura été une parfaite mise en bouche en attendant la suite de la soirée. On espère et on a hâte de revoir le groupe prochainement.

Crisix

A peine le temps d’aller chercher une pinte au bar, d’assister ou de participer au concours de air guitar que c’est au tour de Crisix de faire le show. La salle continue de se remplir petit à petit et se prépare alors à accueillir les espagnols.

Crisix, c’est la bonne surprise de la soirée. Les barcelonais dégagent une énergie et une bonne humeur incroyable. La foule est réceptive et semble convaincue de la performance du groupe. C’est à nouveau des wall of death, des circle pits et même des slams qui se succèdent dans la fosse. On prend plaisir à retrouver cette ambiance bon enfant que l’on a l’habitude d’avoir au Hellfest. Pour les curieux ou ceux qui voudraient revoir Crisix, le groupe sera présent au Hellfest.

Tagada Jones

On ne présente plus Tagada Jones très attendu par le public ce soir. Les membres ne sont même pas encore sur scène que ça chante déjà à l’unisson dans la fosse. C’est avec A feu et à sang que le groupe lance alors les hostilités.

Ça se déchaîne dans la fosse, on ne compte pas le nombre de personnes qui monte sur scène afin de se jeter dans le public pour slammer. Les pogos et circle pits sont, évidemment, aussi de la partie. Les morceaux s’enchaînent jusqu’à Vendredi 13, hommage aux victimes du Bataclan qui dégage, alors, une émotion particulière dans cette salle devenue tristement célèbre. Le groupe continue ensuite son set pour finir sur Mort aux cons dans une ambiance toujours à son maximum. 

La soirée se termine avec la fin du concours de air guitar qui permettait de gagner des places pour le concert privé et filmé de Watain, une bonne nouvelle pour les fans de black metal.

Soirée réussie au Bataclan qui nous prépare à une édition du Hellfest de folie cette année. Nous avons hâte d’y être !

Live report de Percival à La Machine du Moulin Rouge

Qui, de nos jours, ne connaît pas la licence à succès « The Witcher » ou en français « Le sorceleur » ? Il s’agit à l’origine de romans écrits par l’écrivain polonais Andrzej Sapkowski racontant les aventures du chasseur de monstres : Geralt de Riv. Ces romans ont ensuite été adaptés en une trilogie de jeux vidéo par le studio CD Projekt Red puis, en série par Netflix. Aujourd’hui, ce qui nous intéresse, c’est le troisième opus créé par le studio de jeux vidéo polonais : The Witcher 3, qui a eu un succès fou auprès des gameurs. En effet, Percival, co-créateurs de la bande originale du jeu, nous donne rendez-vous ce soir à La Machine du Moulin Rouge pour un concert exceptionnel qui nous replongera dans les aventures de notre sorceleur préféré.

Percival « The Witcher 3 – Wild Hunt Live »

C’est peu après 18h30 que la salle ouvre ses portes. Les fans du sorceleur sont déjà très nombreux à attendre à l’extérieur, certains sont même venus en armures ou en robes d’époque. La salle se remplit plutôt rapidement, il faut dire qu’il n’y aura pas de première partie ce soir. Les festivités commenceront à 19h30. Les lumières s’éteignent alors, nous sommes prêts pour l’aventure !

Pour les connaisseurs, c’est sur Geralt Of Rivia, chanson d’introduction du menu de The Witcher 3, que débarque Percival sur scène. De quoi mettre la foule directement dans l’ambiance. Les six membres du groupe sont assis face au public en un arc de cercle. Pas de décoration sur scène à part un écran géant dans le fond où seront projetés des extraits du jeu et de cinématiques.

Nous nous rendons vite compte que ce ne sera pas un simple concert auquel nous aurons droit ce soir, mais un véritable show, lorsqu’une succube fait son entrée sur scène lors d’un morceau et que celle-ci nous offre quelques pas de danse ainsi que des acrobaties. Nous aurons alors droit à plusieurs mises en scène durant la soirée comme l’entraînement à l’épée d’un sorceleur, une danse mystique des trois fameuses moires ou encore une danse festive et arrosée de trois tavernières.

Le public est complètement dans l’ambiance, ça danse, ça chante et acclame et applaudit toujours plus fort entre chaque morceau. Sur scène, c’est tout aussi festif, on sent que le groupe prend plaisir à jouer pour nous et est heureux d’être là ce soir.

Le show durera 1h45. Nous n’avons pas vu le temps passer. Pour finir la soirée, c’est une brouxe enchanteresse, tout de blanc vêtu, qui fait son apparition sur scène pendant Lullaby Of Woe, morceau présent dans l’extension du jeu : Blood & Wine. La foule n’a clairement pas envie que le concert se termine tout de suite. Il n’aura pas fallu acclamer Percival longtemps pour que celui-ci revienne sur scène pour un rappel. L’occasion pour eux de présenter les membres du groupe. Tous ont l’air surpris et heureux de l’accueil fait par leurs fans. Il faut dire que la soirée était incroyable et que l’ambiance était vraiment à son comble. Pour terminer en beauté, le groupe décide de se rendre disponible pour un photoshoot avec tous ceux qui aimeraient une photo souvenir.

Un grand merci à Garmonbozia d’avoir organisé cette soirée qui aura sûrement donné envie à certains de faire ou refaire The Witcher 3. Et bonne nouvelle, un nouveau jeu dans l’univers du sorceleur est actuellement en production chez CD Projekt Red !

Live report de Wardruna à L’Olympia

Ce soir, on se donne rendez-vous à L’Olympia pour Wardruna. Après plusieurs reports à cause du covid, le groupe norvégien revient enfin en France pour notre plus grand bonheur. Il s’agira du premier concert depuis deux ans maintenant pour beaucoup de personnes présentes ce soir, l’attente aura été longue et difficile, mais enfin, nous y sommes !

Kalandra

C’est Kalandra qui a l’honneur d’ouvrir le bal. Le groupe, porté par sa chanteuse Katrine Stenbekk, est plutôt attendu par les fans de Wardruna qui, pour la plupart, sont déjà familiers avec la musique de ce quatuor.

La performance du groupe ainsi que la douce et puissante voix de Katrine semblent convaincre le public. Les applaudissements entre chaque morceau le montrent. Malheureusement, le set est très court et ne durera pas plus de vingt-cinq minutes. Petite frustration pour les fans du groupe ainsi que pour ceux qui le découvraient ce soir. Mais pour finir sur une touche positive, il s’agissait là d’une parfaite mise en bouche. Nous sommes prêts pour Wardruna !

Wardruna

C’est sur une scène à la décoration toujours aussi minimaliste que débarquent les nordiques de Wardruna à 21h. Et c’est avec le morceau phare de leur dernier album que commence le show : Kvitravn. Dès les premières notes, on se sent très vite pris dans l’ambiance, le groupe nous emmène dans un voyage d’une heure quarante qu’on aimerait voir durer plus longtemps.

La petite nouveauté concernant Wardruna, Lindy Fay Hella n’est plus la seule femme à donner de la voix. Katrine Stenbekk fait maintenant partie intégrante du groupe en tant que soutien vocal ce qui devrait ravir les fans de Kalandra et de sa douce chanteuse.

Les morceaux s’enchaînent avec pour seul répit entre chaque, les applaudissements et acclamations, toujours plus forts, du public, heureux d’être présent à L’Olympia ce soir pour Wardruna et de retrouver enfin cette ambiance qui a tant manqué à certains pendant ces deux longues années.

La scène très épurée n’est en rien dérangeante, car la beauté de la prestation réside dans ce jeu d’ombre et de lumière parfaitement réalisé, par les équipes techniques, que l’on peut admirer tout en en prenant plein les oreilles.

Arrivé à la fin du set, Einar Selvik prend enfin la parole et exprime sa gratitude d’être sur scène ce soir et de partager ce show avec son public parisien qu’il est heureux de retrouver. Il semble touché et surpris par les standing ovation, mais le groupe transmet tellement d’émotions sur scène qu’il était difficile de ne pas le remercier autrement. Le concert se termine sur les émouvantes Helvegen et Snake Pit Poetry, tradition lors des concerts de Wardruna.

On sort de L’Olympia heureux ce soir, le voyage était court mais intense. Hâte de les revoir !

Galerie Photo : Dimmu Borgir @Bataclan – 23/01/2020


Une fois n’est pas coutume, ce report n’est que visuel. Justine notre photographe pour ce soir a échappé au lourd fardeau de l’écriture afin de se concentrer exclusivement sur les photos. en espérant que vous profiterez tout autant du report juste avec vos yeux.

– Wolves in The Throne Room –

– Amorphis –

 

– Dimmu Borgir –

 

Quitter la version mobile