Après son passage au Trabendo en compagnie des nerveux Stray From The Path, c’est avec plaisir qu’Anti-Flag foule à nouveau les terres parisiennes pour chauffer le public au plus grand festival punk français : le Punk In Drublic, un festival qui prend place cette année à Angoulême et organisé par Fat Mike, frontman du déluré groupe de punk NOFX.

-Two Trains Left-

Vu quelques semaines auparavant lors de la Pop-Punk Night parisienne, le groupe aux allures de Blink-182 est déjà de retour dans la capitale. Alors que le Gibus est encore bien vide, le groupe démarre son set par When You Finally Know.

Le groupe a tenté de lancer pogos et autres activités punk histoire de préchauffer le préchauffage du festival Punk In Drublic (ça sent le roussis, non ?) mais aura tout de même du mal à trouver sa place au milieu des papas du punk, la faute à un public assez fermé et peu réceptif à la nouvelle scène du genre.

Néanmoins, il nous reste à l’esprit après le court set du groupe (7 chansons) un show toujours réussi avec une voix inspiré de Tom DeLonge de Blink-182 qui nous fait quelques frissons à chaque fois, et des tentatives de communication avec le public à la moindre occasion. Le capital sympathie du groupe est donc très grand, et on a déjà hâte de vouloir les revoir. Cela tombe bien, puisque le groupe sera de retour demain, avec un public sûrement plus approprié pour sa musique, en première partie de Story Untold au Backstage By The Mill.

 

– Anti-Flag –

Place aux papa du punk désormais ! Anti-Flag revient ce soir pour parler du Punk In Drublic Festival d’Angoulême, un festival qui aura lieu le 8 mai à Angoulême et qui sera organisé par Fat Mike (D’ailleurs, on y a été en touriste, et l’organisation était … PUNK ;-)), fondateur de NOFX. Même si Anti-Flag n’était pas la tête de ce fameux festival, il fait parti des noms phares du festival avec NOFX et Bad Religion.

A peine arrivé sur scène sur la fameuse intro punk de référence, des Ramones (Blitzkrieg Bop), le groupe entame son set sur Die For The Government, qui place directement la barre au niveau : on commence avec du très lourd, des idées politiques fortes au travers du morceau et un pit qui réagit au quart de tour. C’est ça le punk ! D’ailleurs, sur le titre explicitement nommé Fuck The Police , Justin Sane (chant) fera un discours engagé sur le patriarcat, la révolution et l’anarchie, qui renforce encore et toujours l’image punk du groupe. D’ailleurs, les événements de Notre Dame seront évoqués par le groupe, tout comme les donations exhubérantes des nombreux donateurs « C’est insensé que des personnes aient plusieurs millions de dollars sur leurs comptes quand d’autres n’ont pas de quoi manger. »

Après, il ne faut pas oublier que le punk, c’est aussi et avant tout de l’amour. Chris (basse et chant) et Justin nous inviterons au travers d’un discours de solidarité, de soutien et d’amour à ce que tout le public soit bras dessus/dessous, se fasse des câlins et des sourires. C’est donc sur une chanson entière où les

Au milieu de tout ce punk, le groupe n’hésitera pas à mentionner le festival pour lequel il est venu assurer la promotion en demandant qui sera sur place, qui avait sa place, et en invitant quelques membres du public qui n’avaient pas encore leurs places. Merci Anti-Flag!

Le groupe semblait vraiment heureux d’être parmi nous, et se réjouisse à chaque fois de traverser les océans pour venir proposer ce qu’ils font, partout dans le monde. Leurs sourires et leurs high fives au public montraient bien qu’ils étaient content d’être là, la communication entre le groupe et son public hétérogène faisait plaisir à voir.

On a déjà hâte de revoir Anti-Flag (ainsi que les autres groupes du Punk In Drublic sur la scène du Slamdunk UK !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :