C’est dans le froid du début de l’hiver que j’arrive devant le Zénith dans sa configuration minimale. Surprenant, j’aurais cru qu’une telle affiche ferait un Zénith taille maximum. En temps que rédacteur nous sommes placés en gradins… Une grosse déception pour moi qui suis habituée à la fosse, mais pas de quoi me laisser abattre !

– Hypocrisy –

Hypocrisy au Zenith - Romain Keller Pour Error404

Les musiciens de Hypocrisy arrivent dans des écrans de fumée en headbangant. Une fumée qui sera un vrai thème toute la soirée. Mais pour Hypocrisy cette fumée sera aux photographes, ce que le gaz moutarde fut pour les soldats de la Première Guerre mondiale… fatal. Ce qui tombe bien, car le batteur est aussi le batteur d’Immortal. Immortal… Gaz moutarde… OK je m’en vais me cacher.

Quoiqu’il en soit, le public est très réceptif dès le début du set, et head bang tout du long.

Le Zénith étant très petit ce soir, la fosse est très rapidement remplie, ne laissant aux pauvres métalleux que des gradins pour assouvir leur soif de Pogos.

Le show sera entrecoupé de quelques annonces, comme la présence d’un bassiste remplaçant. Et de demandes de participation auprès du public, tel que « alright Paris, scream my name and I’ll scream for you », ce qui peut rappeler une petite référence à Breaking Bad… Voulue ou pas? On ne le saura jamais, je pense.

 

– Arch Enemy –

Arch Enemy au Zenith - Romain Keller Pour Error404

Ici encore le public est très réceptif , et on commence à se demander pourquoi le Zenith est dans sa configuration la plus petite, car on se marche vraiment dessus.

Ça s’agite dès le deuxième titre dans la fosse et sur scène, un plaisir à voir. La chanteuse Alissa n’est pas en reste et ne manquera pas d’HeadBanguer pour nous faire voir sa magnifique chevelure bleue. On notera par ailleurs que le groupe avait son propre décor scénique ce qui est toujours un plus !

Malheureusement je n’accroche pas trop au chant, manquant un peu de puissance vocale à mon gout. Comme un paquet de chips : l’emballage donne envie, mais quand tu l’ouvres y’a que de l’air… D’après l’agitation de la foule, peu ont pensé comme moi.

Je salue quand même aussi l’énergie phénoménale que Alissa donne sur scène et ses nombreuses communications avec le public, avec quelques mots en Français.

 

– Amon Amarth –

Amon Amarth au Zenith - Romain Keller Pour Error404

Dès le début on est plongés dans le spectaculaire, et se dresse devant nous une grande tenture avec écrits « Berserker ». On constate après la chute du grand voilage que la scène a été changée pour l’occasion. La batterie est perchée sur une scène en forme de casque viking, qui, par la suite, nous réservera des surprises.

Dès l’intro la foule bout, trépigne et applaudit. Ça s’agite direct dans la fosse et Johan Hegg est comme chez lui sur scène, avec sa barbe à en faire jalouser plus d’un, et une magnifique corne à boire.

On appréciera encore et toujours la pyro du groupe. Même si j’ai été « spoilé » au Hellfest, cela fait quand même plaisir à voir dans une salle avec de vraies lumières.

Côté public le show alterne entre slam, pogo, wall of death, rameur, la base de tout show viking d’Amon Amarth que l’on aime. Surtout que le show était assez riche et puissant, avec chevalier aux yeux lumineux qui à fait un petit tour sur scène. Puis Johan dégaine Mjölnir, et plus tard doit affronter le monstre du loch Ness (durant le rappel), alors que le batteur, Jocke Wallgren s’envole dans les cieux avec sur son casque viking géant, nous gâtant d’un magnifique solo de batterie…… JE VOUS JUREEEE MONSIIEEUURRR L’AGENT J’AI PO BUUUUUU TOUT EST VRAI.

Amon Amarth au Zenith - Romain Keller Pour Error404
On notera aussi l’arrivée en seconde partie de show de l’arrivée des imposants Gardiens d’Ásgard sur scène faisait la hauteur du Zenith , pour la chanson…. allez-vous devinerez jamais laquelle c’est trop dur ……. Guardians Of Asgaard … c’était dur hein… OK j’arrête

Le groupe lève sa corne (verre) à notre santé, et en français s’il vous plait. Puis participa à de nombreuses reprises avec le public comme quand Johan nous fait chanter « Odin guide us ». En insistant bien sur le fait que ce n’est pas grave si on ne connaît pas les paroles, personne ne s’en rendra compte.

Comme mentionné avant, lors du rappel après le titre que tout le monde attendait « The Pursuit of Vikings », un monstre semblable au monstre du Loch Ness est violemment combattu par notre valeureux chanteur. Brandissant son marteau, le feu se déchaîne sur scène frappant sans relâche jusqu’à ce que le monstre meurt dans une pluie d’étincelles. Et c’est malheureusement la fin du concert d’Amon Amarth.

je n’aurais qu’une chose à dire : Skøll

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :