Ce soir, c’était un énorme plateau metalcore qui nous attendait au Trabendo. 4 groupes pour 4 fois plus de folie ! C’est parti !

Lancez la setlist du concert à droite en lisant ce report, il paraît que ça le rend encore meilleur !

Crédits photos : Juliette Plachez

-19h15-19h40 : Dream State –

Alors que Dream State apporte la touche féminine de la soirée, la salle se fait encore timide faute à un début de concert vraiment très tôt par rapport à l’habituel 20h ! Les coreux anglais, portés par Charlotte Gilbrin (chant) proposent ce soir un set éclectique mêlant aussi bien des ambiances très atmosphériques à des passages bien plus agressifs. Bien que la chanteuse s’excusera de ne pas pouvoir parler davantage français, elle était bien déterminée à communiquer avec son public en allant chanter et screamer directement dans la fosse la moitié du temps ! Elle lance de petits pogos depuis la fosse, chante autour du circle pit, au milieu… Les personnes qui ne connaissaient pas encore le groupe auront été baignées dans tous les meilleurs hits du groupe dans un condensé d’une grosse vingtaine de minutes : Rebuild, Recreate White Lies ou même New Waves. Bref, l’ambiance bat déjà son plein à mesure que la salle se remplit peu à peu et se prépare doucement au second groupe de la soirée.

– 20h – 20h30 –  Endless Heights –

Alors que le quintet débarque sur des bruits psychédéliques très étranges, le groupe fait rapidement signe à la régie qu’ils ont quelques soucis avec leurs retours, tout en commençant le show. Le groupe australien fête ce soir son premier passage en France et semble heureux d’être là. Le chanteur a un timbre de voix vraiment sympa et passe du scream au chant clair en un clin d’oeil. Alors que les guitares et les sonorités sont vraiment très lourdes, le rythme quant à lui est bien plus soft que du metalcore. Le batteur n’utilisera d’ailleurs à un aucun moment une double pédale pour accélérer le rythme. Le mélange est donc plutôt original et rend vraiment très très bien. C’est une excellente découverte qu’est Endless Heights pour la plupart des personnes qui seront là ce soir et on a hâte de les voir revenir en France !

– 20h50-21h20 – The Plot In You –

Le groupe américain vient clôturer ce festival de jolies premières parties avec son metal teinté d’electro ultra-lourd !

Le groupe vient présenter ce soir DISPOSE, son nouvel album sorti le 16 février 2018. Ce dernier album se veut très différent du reste de la discographie du groupe avec des sonorités bien plus rock et travaillées que les musiques très aggressives de leurs précédents opus. Comme pour Endless Heights, le rythme du groupe se rapproche désormais davantage du rock que du metal. Quelques anciens titres viendront tout de même ravir les fans, avec notamment My Old Ways ou Take Me Away. L’ambiance est telle que le guitariste se mettait même à chanter par moment, même s’il aurait pu s’abstenir pour le coup… Le batteur Mathis s’en donne à coeur joie avec des mouvements très amples qui donne un aspect très spectaculaire à son jeu et Landon (chant) a une voix franchement incroyable. Il screamait très souvent loin du micro et cela n’en baissait pourtant pas l’intensité dans nos oreilles. Le groupe a su rassembler la foule et créer une anarchie dans le public avec de nombreux pogos durant tout le set. C’est sur une backtrack teintée de voix robotique et d’un tout petit peu d’electro que le groupe quittera la scène. Une jolie découverte !

– 21h40 – 22h50 – The Amity Affliction –

Les mastodontes australiens de la soirée The Amity Affliction débarquent sur Drag The Lake, morceau tiré de leur dernier album Misery. Première chose qui saute aux oreilles : le scream de Joel (chant scream) est extrêmement puissant, bien plus rauque et fort que sur les albums ! Nous n’étions pas prêts à nous prendre de tels screams en pleine face ! C’est dès le second titre Chasing Ghosts que le public va s’enflammer et créer un énorme moshpit dans le bas de la fosse de ce Trabendo, définitivement chaud bouillant après trois excellentes premières parties. Le chant clair d’Ahren était parfois un peu inaudible face à l’écrasant scream de l’autre côté.

Les chansons s’enchaînent dans la joie et la bonne humeur. Quelqu’un perd ses clés dans le pit, une personne l’annoncera entre deux chansons et retrouvera son propriétaire dans la foulée, avant de reprendre les pogos de plus belle ! Une situation bien cocasse qui fera rire l’assemblée ! Le guitariste et le bassiste n’hésitent pas à jongler avec leurs médiators entre deux titres, puis enchaînent sur les classiques de leur dernier album tels que Feels Like I’m Dying particulièrement efficace en live ! Le groupe va même s’amuser avec le public en coupant un instant tous les instruments durant le titre, et on va entendre toutes les personnes du pit chantant (faux) sur la chanson ! Plus de son, mais des gens déchaînés qui continuèrent leurs pogos l’air de rien !

L’ambiance bleue feutrée déteint avec l’ambiance rouge explosive qui règne ce soir-là. TAA tentera de calmer le jeu avec une guitare acoustique en milieu de set, avant de vite reprendre possession du matériel électrique pour foutre le bordel à nouveau.

Le rappel arrive à peine après une heure de set, et se conclura en force sur  Ivy (Doomsday), opening de leur dernier album et Pittsburgh, le titre emblématique du groupe.

Succès réussi pour Warner Music et cette soirée qui affichait pratiquement complet et qui nous a offert 4 groupes metalcore/post-hardcore de grande qualité ! On a pu découvrir 3 groupes en première partie de grande qualité qui ont d’ores et déjà toutes les qualités des grands et un The Amity Affliction en grande forme qui aura su ravir son public, 2 ans après la Flèche d’Or et su s’imposer comme étant l’un des groupes de metalcore majeurs de nos jours. On y retournera avec très grand plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :