A sign of Affection de Suu Morishita (un duo d’autrices) est une nouveauté d’Akata. La maison d’édition est réputée pour éditer des titres forts, où l’inclusion et les émotions sont mises en avant. D’abord proposé en numérique, le manga A sign of Affection est sorti au format papier au mois de mai.

Yuki est une étudiante qui, comme beaucoup d’autres, construit son quotidien autour de ses amis, des réseaux sociaux et de ce qu’elle aime. Mais quand un jour, dans le train, elle croise un jeune homme qui voyage à travers le monde, son univers va être chamboulé : ce dernier, bien que trilingue, ne connaît pas la langue des signes. Pourtant, très vite, il manifestera pour elle un intérêt bien particulier… Comment réagira-t-elle face à ce camarade d’université entreprenant et communicatif ?

Perfect World, Eclat(s) d’âme, Le Marie de mon frère, Nos temps contraires (chroniqué ici, d’ailleurs) ne sont que quelques unes des séries proposées par Akata que je vous invite à découvrir !

L’ouverture au monde
« Fais-moi entrer dans ton monde, Yuki. »

Si le scénario part d’un postulat assez simple*, l’intérêt survient de leurs différences. Yuki est sourde de naissance, alors qu’Itsuomi aime voyager et apprendre des langues étrangères.
Dans A sign of Affection, bienveillance et délicatesse sont les mots clés. Il s’en dégage une certaine poésie. Les personnages sont vites attachants. Le manga montre un peu « ce que c’est de vivre avec un handicap » sans tomber dans le pathos.
C’est un sujet encore trop peu abordé. En France, nous avons Comme les autres (Kana) et bien sûr A Silent Voice (Ki-oon), ou encore Hidamari ga kikoeru (BL édité par IDP). Ca m’a aussi rappelé le drama Orange Days (et m’a donné envie de le re-regarder !).

Je trouve le dessin magnifique. Le trait est rond, doux et léger et s’accompagne d’un découpage épuré qui permet une lecture lisible mais entraînante. Le duo ne lésine pas sur les plans rapprochés (mains, visages) pour faire passer les sentiments. Cela sert aussi, bien sûr, à exposer les difficultés de communication que peuvent rencontrer ceux-ci.

Doux dans le trait et dans le fond, A sign of Affection met en avant l’importance de la communication avec une réelle sensibilité. Le seul point négatif, pour moi, est l’esquisse d’un triangle amoureux. Ceci dit, grâce à cette atmosphère bienveillante et douce, je n’ai aucun doute sur le fait que je vais aimer la série. J’ai vraiment hâte de pouvoir lire la suite (parution du 2e tome début juillet !) mais ne vous y trompez pas : A sign of Affection est déjà un coup de cœur.

*La rencontre entre Yuki et Itsuomi, la découverte de leur quotidien, la romance qui s’installe entre eux.
Vous pouvez lire un extrait sur ce lien ; d’autres articles mangas sont disponibles ici. J’attends avec impatience le 2e (et dernier) tome d’Analog Drop pour vous écrire une chronique – vous savez donc qu’elle sera la prochaine chronique Akata !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Exit mobile version