Avatar – Nouvelle chanson et concert

Le chanteur Johannes Eckerström, les guitaristes Jonas Jarlsby et Tim Öhrström, le bassiste Henrik Sandelin et le batteur John Alfredsson – sortent enfin du fin fond de la forêt suédoise, où ils travaillent sur leur neuvième album, pour nous gratifier d’une toute nouvelle chanson nommée « Valley of Disease »

Avatar a été pour le moins actif durant l’été dernier. Après avoir parcouru l’Amérique du Nord pour une tournée en tête d’affiche, ils se sont ensuite lancés dans quelques-uns des plus grands concerts de leur carrière, dont un voyage en première partie d’Iron Maiden dans des stades au Brésil et des prestations dans des festivals comme le Summer Breeze en Allemagne, Bloodstock en Angleterreet, bien sûr, le Hellfest, en France, où ils ont partagé la même scène que Metallica.

Revivez ce grand moment sur ARTE CONCERT

Avatar sera de retour dans l’Hexagone en mars 2023 pour le Dance Devil Dance Tour

  • 10/03 – PARIS / Olympia
  • 23/03 – LYON / Le Transbordeur
  • 28/03 – BORDEAUX / Rocher de Palmer

Première partie : Veil Of Maya et Kassogtha

Mais, avant cela, Avatar serait-il investi d’une mission ?

Il n’existe aucune arme sur cette planète qui puisse défier la puissance d’une guitare électrique. Pendant des décennies, le métal a été la force la plus puissante connue de l’homme. Ses riffs n’ont cessé de repousser les limites de ce qui peut être créé, tel un mariage entre le sang et la machine. Si l’on devait sculpter un Mont Rushmore pour tous les titans du genre, il couvrirait plusieurs fois le globe entier. C’est un phare brûlant pour les marginaux et les rebelles.

Au fil du temps, une grande partie de la scène s’est divisée en deux camps aussi vieux l’un que l’autre. Le premier est éternellement coincé dans le passé, ne cherchant plus à diriger. Le second est constitué de ceux qui ont oublié les ingrédients les plus importants de ce qui a fait du metal ce qu’il était et doit rester… Ils ont perdu le contact avec le diable… Ils ont oublié comment bouger, comment danser avec lui… Alors que ce genre se vit au plus profond de son corps, ils ont perdu le désir…

Cependant rien n’est perdu car… C’est plus que jamais habité de cette incandescente envie de créer que les cinq membres d’Avatar continuent d’élaborer leur prochain album…

L’univers d’Avatar est connu pour abolir les frontières, briser les barrières entre groupe, troupe de théâtre et génie du cinéma. Ses albums et ses clips toujours plus créatifs ont abouti sur la création d’Avatar Country, une terre fantastique où le métal règne en maître. L’an passé Avatar a étendu son royaume en sortant sortant 5 chansons inédites.

Les ruines perdues de Narak – Vaut-il mieux miser sur ses cartes ou ses meeples ?


Sorti en 2020 par Czech Games Edition, Les ruines perdues de Narak ont eu le droit à une localisation en français grâce à Iello en 2021. Et quelle localisation ! Nommé dans la catégorie expert au Festival International des Jeux de Cannes, il devra laisser le titre à Dune Imperium auquel il aura été énormément comparé. Alors Nomination mérité ou pas ?

Un mélange de mécanique

C’est certainement le point pour lequel les deux jeux ont été énormément comparés. En effet, chacun mélange les mécanique de deckbuilding et de placement d’ouvrier. Cependant, la comparaison s’arrête ici. Bien que mécaniquement similaire, Les ruines perdues Narak a un style qui lui est propre.

C’est en tout cas un mélange que je trouve tout à fait sympathique et intéressant. Vous devrez en effet construire votre deck en fonction des stratégies que vous souhaiterez mener.
Ainsi, les cartes dont vous faites l’acquisition devront vous permettre d’obtenir les ressources qui vous intéressent mais également d’envoyer vos explorateurs sur les lieux de votre choix. Cependant chaque carte ne pourra être utilisée que pour un seul de ces choix. La construction et les choix qui en émaneront seront donc primordiaux.

Une course contre la montre

Lors de vos premières parties, il faudra vous faire à l’idée qu’une fois que vous aurez bien mis votre stratégie en place et aurez l’impression de maîtriser votre jeu, il sera temps de compter les points. En effet, Les ruines perdues de Narak ne vous laisse la possibilité de ne jouer que 5 manches. Autant vous dire que vous ne pourrez pas acquérir énormément de cartes et les exploiter.

Tous vos choix seront alors d’autant plus importants. Chaque achat de carte et son utilisation devra être réfléchi pour optimiser le plus possible chacun de vos tours.

Fin de partie

Une fois les 5 manches terminées, il est temps de déclarer le joueur vainqueur. Pour cela, il faudra additionner les points obtenus  grâce à vos explorateurs. Vous marquerez donc en fonction des recherches que vous aurez effectué, des temples que vous aurez explorés, mais également les idoles obtenus et les gardiens maîtrisés. A celà s’ajoutent ensuite les points de votre deck, en additionnant la valeur en point de victoire des cartes acquises. Enfin il faudra soustraire des points pour chaque carte peur que vous aurez obtenu en affrontant les gardiens. Le joueur cumulant le plus grand total sera alors déclaré vainqueur.

Avis

Bien que les choix possibles à chaque tour soient importants, le jeu reste très fluide grâce à une mécanique de jeu simple et une lecture facile des icônes et du plateau de jeu. Cependant, la durée de partie limitée à 5 manches peut être extrêmement frustrante impliquant alors une optimisation des actions permanentes et une certaine analysis paralysis apparaître chez certains joueurs. La nomination à l’as d’or est en tout cas bien méritée.

 

 

  • Une durée de partie frustrante, notamment pour les amateurs de deckbuilding
  • Une grande boîte avec au final pas mal de vide
  • Beaucoup de matériel sans insert mais avec beaucoup de sachets plastique
  • De nombreux choix pouvant provoquer une analysis paralysis

 

 

 

  • Des illustrations magnifiques
  • Une excellente rejouabilité
  • Du matériel d’excellente qualité
  • Une mécanique fluide et plaisante

 

 

En résumé

Si l’on accepte la frustration de stopper la partie au bout de seulement 5 manches, ce jeu apporte une richesse de choix à faire très plaisante dans l’optimisation. Cependant attention de bien choisir les joueurs autour de la table car les parties pourraient devenir très longue avec certains pour les mêmes raisons.

Fiche technique

Créé par : Min & Elwen

Illustré par : Ondřej Hrdina, Jiří Kůs, Jakub Politzer, František Sedláček, Milan Vavroň

Edité par : Czech Games Edition, VF par Iello

Distribué par : Iello

Quitter la version mobile