Live Report : Hillbilly Moon Explosion @Le café de la danse – 22/01/2020

Le rock Hillbilly ! 

Hillbilly Moon Explosion Café de la danse @Kikevist_Thierry

Après 4 trop longues années, Hillbilly Moon Explosion nous revient enfin sur une scène Parisienne. Le rendez-vous est parfait dans cette magnifique salle du café de la danse en plein centre de Paris. Lorsque j’ai commencé avec Error404, j’avais pour projet de vous faire découvrir des groupes différents. Là, on est servi: un vrai retour dans les (belles) années 50,60.

 

Lord Fester Combo.

Avant qu’Hillbilly Moon Explosion ne vienne nous rejoindre, place à une vraie découverte pour moi. Lord Fester Combo! 

Lord Fester Combo Café de la danse 22/01/2020 @Kikevist_Thierry

La découverte de la soirée.

On ne pouvait pas commencer la soirée avec une mise en place aussi réussie. Ça joue super bien. Du bon rock live comme on aime en écouter. Le groupe est composé d’un batteur, d’un contrebassiste et du chanteur-guitariste hyper talentueux ! Une vraie communion entre le groupe et le public! Leur musique est vraiment là pour nous faire danser et prendre un plaisir dingue. Pas d’artifice, juste des musiciens qui aiment être sur scène et partager.

Got My Mojo Working est sans aucun doute le titre préféré du chanteur. Avant de commencer, il nous prévient que ce titre est à écouter tous les matins pour débuter la journée avec la meilleure énergie possible. C’est effectivement le cas même en cette fin de journée.

Juste merci pour ce moment les gars. 

 

 

Hillbilly Moon Explosion entre en scéne !

 

Hillbilly Moon Explosion Cafe de la danse 2020 @Kikevist_Thierry

Qui sont-ils ?

Très certainement un des meilleurs groupes de pur rock & roll de nos jours.  Le groupe d’origine Suisse est constitué de la belle Emanuela Hutter (chant & guitare rythmique), Duncan James (guitare & chant), Sylvain Petite (batterie) et le créateur du groupe Oliver Baroni (contrebasse & chant) . Avant le début du live, Duncan James & Oivier Baroni ne laissent le soin à personne de vérifier et d’ajuster les réglages de leurs instruments. C’est presque incognito qu’ils viennent sur cette scène contrôler tout cela.

 

 

On attaque.

Après 4 ans d’absence, ils viennent nous présenter leur dernier album très attendu The Sparky Sessions. Nous sommes donc au rendez-vous en ce 22 janvier 2020. Dans cette magnifique salle de concert de proximité, les artistes sont si proches de nous que l’on peut vraiment échanger avec eux. Pas de temps à perdre: ils attaquent très fort d’entrée avec un premier titre: Obsession de ce dernier opus !

Moment fort de complicité !

Passage d’instruments entre Emanuela et Olivier. Olivier fait applaudir Emanuela pour son jeu à la contrebasse. Il ajoute: « pas trop je reste le boss  » ;)))

On ne voit pas le temps passer; les titres forts sont au rendez-vous avec une reprise de Blondie, Call me mais aussi leur célèbre et incontournable My love for evermore, interprété en duo avec Emanuela et Duncan, qu’ils partagent intensément. Seul petit souci du concert lors de l’introduction de ce titre: un « léger » accrochage entre deux spectateurs devant la scène qui fait intervenir Olivier, stoppant le morceau afin d’évacuer les deux « abrutis ». Du coup, petit bonus pour nous, on a le bonheur d’écouter une deuxième fois cette intro digne des plus grands westerns de la grande époque.

Avant de partir……

Olivier nous présente un à un les membres du groupe.

Moment magique pour finir.

Hillbilly Moon Explosion Café de la danse @Kikevist_Thierry

C’est Emanuela qui va nous l’offrir avec son complice Duncan à la guitare. Malheureusement comme nous l’annonce au micro le boss de cet établissement, le café de la danse est sous la menace d’une fermeture administrative s’il ne ferme pas à 22H30. C’est alors que l’on devine qu’Olivier sort très énervé de la scène. Emanuela, elle, refuse de partir pour nous offrir un dernier titre guitare/voix, mais SANS MICRO !! Le moment est incroyable. Quelle douceur pour nous dire au revoir. Merci pour cette soirée qui restera mon premier concert de 2020 et je sais déjà qu’il sera dans mes tops !!!

Bonus images

 

Images d’Emanuela.

Images d’Olivier.

 

Images de Duncan.

 

Loser


La réputation de Bruno Cathala n’est plus à faire et on sait qu’il travaille souvent avec Vincent Dutrait (Nagaraja, Longhorn, Raptor, Mundus Novus, …) comme illustrateur. Pour Loser c’est une grande première, Vincent lâche sa tablette graphique pour passer du côté créateur.

On découvre également un nouvel éditeur russe, Lifestyle Boardgames qui nous fait découvrir ce jeu à Essen 2018.

Loser est un jeu de cartes pour 3 à 6 joueurs à partir de 8 ans. Les parties sont relativement courtes (une quinzaine de minutes) pour un party game sans prise de tête. Petite particularité du jeu, il n’y a pas un seul gagnant mais plutôt un perdant.

Où sont les magiciennes ?

Le jeu est joli, les cartes actions et sortilèges font leur job, c’est-à-dire qu’elles sont compréhensibles par leur dessin sans devoir se référer à la règle. On est un petit peu déçu par contre que les 6 personnages soient les mêmes, sans compter qu’aucune représentation féminine. A l’ère d’Harry Potter et du succès d’Hermione, cela est bien dommage.

C’est mignon aussi les grenouilles !

Chaque joueur est un apprenti magicien qui va se battre pour ne pas se transformer en grenouille. Il a devant lui un assemblage de 2 cartes (haut et bas du corps). Au début de la partie, les 2 cartes représentent un magicien.

Les magiciens ont un certain nombre de cartes en main en fonction du nombre de joueurs. A chaque tour, vous devez poser une carte potion : si elle est rouge vous la mettez face cachée sinon elle est bleue et face visible. A chaque carte potion bleue jouée, vous appliquez un sortilège ou une action qui va changer le cours du jeu. Lorsque chacun n’a plus qu’une carte en main, on passe au vote.

Après un décompte de 3, les joueurs pointent leur pouce vers le haut s’ils pensent avoir en main la carte potion la plus forte sinon leur pouce vers le bas. On détermine maintenant qui est le perdant. En gardant cet ordre de résolution :

 

  • Si celui possédant la carte la plus forte a pointé son pouce vers le bas c’est la honte absolue, il est le loser !!
  • Sinon ceux qui se sont crus plus fort que lui en pointant leur pouce vers le haut ont évidemment tort, mais il n’y a qu’un seul perdant. Le loser est le joueur possédant la carte la plus petite.
  • Enfin si tout le monde a eu la bonne intuition, j’ai envie de vous dire pas de chance mais il y a forcément un perdant et c’est le magicien avec la potion la plus faible.

 

 

Quand vous perdez, vous retournez une de vos 2 cartes. Votre personnage est en train de se transformer en grenouille. Vous gagnez par contre une carte sortilège pour faire une crasse aux autres au prochain tour et vous offrez par la même occasion une carte à votre voisin de gauche. Le premier à être entièrement grenouille a perdu.

Avis

Un jeu de bluff où il faut une première partie pour bien comprendre tous les tenants et aboutissants de ce jeu. Au départ, on tâte, on joue un peu au hasard. Heureusement, les parties sont rapides et à la deuxième on a bien compris comment ne pas se faire avoir.

Ce n’est certes pas un jeu d’ambiance mais un bon petit jeu d’apéro entre amis, même pour des réticents du jeu. Vous pouvez aussi y jouer en famille le dimanche après-midi un jour de pluie.

Un jeu simple que vous ressortirez du placard de temps en temps, le jeu est rapide à mettre en place.

Quant à avoir une réelle stratégie, vous pouvez essayer mais plus les parties vont avancer, plus les joueurs auront des cartes sortilèges en main et pourront inverser le cours des choses et faire foirer vos plans. Rigolade assurée quand l’un de vous grogne, vous avez déjoué ses plans et êtes machiavéliques.

 

  • Féministe dans l’âme, j’aurais aimé voir des personnages différents et surtout des magiciennes.
  • Les cartes potions sont toutes les mêmes. Un petit changement dans le dessin ou la colorisation entre la carte 1 et 19 aurait été bien vu.
  • Une part de hasard qui peut déplaire à certains.
  • Un jeu un peu léger pour les adeptes de Bruno Cathala.

 

 

 

  • Les cartes actions et sortilèges sont claires.
  • Les illustrations sont jolies, détaillées, précises et modernes.
  • Jeu simple à expliquer et rapide à jouer.
  • Retourner les situations avec les cartes sortilèges. Rien n’est joué jusqu’à la dernière minute.

 

 

En résumé

Un bon petit jeu tout public à posséder

Quitter la version mobile