Interview : Welcome To Hell(fest), la BD des Enfers !


Vous le savez tous, on aime le cross-media, et toute la pop-culture sur Error404, et pas seulement la musique alternative ! Alors quand on a l’occasion de parler de quelque chose qui croise tous ses univers, on est ravis ! On est donc parti à la rencontre de Sofie et Johann, les auteurs bordelais des trois tomes de Welcome To Hell(fest) ! Alors qu’une exposition sur la BD a lieu en ce moment même à Bordeaux, le duo a lancé sa campagne Ulule pour financer une intégrale des trois tomes avec de nombreux bonus sous la forme d’un gros comics relié ! Par les temps où courent le Joker au cinéma et où le comics est important, ce serait quand même la méga classe d’avoir un comics sur le Hellfest dans sa bibliothèque, non ? Si comme nous, ça vous intéresse, vous avez jusqu’au 25 octobre pour soutenir le projet via ce lien : https://fr.ulule.com/welcome-to-hellfest-integrale

Place à l’interview !

Max : Bonjour Sofie, Bonjour Johann, j’espère que vous allez bien tout d’abord ! Alors dis moi, comment ça vous est venu l’idée d’une BD autour d’un festival metal comme le Hellfest ?

Sofie : Ca va ça va ! Alors en fait, au début je travaillais pour « Abus Dangereux » un gros fanzine papier plutôt branché rock indé. J’y ai travaillé de 2009 à 2012 et ils m’avaient embauché pour rajouter un peu de metal dans la ligne éditoriale. J’allais faire des live-reports au Hellfest tous les ans, puis je me suis dit que ce serait finalement plus marrant de le faire en BD. Du coup, j’ai appelé Johann qui est un ami de longue date, auteur de BD et qui écoute beaucoup de metal. Au départ, on ne pensait pas en faire un livre, mais plutôt des planches dans des magazines etc. Johann n’aime pas trop la foule en général, mais je lui ai proposé de venir en 2012 pour faire un test et il a adoré au final au point d’en faire un livre. Le tome 1 couvre trois années de Hellfest le temps de trouver un peu comment faire tout cela.

Sofie, l’une des auteures de l’ouvrage !

 

Max : Au final, ce n’est pas un livre, mais trois livres qui sont arrivés !

Johann : Oui, je croquais sur place et on me demandait toujours « et le tome 2 alors ? » et ainsi de suite. Du coup on en a fait deux autres sur les dernières années. Le problème, c’est que le premier tome englobe trois ans, les suivants plutôt un… C’est pour ça qu’on a eu l’idée de faire cet intégrale ultime avec tous les tomes qui réunissent au final toutes les années du Hellfest qu’on a voulu couvrir.

Max : Du coup les 40 pages bonus de cette intégrale ce sera sur cette année ?

Sofie : Ouais c’est ça, Hellfest 2018/2019, un petit cahier graphique et quelques petites surprises ! On veut faire un gros bouquin de 300 pages qui englobe vraiment tout ça et c’est pour ça qu’on fait un Ulule, car faire un tel livre avec une couverture cartonnée etc, ça coûte très cher !

Max : Il me semble en plus que certains tomes sont en rupture ?

Sofie : Oui les tomes 1 et 3 sont en rupture.

Johann : C’est pas facile de les rééditer en plus, c’est pour ça qu’on veut faire un intégrale qui va marquer le coup.

Max : Il y aura un tome 4 du coup ?

Sofie : Non, on a fait 8 ans de Hellfest et on pense qu’on en a fait le tour maintenant, on a pas envie de se répéter, parler des mêmes groupes etc.

Max : Même sans écrire de tome 4, vous serez au Hellfest en 2020 tout de même alors ?

Sofie : Oui bien sûr, on ira vendre l’intégrale dans le Market !

Max : Sur toutes les éditions du Hellfest que vous avez pu faire, si vous deviez retenir un seul groupe ?

Sofie : Moi j’ai un petit top. Pour moi ce serait Candlemass il y a trois ans, Wardruna, Metal Church et Alice Cooper. C’est mon petit top 4 !

Johann : Moi c’est Venom, un groupe que je suis fan depuis très longtemps ! J’ai été très impressionné par Judas Priest en 2015 aussi. On m’a toujours dit « ouais ils sont fatigués, le chanteur est fatigué c’est plus ça »… Bah écoute, je sais pas ce qu’il avait pris ce jour là mais il était en forme et c’était top ! Y’a aussi le groupe de punk Discharge, Cette année c’était incroyable, il y a eu Pestilence aussi ! Sinon, en dehors des concerts, cette année on a eu la chance de faire un truc incroyable : on a fait une interview de Bobby Liebling de Pentagram aussi. Ce mec est complètement fou !

Sofie : Il nous a fait un show d’1h30 complètement barré pendant l’interview, c’était juste incroyable !

Johann Guyot, illustrateur de la BD !

Max : Comment ça se passe la réalisation de planches Johann ?

Johann : Dès que j’ai l’occasion de croquer un groupe ou des conneries sur place, je le fais. Des fois je prend des photos Sofie ou même des vidéos YouTube pour retrouver l’ambiance live, et je repars de ça. Je reprend toujours tout ça chez moi.

Sofie : On récupère toute la matière et ensuite on refait tout

Max : C’est quoi le personnage que t’as le plus aimé dessiné ?

Johann : Le hardos toujours bourré qui gueule bien sûr, mais sinon si on parle d’un zikos, je dirais Ben Ward, le mec d’Orange Goblin. Il a vraiment une figure très cool.

Sofie : Il était sur tous nos flyers d’ailleurs !

Johann : Je reviens aussi sur Bobby de Pentagram, il est très simple à dessiner et très facile !

Max : Tu as une sorte de planche que tu préfères dessiner ? Les conneries des festivaliers ? Des moments forts ?

Johann : Pas vraiment, l’ambiance du festival c’est un tout !

Max : Vous avez un souvenir mythique sur tous ces Hellfest ?

Sofie : J’ai que des trucs de lose qui me viennent à l’esprit *rire*

Max : C’est bien aussi la lose !

P’tit Lemmy, dessiné en quelques secondes après l’interview par Johann. Merci à lui !

Sofie : Bah toi en vélo à faire 15 bornes à pied au milieu de la campagne. On s’est dit qu’on allait amener des vélos pour faire les trajets… Sauf qu’on avait pas de cartes, pas de lumière sur nos vélos donc dans la campagne c’était moyen.

Johann : Puis le second jour, mon vélo à crever, obligé de le trimbaler sur le dos… C’était formidable.  On raconte tout ça dans le bouquin en tout cas !

Max : J’y pense, mais vous avez une expo sur votre oeuvre en ce moment à Bordeaux, c’est bien ça ?

Sofie : Oui, on expose à un resto nommé « ‘La Taupinière » jusqu’au 6 octobre mais ça devrait être prolongé ! Il y aura d’autres expos à Paris et à Bordeaux !

Max : Sur Error404 on parle de tout ce qui est pop-culture, du coup on va parler aussi de séries, films, jeux vidéo… en commençant par la musique ! Quel est le groupe du moment pour vous ?

Johann : Roky Erickson, notamment l’album Evil One. En fait, c’est un fou furieux qui avait un groupe de rock psychédélique qui s’appelait « 13th Floor Elevators ». Il a fait sa carrière solo après avoir été interné en hopital psychiatrique un petit moment. Tout son univers tourne autour des films d’horreur des années 50. C’est un mec qui a influencé énormément le metal.

Sofie : Moi j’écoute un truc qui n’a rien à voir avec le metal en ce moment aussi. C’est Tommy Guerrero, un  skater pro. Il fait de la musique un peu ambiant, latino et j’aime bien en ce moment !

Max : Il faut aussi parfois !

Sofie : Oui je suis en train de déménager, je suis dans un appart relais et je cours partout donc j’ai besoin d’un truc plus chill en ce moment *rires*

Max : Un conseil sur de la BD alors ?

Sofie : Ouais bien sûr, je ne saurai que conseiller Philippe Druillet.

Johann : Je vais dire Fab Caro, notamment le Carnet du Pérou s’il ne faut en choisir qu’un ! C’était d’ailleurs un tome sorti avant qu’il soit super connu !

Sofie : Le steak haché de Damoclès *rires* (ndlr : premier ouvrage de Fabcaro)

Max : On finit sur un film ou une série ?

Sofie : Sans hésiter, The Expense?

Johann : Roh j’ai que des vieux films en tete… Je vais quand même pas citer… Bon mon film préféré, La Nuit Du Chasseur, qui est un film assez angoissant avec Robert Mitchum.

Merci à Johann pour l’illustration de ce bon vieux Lemmy pour notre article !

 

 

Cat Lady


Comme son nom l’indique, c’est un jeu de chats. Vous allez devenir propriétaire de plusieurs chats avec chacun ses petites préférences alimentaires. Pour être élu meilleur maître, il va falloir bien s’en occuper et que chacun de vos petits compagnons ne manque de rien.

Un jeu de 2 à 4 joueurs à partir de 14 ans. Comptez une vingtaine de minutes pour une partie.

Chat party !

Vous constituez au centre de la table un carré de 3 X 3 avec les cartes de la pioche. Sur le côté, vous placez 3 chats errants. Les chats errants ont des capacités spéciales qui vous rapportent plus de points en fin de partie.

Pendant votre tour, vous devez prendre toutes les cartes d’une ligne ou d’une colonne. Mais attention, vous n’avez jamais le droit de prendre la même que le joueur précédent. Et pour s’en souvenir, un pion chat est placé au-dessus de la colonne ou à gauche de la ligne qui vient d’être prise. Si la carte est :

  • Un chat : Vous la placez devant vous. Vous avez un nouveau compagnon.
  • Un aliment : Vous récupérez l’équivalent en cube de couleurs et défaussez la/les carte(s) (lait = cube blanc, thon = cube bleu, poulet = cube rouge, les cubes violets sont des jokers)
  • Chat perdu : Vous la gardez dans votre main. Dès que vous possédez deux cartes ‘chat perdu’ vous pouvez les échanger contre une carte ‘chat errant’ ou contre un pion qui vous rapporte directement 2 points de victoire en plus. Le chat errant sera placé devant vous avec ses autres copains.
  • Pulvérisateur : Vous la placez dans votre main. Vous pouvez la jouer à n’importe quel moment. Elle vous permet de déplacer le pion chat que ce soit pour empêcher un autre joueur d’acquérir une ligne ou pour vous permettre au contraire de prendre celle que vous désirez.
  • Déguisement : Vous la gardez dans votre main. Celui qui possédera le plus de cartes déguisements en fin de partie remportera des points supplémentaires.
  • Herbe à chat : Vous la gardez dans votre main. Elle vous fera perdre ou gagner des points en fin de partie en fonction du nombre de cartes de ce type que vous possédez.
  • Jouet : Vous la gardez dans votre main. Plus vous en avez des différentes en fin de partie, plus vous aurez de points supplémentaires.

Vous remplacez ensuite les cartes prises par des nouvelles cartes de la pioche puis c’est au tour du joueur suivant.

Chat fini ?

La partie prend fin lorsque vous n’avez plus assez de cartes pour remplacer une ligne/colonne. Vous comptabilisez les différents points (pouvoir des cartes chats, les déguisements, les herbes à chat, les jouets, les pions +2 points de victoire). Attention, le joueur ayant le plus de nourritures inutilisées perd des points de vie.

Celui qui possède le plus de points gagne la partie et est déclaré meilleur maître de chats.

Avis

Je vois la boîte et je me dis tout de suite chouette ça va plaire à mes filles. Ça parle de chats, c’est rose, elles vont être ravies. Sauf qu’elles ont 9, 11 et 13 ans et je vois à partir de 14 ans alors là je m’interroge. La boite attire les 6-12 ans et le jeu est pour des ados, quelle incohérence ? Mais bon, je ne m’arrête pas à ça et je me lance avec les 3 louloutes. Evidemment, aucune difficulté pour leur expliquer les règles et pour qu’elles les comprennent. Le jeu est très simple et très rapide. Alors vous allez me dire pourquoi cette limite ? Là je vais être très honnête, simplement parce que l’éditeur n’avait pas envie de s’enquiquiner avec les réglementations obligatoires pour les jeux pour enfants. Mettre à partir de 14 ans permet moins de contrôles et donc une édition beaucoup moins chère.
Pou écrire cet article, je ne me suis pas arrêtée à mes enfants et je l’ai proposé en soirée jeux. Là encore, soyons honnête, impossible de le faire jouer à des garçons de plus de 8 ans. Voilà les remarques que j’ai pu avoir « hors de questions de jouer à un truc de fifilles ». D’ailleurs le titre ‘Cat Lady’ ne laisse aucune place aux garçons. J’ai également proposé le jeu à des ados, comme conseillé sur la boîte donc entre 14 et 16 ans et là j’ai eu le droit « c’est gentil pour démarrer, un jeu pour mômes, mais sinon tu n’as pas un jeu pour grands ? ».

Tout cela pour juste dire qu’à mon goût, il y a eu un choix éditorial et esthétique sur ce jeu qui n’est pas le bon en France. Et cela est bien dommage car le jeu en lui-même est simple et rapide à mettre en place. On pense à sa stratégie tout en essayant de bloquer les autres. La mécanique n’a certes rien d’originale mais le jeu est sympathique à sortir de temps en temps.

  • La thématique et les illustrations sont trop enfantines et fifilles
  • La restriction de l’âge aberrante
  • Vous n’avez que 3 chats errants disponibles pendant la partie quelque soit le nombre de joueurs
  • Le prix, comptez au-alentour de 25€ pour quelques cartes et des cubes simplistes. A ce prix de vente, il aurait faire des cubes de formes différentes.

  • Jeu simple et rapide à mettre en place
  • Les cartes chats sont explicites entre les points, le pouvoir, son besoin alimentaire
  • On aime les cartes jouets, plus que déguisements qui n’ont pas grand intérêt
  • Les cartes herbes à chat et pulvérisateur apportent un petit plus dans le jeu

En résumé

Un jeu sympathique de collections et gestion qui peut être joué par des enfants beaucoup plus jeunes qu’indiqués sur la boîte.

Quitter la version mobile