Live Report : Anti-Flag @Gibus – 28/04/19


Après son passage au Trabendo en compagnie des nerveux Stray From The Path, c’est avec plaisir qu’Anti-Flag foule à nouveau les terres parisiennes pour chauffer le public au plus grand festival punk français : le Punk In Drublic, un festival qui prend place cette année à Angoulême et organisé par Fat Mike, frontman du déluré groupe de punk NOFX.

-Two Trains Left-

Vu quelques semaines auparavant lors de la Pop-Punk Night parisienne, le groupe aux allures de Blink-182 est déjà de retour dans la capitale. Alors que le Gibus est encore bien vide, le groupe démarre son set par When You Finally Know.

Le groupe a tenté de lancer pogos et autres activités punk histoire de préchauffer le préchauffage du festival Punk In Drublic (ça sent le roussis, non ?) mais aura tout de même du mal à trouver sa place au milieu des papas du punk, la faute à un public assez fermé et peu réceptif à la nouvelle scène du genre.

Néanmoins, il nous reste à l’esprit après le court set du groupe (7 chansons) un show toujours réussi avec une voix inspiré de Tom DeLonge de Blink-182 qui nous fait quelques frissons à chaque fois, et des tentatives de communication avec le public à la moindre occasion. Le capital sympathie du groupe est donc très grand, et on a déjà hâte de vouloir les revoir. Cela tombe bien, puisque le groupe sera de retour demain, avec un public sûrement plus approprié pour sa musique, en première partie de Story Untold au Backstage By The Mill.

 

– Anti-Flag –

Place aux papa du punk désormais ! Anti-Flag revient ce soir pour parler du Punk In Drublic Festival d’Angoulême, un festival qui aura lieu le 8 mai à Angoulême et qui sera organisé par Fat Mike (D’ailleurs, on y a été en touriste, et l’organisation était … PUNK ;-)), fondateur de NOFX. Même si Anti-Flag n’était pas la tête de ce fameux festival, il fait parti des noms phares du festival avec NOFX et Bad Religion.

A peine arrivé sur scène sur la fameuse intro punk de référence, des Ramones (Blitzkrieg Bop), le groupe entame son set sur Die For The Government, qui place directement la barre au niveau : on commence avec du très lourd, des idées politiques fortes au travers du morceau et un pit qui réagit au quart de tour. C’est ça le punk ! D’ailleurs, sur le titre explicitement nommé Fuck The Police , Justin Sane (chant) fera un discours engagé sur le patriarcat, la révolution et l’anarchie, qui renforce encore et toujours l’image punk du groupe. D’ailleurs, les événements de Notre Dame seront évoqués par le groupe, tout comme les donations exhubérantes des nombreux donateurs « C’est insensé que des personnes aient plusieurs millions de dollars sur leurs comptes quand d’autres n’ont pas de quoi manger. »

Après, il ne faut pas oublier que le punk, c’est aussi et avant tout de l’amour. Chris (basse et chant) et Justin nous inviterons au travers d’un discours de solidarité, de soutien et d’amour à ce que tout le public soit bras dessus/dessous, se fasse des câlins et des sourires. C’est donc sur une chanson entière où les

Au milieu de tout ce punk, le groupe n’hésitera pas à mentionner le festival pour lequel il est venu assurer la promotion en demandant qui sera sur place, qui avait sa place, et en invitant quelques membres du public qui n’avaient pas encore leurs places. Merci Anti-Flag!

Le groupe semblait vraiment heureux d’être parmi nous, et se réjouisse à chaque fois de traverser les océans pour venir proposer ce qu’ils font, partout dans le monde. Leurs sourires et leurs high fives au public montraient bien qu’ils étaient content d’être là, la communication entre le groupe et son public hétérogène faisait plaisir à voir.

On a déjà hâte de revoir Anti-Flag (ainsi que les autres groupes du Punk In Drublic sur la scène du Slamdunk UK !

Interview 404 : Set It Off – Cody Carson & Dan Clermont


Merci à notre traductrice Julia !

Vathana, notre nouvelle rédactrice en herbe est partie à la rencontre du groupe Set It Off juste avant le concert parisien du groupe en avril dernier. Bonne lecture !

Vathana : Aujourd’hui, nous sommes avec Cody et Dan du groupe Set it Off! Salut les gars !

Cody Carson – Chant: Salut!

Dan Clermont – Guitare: Hey!

Vathana : Comment allez-vous ?

Cody : Très bien et vous ?

Vathana :  Ça va. Vous êtes actuellement en tournée européenne, ce qui n’était pas arrivé depuis 2015. Comment la tournée se déroule-t-elle, et comment avez-vous réagi lorsque vous avez découvert que toutes les dates étaient complètes ?

Cody : C’était assez extraordinaire, et on ne s’y attendait pas ! Tout d’abord on aimerait remercier tout les fans pour avoir été aussi patient avec nous parce que ça a été assez difficile pour nous de revenir en Europe, mais nous sommes déjà en train de planifier notre retour ! Cette tournée s’est tellement bien passée qu’on ne pouvait pas ne pas déjà travailler sur la prochaine, donc merci.

Vathana : Vous venez juste de finir votre étape britannique de cette tournée, avez-vous des attentes pour cette première date européenne ? Êtes-vous impatients, nerveux ?

Cody : Eh bien tout m’a l’air d’indiquer que ça va être un concert incroyable, il y a une très longue file dehors, et la salle est magnifique. Je pense que ça va être génial !

Vathana : Pour en revenir à votre musique, en février vous avez sorti votre nouvel album intitulé Midnight. On a pu remarquer que tout tourne autour de la notion du temps, que ça soit sur la pochette de l’album ou encore le titre ! Est-ce qu’il y a une signification particulière ?

Cody : Il y a plusieurs significations, mais la raison principale est que le temps, c’est l’essence de la vie. Il a une place tellement importante dans notre vie… Cela contrôle beaucoup d’aspects de notre quotidien, de notre vie, de notre carrière… En gros, on a voulu prouver qu’on ne le prenait pas pour acquis et qu’on faisait tout notre possible pour faire de grandes choses.

Vathana : Pourquoi avoir choisi le nom Midnight (minuit) et pas ‘midnoon’ (midi) ? (ndlr : en fait, midnoon, c’est le milieu de la journée, en anglais indien d’après le dictionnaire d’Oxford ! 🙂 )

Cody : (riant) ‘midnoon’ n’existe pas ! On dit juste “afternoon” (après-midi) ou alors “noon” pour midi. D’ailleurs on avait jamais entendu ce mot jusqu’à présent! On a choisi Midnight par rapport au crépuscule. On voulait avoir une palette plus sombre, et si on avait mis Midnoon ça aurait été beaucoup trop clair ! On a aussi voulu capturer cette vibe où le soleil se couche et la lune est déjà bien haute dans le ciel. C’est aussi en lien avec notre chanson Midnight Thoughts, qui parle de toutes ces pensées sauvages qui nous hantent le soir avant de se coucher.

Vathana : Avez-vous ressenti de nouvelles ambitions musicales lors de l’écriture de l’album ?

Cody : On ne s’inflige jamais de contraintes, et on ne se dit jamais “bon maintenant faut qu’on fasse ça, on doit s’assurer qu’on fasse ça.” Si tu penses dans cet état d’esprit tu t’enfermes dans une boîte et tu risques de finir par écrire quelque chose de mauvais juste parce que tu t’efforces à avoir quelque chose qui vient vers toi alors qu’il est censé venir naturellement. Par contre on a toujours voulu avoir une chorale de gospel, mais seulement si la chanson s’y apprêtait. La dernière fois qu’on y avait pensé c’était pour la chanson Why Worry, on voulait que les “why” du refrain soient chantés par une chorale, mais finalement ils ont été chanté par 20 versions de moi-même. Mais on est très heureux d’avoir enfin pu  avoir cet élément.

Vathana : Comment procédez-vous musicalement ? Parce qu’à l’écoute de vos chansons, on peut clairement sentir tout le travail mis en œuvre afin créer des chansons aussi entraînantes. Avez-vous une façon particulière d’écrire ?

Cody : Cela dépend d’une chanson à l’autre, mais si je devais donner les grandes lignes, ça ressemblerait à ça : l’instrumentation, puis les mélodies avec des paroles inventées sur le tas, et enfin on écrit les paroles en adéquation avec la musique. On écrit toujours les paroles en dernier. Une fois que les mélodies sont toutes faites on les soumet et c’est pour ça qu’elles sont aussi entraînantes. On fait beaucoup d’effort pour s’assurer que les mélodies soient les meilleures possibles, et puis on y touche plus. Elles sont ancrées, et on rajoute des mots par dessus tout en faisant en sorte qu’ils aient un impact, qu’ils incitent à la conversation. Je peux pas mettre des mots par-ci par-là, ça sonnerait bizarre… Du coup on passe beaucoup de temps pour que les paroles sonnent bien.

Vathana : Quelles chansons du nouvel album préférez-vous jouer sur scène ?

Cody : On a seulement pu jouer quelques chansons de cet album, mais j’ai hâte de jouer la totalité de No Disrespect, parce qu’il n’y a qu’une partie de la chanson dans le medley qu’on joue sur scène, et il y a un passage particulièrement cool à jouer. Mais si je devais choisir une chanson entière, pour moi ce serait Killer in the Mirror.

Dan : Je suis partagé entre Criminal Minds et Midnight Thoughts.

Cody : Ah oui, Criminal Minds est vraiment pas mal !

Dan : Surtout le refrain. Mais Midnight Thoughts est ma préférée.

Vathana : Criminal Minds est génial!

Cody : Merci ! On la joue ce soir !

Vathana : Chez Error404 on s’intéresse à tout ce qui concerne la pop culture, dont la musique, les films, les jeux vidéos… On aimerait apprendre à vous connaître un peu plus, si ça vous convient ?

Cody et Dan : Oui, bien sûr !

Vathana : Super ! Donc tout d’abord, quels sont vos groupes favoris du moment?

Cody : Et bien en ce moment je n’écoute pas tellement de groupes que je n’écoute d’artistes solo. J’adore Bruno Mars et j’attends impatiemment sa nouvelle sortie. Il a fait un duo avec Cardi B qui s’appelle Please Me… J’aime beaucoup un artiste hip-hop appelé JID, et je pense qu’il est vraiment unique et qu’il ne ressemble à aucun autre artiste du moment. Aussi je suis un grand fan de Charlie Puth ! C’est un auteur incroyable et une personne intelligente avec qui j’adorerais écrire un jour. Et toi Dan ?

Dan : Mon groupe préféré ? Je dirais Flor. Quant aux artistes, il y a Trippie Redd et Juice Wrld que j’aime beaucoup.

Vathana : Est-ce que vous avez un jeu-vidéo préféré ?

Cody : On joue beaucoup aux jeux-vidéos. Je viens de commencer MLB the Show 19 parce que c’est la saison du baseball, et sinon j’ai beaucoup joué à Spiderman et God of War… Mais je ne suis pas un grand fan de Fortnite, j’aime pas bâtir des trucs.

Dan : J’aime tous ses choix, et j’aime beaucoup Division 2, qui est assez génial.

Cody : Mais oui ! Pourquoi je n’y ai pas pensé ?

Dan : J’attendais pour le dire *rires* !

Cody : En gros Division 2 c’est un jeu en ligne qu’on adore mais qu’on n’arrive pas à installer ici. On l’adore mais on peut pas y jouer en tournée *rires*

Vathana : Et sinon, avez-vous un film ou une série à recommander ?

Cody : Et bien on va aller voir Endgame le 24 avril, donc déjà je recommande tous les Avengers. Quant aux series… Sur Hulu il y a PEN15, qui parle de ces deux adultes qui interprètent des collégiennes en plein début de puberté. Ça m’a ramené au collège et c’est tellement bien représenté, je pense que ça vaut le détour.

Dan : Je suis actuellement en train de regarder une série sur Netflix qui s’appelle ON MY BLOCK. Ça parle de ces quatre ados qui rentrent au lycée et qui grandissent dans une partie craignos de Los Angeles.

Vathana : Un dernier mot ?

Cody : Merci de nous avoir lu ! Si vous nous connaissez on vous remercie pour votre soutien, ça signifie beaucoup pour nous. Si vous ne savez pas qui on est, et bien… Salut, on est Set it Off, et on espère vous voir à un concert un de ces quatre. Allez écouter notre musique, on pense et on espère qu’elle vous plaise.

Dan : ALLEZ ÉCOUTER !

On retrouvera le groupe une nouvelle fois en France le 23 octobre à Paris !

Quitter la version mobile