Keyforge : L’Appel des Archontes : Présentation et Unboxing


Bonjour à tous ! Aujourd’hui, il ne s’agira pas d’un avis sur un jeu de cartes, mais plutôt d’une présentation et d’un unboxing slider à la façon de l’extension Pokémon réalisée il y a peu sur le site pour un jeu qui m’intrigue énormément en ce moment : Keyforge !

Keyforge, késako ?

Keyforge, c’est le prochain jeu dont vous allez entendre parler un peu partout. Par son créateur et son concept innovant, notamment.

Son créateur ? Garfield, Richard Garfield. Vous connaissez forcément cet auteur de jeux très célèbre, puisqu’il n’est QUE le créateur du jeu de cartes le plus célèbre au monde : Magic The Gathering… Rien que ça !

Richard Garfield revient donc dès maintenant, et à partir du 16 novembre via Fantasy Flight Games en France, avec son nouveau jeu : Keyforge.

Keyforge, le deck unique

Exit les decks à boosters et à la collectionnite aïgue, ici Keyforge va proposer un système complètement innovant : des decks de jeux UNIQUES AU MONDE !

Je m’explique : le jeu Keyforge, dans sa première extension, contiendra 500 cartes différentes. Sur ces 500 cartes, 37 cartes seront intégrés dans votre deck, vendu environ 9€. Cette combinaison de 37 cartes sera unique au monde et PERSONNE ne pourra jamais l’avoir si ce n’est vous !

Decklist de S.del Toro, The Monument Advisor – Keyforge

Ouais, mais on peut acheter plusieurs decks et les mélanger toute façon…

Raté l’ami ! Le but du jeu est de garder les decks tels quels. On retire toute la partie deckbuilding du jeu de cartes, à la recherche des meilleures cartes (et des plus chères…) pour avoir le deck qui sera meilleur que tous les autres. Ici, il sera simplement question d’acheter un deck, d’en comprendre toutes les mécaniques et de le maîtriser au mieux possible pour remporter des combats !

Chacun des decks aura une appellation qui lui est propre et qui sera noté sur chacune des cartes, ce qui rendra impossible le mélange de decks.  Si un déséquilibre se créé car certains decks se montrent meilleurs que d’autres à l’usage, le jeu a prévu un système de malus et bonus adaptatif via une application. A chaque fois que vous effectuez une partie de cartes contre un adversaire, vous pourrez tous les deux scannez la carte d’identité de votre deck sur l’application mobile ainsi que le résultat du combat. Ainsi, le logiciel arrivera à analyser les différents combats pour voir quels cartes ou quels combo de cartes peuvent être meilleurs que d’autres. Si cela arrivait, un système de handicap pour les meilleurs decks sont prévus (moins de cartes en main par exemple) pour ré-équilibrer le jeu.

Pour ceux qui ne le savent pas, Richard Garfield est avant tout un professeur universitaire américain spécialisé dans les mathématiques combinatoires et les probabilités. Il annonce d’ailleurs plus de 14 trilliards de possibilités de deck différents. Impossible de tomber avec le même deck contre vous.

La petite spécificité du jeu est qu’avec les 500 cartes différentes disponibles, on ne sera jamais à l’abri de tomber sur LA carte que l’on avait jamais rencontré auparavant et qu’on ne pourra pas forcément anticiper comme il faut. Idem dans l’autre sens où notre deck surprendra peut être notre adversaire grâce à des combos que personne n’aura pu lui faire précédemment comme votre deck est unique.

Excitant comme principe, n’est-ce pas?

Fantasy Flight Games nous a gentiment offerts 2 decks parmi ces millions de milliards de decks. Uncle R1D1 ou Barbichou, nos spécialistes du jeu de société reviendront prochainement vers vous pour vous détailler les règles du jeu et vous donner leur avis sur le titre lors de sa sortie française, mais en ce qui me concerne, je vais vous ouvrir ces 2 decks et vous présenter les cartes qu’ils contiennent !

Rdv ensuite en fin d’article pour un concours pour gagner ces decks UNIQUES AU MONDE !

Avant l’unboxing, dernier petit mot sur le jeu : Cette première extension se nomme « Call of the Archons ». Les decks sont souvent répartis sur une ou deux factions différentes. Il existe une multitude de faction avec des façons de jouer différentes, un peu à la façon d’Hearthstone (certaines factions joueront sur le heal, d’autres sur les dégâts directs, la pioche etc.). On reviendra sur toute cette partie un peu plus tard. Place à l’unboxing!

 

DECK 1 – KAGAMI, THE SHREW OF HAWKS – Deck  Logos/Untamed/Mars

Vous pouvez cliquer pour voir en plus grand les images. Vous pouvez ensuite utiliser les flèches gauche et droite ou la souris pour vous déplacer dans les cartes zoomées, ou retourner au panorama.

DECK 2 – S. DEL TORO, THE MONUMENT ADVISOR – Deck Logos/Shadows/Untamed

 

Voilà ! J’espère que cet unboxing vous aura plu ! A savoir que les cartes sont tout de même numérotées sur 500 (et les cartes ont différentes raretés), donc on peut se dire qu’il est tout de même possible de les collectionner en achetant plusieurs decks et en les rangeant dans un classeur… Mais le problème sera que tous les doublons de chaque deck deviendront utilisables à partir du moment où l’on mettra une seule carte dans un classeur… Donc une carte gardée pour 36 jetées.. Pas très écolo pratique tout ça ! 🙁

On finit par un concours pour remporter ces 2 decks ! Les concours prendront fin le 28/10 à 23h59. Bonne chance à tous !

DECK 1 :

DECK 2 : Rdv sur Twitter, Facebook et Instagram pour tenter de le remporter ! 🙂 N’hésite pas à participer sur tous les réseaux sociaux pour multiplier tes chances !

 

 

Live Report : Crown The Empire au Petit Bain – 14/10/2018


On a eu l’occasion de revoir Crown The Empire ce soir, un groupe que j’affectionne tout particulièrement. La petite fun fact, c’est qu’il s’agissait du premier concert de notre photographe Romain il y a deux ans. Vous allez donc pouvoir juger l’évolution depuis tout ce temps ! (Edit : les photos n’ont pas supporté le changement de site effectué en avril, semblerait-il, on est sur le coup et on répare cela au plus vite ! :-)). Quant au groupe, on l’avait revu brièvement au Download 2017, pour lequel ils avaient su convertir l’ensemble de la plus petite des scènes du Download Festival France 2017 !

Le public sera au rendez-vous ce soir, dans un Petit Bain affichant complet. Cette fois, ce n’est pas un petit complet, mais un énorme COMPLET SATURÉ, SORTEZ DE LA ! Dès notre arrivée 20 mn avant le show, la file d’attente allait jusque devant la Piscine Joséphine Baker (c’est là qu’on perd les non-parisiens ou les non-connaisseurs !) quelques centaines de mètres plus loin. En plus de 6 ans à venir au Petit Bain, je n’avais encore jamais vu une file aussi longue pour la salle. Coldrain en était probablement la cause. Le public s’est déplacé en masse ce soir pour Crown The Empire ET Coldrain. Je suis prêt à parier que chacun des deux groupes indépendamment était dans la mesure de remplir Le Petit Bain. Alors, mettez les deux ensemble et vous vous doutez bien que la salle est pleine à craquer (puis pour les fans, c’est d’une pierre deux coups, alors aucune raison de louper le show !)

– Coldrain : 19h30-20h02 –

 

On les avait vus avant Bullet For My Valentine sans être grandement convaincu en 2014. On les avait vus avant Papa Roach en 2015 en étant carrément plus convaincu. Après plusieurs  écoutes, le générique de l’anime Ousama Game en 2018, le feat avec Crossfaith sur la reprise de Faint de Linkin Park, autant vous dire que Masato et sa bande ont eu le temps de faire leurs preuves et de se dévoiler toujours plus au public. Quelle révélation ce soir ! Le groupe s’était déplacé avec sa grosse fanbase puisque la plupart des personnes dans le public étaient présente dès le début du show et connaissait les paroles du groupe. On a pu discuter d’ailleurs avec quelques fans qui venaient pour Coldrain en priorité ce soir.

Quelle claque monumentale ! Masato était archi chaud ce soir et n’a pas hésité à communiquer avec son public, sourire, chanter en coeur, un vrai condensé de show en une demi-heure. Après un début tonique sur ENVY, le groupe enchainera quelques morceaux tels que RUNAWAY, WRONG ou bien encore The Revelation.

La demi-heure approchant déjà de la fin, c’est alors que les membres du groupe sont passés en mode samurai et ninjutsu en sautant partout et en invoquant le dieu du metal pour un final sur FEED THE FIRE et Gone. Masato alterne le chant clair et le scream sans hésitation dans la voix et l’on voit que le timbre vocal du chanteur de coldrain est excellent ! Le chant clair qui monte dans les aigus suivis de gros screams rapides s’enchaîne sans accrocs, et c’est dans le pit que les pogos s’enchaînent, eux aussi, à toute allure.

Qui dit Japon dit souvent WTF et ce soir la palme du WTF revient au bassiste RxYxO vêtu d’un kaway et d’un bonnet, dans une salle où il devait faire déjà 40 degrés !

Le groupe finit par quitter la scène en annonçant avec plaisir qu’il sera de retour en France en 2019 ! Quelle super nouvelle, on a hâte de retourner les voir, et pour un show de plus d’une heure la prochaine fois ! Le rendez-vous est pris, et ce pour l’ensemble de la salle !

– Volumes : 20h15-20h50 –

Alors qu’on prend notre mal en patience sur du Vanessa Carlton ou du LMFAO (?), Volumes débarque rapidement après le set de coldrain. Le groupe aurait clairement pu être en première partie des deux autres groupes puisque le temps de jeu était plus court pour Volumes que pour coldrain. Sachant que le public avait surtout fait le déplacement pour coldrain et CTE, le choix de l’ordre aurait sans doute pu être plus judicieux. Cela étant dit, les mettre entre deux groupes attendus a permis à tout le monde d’être présent devant leur set et de convaincre quelques nouveaux partisans. Il ne serait pas étonnant de voir Volumes revenir sur Paris très prochainement pour une date qui leur serait dédiée !

Quoi qu’il en soit, c’est sur une musique d’Harry Potter que le groupe va entrer sur scène. La première chose que l’on remarquera est la basse électronique, sans tête, du bassiste.

Scream à tendance rap, electro, le mélange se marie bien, mais le son n’est malheureusement pas propice et on a du mal à entendre les deux chanteurs aux looks footix (maillot et short de foot pour les deux !). Gus avait tendance à sortir son téléphone un peu tout le temps pour faire des selfies avec les premiers rangs et filmer la foule tassée dans la fosse !

Avant de nous quitter, le groupe demandera à tout le monde d’allumer les flashs de leur téléphone et tentera de créer un moshpit avec les bras et les lumières en l’air. Le rendu aurait pu être vraiment sympa et original mais des lumières sur scène empêchait de plonger la salle dans l’obscurité. De plus, beaucoup ont préféré ranger leur téléphone pour aller dans le pogo (ce qu’on comprend tout à fait…) donc la recette ne marcha qu’à moitié.

Volumes délivre donc un set intense mais ponctué de quelques soucis de son, mais aussi d’un frontman un peu trop porté sur son téléphone et ses photos souvenirs du show que sur le show en lui-même, ce qui viendra entacher quelque peu la performance des californiens.

– Crown The Empire : 21h30-22h30 –

Alors que le groupe se fait désirer pendant près de 45mn (le groupe arrivera à 21h30 au lieu du 21h15 initialement prévu), c’est finalement sur l’intro SK-68 que celui-ci se pointera, en commençant par Are You Coming With Me?, issu du dernier album en date.

 

Si on ne peut pas reprocher à Crown The Empire quelque chose, c’est bien ses compositions. Tous les morceaux sont facilement repérables, même pour les personnes ne connaissant pas le groupe. Chaque titre est bien différent des autres, est composé de façon complexe en ayant des bridges, des riffs, du chorus, du scream, du chant clair et bien d’autres éléments qui en font toujours des morceaux complets avec tous les bons ingrédients pour réussir. Le rendu live est similaire à ceux des albums. On chante, on place un breakdown en live, on repart d’un coup pour laisser le pit se frapper encore plus fort.

La sécurité attrapait tous les slameurs dès leur arrivée proche de la salle. Si nombreux qu’à un moment, l’un d’entre eux est arrivé sur Andy (chant) en le faisant tomber. Si vous suivez un peu le bonhomme sur les réseaux sociaux, vous n’êtes pas sans savoir qu’il pratique de la boxe depuis peu. Il simula donc un K.O. avant de se relever d’un bond et en balançant des screams lourds. C’est aussi ça le METAL, de l’imprévu et de la violence ! Tout ce qu’on aime, n’est-ce pas ?! Andy prit le temps à la fin du set de remercier la sécurité, avant de faire monter quasiment TOUTE la salle sur scène !

On regrettera toutefois un set aussi court. A peine une heure de set, rappel compris là où le set avait été plus long il y a deux ans… Un album de plus, deux nouveaux singles, mais un set plus court… Vraiment dommage car au vu des titres de l’artiste, 1h15 voir 1h30 passait sans problème. On restera donc un peu sur notre faim pour avoir enchaîné 15 de leurs titres phares en 1h seulement !

Dans la salle, du début à la toute fin, nous n’avons jamais été aussi serrés qu’hier ! Avec un Coldrain qui nous a montré qu’ils font aujourd’hui partie des meilleurs, un Volumes sympathique malgré un son un peu défaillant et un Crown The Empire en très grande forme lui aussi,

Impressionnant tour de force de la part d’Alternative Live qui signe un sold-out impeccable !

Quitter la version mobile