Chaotic Sword God – Chapitre 103


 

Chapitre 103 : Mercenaires de Flammes

 

« Jeune frère, les places sont toutes occupées. Puis-je m’asseoir à côté de toi ? »

Tout à coup, une voix profonde retentit derrière Jian Chen. Tournant la tête en direction de cette voix, Jian Chen vit un homme d’âge moyen avec un large sourire sur le visage. Ce dernier se tenait debout à côté de Jian Chen, et le regardait d’un air sans malice.

L’homme semblait avoir la quarantaine et portait une robe cyan. Cependant, Jian Chen remarqua rapidement que cette robe était constituée de matériaux grossiers, et pouvait donc être considérée comme un vêtement peu coûteux. Avec ses cheveux bruns et courts, rien ne sortait de l’ordinaire chez lui, et même son sourire bienveillant semblait réel.

Jian Chen acquiesça donc avec le sourire, « Puisque le restaurant s’est soudainement rempli, je ne peux pas me permettre d’occuper toute la place. Venez donc vous asseoir à mes côtés ! »

« Dans ce cas, merci jeune frère. » L’homme se mit à rire puis joignit ses mains. Puis, il sortit le tabouret de sous la table et s’assit.

« Jeune fille, un verre de vin et une part de votre meilleure viande de cheval ! » S’exclama-t-il aussitôt.

« Très bien, veuillez patienter un instant cher client ! » Répondit la serveuse.

Jian Chen examina un instant l’homme en face de lui avant de finalement reposer son regard sur sa propre assiette.

L’homme quant à lui regarda Jian Chen et rigola, « Et comment devrais-je m’adresser à ce jeune frère ? »

« Jian Chen ! » Répondit-il, sa réponse brouillée par le morceau de viande présent dans sa bouche.

« Jian Chen, heh, belle sonorité. » Il inspecta Jian Chen du regard puis rouvrit la bouche pour demander, « Frère Jian Chen, je suppose que tu es toi aussi un mercenaire. »

Jian Chen hocha la tête, « Correct, mais puisque je suis assez faible, je ne suis qu’un mercenaire de rang D. »

Le rang d’un mercenaire correspondait à sa force et au mérite des missions complétées. Les mercenaires du rang le plus bas, le rang D, étaient généralement des nouveaux Saints, mais très peu d’entre eux n’avaient pas encore condensé leur Arme Sainte. Même si l’homme en face de lui semblait bienveillant, Jian Chen n’osait pas lui révéler sa force réelle.

L’homme se mit à rire, sans la moindre mauvaise intention, « Jeune frère, tu n’as pas plus de 20 ans. Lorsque tu parviens à condenser ta Force Sainte en Arme Sainte à cet âge, ton potentiel est illimité. »

Ses mots étaient sincères, mais après avoir parlé, il laissa échapper un long soupir, « D’ailleurs, j’avais 25 ans lorsque j’ai condensé mon Arme Sainte et que je suis devenu un Saint. Dire que tu n’as que 20 ans et que tu es déjà un Saint. Je pense qu’il y aura à l’avenir un nouveau prodige Maître Saint Terrestre. » Lorsque les trois mots Maître Saint Terrestre furent prononcés, l’homme sembla presque expectatif

En entendant cela, Jian Chen ne put s’empêcher de regarder à nouveau l’homme. Il en avait maintenant une meilleure impression, mais sans plus.

Condenser une Arme Sainte à l’âge de 25 ans témoignait d’un talent plutôt médiocre sur le Continent Tian Yuan. De telles personnes atteignaient généralement le niveau de Grand Maître Saint, et à moins de tomber sur une opportunité rare, parvenaient rarement à devenir des Maître Saint Terrestres.

Après tout, il existait une barrière extrêmement difficile à surmonter entre les niveaux de Grand Maître Saint et Maître Saint Terrestre. Cette barrière était si difficile à passer que condenser une Arme Sainte semblait cent-mille fois plus simple. Cette difficulté était due au fait qu’en réalisant la percée séparant le Maître Saint Terrestre du Grand Maître Saint, le moindre moment d’inattention pouvait faire tomber le cultivateur dans une terre sans rédemption. Dans les cas les moins sévères, certains recevaient une blessure grave et perdaient toute leur cultivation, devenant ainsi handicapés à vie. Dans les pires des cas, leurs vies étaient livrées à Diyu.

La barrière séparant les Maîtres Saints Terrestres des Grand Maître Saints était une barrière entre la vie et la mort. De nombreuses personnes au talent médiocre atteignaient le niveau de Grand Maître Saint mais étaient incapables de devenir des Maîtres Saints Terrestres, tandis qu’encore plus mourraient en tentant de réaliser la percée.

Le taux de succès pour devenir Maître Saint Terrestre n’était que d’un pourcent.

Cette information était connue de Jian Chen. Que ce soit à la Bibliothèque Kargath ou dans la Bibliothèque de la Maison Changyang, Jian Chen l’avait lue quelque part.

« Jeune frère, je suppose que tu n’as encore rejoint aucun groupe de mercenaires. » Supposa l’homme avec un fin sourire.

En entendant cela, le cœur de Jian Chen bondit dans sa poitrine. Il comprit instantanément l’intention de l’homme et acquiesça en réponse, « Tout à fait ! »

« Jeune frère, pourquoi ne pas rejoindre mes Mercenaires de Flammes ? Même si nous ne sommes pas très nombreux, nos mercenaires sont tous de bonnes personnes. » Expliqua-t-il joyeusement.

Jian Chen devint silencieux et écouta l’homme. Il n’avait jamais pensé à rejoindre un groupe de mercenaires, considérant cela comme un fardeau limitant son esprit d’aventure et de liberté. Cela risquait aussi d’interrompre sa cultivation puisqu’il ne pouvait cultiver rapidement qu’avec des noyaux de monstres. Les noyaux de monstres lui étaient absolument indispensables, et la quantité nécessaire était énorme. S’il se rendait seul dans la Chaîne de Montagne des Bêtes Magiques, tous les profits gagnés pouvaient être gardés et maintenir son rythme de cultivation actuel.

Cependant, en rejoignant un groupe de mercenaires, les bêtes magiques étaient plus faciles à tuer mais les noyaux de monstres devaient être distribués au groupe. Si Jian Chen rejoignait un groupe de mercenaires, il devait donc continuer à chasser seul. Sinon, les noyaux risquaient d’être partagés.

Même après avoir perçu le silence de Jian Chen, l’homme n’abandonna pas, « Frère Jian Chen, mes Mercenaires de Flammes ne constituent qu’un petit groupe ne restreignant les actions de personne, contrairement à un large groupe. Notre groupe n’est pas du genre à devoir suivre tout un tas de règles incompréhensibles. Nous rejoindre signifie simplement aider le groupe à gagner de l’argent plus facilement. Tu dois déjà savoir que la Chaîne de Montagne des Bêtes Magiques est l’endroit parfait pour gagner de l’argent, et que les noyaux de monstres se revendent cher en plus de nous aider à cultiver notre Force Sainte. Même certaines parties du corps d’une bête magique peuvent être revendues à des restaurants. »

« Si notre nombre augmente, alors notre force augmente aussi. Ainsi, même si nous croisons la route d’une bête magique de haut niveau, nous pouvons la tuer. Imagine un peu ! Si nous parvenons à tuer une bête magique de haut niveau, les profits seront énormes. » L’homme s’arrêta un instant pour reprendre son souffle puis continua, « Seul, même si tu es capable de vaincre quelques bêtes magiques de bas niveau, tu ne peux pas te faire beaucoup d’argent. Même si tu te démènes, l’argent gagné est à peine suffisant pour payer les coûts de guérison. Et si tu te fais attaquer par plusieurs bêtes magiques de haut niveau– pendant combien de temps penses-tu pouvoir fuir ? Pas longtemps, et au final, tu risques de perdre la vie. »

Jian Chen étant toujours silencieux, l’homme réessaya, « Frère Jian Chen, si c’est la distribution des bénéfices qui t’inquiète, tu n’as pas à t’inquiéter. Même si nos Mercenaires de Flammes ont été établis il y a seulement quelques années, les frères du groupe sont faits d’acier et s’inquiètent plus des liens d’amitié que de l’argent. Si notre groupe fait des profits, alors que tu aies travaillé dur ou non, le groupe ne te traitera pas injustement. »

 

Chapitre Précédent / Chapitre Suivant

Accueil

 

Les 4 ans 404 – Day 2 – Trash Boat


Clique sur l’affiche pour réserver ta place 🙂

Le groupe Trash Boat passera à Paris le 24 mai ! Nous avons l’honneur d’être partenaire de ce chouette concert parisien, merci à Alternative Live 🙂

Pour participer, on a fait au plus simple pour que tout le monde tente sa chance !

1. Laisse ton mail ci-dessous ! Si tu remportes, on te recontactera avec ce mail alors attention à ce qu’il soit correct !

2. Va laisser un like sur notre page Facebook, like le post en lien avec le concours et tague les ami(e)s avec qui doit devoir

3. RT le concours et follow @Error404Fr pour doubler vos chances encore une fois !

EARLY ENDING : Fin du concours le 8 mai !

 

Hue


Bonjour/Bonsoir ! J’ai dévoré récemment ce petit jeu indépendant très très chouette qu’est Hue.
Le jeu commence dans une ville tout en nuances de gris. Il n’y a aucune couleur, Hue va donc décider de retrouver les retrouver.

  • Une jolie histoire /Le graphisme – C’est une histoire simple avec un concept étonnant que nous propose Hue : trouver les couleurs et la mystérieuse femme qui lui parle à travers des lettres. On se laisse prendre au jeu à travers les décors simples, ce petit home sans détails : juste des formes noires aux grands yeux blancs. La découverte de chaque couleur annonce un nouveau défi et est une surprise !

 

  • Le parfait équilibre entre rapidité et réflexion –  Chaque niveau possède une série d’énigmes qui allient les couleurs : par exemple choisir le rouge pour faire apparaître un cube vert et une plate-forme bleue, etc. Parfoois il faudra changer de couleur rapidement pour faire disparaître les obstacles et des fois vous creuser les méninges pendant looooongtemps.

 

  • La possibilité de continuer à chercher les potions – Comme tout bon jeu qui se respecte vous pouvez trouver des petits objets bonus. Ici ce sont des potions. Comme pour Child of Light dans Hue vous pouvez, une fois le jeu terminé, continuer à parcourir les tableaux pour les attraper tous (si vous avez le courage) !

 

  • La musique et la voix des lettres – La musique est très jolie, agréable à laisser en fond pendant une séance de lecture par exemple. Bien sûr celle-ci devient plus stressante lors des épreuves de vitesse par exemple mais elle reste simple. Hue se balade au rythme d’un piano ou de la voix anglaise et suave de la femme qui lit les lettres. je pense que ce sont mes passages préférés du jeu ! 

 

  • Une prise en main un poil difficile – Ce n’est pas tant le déplacement de Hue soit compliqué mais plutôt le fait de changer de couleur. Le joystick droit vous permets de changer pendant quelques secondes la couleur de fond. il m’a fallu un peu de pratique avant de bien maîtriser ces changements qui sont très utiles lorsque l’on doit sauter et changer de couleur. Un coup de main à prendre. 

 

  • La difficulté des énigmes – Certaines énigmes vous donneront envie de tout plaquer. Ne jouez pas à Hue dans l’espoir de vous détendre. Je pense que les voisins ont du me haïr au vu des insultes proférées aux parents du monde entier (pardon). 

 

  • Le bruitage lors de la mort de Hue – Alors oui, vous allez pas mal crever : écrasé par un cube, saut de l’ange ou le cou brisé sur des pointes… Et le petit bruit qui l’accompagne est assez glauque. C’est un petit bruit sec semblable à un craquement ; ça casse un peu l’ambiance.

 

Hue est un très joli jeu indépendant que je vous recommande fortement car très différent de ce que l’on trouve sur le marché !

 

Penny Papers Adventure

  • Pour commencer cette critique j’ai eu cette image en tête, bien évidemment…

Et aussi ce morceau :

Pourquoi me diriez-vous ? Tout simplement car le titre du jeu d’aujourd’hui est Penny Papers  Adventures et son auteur Henri Kermarrec.

Quel est ce jeu ? En fait, c’est une gamme de trois jeux, des « Roll & Write ».

Pour ma part j’ai découvert ce type de jeu avec Qwixx de chez Gigamic, le but des Roll & Write est très simple : on lance un dé (d’où le Roll) et après on écrit sur une feuille spécifique (d’où le Write).

Penny Papers Adventures se trouve sous trois déclinaisons :

 

 

 

L’auteur et l’éditeur nous avaient déjà gratifiés d’un super jeu qui n’a malheureusement pas sût trouver son public, WIRAQOCHA petit clin d’œil pour les anciens.

 

Revenons plutôt à Penny Papers Adventures, puisque c’est le sujet du jour. La première chose qui m’a frappé quand j’ai eu les boites devant les yeux… Penny est une femme. Cela peut sembler anodin mais dans la société, comme dans le milieu du jeu, c’est suffisamment rare pour être salué. Elle est aventurière, porte des lunettes, et attention… Elle est habillée et cela fait du bien de pas avoir une princesse dans une boite rose ou une fille ultra sexualisée, cela change ! D’ailleurs, les enfants que j’ai fais joué m’ont fait la même remarque. Les filles qui sont d’habitude réfractaires à jouer n’ont pas rechigniez et ont appréciés le jeu ! (classe de CE2)

Mais comment ça se joue alors ce Penny Papers ?

Simple comme bonjour ! Pour la première étape, on lance les dés et on inscrit dans une case un chiffre de 1 à 15 en additionnant 1, 2 ou 3 des dés lancés. Tous les joueurs le font en simultané. Il y a une face spéciale sur chaque dé qui remplace le 6 par un bonus que l’on retrouve sur les trois itérations du jeu et qui nous permet d’écrire un chiffre de 1 à 15 dans une case autorisé adjacente. Il y a une seconde face bonus, ou devrais-je dire une face malus qui sont différentes et propres à chaque édition.

Les bonus c’est toujours intéressant mais présent dans beaucoup de jeux, mais les malus c’est ça qui fait l’exception et le petit plus de ce jeu sur les autres qui n’en ont pas toujours. Il crée l’interaction entre les joueurs, ce qui manque trop souvent au jeux « Roll & Write » selon moi. On a tendance à tous faire sa partie dans son coin sans vraiment interagir avec les autres joueurs. La seconde étape d’une manche est de saisir l’une des feuilles de nos petits camarades de jeu  et de lui pourrir une case en faisant un petit dessin lié à la thématique de l’aventure (Momie, Crâne ou Serpent). Des point négatifs sont donnés au joueur pour lui si il n’arrive pas à écrire un 9 adjacents.

Le jeu peut se jouer de 1 à 100 et dure entre 15 et 25 min selon la boite, donc si on est beaucoup on fera au mieux 2 parties à 100 et en plus les rectos et versos n’ont pas la même grille.

J’ai une préférence pour Skull island que je trouve très thématique sans être trop à se creuser la tête. Sachez que la façon entre chaque boite ça monte d’un cran et peut être deux entre le Skull Island et The valley of Wiracocha. Dans le dernier ont peut écrire jusqu’à 3 chiffre par tour. Et il y’a une règle solo pour chacun des jeux et ça c’est un plus non négligeable tellement même tous seul on à envie de rejouer.

Je ne vais pas vous révéler tout du jeu afin de vous laisser une part de surprise lorsque vous y jouerez par vous-même mais les illustrations ci-dessus en disent plus sur les règles. Elles sont à la portée de tous et simples à assimiler, donc je suis sûr que vous aurez tout compris juste en regardant attentivement les captures ci-dessus !

Pour ma part encore un très bon travail d’édition de Sit Down ! Éditeur à qui l’on doit certains ovnis ludiques et bombe ludiques en tout genre  : Wiracocha, Goth Save the Queen et Magic Maze pour ne citer que ces derniers qui m’ont vraiment marqués.

 

 

  • Penny est une fille et le traitement est cool.

 

  • 3 boites pour trois jeux distincts, mais indissociable. Il y en a pour tous les goûts ! 

 

  • De l’interaction dans du Roll & Write

 

  • De la thématisation qui fonctionne lié à chaque boite

 

 

 

 

  • Pas de crayons dans la boîte (Heureusement, le magasin de meuble suédois est là pour nous sauver la mise… Surtout si on joue à 100!)

 

  • Quand tu ne sais pas dessiner une momie, un crâne ou un serpent, c’est chaud.

 

  • Du coup, il manquerait  un tampon de  momie, de crâne ou de serpent pour aider les mauvais en dessin… mais au détriment du prix..!

 

  • Pas de stylo 4 couleurs alors que c’est indispensable pour The Valley of Wiracocha !

 

Quitter la version mobile