Retour sur 2017

Allez, c’est le dernier jour de l’année, et avant de se gaver encore un coup en 2017, il est temps de revenir rapidement sur le must de 2017 sur tous les domaines ! Ce top est fait un soir de 30 décembre, un peu sur le coup et sans trop de réflexion profonde, donc c’est plus ce qui me vient en premier en tête quand je repense à tout ce qu’on a pu voir, jouer ou entendre cette année !

Bon réveillon à tous !

TOP ALBUM : 

  • Bliss – The One Hundred : Une découverte ultra puissante pour un petit groupe anglais qui a déjà tout d’un grand. On est déçus qu’ils n’ouvrent pas en France pour Hollywood Undead comme ils le font en Angleterre car ils mériteraient à être plus connu… On entendra reparler d’eux très bientôt, vous verrez ! 😉
  • While She Sleeps – You Are We : A la manière de Bring Me The Horizon en 2015, While She Sleeps a opté pour une approche musicale un peu différente de ce qu’il faisait précédemment, et c’est un joli succès !
  • Crossfaith – Freedom : Un EP en puissance, comme à leur habitude, on attend vivement leurs deux nouveaux EP (un remix et un original) prévus pour le 26 janvier 2018 !
  • We Came As Romans – Cold Like War – Un nouvel opus très sympa signé par les coreux du Michigan

TOP CONCERT :

  • The One Hundred à la Boule Noire – Cela va de pair, lisez le live report, vous comprendrez.
  • Nothing More aux Étoiles – Une bête de scène qui n’était pas sans rappeler les shows d’un certain Shaddix, bizarrement…
  • Enter Shikari à l’Élysée Montmartre – Du très très lourd. Leur dernier album se voulait un peu plus calme que les précédents, mais leur dernier live nous a démontré que Rou et sa bande sont loin de s’être assagis.
  • Le Download Festival dans son intégralité, avec des petites préférences pour Linkin Park (RIP), Architects, Crown The Empire (hum hum, je n’ai pas été payé pour dire ça, je vous promet !), Prophets Of Rage, Carpenter Brut… Mais globalement le tout nous a fait passé un excellent week-end !
  • Ultra Vomit à l’Alhambra – Évier… métal !
  • Rodrigo y Gabriela au Bataclan – Une découverte en live pour ma part, et quelle découverte !
  • Parkway Drive au Bataclan – J’écoutais pas tant que ça le groupe, mais en live, c’était complètement malade! (J’en profite pour remercier Alternative Live qui nous a fait confiance sur ce concert pour la première fois et qui nous laisse couvrir de bons nombre de leurs événements comme vous pouvez le voir aujourd’hui ! ;))
  • On pourrait encore continuer longtemps tellement il y a eu pleins de concerts géniaux cette année…

FLOP CONCERT : 

  • Five Finger Death Punch à l’Olympia – Sorry les gars, mais vous étiez entre l’excellent Enter Shikari et le superbe Nothing More, ça n’aide peut être pas… Et la sécurité qui nous a empêché de voir nos chers Of Mice & Men non plus.
  • Of Mice & Men + Motionless In White – Pas du tout pour la performance, mais pour le staff qui a rencontré quelques soucis, et c’était vraiment super dommage 🙁

TOP JEU :

  • Zelda Breth Of The Wild + Super Mario Odyssey + La Switch – La nouveauté de l’année, c’est quand même cette fameuse Switch. L’OVNI a débarqué en force avec une flopée d’excellents jeux chaque mois. On retiendra bien évidemment les deux titres phares, même si on a tout de même préféré Zelda BOTW à Mario Odyssey, qui révolutionnait plus le genre, là où Mario venait juste confirmer son terrain qu’il connaît déjà bien.
  • Persona 5 – Le J-RPG qui fait revenir Atlus dans le game et qui s’impose un peu plus en France. Un design global archi top, une BO et un scénario méga cool, que demande le peuple ? Vivement la série animée (avril 2018) et les prochains jeux de rythme déjà annoncés au Japon. (mai 2018)
  • Fornite en mode Battle Royale – On en a vu des Battle Royale cette année, mais des comme Fortnite, ah ça non !

 

FLOP JEU :

  • Fortnite en mode solo – Mais sérieusement, c’est d’un ennui de spam des zombies pendant 20 minutes, et ce, sur toutes les missions…
  • The Silver Case – En anglais, puis peut être trop tourné Visual Novel pour moi… Pas réussi à rentrer dedans…

 

La Fille Qui a Mangé la Mort – Chapitre 11

 

Chapitre 11 : L’Absinthe, la Liqueur du Démon, est Apparemment Délicieuse à en Mourir

Tandis qu’une grande fête d’accueil était tenue pour ‘’Son Excellence David le Prochain Maréchal’’ dans la salle VIP du Château Belta…

Schera, aux côtés de ses cavaliers, réalisait une tâche de la plus grande importance. Ils devaient retirer tous les drapeaux portant le sceau honteux de la Troisième Armée défaite afin de les remplacer par les glorieuses bannières de la Quatrième Armée… ce genre de tâche importante.

En d’autres termes, Schera était harcelée par la Quatrième Armée.

D’après un très estimé officier, « Ce genre de travail vous va à ravir ».  Et ce type de traitement n’était pas seulement réservé à Schera, mais aussi à tous les autres membres de la Troisième Armée. Il était impossible de mélanger les soldats nouveaux-venus provenant de la région nord, et les soldats ayant défendus Belta et Antigua. Les deux se détestaient mutuellement, et des disputes s’étaient déclenchées à plusieurs reprises. Ainsi, tandis qu’ils détachaient les drapeaux maintenant inutiles, des insultes et critiques leur étaient adressées. Voyant les drapeaux de la Troisième Armée empilés comme une montagne, Vander se plaignit.

« …….Aurais-je dû devenir artisan, tisseur de drapeaux ?…. Parce qu’actuellement, je suis définitivement en train de plier des drapeaux… »

Il retirait les drapeaux de leurs poteaux, puis les remplaçait par les nouveaux. Ce processus incessant le rendait malade.

« Utilise tes mains, pas ta bouche. Il en reste encore plusieurs centaines comme tu peux le voir. »

« Oui… Environ 1 000 je dirais ? »

« Ahh, j’ai faim. Quelle chance de pouvoir travailler sous un aussi beau et lumineux soleil, mais est-ce que quelqu’un a apporté à manger ? »

« Non, personne Major. Mais je ne pense pas que ce soit le cas là où se trouve Son Excellence le Général David. Il participe probablement à un festin, devant une montagne de nourriture. »

« Second Lieutenant Vander, ça vous dérangerais de vous y rendre et de m’en rapporter un peu ? »

« Toutes mes excuses, mais je ne peux pas suivre cet ordre. Personnellement, je n’ai pas envie de finir en prison, et je n’ai pas la même position que vous, Major. »

Lorsque Vander se mit à blaguer, Katarina lui jeta le drapeau qu’elle tenait.

« Hey, ne t’ai-je pas dit d’utiliser tes mains ? A ce rythme, nous n’aurons pas fini avant la fin de la journée ! »

« Oui, oui, je comprends, Oh Magnifique Second Lieutenant Katarina… Major, nous pouvons nous occuper du reste. Un officier commandant n’a pas à faire cela, et c’est notre dignité qui risque d’en prendre un coup. »

« Il a raison Major Schera. Vous n’avez pas besoin de faire ce genre de choses ! »

Rajouta Katarina. Il ne s‘agissait pas d’un travail de héros. Toutefois, Schera continua tranquillement de travailler.

« Je ne sais pas de quelle dignité vous parlez, mais offrez-la comme nourriture aux chiens. J’ai du temps libre, alors ça ne me dérange pas. De plus, regardez. Les membres de mon unité font quelque chose d’intéressant. »

Tout à coup, Schera pointa du doigt une très bruyante foule de soldats armés de pots de peinture. Apparemment, ils semblaient repeindre le drapeau de la Troisième Armée. Un soldat possédant quelques compétences artistiques tenait un pinceau et bougeait doucement la main.

« ……..Qu’est-ce qu’ils font ? Ils semblent écrire quelque chose, mais… »

Lorsque Vander se concentra, il remarqua qu’ils venaient de terminer la pose d’une couleur noire. Ainsi, ils avaient transformé le drapeau en bannière pour Schera.

« Ils utilisent efficacement des matériaux maintenant inutiles. J’ai pensé qu’utiliser des déchets n’allait déranger personne, alors je leur ai donné la permission. Ce serait dommage de gâcher ces vieux drapeaux. »

« …….En agissant de la sorte, ils vont encore se faire réprimander. Regardez, ils se font déjà foudroyer du regard. »

Prévint Katarina, mais Schera l’ignora.

« Je m’en fiche. Si ce n’est que ça, ce n’est pas grave. »

Murmurant que cela lui importait peu, Schera continua son travail. Les membres du groupe de cavalerie, estimant leur œuvre terminée, éruptèrent de joie. Ils attachèrent le drapeau à un poteau et se mirent à le brandir fièrement. L’emblème d’un oiseau blanc était dessiné sur un fond noir.

« Qu’est-ce que c’est à votre avis ? Un oiseau ? »

« Apparemment c’est un corbeau blanc. Dans le village natal de celui qui l’a dessiné, il s’agit d’un oiseau sacré gouvernant la vie et la mort, et d’après lui un tel emblème est tout à fait approprié pour mon unité. Et je dois avouer que le résultat est étonnamment satisfaisant. »

« Est-ce qu’un tel corbeau existe vraiment ? »

« Si c’est le cas, j’aimerai bien essayer d’en manger un. Je me demande quel goût il aurait. »

Le corbeau blanc était aussi considéré par le peuple comme un signe de chance. Évidemment, un tel oiseau n’existait pas. Même si les soldats associaient habituellement Schera avec la Mort, il s’agissait d’un blason parfait pour elle.

Alors que le nom de Schera allait se propager, ce drapeau allait recevoir un sens tout à fait particulier. Simplement l’apercevoir allait faire trembler de peur l’ennemi. Simplement le brandir allait faire bouillir le sang des alliés, et dissiper toute peur de la mort.

Tout cela en raison d’hommes travaillant joyeusement de leur propre accord pour leur impressionnant officier supérieur.

« Cela ne vous dérange pas qu’il s’agisse d’un drapeau noir ? Sans oublier que la création arbitraire d’un blason peut être punie d’un passage devant une cour martiale. »

« Cela n’arrivera pas étant donné que je suis en quelque sorte devenue une noble. J’aurais simplement à dire qu’il s’agit du nouvel insigne de la famille Zade. Et si la situation dégénère, nous aurons juste à dire que nous n’en savions rien….. Plus important, n’y a-t-il rien à manger ? »

« —Ah, j’ai des bonbons. Vous en voulez ?”

Katarina sortit une petite bouteille de sa poche. Elle la gardait toujours sur soi pour son officier supérieure, pensant qu’en plein milieu d’une importante conversation, manger un bonbon était probablement moins gênant que manger un morceau de pain. D’après les rumeurs, Katarina avait appris que Schera avait mangé des haricots au précédent conseil de guerre. Et, ayant deviné qu’il s’agissait plus de la vérité que d’une rumeur, elle n’avait même pas pris la peine de la vérifier. Bien sûr, elle ne voulait pas directement demander à sa supérieure, « Avez-vous mangé des haricots durant le conseil de guerre ? ».

« Merci, j’en veux bien. »

« Servez-vous. »

Ignorant les soldats se dirigeant vers elle, Schera commença à déguster le bonbon offert par Katarina. Il était simplement sucré, sans aucun goût particulier. Résistant l’envie de croquer dedans, elle profita au maximum de la douceur sur sa langue.

« Nous avons terminé, Major Schera ! Que pensez-vous de ce blason !? »

« Ah, oui. Très bien. Vraiment fantastique. »

« Merci infiniment ! Il servira de drapeau à notre unité, la Cavalerie de Schera ! »

« D’accord. Très bien. Bien pensé. »

Face au soldat demandant avec excitation si le drapeau pour l’unité de Schera était convenable, Schera acquiesça. En vérité, le drapeau lui importait peu. Il n’y avait aucun problème, du moment qu’il permettait de distinguer amis et ennemis. Mais ses pensées actuelles étaient inconnues de l’homme. Ce dernier rougit après avoir été complimenté par son incroyable commandante, puis brandit le drapeau au dessus de sa tête, comme pour en vanter les mérites. Le corbeau blanc parut s’envoler dans le ciel, brillant sous les rayons du soleil. Satisfait, le soldat fit volte face pour s’adresser à ses camarades.

« Nous allons peindre tous les drapeaux ici présents ! » Avec cette effrayante annonce, il se mit de nouveau au travail. Il avait probablement été petit à petit influencé par la personnalité de son commandant.

« …..Leur moral est impressionnant. Il y a une différence remarquable par rapport aux soldats des autres unités. Je pense que la confiance qu’ils vous portent est une preuve largement suffisante. »

S’exclama Katarina, poussant du doigt ses lunettes. Ce n’était pas de la flatterie, il suffisait d’écouter les conversations des soldats. « Schera m’a félicité ! Vous pensez peut-être que j’exagère, mais je l’ai parfaitement entendu ! » annonçait bruyamment le soldat ayant rejoint ses camarades.

« Nous sommes ensemble depuis longtemps. Depuis la chute d’Antigua je crois. Leur ancien commandant est mort au cours d’un duel. »

Toutes les personnes situées au dessus d’elle étaient mortes ou avaient rencontré un malheur quelconque, pensait Schera. Cela voulait probablement dire que Yalder, toujours en vie, pouvait se considérer chanceux. Pendant un instant, Schera se demanda si elle n’était pas tout simplement un mauvais présage, mais inversement, elle avait aussi sauvé de nombreuses personnes.

Admirant l’augure gouvernant la vie et la mort, Schera regarda l’oiseau blanc gravé dans l’armure noire qu’elle portait. Elle ne pensait à rien de spécial. Oh, à part qu’elle n’avait pas mangé de viande d’oiseau depuis longtemps.

« …….J’ai entendu dire qu’après ça, vous avez obtenu le commandement temporaire. Vous avez éliminé le commandant ennemi, et complété votre mission. Tous les cavaliers en parlent fièrement vous savez. D’après eux, vous avez agi comme un officier vétéran. »

« Même moi je trouve cela étrange. Avant même que je ne puisse réfléchir, ma bouche et mon corps étaient entrés en action. Mais bon, nous avons survécu pour manger de nouveau ; c’est une chose dont ils peuvent définitivement être fiers. Ils ont pour la plupart réussi à rentrer en un seul morceau. »

Schera croqua avec force le bonbon. En effet, elle n’avait pas pu résister, et pulvérisa l’objet sucré avec ses molaires.

 Elle voulut en prendre un nouveau, mais la conversation ne semblait pas s’y prêter. Schera résista, et continua à les écouter. Elle persévéra, mais la silhouette d’un petit objet rond et blanc flottait dans son esprit. Elle avait probablement associé le bonbon avec la viande d’oiseau imaginée plus tôt.

« Vous n’avez probablement pas besoin de notre aide. Après tout, l’expérience d’un combat est cent fois plus utile que la simple théorie. »

« Certainement. Selon l’expression, une expérience est plus utile que cent savoirs. »

Acquiesça Katarina à la remarque de Vander. Tous deux avaient déjà menés des subjugations de bandits, mais jamais de véritable bataille. Ils détenaient un grand savoir, mais l’utilisation de ce savoir allait dépendre des décisions prises sur le champ de bataille. Cela voulait dire que Schera avait déjà les compétences d’un commandant.

Un simple idiot n’aurait jamais pu survivre jusque là.

Mais, pensa Katarina,

Et si cet idiot possède assez de puissance pour ignorer toute théorie ?

Peut-être que…

J’ai envie de voir Schera combattre au cours de la prochaine bataille, de mes propres yeux. Son intrépidité lui avait valu le surnom de Mort ; quel incroyable spectacle cela allait être. Elle se tourna vers Schera, mais se figea tout à coup.

« —Ceci dit, j’ai vraiment envie de manger un œuf. Un œuf dur. »

Murmura sans raison Schera.

« Qu-Quoi ? »

« Major Schera ? »

« Vous savez, un œuf ! La nourriture présente est bien plus importante que la simple théorie de bureau. Ce que j’ai appris sur le terrain, c’est qu’une grande quantité de vivres est nécessaire pour pouvoir combattre. —Ainsi, je vous laisse vous occuper du reste. Je dois retourner au travail. »

« Bien, » rajouta Schera avant de se lever et de partir en direction des baraquements. Les deux adjudants, abasourdis, la suivirent, avant de découvrir Schera, pelant joyeusement un œuf de sa coquille.

 

L’Armée du Royaume et l’Armée de Libération de la Capitale Royale se disputaient la possession de la Zone Frontière Centrale. La valeur de cette région était apparente à la simple vue d’une carte du continent. Le territoire contrôlé par le royaume Yuze divisait le continent du Nord vers le Sud. A l’Ouest se trouvait l’Empire Keyland, et à l’Est l’Union Dolebacks. La Zone Frontière Centrale était la seule région du Royaume en contact avec les deux autres pays. Bien sûr, de nombreuses personnes y passaient, rendant la région naturellement prospère. Le commerce s’y développait, et même si un embargo y était actuellement mené, cela ne dérangeait en rien les flux humains. Si des personnes allaient et venaient, alors naturellement les biens y étaient abondants —Même si actuellement, il s’agissait de biens illégaux de contrebande.

De plus, la région possédait de larges plaines ainsi que la Rivière Alucia comme source d’eau, et la terre y était fertile. Le climat chaud permettait de larges récoltes, et il était même possible de transporter des marchandises par voie maritime grâce à la rivière. Grâce à tous ces avantages combinés, les villes de la région étaient prospères et abritaient de larges populations. Il en était de même pour les régions limitrophes contrôlées par l’Empire et l’Union. Dans cette zone où se touchaient pratiquement les frontières de trois nations, il existait une métropole constituant le cœur du Continent Mundo Novo. Celle-ci abritait la Terre Sainte de l’Ordre des Trois Etoiles, la croyance principale du continent (actuellement divisée en factions), et la Ville Académique d’Arte, autrefois appelée Ville Labyrinthe d’Arte et possédant le Labyrinthe connu sous le surnom de Nid du Démon.

Il s’agissait d’une métropole neutre n’appartenant à aucun pays, mais défendue des invasions au niveau domestique et étranger par une force appelée l’Ordre. Si l’Ordre appelait à prendre les armes, il était assuré de recevoir le soutien d’adhérents de tous les pays.

Dans cette région, l’Ordre protégeait la neutralité, la paix temporaire.

Dans la région Nord de la zone Frontière Centrale, profitant grandement de sa position, l’armée rebelle s’était levée. Le Royaume n’avait bien sûr pas ignoré cela. L’empire semblait mêlé à la situation, alors le Royaume avait tenté d’écraser les rebelles avant qu’ils ne prennent trop d’importance.

Mais au final, le Royaume avait subi une écrasante défaite avec la chute d’Antigua, l’une des pierres angulaires de la Zone Frontière Sud.

Actuellement, Salvador et Antigua, à l’Ouest, confrontaient Belta, à l’Est, séparés par la Rivière Alucia.  Perdre ici Belta signifiait pour le royaume la perte du contrôle de la Zone Frontière Centrale, et ainsi, l’ouverture de la route vers la Capitale Royale. Cela devait donc être évité à tout prix.

Ainsi, Sharov, le Maréchal de l’Armée du Royaume, avait strictement ordonné la défense de la Rivière Alucia, afin que celle-ci ne soit pas traversée par les rebelles. Même si l’Armée de Libération grandissait jour après jour, elle possédait une limite à sa capacité. Si la Rivière Alucia était défendue, alors le front allait être préservé, pensait Sharov. Puis, souhaitant exterminer l’Armée Rebelle, Sharov avait demandé le déploiement de la Première Armée, afin de prendre en tenaille l’Armée Rebelle au Nord et à l’Est par une force armée conséquente.

—Malheureusement, ce plan avait été rejeté.

S’il avait été adopté, l’Armée de Libération aurait été mise en grand danger.

Après tout, l’Armée de Libération ne souhaitait pas être plus endettée envers l’Armée de l’Empire qu’elle ne l’était déjà. L’Armée de Libération n’avait pas été créée pour agrandir le territoire de l’Empire. Elle avait été créée pour renverser la monarchie actuelle.

D’ailleurs, la raison de l’inactivité de l’Union au Sud était simple. L’Union observait simplement la situation, continuant à transporter des marchandises et à gagner de l’argent. Ils n’avaient pas besoin d’intervenir et de perdre inutilement des troupes. De plus, la nation était constituée de multiples petits groupes de villes, ainsi toute décision nécessitait un temps anormal d’attente avant d’être acceptée. Le dirigeant était élu par élection, mais chaque fois qu’une décision devait être prise, c’était la majorité qui l’emportait à l’issue de nombreuses réunions civiles.

Dans ce statu quo, après avoir réussi à devenir entièrement indépendants du Royaume, tous les maires de villes étaient d’accord sur l’idée qu’une politique d’expansion était inutile. Ils savaient que s’ils obtenaient de nouvelles terres, des luttes pour leur gouvernance allaient éclater. De telles luttes seraient plus violentes que celles actuellement en cours chez les deux pays voisins, et le sang versé bien plus important. Ainsi, l’Union ne comptait pas partir en guerre. La guerre coûtait de l’argent, des vies, et les chutes des villes n’étaient en rien profitables.

Ainsi, les combats actuellement en cours ne les intéressaient pas. L’Union comptait simplement profiter de la situation en vendant armes et propriétés en un grand commerce de la guerre. Leurs partenaires d’échange étaient l’Empire ainsi que l’Armée de Libération de la Capitale Royale. Pour leur ennemi juré, le Royaume, un embargo commercial était maintenu.

Quant à la contrebande, les prix étaient baissés et les produits achetés pour presque rien, avant d’être vendus à des prix outrageux. L’abondance de l’or et des biens était la plus puissante des armes. Telle était la position actuelle de l’Union.

 

Rapport d’un Espion.

—Concernant les mouvements de chaque pays :

– Royaume Yuze : renforts envoyés par le nord-ouest vers la Zone Frontière Centrale. Général Yalder congédié. Remplacement par le Général David.

– Union Dolebacks : maintient son observation. Aucun signe de mobilisation militaire.

– Empire Keyland : concentre actuellement ses forces au Nord-Ouest.

— A surveiller :

– Général David et l’armée arrivée en renforts.

– Le ‘’Dieu de la Mort’’ dont la rumeur circule dans les forces de l’Armée de Libération.

– Rapports de traitres ennemis. Division de l’ennemi en cours. Obtention de biens.

Un rapport détaillé listait de nombreuses informations confidentielles.

Après un rapide coup d’œil, il remercia l’espion pour son travail.

« ……Bon travail. Continue comme ça. »

« Sir. »

« Fais bien attention à ne pas être repéré par les espions de l’Empire. S’ils découvrent nos agissements, nous courons droit au désastre. »

« Bien reçu. Ne vous inquiétez pas. »

Le Tacticien de l’Armée de Libération, Diener, réfléchissait en observant le rapport. L’espion avait en un instant quitté la pièce. Diener avait personnellement investi afin d’entrainer des personnes compétentes, dont notamment des espions recrutés dans la Ville Labyrinthe.

Son Unité de Renseignement Armée organisée indépendamment était même secrète pour Altura et l’Armée de Libération. Ses membres se conduisaient comme des soldats normaux, mais étaient en vérité des acteurs ne montrant jamais leur vrai visage. Gérer seul le sale travail était le devoir du Tacticien. Afin de garder la Princesse pure, quelqu’un devait se salir les mains. Les fonds et biens nécessaires pour maintenir l’Armée de Libération, qui allait les collecter ? Où allaient-ils être obtenus ? D’où venaient toutes les ressources de l’Armée de Libération ? Est-ce que l’Empire leur offrait tout ce qui leur fallait ?

—Non. Les effets des mauvaises récoltes avaient aussi frappé l’Empire, et les biens offerts étaient insuffisants.

De plus, aucune aide ne pouvait être attendue de la part de l’Union. Dès le départ, les finances de l’Armée de Libération étaient nulles.

Mais alors, d’où venaient tous les fonds et marchandises ? Pourquoi l’Armée de Libération n’était-elle pas en faillite ? La réponse était simple. Tout était ‘’collecté’’ à certains endroits. Sur le territoire ennemi, à portée de main, de nombreux ‘’entrepôts’’ attendaient d’être vidés, ‘’aucunement défendus’’ et ‘’complètement abandonnés’’. De plus, toute l’infamie allait être mise sur le compte de l’Armée du Royaume. En vérité, de tels actes avaient aussi été perpétrés par le Royaume, alors personne n’était plus intelligent ou pervers que l’autre.

Altura n’avait pas besoin de savoir. Si elle perdait sa pureté, le peuple allait cesser de la suivre. C’était cette figure vierge et héroïque que tous les hommes ayant abandonné le Royaume actuel devaient considérer comme d’un blanc immaculé.

Altura avait affirmé être résolue. Dans ce cas, il allait se servir d’elle comme d’un symbole pour l’Armée de Libération de la Capitale Royale.

Diener avait déjà décidé. Pour les idéaux d’Altura, il était prêt à tout, notamment à endosser toute l’obscurité.

……..Mais ce n’est pas assez. Il y a encore trop peu de personnes déterminées. Une autre impulsion est nécessaire.

Il ferma les yeux et se mit à imaginer son plan d’action. Ses collègues de l’Armée de Libération devaient eux aussi faire de même, sinon tout était inutile. Ils devaient gagner le droit de vivre de leurs propres mains. Leur confiance en soi était insuffisante. Ils possédaient déjà les capacités, et Diener s’occupait de préparer les outils. Tout ce qu’il restait à faire, c’était de les alimenter pour qu’ils puissent tenir jusqu’à la fin. Pour que ce Royaume infernal puisse changer, il fallait d’abord le détruire entièrement.

Un roi incompétent. Des soldats ne servant qu’à sa protection personnelle. Des officiers civils se remplissant les poches. Une noblesse vivant dans le luxe grâce aux taxes des citoyens. Des taxes augmentant toujours plus. Des dépenses militaires grandissantes. Une population en déclin. La famine et la mort des plus faibles. De l’huile était nécessaire pour faire brûler la Capitale Royale. Il fallait un liquide démoniaque, visqueux et sombre comme de la boue.

Ce plan méritait d’être appelé ‘’le Démon en Bouteille’’, et allait certainement réveiller l’âme du peuple en une flamme intense.

Sacrifier une personne pour en sauver cent. Qu’il s’agisse d’une action correcte ou non, seul le futur allait le savoir. S’ils gagnaient, plusieurs dizaines de milliers de vies allaient être sauvées par Altura.

Un Messie libérant le peuple d’une oppression sévère, ou une armée rebelle diabolique. —Qu’allons-nous devenir au juste ?

Cette question, il ne la destinait à personne en particulier. Une fois son plan exécuté, une marque irrémédiable allait être tracée. Était-il vraiment prêt ? Avait-il le courage de l’accomplir ? Diener ouvrit lentement les yeux, puis brûla dans la flamme d’une bougie le rapport secret.

—Il n’y avait pas de retour en arrière. Dans ce cas, il allait marcher droit devant lui, avec détermination. Même si pour cela, il allait devoir trainer son corps dans la boue.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                            Chapitre Suivant

Accueil

Chaotic Sword God – Chapitre 90

 

Chapitre 90 : La Puissance Magique de l’Épée Spirituelle

 

Tandis que Jian Chen était perdu dans ses pensées, la petite gueule du Serpent Doré aux Rayures Argentées se tourna vers le cou de Jian Chen pour le mordre à nouveau. Brandissant ses crocs acérés, une brume empoisonnée de couleur grise s’échappait continuellement de sa gueule.

Sentant la gueule grande ouverte du serpent s’approcher de lui, Jian Chen pencha de nouveau la tête sur le côté afin d’éviter la puissante morsure. Immédiatement après, son intense jeu de jambe l’amena derrière le Serpent Doré aux Rayures Argentées. L’Épée Vive Brise de Jian Chen se mit à briller, s’abattant une seconde fois sur le corps du serpent. Jian Chen refusait de croire en l’inefficacité de ses attaques.

L’Épée Vive Brise entra précisément en contact avec la peau du Serpent Doré aux Rayures Argentées, mais s’arrêta dès la première couche d’écailles, incapable de s’enfoncer davantage. La fine peau dorée était comme une forteresse impénétrable ; aucune marque n’était visible sur sa surface, même après avoir reçu la plus puissante des attaques de Jian Chen.

En voyant cela, le visage de Jian Chen s’obscurcit de plus belle. Son humeur, après avoir découvert l’impuissance de son épée, s’était complètement effondrée. Les puissantes défenses du Serpent Doré aux Rayures Argentées ne laissaient plus aucune option à Jian Chen, ses plus puissantes attaques réduites à de simples griffures d’enfant.

Jian Chen n’hésita pas. Rappelant immédiatement son épée, il rassembla ses forces dans ses deux jambes puis bondit. Avant que le serpent ne puisse réagir, son corps était déjà haut dans les airs. Après s’être stabilisé, il se servit des branchages afin de se diriger vers les abysses de la Chaine de Montagne des Bêtes Magiques.

La défense du Serpent Doré aux Rayures Argentées était infranchissable pour Jian Chen. Tout ce qu’il pouvait faire maintenant, c’était fuir dans les profondeurs de la chaine de montagne en espérant qu’une autre puissante bête magique attire l’attention du Serpent Doré aux Rayures Argentées. C’était le seul échappatoire possible pour Jian Chen. Même si cette méthode impliquait un grand danger, il n’avait pas d’autre choix.

Jian Chen savait aussi que de nombreux mercenaires parcouraient la Chaine de Montagne des Bêtes Magiques, et que ceux-ci allaient peut-être pouvoir l’aider à retenir le Serpent Doré aux Rayures Argentées. Toutefois, la chaine de montagne était simplement trop vaste, et les chances de rencontrer un autre mercenaire étaient minces.

Jian Chen s’envola dans les airs, utilisant les branches environnantes pour se catapulter en direction de la chaine de montagne. Juste derrière lui, le Serpent Doré aux Rayures Argentées le poursuivait de près, sa langue tremblante de haut en bas. Droit, la partie visible de son corps mesurait 6 à 7 mètres de long.

Le serpent était plutôt long, et les dimensions de son corps n’étaient pas encore tout à fait claires aux yeux de Jian Chen. Toutefois, il estimait la longueur totale du Serpent Doré aux Rayures Argentées à 50 mètres de long minimum.

Jian Chen continua de courir en maintenant une trajectoire en S, cherchant des obstacles capables de bloquer le Serpent Doré aux Rayures Argentées.

« Rawr ! »

Tout à coup, le rugissement d’un tigre se fit entendre. Il semblait se diriger droit vers Jian Chen, et rapidement, ce dernier vit apparaitre dans son champ de vision un tigre noir de trois mètres de long. Une lueur sombre était visible dans le regard de la bête tandis que celle-ci regardait Jian Chen, mais lorsqu’elle tenta de fondre sur lui, une vigne dorée de 50 mètres de long apparut.

Lorsqu’il aperçut le serpent doré, le tigre noir parut recevoir un choc électrique. Sa fourrure se dressa sur tout son corps, et la lueur sombre dans son regard disparut en un instant. Une profonde peur fit son apparition dans son regard. N’osant pas rester ici plus longtemps, le tigre noir se mit à fuir la queue entre les jambes.

Même si le Serpent Doré aux Rayures Argentées était un serpent, s’il était placé dans une foule de bêtes magiques, peu de ces bêtes n’oseraient le déranger.

Ce genre de situation n’était pas rare dans la chaine de montagne. Jian Chen avait rencontré de nombreux types de bêtes magiques, mais il n’avait jusqu’alors jamais vu de bête magique fuir aussi vite à la vue d’un prédateur. Le tigre noir s’était pratiquement uriné dessus avant de fuir à toute vitesse. Aucune bête magique n’osait provoquait le Serpent Doré aux Rayures Argentées à sa poursuite.

Une heure plus tard, Jian Chen se trouvait tout près des abysses de la Chaine de Montagne des Bêtes Magiques. La forêt était de plus en plus dense, forçant Jian Chen à rencontrer plus d’obstacles sur son chemin. Juste derrière lui, le Serpent Doré aux Rayures Argentées le poursuivait sans repos. Le serpent paraissait déterminé à faire de Jian Chen sa proie ; même après avoir rencontré de nombreuses bêtes magiques sur le chemin, son regard restait concentré sur Jian Chen.

« Hiss ! » La tête du serpent disparut en une ombre trouble, tentant à nouveau d’attaquer Jian Chen.

Ce dernier suivait sans interruption la situation derrière lui, alors lorsque le serpent bondit dans sa direction, il poussa sur ses jambes afin de s’éloigner de la branche sur laquelle il se tenait. La force soudaine le projeta sur le côté, faisant échouer l’attaque du serpent.

Encore et encore, Jian Chen esquiva les assauts répétés du serpent. Le Serpent doré aux Rayures Argentés devenait de plus en plus enragé après chaque échec, la lueur dangereuse dans son regard s’amplifiant. Tout à coup, une longue queue dorée bondit des hautes herbes en direction de Jian Chen.

Remarquant l’approche de la queue, l’expression de Jian Chen changea. Il repéra une branche près de lui, et sauta immédiatement dessus avant de se propulser sans la moindre hésitation. Son corps tout entier s’envola vers un large arbre au feuillage touffu.

Mais la queue du serpent changea aussi rapidement d’angle, avançant vers Jian Chen à une vitesse incroyable. Celle-ci rattrapa Jian Chen en un instant, puis commença à s’enrouler doucement autour de ses hanches.

La queue enserrant petit à petit son corps, le visage de Jian Chen pâlit de peur. L’Épée Vive Brise brilla, s’abattant immédiatement sur la queue. Mais en raison de la résistance des écailles, l’épée de Jian Chen n’y laissa pas la moindre marque.

A cet instant, une odeur putride se fit sentir, émanant de la gueule grande ouverte du Serpent Doré aux Rayures Argentées. En un clin d’œil, les crocs se dirigèrent vers la cou de Jian Chen.

Sans même pouvoir se préparer, Jian Chen enfonça en panique l’Épée Vive Brise dans la gueule du Serpent Doré aux Rayures Argentées.

Mais la bête était perverse, et changea de trajectoire pour esquiver l’épée. Ensuite, la gueule s’ouvrit de nouveau et les crocs acérés du serpent s’enfoncèrent profondément dans l’épaule gauche de Jian Chen.

Sentant l’intense douleur assaillir son épaule, le visage de Jian Chen se draina de son sang. Le venin du Serpent Doré aux Rayures Argentées était extrêmement puissant, et en cas de morsure, le seul antidote était le sang du serpent. Il n’existait pas d’autre méthode ; même un Maitre Saint Radiant était impuissant.

Toutefois les écailles du Serpent Doré aux Rayures Argentées étaient bien trop résistantes pour Jian Chen. N’arrivant même pas à laisser une marque dessus, comment pouvait-il espérer acquérir son sang ?

Voyant clairement le serpent mordre son épaule, Jian Chen se mit à paniquer. Influencée par son état d’esprit, l’ ‘’Âme’’ de Jian Chen devint tout aussi active, et une image floue de la scène autour de lui apparut dans son esprit. Le sentiment était extrêmement faible, et si Jian Chen ne l’avait pas ressenti par inadvertance, il ne l’aurait même pas remarqué. Toutefois, ses émotions étant agitées, il parvint à le détecter.

« Ah ! » Jian Chen rugit en direction du ciel. Sans même prêter attention à la faisabilité de la chose, il souleva son Épée Vive Brise avant de l’abattre sur le serpent afin de le décapiter.

L’Épée Vive Brise en mouvement, l’esprit de Jian Chen semblait connecté à l’arme dans sa main, comme si les deux avaient fusionnés pour atteindre une forme sans distinction. L’union était si harmonieuse qu’elle faisait naitre un sentiment indescriptible dans le cœur de Jian Chen, comme si son épée était son esprit, et que son esprit était son épée.

Au même moment, les lueurs violette et pourpre dans son Dantian se mirent à trembler, et un faible rayon lumineux en provenance de ces deux lueurs parcourut son corps tout entier. Sans même que Jian Chen n’en soit conscient, la lueur atteignit sa tête.

*Shing !* L’épée dans la main de Jian Chen se mit à émettre une quantité formidable de Qi d’Épée qui enveloppa sa lame. Cette fois-ci, le Qi d’Épée ressemblait à une dense brume recouvrant l’arme, rendant la lame indistincte et difficile à voir.

*Ding !* L’Épée Vive Brise frappa vicieusement la tête du Serpent Doré aux Rayures Argentées. Un bruit de métaux s’entrechoquant se fit entendre ; mais cette fois-ci, le puissant Qi d’Épée permit à la lame de traverser la première couche d’écailles du serpent. Immédiatement, une blessure profonde apparut sur la tête du serpent, et du sang frais se mit à en jaillir.

« Hiss ! » Le Serpent doré aux Rayures Argentées siffla de douleur. L’emprise de ses crocs dans l’épaule de Jian Chen se relâcha, et la bête s’éloigna légèrement. Ses yeux étaient concentrés sur Jian Chen, sa langue crochue sifflante.

Voyant la blessure ensanglantée sur la tête du serpent, Jian Chen fut momentanément surpris. Mais rapidement, une expression de joie apparut sur son visage.

« On dirait que l’Épée Spirituelle peut traverser les défenses du Serpent Doré aux Rayures Argentées. » Jian Chen était secrètement fou de joie. Sous son contrôle, l’épée et son esprit s’étaient unis, l’épée devenant l’esprit et l’esprit devenant l’épée. Ce genre de fusion miraculeuse faisait ressentir à Jian Chen l’impression que son épée était sa vie, son âme.

Tandis que la connexion de Jian Chen entre son épée et son esprit se développait, le violent Qi d’Épée autour de l’Épée Vive Brise devenait de plus en plus acéré, comme si la large quantité de Qi d’Épée était contrôlée par son esprit.

Même si la mystérieuse sensation lui était encore relativement inconnue, Jian Chen relâcha sa prise sur l’Épée Vive Brise. L’épée enveloppée de Qi d’Épée ne tomba pas au sol, et resta figé en l’air. Elle monta doucement, avant de s’arrêter au niveau du nez de Jian Chen, à un mètre de lui. La pointe de la lame était dirigée vers le Serpent Doré aux Rayures Argentées.

*Shing !* Un clair cri d’épée s’échappa de l’Épée Vive Brise.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                     Chapitre Suivant

Accueil

Chaotic Sword God – Chapitre 89

 

Chapitre 89 : Serpent Doré aux Rayures Argentées

 

Lorsque Jian Chen abattit son Épée Vive Brise, une sorte de vigne dorée jaillit de l’eau et l’attaqua.

L’épée de Jian Chen et la vigne dorée entrèrent en contact, et toute la puissance derrière l’attaque de Jian Chen disparut. Son corps tout entier maintint sa posture, suspendu en plein air. La pointe de l’épée transperçait parfaitement la tête de la créature.

Cette scène ne dura qu’un instant. Tout à coup, depuis la forêt, une autre vigne dorée jaillit des hautes herbes et sauta en direction de Jian Chen.

Le visage de ce dernier ne changea pas à la découverte de la nouvelle embuscade. Contractant son bras tout en se préparant à utiliser la force de la vigne dorée en dessous de lui, il frappa son attaquant et tournoya dans les airs, atterrissant fermement sur la rive. Juste après avoir touché le sol, il courut vers ses vêtements et s’empressa de les enfiler.

Une fois habillé, Jian Chen observa l’espèce de vigne dorée pour découvrir qu’il s’agissait en vérité d’un serpent doré. Son corps tout entier était doré, à l’exception de rayures argentée partant du haut de sa tête et terminant au bout de sa queue. De plus, la créature était extrêmement longue ; la partie de son corps exposée aux yeux de Jian Chen mesurait presque 6 mètres de long. Lorsque Jian Chen remarqua les bandes argentées sur son corps, il fut abasourdi. Son visage changeant soudainement, il parut se souvenir de quelque chose. Il ne put s’empêcher de s’exclamer bruyamment, « Un Serpent Doré aux Rayures Argentées ! »

Le Serpent Doré aux Rayures Argentées était une créature que Jian Chen avait découverte dans les livres de l’Académie Kargath. Il s’agissait d’une bête magique rare considérée comme l’empereur des serpents. Sur tout le Continent Tian Yuan, la population des Serpents Dorés aux Rayures Argentées atteignait à peine les trois chiffres, sur les dizaines de milliers de bêtes magiques existantes.

Le Serpent Doré aux Rayures Argentées n’était pas précieux pour sa rareté, mais pour son corps. Qu’il s’agisse de sa viande ou de son sang, tout était extrêmement précieux ; il s’agissait d’un type de biens ne possédant pas de marché sur le Continent Tian Yuan, même si de larges sommes étaient offertes.

 Cela était dû au venin hautement toxique de la bête, qui une fois affiné, pouvait même tuer un Maitre Saint Céleste Supérieur. De plus, purger ce venin était impossible. A moins de posséder soi-même le sang du Serpent Doré aux Rayures Argentées, il n’existait aucune méthode pour y survivre ; même un Maitre Saint Radiant était impuissant. Même si la Force Sainte de Lumière possédait un effet mystique de guérison et pouvait désintoxiquer de nombreux poisons, elle ne pouvait rien face à l’unique et puissant venin toxique du Serpent Doré aux Rayures Argentées, ainsi que face à plusieurs autres venins spéciaux. Au mieux, un Maitre Saint Radiant pouvait temporairement supprimer le poison ; toutefois, le purger entièrement était impossible.

De plus, le Serpent Doré aux Rayures Argentées était différent des autres serpents. Il était extrêmement long, et relativement fin. Un Serpent Doré aux Rayures Argentées ayant atteint le rang de Bête Magique de Classe 5 pouvait atteindre une centaine de mètres de long, sans jamais dépasser une largeur de trente centimètres.

Un Serpent Doré aux Rayures Argentées était capable de contrôler la taille de son corps, et ainsi de rétrécir pour atteindre une longueur d’un ou deux mètres de long.

Non seulement les Serpents Dorés aux Rayures Argentées étaient extrêmement puissants, mais d’après les rumeurs, ils pouvaient aussi voler dans les airs et creuser dans la terre. Leur venin était sans égal, et même les Maitres Saints Célestes en avaient peur.

D’après d’anciens écrits, plusieurs centaines d’années plus tôt, dans l’Empire Saint, un Serpent Doré aux Rayures Argentées de Classe 6 avait en un instant ravagé une Ville Reine abritant dix millions de personnes. Tout le monde avait été tué par le puissant venin, ne laissant qu’une ville en ruine d’où émanait continuellement une intense odeur de sang frais.

Après cet évènement horrible, l’Empire Saint avait envoyé dix Maitres Saints Célestes tuer le Serpent Doré aux Rayures Argentées. Mais une demi-journée plus tard, sept avaient perdu la vie tandis que les trois autres avaient reçus de sérieuses blessures en plus d’avoir été lourdement empoisonnés. Mais peu après, les trois experts restants périrent en raison du venin.

L’évènement avait choqué tous les Souverains Saints de l’Empire Saint. Au final, un Souverain Sant combattit la Serpent Doré aux Rayures Argentées dans un combat intense qui se terminé par la fuite de la bête, et non par sa mort.

Ainsi, tout le monde sut à quel point un Serpent Doré aux Rayures Argentées pouvait devenir puissant.

Se souvenant des informations obtenues sur cette bête dans la Bibliothèque de l’Académie Kargath, Jian Chen regarda le serpent doré d’un air à la fois surpris et horrifié. Son cœur se mit à battre la chamade. Il ne pensait pas croiser un Serpent Doré aux Rayures Argentées dans un lieu aussi désert que la Chaine de Montagne des Bêtes Magiques ; de plus, il se trouvait vers l’extérieur de la Chaine de Montagne, alors qu’il était pratiquement impossible de rencontrer ne serait-ce qu’une seule de ces bêtes sur tout le Continent Tian Yuan.

Parcourant du regard le serpent, Jian Chen devait accepter la dure réalité.

« Quelle malchance, comment ai-je pu croiser le chemin d’une telle créature ? » Jian Chen se calma rapidement, mais intérieurement, il continuait à blâmer son infortune. Il connaissait la dangerosité d’un Serpent Doré aux Rayures Argentées, et ce, sans jamais en avoir rencontré avant. Lire simplement des informations sur la bête dans un livre était suffisant pour que Jian Chen comprenne qu’avec sa force actuelle de Grand Saint, combattre un Serpent Doré aux Rayures Argentées allait s’avérer extrêmement ennuyeux.

Jian Chen regarda intensément le Serpent Doré aux Rayures Argentées situé à dix mètres de lui, le regard vigilant. Il agrippa fermement son épée, ne considérant pas ce Serpent Doré aux Rayures Argentées comme une bête magique ordinaire. Une seule erreur risquait d’entrainer sa mort aujourd’hui.

Il s’agissait sûrement de sa rencontre la plus dangereuse depuis son entrée dans la Chaine de Montagne des Bêtes Magiques. Il n’était même pas sûr de pouvoir quitter cet endroit en vie.

S’il s’était agi d’une autre puissante bête magique que Jian Chen ne pouvait vaincre, il aurait pu fuir. Mais ayant reconnu la Serpent Doré aux Rayures Argentées, il avait déjà abandonné une telle idée. Il était rapide ; en se reposant seulement sur sa puissance de Saint, il pouvait surpasser la vitesse d’un praticien d’attribut vent. Mais Jian Chen était certain que sa vitesse ne pouvait pas être comparée à celle du serpent.

Après tout, le Serpent Doré aux Rayures Argentées était extrêmement rapide en ligne droite. Même s’il n’était pas la bête magique la plus rapide, il pouvait être classé parmi les trois créatures rampantes les plus rapides. Comparé à un humain, il fallait au moins posséder un attribut de vent ainsi que plusieurs rangs supérieurs pour pouvoir espérer distancer la créature.

« En cas de rencontre avec un Serpent Doré aux Rayures Argentées, une triste fin attends celui qui tente de fuir en ligne droite. Mais je ne connais pas la puissance de ce serpent ; s’il s’agit d’une Bête Magique de Classe 1, alors le danger est largement réduit, et je pourrais peut-être le tuer. S’il s’agit d’une Bête Magique de Classe 2, alors il constituera un plus grand danger pour ma vie, mais je devrais pouvoir réussir à fuir sans problème. » Murmura Jian Chen. Actuellement, son seul souhait était que le serpent ne soit pas trop puissant ; sinon, il n’était pas certain de pouvoir fuir d’ici vivant.

Tandis que Jian Chen réfléchissait brièvement, le Serpent Doré aux Rayures Argentées ouvrit tout à coup la gueule et cracha une brume grise empoisonnée qui se mit à flotter en direction de Jian Chen. Toutes les plantes entrant dans la zone d’effet de la brume se mirent à faner, et même les arbres les plus larges semblaient affectés. En un instant, la vie elle-même semblait quitter l’endroit.

Lorsque le gaz gris s’approcha de lui, Jian Chen fut prit de vertiges. En même temps, il pouvait sentir sa force être petit à petit sapée.

Sentant les changements survenant dans son corps, Jian Chen ouvrit grand les yeux ; il réalisa que le Serpent Doré aux Rayures Argentées pouvait directement contaminer l’air de son poison. Il découvrait enfin la véritable terreur derrière ce poison ; le fait que le venin soit capable de tuer facilement un Maitre Saint Céleste ne lui semblait plus si étonnant.

Sans hésiter, il se mordit violemment la langue et la douleur perçante estompa ses vertige. Puis, il sauta en arrière avant de commencer à faire circuler sa Force Sainte autour de lui afin d’affaiblir la sensation de drain.

Se calmant de nouveau, Jian Chen se concentra et plissa les yeux. Même s’il n’avait pas encore combattu le Serpent Doré aux Rayures Argentées et avait seulement reçu son poison, Jian Chen pouvait supposer que ce serpent était au minimum une Bête Magique de Classe 2.

Voyant la brume empoisonnée flotter dans sa direction, Jian Chen n’hésita pas à immédiatement retenir son souffle. Ses pieds glissèrent sur le sol tandis qu’il s’éloignait davantage du poison.

Mais aussitôt que Jian Chen commença à bouger, le serpent fit de même. Se transformant en éclair de lumière dorée, il se dirigea vers Jian Chen à une vitesse largement supérieure.

Même si le Serpent Doré aux Rayures Argentées ne mesurait qu’un poignet de largeur, il était extrêmement rapide. En un clin d’œil, il rattrapa Jian Chen, la gueule grande ouverte et prête à se refermer sur son cou.

Mais lorsque le Serpent Doré aux Rayures Argentées tenta de mordre le cou de Jian Chen, celui-ci pencha la tête au dernier moment avant de reculer. Au même moment, son Épée Vive Brise apparut dans sa main droite. Une lumière argentée apparu, traçant la trajectoire de la lame s’abattant sur le serpent. Contenant une large quantité de Qi d’Épée, la trainée laissée par la lame ressemblait à une lune scintillante. Jian Chen avait mit toute sa puissance dans cet assaut.

L’Épée Vive Brise ne rencontra pas le moindre obstacle en se dirigeant vers la Serpent Doré aux Rayures Argentées. Mais aucune excitation n’était visible sur le visage de Jian Chen ; au lieu de ça, il semblait inquiet, voyant sa lame entrer en contact avec la créature sans même parvenir à traverser sa peau écailleuse. Pas une seule marque n’était visible sur les écailles du serpent.

« Quelle puissante défense. » Laissa échapper Jian Chen, le visage blanc comme un linge. Grâce à ses méthodes de cultivation, sa puissance d’attaque était extraordinairement élevée. Même s’il possédait seulement la force d’un Grand Saint, son attaque n’était en rien inférieure à celle d’un Maitre Saint. Mais une telle attaque impliquant sa puissance toute entière n’avait pas laissé la moindre égratignure sur le corps du Serpent Doré aux Rayures Argentées. Maintenant, Jian Chen savait que ce Serpent Doré aux Rayures Argentées était au moins une Bête Magique de Classe 3, peut-être même une Bête Magique de Classe 4. Il ne s’agissait pas d’un combat que pouvait remporter Jian Chen.

Face à une Bête Magique de Classe 3 ordinaire, Jian Chen pouvait gagner en utilisant un peu plus d’énergie, mais le Serpent Doré aux Rayures Argentées ne pouvait pas être considéré comme une bête magique ordinaire.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                          Chapitre Suivant

Accueil

Posséder ou Déposséder – Chapitre 184


 

Chapitre 184 : Conférence de la Guilde des Aventuriers (1)

 

La Capitale Tenkasi. Il s’agissait d’une ville connue de tous les habitants du Royaume Houdon. Elle constituait le cœur du Royaume Houdon, ainsi que le centre de commandement permettant aux informations d’atteindre les plus petites villes et villages par l’intermédiaire de 20 autres villes.

Actuellement, une large conférence était tenue au quartier général de la Guilde des Aventuriers. Où se trouvait donc ce quartier général appartenant à la Guilde des Aventuriers, une guilde possédant plusieurs milliers de branches disséminées sur le Continent Rem ? Personne ne pouvait répondre à cette question. Se trouvait-il dans la capitale Tenkasi ? Même si personne ne le savait exactement, tout le monde le supposait.

Le pays dans lequel a vécu le [Grand Sage], le Royaume Houdon. L’endroit était habituellement assez paisible, et la Guilde des Aventuriers n’y prêtait pas grande attention, mais aujourd’hui était différent. Aujourd’hui, le quartier général de la Guilde des Aventuriers abritait au 2ème étage tous les chefs de toutes les guildes d’aventuriers de chaque ville. Une fois tous les quatre ans, toutes les branches de la Guilde des Aventuriers du Continent Rem tenaient une conférence et se réunissaient dans la capitale du Royaume Houdon, Tenkasi, afin de discuter des futures politiques et opération à mener.

Il s’agissait d’une réunion rassemblant tous les chefs de branche de la Guilde des Aventuriers. Et aujourd’hui se tenait une telle réunion.

Dans la salle de conférence, une femme servant de modératrice transmettait les informations récoltées partout sur le Continent Rem par la Guilde des Aventuriers. Cette modératrice était assurément une femme, mais les caractéristiques de son corps ainsi que ses cheveux rouges indiquaient qu’elle était aussi une naine.

« [Épée Explosive] Siam de Blood est promu au rang C. Ensuite, je vais énoncer les promotions au rang B. »

La modératrice naine termina de lire les promotions au rang C, et passa à celles de rang B.

« Yu Sato est promu rang B. Ensuite… »

« Eh, un instant. Y-a-t-il une erreur ? Si je me souviens bien, il n’était pas sur la liste des promus au rang C lors de notre précédente réunion. »

L’une des maitresses de guilde de la ville forteresse, Molly, prit la parole.

« Oui, veuillez patienter… D’après nos rapports, Yu Sato a en effet été promu au rang B, et ce en moins d’un an après s’être enregistré en tant qu’aventurier. Voilà pourquoi il n’était pas sur la liste des promus au rang C lors de notre précédente réunion. »

Suite à la réponse de la modératrice, de nombreuses voix éruptèrent dans la pièce.

« Promu au rang B en moins d’un an ? Sa vitesse de progression est comparable à celle du [Chevalier Spirituel] Golive, est-il demi-humain ou demi-dragon ? »

« Attendez… d’après ce que je sais, ce Sato n’a que 12 ou 14 ans, et il est humain n’est-ce pas ? »

« Haha, un tel gamin est devenu un aventurier de rang B en moins d’un an ? Quel genre de personne est-il, Mofisu ? » Le regard de chaque maitre de guilde était maintenant centré sur Mofisu. Celui-ci se contenta de caresser son crâne dégarni comme s’il n’avait rien entendu.

« Hey, tu fais semblant de ne pas nous entendre ? »

« Qu’y a-t-il Gizzy ? Existe-t-il un âge limite pour être promu au rang B ? »

« Non ! Nous nous demandons simplement si ce Yu Sato n’a pas simplement été promu par un maitre de guilde lui offrant un traitement préférentiel et manipulant les points. »

Le maitre de guilde de la ville de Samantha haussa la voix en frappant la table. Voyant la situation dégénérer, la modératrice commença à jeter de rapides coups d’yeux inquiets à l’homme assis à côté d’elle.

« Ce n’est pas ça. »

Un homme resté silencieux jusqu’à présent prit la parole, souriant à la modératrice.

« Carl, pourquoi donc ? »

Le nom de cet homme était Carlheinz Angmuller, et il était le maitre de la guilde des aventuriers de la capitale Tenkasi. Il menait une guilde des aventuriers abritant plusieurs milliers d’aventuriers.

« Aucune injustice ou traitement préférentiel n’a été accordé à Yu Sato. Il a vaincu seul un [Dragon Noir] mort-vivant, exploit confirmé par le quartier général suite à une enquête. Ses compétences sont largement suffisantes pour un aventurier de rang B. »

En entendant les mots de Carlheinz, le maitre de guilde de la ville forteresse, Gizzy, et le maitre de guilde de la ville de Samantha ne purent qu’afficher un sourire de façade.

« Hahaha, tant mieux. Il est certain que personne ici ne sait qu’il a attiré l’attention de la Guilde des Alchimistes, et qu’il dérange leurs affaires. Nous voulions simplement clarifier les choses, rien de plus. Nous avons tous le droit de savoir les véritables informations concernant Sato. »

Le maitre de guilde de la ville de Samantha se dirigeait petit à petit vers un sujet problématique.

« Avez-vous dévoilé cette information ? »

La voix de Carlheinz était toujours la même, mais son regard était tout à coup devenu acéré.

« Bien sûr que non. La Guilde des Alchimistes monopolise les ventes de potions alors les prix ne baissent pas, empêchant les citoyens de s’en procurer lorsqu’ils sont blessés par des monstres. De nombreux enfants ont été victimes, et est-ce que cela leur importe ? »

« La Guilde des Marchands est obsédée par l’argent, mais la Guilde des Alchimistes n’est pas bien différentes. Heureusement, ce n’est pas notre cas. »

Le maitre de guilde de la ville forteresse et la maitre de guilde de la ville de Samantha étaient maintenant redevenus calmes. Peu importe la situation, la Guilde des Aventuriers devait toujours rester neutre. Que l’adversaire soit un large pays ou non, ce n’était que grâce aux efforts de leurs prédécesseurs que la guilde avait pu rester neutre et comptait le rester.

« Je suis soulagé de savoir que la Guilde des Aventuriers restera toujours neutre et juste. Mofisu, tu es du même avis n’est-ce pas ? »

Mofisu ne répondit pas, mais acquiesça en réponse à la question de Carlheinz.

« Mofisu, j’aimerai te poser une question. Peux-tu jurer devant Dieu de dire la vérité ? »

« Je jure de toujours rester neutre et juste, en tant que maitre de guilde. »

Après ça, Carlheinz fixa Mofisu du regard, mais la modératrice décida de reprendre le cours de la conférence.

« Bien, voici maintenant les promus au rang A : [Mur de Pierre] Hugo Hirschberger, [Cent Bêtes Démoniaques] Wurlich, [Labyrinthe Perdu] Dering. »

Les noms des aventuriers énoncés uns par uns par la modératrice convainquirent toutes les personnes présentes.

« Toutes ces personnes seront promues au rang A. Malheureusement, personne ne remplit les conditions pour être promu au rang S. De plus, nous avons un problème concernant la disparition des [Esprits] du Royaume Houdon. L’enquête est en cours, mais la cause de leur disparition est encore inconnue. D’après une rumeur, les esprits quittent le pays en raison des mages spirituels les y forçant, mais ceux-ci ont démenti toute relation avec l’incident. »

« Cela ne nous concerne pas, mais les paysans risquent de perdre de nombreuses cultures en l’absence d’esprits. »

« Lorsqu’il ne pourront plus payer leurs taxes, ils seront probablement réduits en esclavage. »

« Concernant la disparition des esprits, une rumeur circule selon laquelle la plupart des dégâts sont centrés autour de la ville de Comer. Qu’en penses-tu Mofisu ? »

« Comme tu viens de le préciser, ce n’est qu’une rumeur. Je ne peux rien dire, étant donné qu’il n’existe aucun moyen de le vérifier, n’est-ce pas ? »

« Tout à fait. D’ailleurs, portes-tu une perruque Mofisu ? »

Le maitre de guilde de la ville de Wood, assis à côté de Mofisu, essaya de tirer les cheveux de celui-ci pour finalement découvrir qu’ils étaient véritables. L’ancien Mofisu aurait explosé de rage face à un tel geste, mais le Mofisu actuel accepta avec le sourire.

« Une perruque ? Non, mes cheveux poussent depuis longtemps. Es-tu inquiet pour les tiens ? »

Partout dans la pièce, de nombreux regards envieux se tournèrent vers Mofisu.

 

Chapitre Précédent / Chapitre Suivant

Accueil

Quelques albums à écouter au pied du sapin : Eminem, Asking Alexandria et Greta Van Fleet

Bonjour à tous ! Joyeux Noël tout d’abord si vous lisez cet article le jour de Noël ! 

Aujourd’hui, petit article léger (et oui, c’est les fêtes pour tout le monde ! ;))

J’avais simplement envie de vous partager les quelques petits albums de cette fin d’année que vous vous devez d’écouter ou que vous devez achetez après avoir eu quelques petits sousous à Noël (et si vous aviez demandé au Papa Noël directement ces albums, c’est que vous étiez déjà des bons !)

 

Asking Alexandria – Asking Alexandria

Connu principalement pour nous proposer des sons hardcore au possible et nous faire pogoter en toutes circonstances. Le groupe nous l’avait confirmé lors de leur première partie au Bataclan pour Parkway Drive. Le groupe anglais nous propose un album éponyme, sorti le 15 décembre, et qui reste dans la veine du groupe, tout en apportant un peu de fraîcheur à leur style. On a beaucoup plus de passages chantés, et alternés. Le chant clair ici prend donc autant de place que le scream. Les titres s’enchaînent très bien, et Danny Worsnop, frontman originel du groupe (revenu en cette année 2017 mais qui avait quitté le groupe lors du précédent album « The Black » qu’on avait déjà présenté ici) . On notera même la présence de titres sortant vraiment de l’ordinaire comme avec Empire, sur lequel Bingx, un rappeur, a participé, ou bien encore Vultures, titre acoustique avec un voix virevoltante sans scream, peu habituel de la maison !  On apprécie beaucoup le retour de Danny Worsnop à la tête du groupe et ce nouvel opus qui n’annonce que du bon pour la suite. RDV le 8 juin, soit un semaine avant le Download Festival France, pour s’échauffer avec Asking Alexandria qui nous fait un concert le 8 juin au Trabendo (Paris) !

Eminem – Revival

Ce 15 décembre était particulièrement fructueux cette année puisqu’il ne signait pas que le retour du frontman d’Asking Alexandria… Il était aussi placé sous le signe du rap US, du vrai, avec le retour du king 4 ans après The Marshall Mathers LP 2. Eminem nous propose cette fois-ci un album qui vaut le détour pour son originalité. Le pur rap US laisse un peu de place à une musique plus pop, parfois presque rock grâce à l’utilisation de samples de titres rock plus que connus comme les célèbres I Love Rock N Roll de Joan Jett ou bien encore Smoke on The Water de Deep Purple. Des mélanges tout particuliers qui donnent une nouvelle saveur au rap d’Eminem. Cet album divise les fans, mais on vous conseille d’y jeter une oreille pour vous faire votre propre avis. Puisque chez 404, nous venons principalement du rock/metal/punk comme style de prédilection, je peux vous dire qu’entendre des samples rock et ce style de mélodie ne nous a pas dérangés du tout, bien au contraire !

 

Greta Van Fleet – From The Fires 

Il est temps de passer à ce bon vieil album de rock’n’roll à écouter au coin de la cheminée pour Noël. Les frères Kiszka nous proposent leur second album qui sent bon les USA et le rock que l’on entendrait sur un vieux post de radio au fin fond du Texas. Déjà dans le top des ventes aux USA dès sa sortie, le 2ème album de Greta Van Fleet a su convaincre les férus d’hard rock comme de rock, et on ne peut que vous le conseiller à notre tour ! Un détour américain entre ballades country, hard-rock grisonnant et ballet dansant assez envoutant. Vraiment, écoutez cet album au coin du feu, en ne pensant à rien d’autre, et vous verrez ! Le groupe qui n’a pourtant que 5 ans surfe sur un buzz assez incroyable, et leur clip Highway Tune totalise déjà plus de 6 millions de vues !

 

Life is strange : Before the storm episode 3 : l'Enfer est vide 

Life is strange : Before the storm episode 3 : l’Enfer est vide / hell is empty


Deck Nine Game et édité par Square Enix
Disponible sur PS4, Xbox one et PC

Bonjour/Bonsoir ! This is the end… old your breath and couuuuuuunt to ten. Oui Capri c’est fini. Le jeu Life is strange Before the storm a sorti son dernier épisode cette semaine, intitulé : l’Enfer vide. 

Alors ce n’est pas vraiment fini puisque l’épisode bonus avec les jeunes Max et Chloé sortira en janvier. Il n’empêche qu’on a du dire au revoir à notre bien aimée Rachel… 

On reprend l’histoire après la révélation choc du père de Rachel. La mystérieuse femme est sa mère biologique. A partir de ce moment-là Rachel n’a qu’une idée en tête : la rencontrer. Chloé fera tout son possible pour organiser sa rencontre même si le sang devra couler…

J’étais choquée de voir autant de violence physique dans cet épisode. C’est plutôt inhabituel, les thèmes abordés étaient plutôt que les troubles du comportement et non les règlements de compte. J’ai eu peur, je peux le dire, de voir claquer un des protagonistes.
On a un rythme très soutenu avec de nombreuses décisions importantes à prendre. On retrouve notamment des échanges entre Chloé et sa mère et son beau-père qui sont touchants et le pire cauchemar avec son père. C’est un épisode éprouvant, le plus dur depuis le début de ce jeu. 

La fin, une sorte de happy ending me soulageait mais me laissait un peu perplexe lorsque l’on connaît le jeu principal. Je n’ai pas été déçue en découvrant la scène « bonus » après le générique et la page des statistiques. Elle m’a glacé le sang, j’en frissonne encore.. elle était horrifiquement parfaite. 

Ce jeu m’a permis de voir un autre aspect de Chloé : elle n’est pas juste une adolescente rebelle qui râle constamment. C’est une jeune fille qui a été blessée et qui s’est réfugiée dans ce qui était le plus facile et le plus libérateur.
Mais sa relation avec Rachel (qui dure un an avant sa disparition) lui permettra de se remettre en scène… avant de retomber avec sa disparition

Cela m’a aussi montré un aspect de la personnalité de Max que je ne soupçonnais pas : c’est une lâche. J’ai été très déçue de voir que cette dernière a complètement laissé tomber Chloé suite à son déménagement. Quand on lit le journal de notre petite rebelle on voit toute sa rancoeur et sa tristesse d’avoir perdu sa meilleure amie. Du coup Max passe comme une petite opportuniste, hippie qui devrait tout faire pour retrouver son amitié perdue. 

J’attends avec impatience l’épisode bonus, je suis curieuse de voir quand il va se dérouler, sachant que ce seront les jeunes Max et Chloé… Ke suppose que cela va se dérouler au moment où Max doit partir avec ses parents, à voir si le père de Chloé sera déjà mort ou non.

Que vous ayez fait ou non Life is strange, je vous conseille ce Before The Storm ! 
Si vous l’avez déjà fait vous en apprendrez plus sur les personnages, dont la douce Rachel qui est incroyablement adorable, talentueuse, gentille,… 
Si ce n’est pas fait vous allez plonger dans le monde merveilleux et difficile de l’adolescence à Arcadia bay avec une pointe de fantastique. Vous n’en ressortirez pas indemne, dans le bon sens du terme 😉 

 

Un mot sur… Tales from the Borderlands

Il y a des jeux parfois qui marquent, et souvent, on ne les voit pas venir. Celui-ci fut, sans conteste, l’une des aventures vidéoludique les plus saisissantes et marquantes que j’ai vécu. C’est simple : tout est bon à garder. Personnage, univers, musique… Du coup, je vais en parler. Laissez moi vous dire Un mot sur... Tales from the Borderlands !

Mais reprenons depuis le début.

Telltale, qu’est-ce que c’est ?

Telltale est une société de développement de jeu vidéo narratif créée en 2004. The Walking Dead est probablement leur plus gros succès, mais elle a sorti pléthore et maints jeux, parmi eux, on peut citer bien sûr Game of Thrones en 2014, The Wolf Among Us en 2013, mais aussi des titres plus anciens comme les Sam et Max ou encore Bone.

Mais qu’est ce que c’est donc un jeu narratif me demanderez-vous ? Et bien en réalité, ça s’approche plus du film interactif que du jeu. Il s’agit d’un contenu racontant une histoire (sans déconner ?) mais ne contenant presque aucun gameplay. Quelques sessions de QTE très simples vous seront proposées, mais la plupart du temps, vous assisterez au dialogue, et surtout, vous pourrez intervenir sur ces dialogues. Cette dernière partie est la plus importante car, l’une des forces du jeu narratif, c’est la multitude d’arc narratif indépendant qu’il contient.

Je m’explique ; la trame générale restera sensiblement la même, mais au court de vos dialogue, vous aurez l’occasion de créer des affinités avec des personnages, ou de vous faire détester, voire parfois de tuer ces mêmes personnages. Ainsi, quand vous aurez -éventuellement- l’occasion de leur demander de l’aide quelques épisodes plus tard, ils auront le choix de vous laisser tomber ou non.

Ah oui, je parle d’épisode. Le jeu narratif est souvent assez long. Pour un film interactif je veux dire. Il est donc divisé en épisodes. A titre d’exemple, Tales from the Borderlands, qui nous intéresse aujourd’hui, en comporte cinq tandis que Sam et Max propose 3 saisons de 5 à 6 épisodes chacune. Long je vous disais…

 

Comment ai-je été amené à tester ce jeu ?

A la base, je n’aime pas trop les jeux narratifs. Je comprends tout à fait ce que l’on puisse apprécier, mais je trouve que ça manque un peu d’action, de gameplay. Cependant, il y a quelques mois j’ai tout de même acheté un Humble Bundle Telltale. Une vingtaine de jeu pour 8$, je me suis dis que c’était l’occasion de se réconcilier avec ce style de jeu. J’achète donc, et j’installe le plus connu : The Walking Dead. Pas moyen, comme deux ans plus tôt, lors de mon premier essai, je n’accroche pas DU TOUT. 8$ gâchés, bon tant pis…

Mais en plein milieu de ma bibliothèque Steam, une lueur attire mon attention. Tales from the Borderlands, c’est comme ça que tu es entré dans ma vie. Faut dire que j’aime beaucoup, mais alors BEAUCOUP Bordelands (Top2 de mes jeux préférés). L’univers, le gameplay, la musique, l’ambiance, je suis tombé amoureux de ce jeu quand j’ai joué au deuxième opus. Alors bon… Un Telltale… Bon allé, je leur laisse une dernière chance, j’essaye celui-là !

 

Et ô combien j’ai eu raison ! Notre dame de la Sainte Pandore, je vous remercie de m’avoir tenté !

 

En fait, TOUT est bien. Mais je m’emporte de nouveau, je l’ai déjà dit, entrons plutôt dans les détails.

L’histoire

Premier énorme point positif du jeu : il prend place quelques temps après Borderlands 2, alors quel plaisir de constater ce qu’est devenu notre chère Pandore après nos propres aventures !

Rhys (« Princesse »)

Vous incarnez d’abord Rhys, employé d’Hyperion qui a la ferme attention de prendre la place du Beau Jack (il est mort, rappelez-vous). Mais tout ne tourne pas comme il faut et il est forcé de quitter la station spatiale à bord de la voiture de votre concurrent . Ouioui, vous êtes propulsé sur Pandore dans une voiture. Je vous avais dit que ce jeu était énorme !

Fiona (« Fhi »)

D’un autre côté, sur Pandore, vous incarnez une arnaqueuse -et non pas arnaquer une incarneuse…- nommée Fiona, qui tente… et beeeh, d’incarner quelqu’un. Bref, elle rencontre Rhys et c’est parti pour 5 épisodes délicieux.

Je préfère éviter de rentrer dans les détails du scénario : même si vous serez de toute façon surpris et envouté par les dialogues, l’expérience sera bien sûr bien plus plaisante sans spoiler !

J’ai menti…

Bon, je dois l’admettre, ce jeu à UN défaut. Mais vous allez vite l’oublier. L’animation, n’est pas toujours au top. Voilà, c’est dit, ça me désole, mais c’est vrai. Et les graphismes ne sont pas tiptop. AH ! ça fait deux… Oui mais non, graphisme/cinématiques, bon on est toujours dans le même domaine hein ? Un défaut on a dit hein, on reste sur un.

En fait, ce problème vient probablement du fait que le jeu n’est pas développé par le studio à l’origine de Borderlands. Le budget n’est pas du tout le même et Telltale a surement l’habitude de donner cette qualité à ces jeux. Ce n’est pas un mal en soit, c’est tout de même tout à fait correct, mais quand on s’attend à voir de la qualité Borderlands 2, ça surprend.

Bon voilà, on a fini avec LE défaut, on passe aux choses sérieuses.

Les cinématiques (et la musique)

Eh oui, c’est un peu paradoxal, mais GOSH, que ces cinématiques pètent ! A défaut d’avoir des mouvements parfaits, la mise en scène est incroyable. Je pense particulièrement aux scènes « d’introduction » de chaque épisodes (qui apparaissent en générale au 2e/3e chapitre, vive l’intro) qui sont simplement incroyable. Rythmée, pas trop courte, mais pas trop longue, certains plans sont juste parfait et resterons gravé dans votre mémoire jusqu’à la fin du jeu.

Allant de pair avec les cinématiques, la BO est… elle est… délicieuse. C’est un délice mes amis, UN DELICE. Chaque musique est utilisée avec finesse et accompagne les cinématiques d’une manière si fusionnelle qu’elle ferait rougir certains des plus grands réalisateurs.

J’ai l’air d’exagérer comme, et c’est probablement le cas, car ce n’est rien d’autre qu’un jeu qui m’a particulièrement parlé. Mais je veux vraiment insister sur le soin que l’équipe de création à pris pour placer chaque élément de la cinématique sur chaque moment de la chanson, et inversement. La musique démarre à un instant précis, choisit avec minutie, on sent que la maitrise est parfaite. Elle dépasse de très loin la plupart des jeux auxquelles j’ai joué.

Hop je vous mets la BO là, c’est cadeau ! Et en bonus, vous avez même le droit aux deux titres phares des deux premiers Borderlands.

Les personnages

Chaque personnage est unique et terriblement attachant. On dit souvent quand ont créé des histoires qu’un personnage, peu importe son importance, doit exister avant son apparition et continuer à vivre après. Si on pousse cette règle à l’extrême, ça veut dire que la secrétaire de l’assistant du grand méchant DOIT avoir une vie, en dehors de ses apparitions dans l’histoire. Ça permet de donner de la profondeur et de la crédibilité à tous les protagonistes. Bien sûr, mon exemple est exagéré mais le principe en soit est très important et il est maitrisé à la perfection dans ce jeu.

Durant toute la durée du jeu, on nous présente, au bas mot, une vingtaine de personnages. C’est assez énorme, que ça soit pour un jeu ou un film. Mais ici, on sent vraiment que chacun d’entre eux existe dans ce monde. Ils ont un passé, des convictions, des désirs… Ils évoluent, apprennent, regrettent, tout ceci dépendant souvent de vos actions/paroles.

C’est une caractéristique présente dans tous les Borderlands, mais j’ai eu le sentiment dans celui-ci que c’est encore plus marquant. Le résultat, c’est une immersion totale dans le jeu, pour un ressenti incroyable. Le seul autre jeu qui m’avait fait un effet pareil, c’est Life is Strange (j’en parle ici :P). Et en parlant de ressenti, on passe à la dernière partie de cet article !

Strongly emotional

Oui parfois, je parle un peu anglais. Ça me prend comme ça, cherchez pas.

C’est la suite directe du paragraphe précédent, et en fait une extension de la partie sur les personnages : les émotions produites par ce jeu.

Comme je le disais, les personnages sont tous uniques, ils ont une personnalité marquée et leurs actions ne servent pas uniquement à faire avancer le scénario. Vous allez apprendre à les connaitre et vous allez vous attachez.

Ouioui, le binoclard aussi vous allez l’aimer

Mais attention, quand je dis « vous attachez », je ne parle pas d’un simple « Ouais, c’est vrai qu’il est cool lui.. ». Nononon, je parle de sangsue là. Vous allez les AIMEZ (parfois les détester, mais l’effet est proche) ! Je ne sais pas vraiment comment décrire ce sentiment. Quand vous allez les perdre, ça va faire mal, quand ils se réuniront, vous allez sourire, quand ils vont rigoler, vous allez vous marrer comme un(e) con(ne) devant votre ordi. Désolé de l’expression mais c’est vrai. J’ai passé la moitié du jeu la bouche entre-ouverte, tantôt heureux, tantôt choqué, tantôt effrayé pour eux…

Ce jeu réussi l’exploit de vous faire passer de la larme à l’oeil à un éclat de rire en moins de 3 secondes.

Je pourrai consacrer un article entier à vous expliquer pourquoi j’ai adoré chacun des personnages, mais je vous laisse la surprise 😉

Un vrai attachement je vous dis…

Mentions spéciales (spoiler)

Avant de conclure, je suis obligée de parler de deux choses importantes. Préparez-vous, on est sur du gros spoiler !

Spoiler
Hommage à une légende (aussi débile et taré soit-il)

Il arrive un moment où l’on voit Scooter mourir. C’est terriblement triste. Ce personnage nous suit depuis le premier opus, c’est l’un des premiers que vous rencontrez. Il est drôle, gentil, marrant, sympa… Quand j’ai réalisé que j’allais le perdre, j’ai vraiment été triste (vous vous souvenez l’attachement dont je vous parlais ?).

Mais comme une légende doit partir avec classe, je remercie sincèrement l’équipe de Telltale d’avoir respecté l’esprit de ce personnage qui a été mythique pour la série.

Partir en chevauchant un réacteur défectueux, le sourire aux lèvres et en hurlant « AUTOOOOO LOOOOOOOOOOOOC », c’est simplement parfait.

Merci.

AUUUUTOOOO LOOOOOOOOOOOOOOOOOC
L’épisode 5

Oui, une mention honorable à un épisode entier. Ça se fait parce que je l’ai décidé et c’est mon article. Je le fais car à la fin de chacun des épisodes je me disais :

« OUAAAAAH, C’ETAIT TROP BIEEEEN ! »

Puis, l’épisode suivant :

« OUAAAAAAAH, C’ETAIT ENCORE MIEUUUUUX ! »

Alors, arrivé à l’épisode 5, mon niveau d’exigence avait atteint les sommets. Et je dois dire que je n’ai pas été déçu. Alors encore une fois, merci à TellTale pour (en vrac, non exhaustif) :

  • La mort du Beau Jack, une seconde fois <3
  • La perte d’un robot trop mignon devenu tellement badass, <3
  • La création PART LE JOUEUR d’une équipe de Vault Hunter, <3 <3 <3
  • Ne pas avoir finit sur une notre triste, <3
  • Et donner un nouvel espoir (aussi fou soit-il), <3
  • Le retour d’un robot trop mignon, <3

MAIS SURTOUT

  • Pour le combat entre MegaGortys contrôlé entre autres par Zér0 et Athéna contre un protecteur d’Arche.

Vraiment, merci pour ça.

C’était trop bien.

Merci pour nous avoir donner le contrôle de ça !

Conclusion

« Eh toi là bas, viens jouer ! »

Tales from the Borderlands c’est une pépite méconnue. Je suis immensément heureux de l’avoir ajouté à mon tableau de chasse. Finalement, ce qui me fait le plus plaisir, car c’est ce qui me faisait le plus peur de démarrant, c’est que TellTale a extrêmement bien respecté l’univers du jeu. Tout y est, les créatures dégueu, les personnages fous, les dialogues hilarant et transpirant l’honnêteté… TOUT ! En parcourant ce jeu, vous traverserez l’espace dans une voiture de luxe, vous participerez à la plus grosse fusillade de la franchise, mais sans arme, vous affronterez un golem perdu dans l’espace et le temps…

Pour faire court : jouez à Tales from the Borderlands.

(Après avoir fait Borderlands 2, c’est préférable. Mais ne vous inquiétez pas, c’est génial !)

 

Si même Etalon du cul est là, vous n’avez plus le choix…

Armand ‘Reizak’ BENOIT

[LIVE-REPORT] Nothing More + In Search Of Sun + Psycho Village @Les Etoiles 05/12/17


Une soirée de plus avec la tête dans Les Étoiles… Oh que oui avec Nothing More, la bande texane la plus en vogue de ces dernières années et qui est attendue aux quatre coins du monde, allant même jusqu’à être aussi nominé sur trois catégories aux Grammy Awards 2018, faisant de lui le groupe le plus nominé de l’année sur l’événement !

– Psycho Village : 19h30-20h –

Petit groupe français qui s’est ajouté un peu à l’improviste à la soirée… Nous n’avons appris leur présence que très peu de temps avant le concert ! Le groupe autrichien de rock venait donc présenter au public sa musique ma foi éclectique. Du rock un peu puissant, des passages plus calmes, un peu à la façon de Nothing More finalement, donc le groupe était très bien sur cette soirée ! La particularité du groupe était d’avoir un écran sur le côté de la scène (qui n’était pourtant pas bien grande, on sentait le trio un peu à l’étroit tout de même…) qui présentait les différents clips du groupe associé aux singles joués ce soir, et même quelques images inédites pour le live, ou d’autres images touchantes comme la célèbre vidéo de la défunte Amanda Todd, un moment émouvant pour clôturer ce concert et une occasion pour le groupe de défendre les valeurs morales sur Terre avec l’un des exemples les plus forts de l’Internet tel que nous le connaissons.

 

– In Search Of Sun 20h15 – 20h45 –

La première partie avait cette petite touche d’originalité grâce à son écran, mais pour le coup In Search Of Sun nous a paru un peu plus terne derrière « l’originalité »de Psycho Village (on reste d’accord, un écran ne fait pas non plus l’originalité d’un groupe…). Cela étant dit, le groupe anglais a proposé un set qui a commencé à faire bouger les premières foules qui se remplissaient un peu plus qu’au moment de Psycho Village. Une demi-heure de show électrique dans des sonorités bien plus proches de Nothing More que Psycho Village qui proposait quant à lui une musique plus rauque dans son genre (certains qualifieraient cela de post-grunge). Ici, les titres catchy et alternés entre voix posée et virevoltante (pas de scream attention !) ont fait de In Search Of Sun une bonne mise en bouche à ce qui s’apprêtait à arriver sur scène… On regrette finalement de ne pas connaître le groupe plus que cela, car après avoir ré-écouté post-concert davantage de titres qui avaient été joués ce soir-là, on se dit que l’on aurait bien plus profité de leur set en le connaissant sur le bout des doigts. S’il y avait des fans du groupe ce soir-là, même si on en doute un peu, ils devaient être ravis !

– Nothing More : 21h30-23h –

Ce soir, le public s’est chauffé modérément sur les précédents groupes (même si l’ambiance était quand même très satisfaisante), mais tout le monde était très clairement venu pour Nothing More. .. De plus, les deux premières parties ont eu quelques soucis de son, mais qu’ils ont su gérer avec plaisir. Le groupe texan débarque sur scène avec un peu de retard tout de même, le temps de régler les soucis rencontrés précédemment. On eut le temps de découvrir un drôle d’instrument sur scène prendre place en attendant le groupe : un instrument tout droit sorti de Mad Max, et appelé le « Scorpion Tail » par le groupe. Ce ne sera pas le seul instrument particulier que l’on verra au cours de la soirée puisqu’on aura aussi le droit à une version de Go To War avec une basse accrochée à l’envers sur le devant de la scène et sur laquelle le frontman Jonny Hawkins utilisa des baguettes et frappait sur la batterie… Une sorte de slapping sur les cordes assez inattendue jouée par le guitariste et bassiste du groupe au niveau du manche.  

La prestance scénique du groupe était tout simplement folle. Nous étions déjà ravis de voir Papa Roach en live donner tant d’énergie, mais nous avons vraiment bien retrouvé ce petit côté-là (même si les groupes n’ont rien à voir si ce n’est leur label). Après seulement quelques morceaux,  Jonny demanda qui était déjà venu voir Nothing More en live et annonça qu’il serait prochainement de retour en France, sans préciser quand… Download Festival France peut-être ?

Tous les titres s’enchaînent très bien, on voit le public s’enflammer sur les classiques, comme sur les nouveautés de leur dernier album « The Stories We Tell Ourselves » sorti tout juste en septembre dernier. Don’t Stop sur lequel a participé Jacoby Shaddix de Papa Roach (non, pas ce soir, ni dans l’album, mais dans ce clip !), Ripping Me Appart, Just Say When. Leurs deux derniers albums ont été représentés de façon très équitable, mais le premier ne nous aura présenté que Salem au rappel en revanche.

Mad Max? non juste un instrument résolument intrigant sur scène (paix au batteur derrière)

La scène avait l’air également trop petite pour le groupe, nous privant de la vue du batteur durant tout le concert, caché derrière un amas de fumée. (D’ailleurs, dites-nous si vous arrivez à le trouver sur nos photos, car même nous, on cherche encore son visage!) Le groupe aurait peut-être eu plus intérêt à mettre le batteur plus en avant quitte à reculer l’imposante machine Steampunk présente au milieu de la scène durant tout le concert qui n’a servi finalement que sur la toute fin du set pour un titre. (la fameuse Scorpion Tail) D’ailleurs, parlons-en de ce titre. Si vous deviez le deviner sans indice, je pense que vous n’y arriveriez jamais puisque le groupe a fait une reprise complètement improbable pour un groupe de rock/metal, d’un genre auquel personne ne s’attendait (enfin, si, ceux qui avaient lu les setlists des dates précédentes ou quelques vidéos Youtube, bande de petits malins.)… First Of The Year pour le titre… Skrillex pour l’artiste ! Oui ! Nothing More a utilisé cette machine folle construite à base de pédales de vélo, d’interrupteurs, tuyaux et autres chaînes pour produire des bruits électroniques puissants et proposer une version de First Of The Year survitaminée ! Obligé de vous mettre une vidéo pour vous présenter la chose ! Alors la version de Loudwire est très lissée et bien plus propre, mais en live, c’est vraiment la fête !

Un solo de batterie survitaminé qui lui fait perdre sa baguette, voici l’instant du drame 🙂

Le concert finit par un rappel sur le seul titre de Salem, agrémenté d’un solo de batterie de la part de Jonny (n’oublions pas qu’il est aussi batteur avant tout !) autour duquel Mark et Daniel (guitariste et bassiste) s’amusaient à tenir des fûts de batterie en l’air, les lancer, les faire tournoyer pendant que Jonny continuait de les frapper en rythme toujours aussi énergiquement après déjà une heure et demie de show. Une chorégraphie haute en couleur qui clôturait très bien ce concert. On en resterait presque sur notre faim, l’heure et demie de concert est passée à vitesse grand V, mais heureusement pour nous, une fin de concert n’est pas toujours signe de tristesse… Hawkins annonce officiellement leur venue au Download Festival France avant de quitter la petite scène des Étoiles. C’est donc confirmé : on retrouvera le groupe cet été sur la base aérienne de Brétigny Sur Orge !

Setlist :

  • Christ Copyright
  • Let ’em Burn
  • Mr. MTV
  • Don’t Stop
  • Solo de basse de fou avec l’outil steampunk pour retourner la basse !
  • Ripping Me Apart
  • Go to War
  • Just Say When
  • Do You Really Want It?
  • I’ll Be OK / Here’s to the Heartache
  • Jenny
  • Ocean Floor
  • This Is The Time (Ballast)
  • First of the Year (Equinox) – Skrillex Cover w/ Scorpion Tail (l’instrument electro/steampunk)
  • Salem (Burn the Witch)

Bref, les étoiles n’étaient pas que sur scène, mais aussi dans nos yeux durant tout ce concert. Une chose est déjà sûre, c’est que Nothing More a rejoint le label de Eleven Seven, le label des grands du genre (le label de Papa Roach, Escape The Fate ou Sixx:AM) et c’est clairement pour la bonne raison. On risque d’entendre parler à nouveau du quatuor texan sous peu… On surveille les Grammy Awards en attendant et on leur souhaite le meilleur lors de la cérémonie !

Suite de la Galerie photo

 

 

Crédit photo : Romain Keller

Interview 404 : Adam Grahn, chanteur/guitariste de Royal Republic

Petit détour par les coulisses du Cabaret Sauvage, juste avant leur concert donc voici le compte-rendu, pour une rencontre avec Adam Grahn, chanteur et guitariste du groupe Royal Republic. Au programme, on a prévu de discuter avec lui des dernières tournées du groupe, des futurs albums y compris d’un revival des Nosebreakers et bien sûr culture geek !

Il me reçoit dans une des loges de la salle de concert parisienne, emmitouflé dans un gros pull en laine avec un inhalateur en face de lui. « J’ai un petit rhume mais rien de trop grave. J’ai choppé ça en m’occupant de ma fille. Tu sais, les bébés savent pas se moucher alors il faut les aider … ».

Derrière lui, une télévision diffuse le match Arsenal – Manchester United. Bref, le cadre est simple, convivial et Adam se prête très gracieusement au jeu de l’interview.

 

 

404 : Pour commencer, merci beaucoup de m’accorder un peu de ton temps pour cette interview.  

Adam : Avec plaisir.

404 : Vous venez juste de rentrer des Etats-Unis où vous avez fait une tournée en première partie de Theory of a Deadman. Comment ça s’est passé ?

Adam : La tournée était géniale, c’était notre deuxième tournée des Etats-Unis [La première était avec Frank Carter and the Rattlesnakes] et cette fois-ci, on a joué dans des salles plus grandes. On avait déjà tourné avec Theory au Royaume-Uni et nous savions que leur public est très cool et que leurs roadies sont très professionnels et qu’ils allaient bien prendre soin de nous. J’ai été très surpris par la qualité de la tournée. On me demande souvent comment se passent les tournées et je réponds toujours « ça s’est bien passé » et c’est limite ennuyeux comme réponse mais là, vraiment, ça s’est particulièrement bien passé.

Quand on est arrivé aux Etats-Unis, j’étais persuadé qu’il y aurait genre 10 groupes par pâté de maison qui font du meilleur Royal Republic que Royal Republic, qu’il y aurait 10 groupes plus cools que nous mais finalement … ça n’était pas le cas ! Donc franchement, ça s’est bien passé.

404 : Donc maintenant, on peut dire que Royal Republic est mainstream aux Etats-Unis ?

Adam : Mainstream ? Franchement, je m’en fous, peu importe ! On a une chanson qui tourne à la radio aux Etats-Unis, Baby. Elle est montée à la 15ème place sur le Billboard Rock. C’est vraiment le début parce qu’on nous dit souvent qu’aux Etats-Unis, tout est lié au passage en radio. Si tu as des passages radio, tu peux commencer à faire des tournées et quand on est un groupe live comme nous, c’est le résultat qu’on veut obtenir.

404 : Donc maintenant, vous êtes de retour en Europe pour une petite tournée d’hiver et vous serez de retour en France en mars. Est-ce que vous avez un rapport spécial avec le public français ou vous venez surtout pour le pain et le vin ?

Adam : *rires* Un peu des deux je suppose ? Les dates en France qu’on fait l’année prochaine sont dans le prolongement ce qu’on a commencé à faire y’a quelques années avec des dates en dehors de Paris. On voulait vraiment revenir pour faire plus de dates mais on avait jamais le bon timing, toujours des imprévus. Donc on s’est dit que l’année prochaine serait dédiée au nouvel album mais on s’est dit qu’après deux mois d’écriture, on aurait bien besoin d’une pause, de sortir un peu et d’aller faire quelques concerts, d’accumuler un peu de l’énergie. Donc c’est dans ce contexte qu’on tourne en France l’an prochain.

404 : En plus le mois de mars en France est généralement pas aussi froid qu’en Suède …

Adam : Ça sera un plaisir de quitter un peu la Suède. Les mois de janvier à mars sont généralement les plus déprimants en Suède.

404 : J’avais discuté avec un autre groupe suédois qui m’avait un peu dit la même chose. Que la Suède c’est petit, déprimant et que chaque occasion de partir voir du pays en tournée est très appréciable.

Adam : Exactement !

404 : En parlant de tournée, vous arrivez sur scène avec cette attitude « Weekend-Man » qui rajoute encore plus d’énergie aux concerts de Royal Republic. C’était l’idée de qui ?

Adam : Je pense que c’était la mienne. Tout le monde a en quelque sorte un petit diable sur son épaule, un démon qui fait une apparition de temps à autre et qui te fait faire des choses qui te font te sentir bien et d’autres … que tu regrettes vraiment avoir fait. Mais tu as besoin de ça dans ta vie, tu as besoin d’une petite touche de destruction.

Quand je suis en tournée, j’essaye juste de rester en bonne santé, de prendre soin de moi. Bien sûr, on aime faire la fête mais on avant tout en tournée pour délivrer un show de qualité au public. Mais aussi, il y a la personne en moi qui aime bien fumer, enfin ça c’est du passé puisque j’ai arrêté y’a un an et demi, … Donc en fait, le Weekend-Man sur scène, c’est une façon pour moi d’être une bête pour quelques dizaines de minutes chaque jour. C’est ce que Royal Republic est devenu pour moi. En privé, je suis devenu beaucoup plus calme depuis qu’on a commencé le groupe.

404 : A propos de vos setlists, j’ai toujours été curieuse de la manière dont vous choisissez quels titres jouer. Chaque groupe semble avoir une manière différente de choisir. Comment avez-vous décidé quelles chansons allaient être dans le show et lesquelles mettre de côté ?

Adam : On essaye vraiment de la faire varier mais on n’y arrive jamais. On essaye méticuleusement de jouer nos chansons dans tous les ordres possibles. « Essayons de commencer avec celle-ci et continuons avec celle-là pour voir comment ça fait. » Lalalala. « Mouais, pas convainquant … Essayons de faire ça. » Blalalala. Donc on essaye vraiment toutes les options. On sait juste qu’on veut commencer le concert avec une chanson très énergique, une chanson qui attrape les gens et qui leur fait comprendre où ils sont. Après, on brode à partir de ça, on fait quelque chose de dynamique qui monte, qui descend … Et des fois j’ai besoin de prendre un peu l’air.

Après, on est sur une dynamique un peu particulière parce que « Weekend-Man » est pour moi et pour nous comme un premier album. Nous sommes enfin sûrs de notre son, c’est Royal Republic, tu vois ce que je veux dire ?

404 : Oui, vous avez trouvé votre son.

Adam : Exactement. Voilà c’est ce qu’on est, on arrête de faire semblant. Quand on a commencé, on essayait vraiment d’être cools et maintenant, on s’en fout, on est cool en étant juste nous … Enfin désolé, je dérive un peu mais à travers les setlists, on trouve un mélange qui nous convient et convient au public. Certains artistes comme Bruce Springsteen peut jouer 4 heures et faire une setlist entièrement différente chaque soir. On ne peut pas encore faire ça parce qu’on n’a pas encore assez d’albums et au final, on a trois albums parmi lesquels on en aime un et dans les deux autres, on aime que certains morceaux. On est encore un peu limités et on essaye de faire de notre mieux.

 

 

404 : En parlant d’album, qu’est-ce que vous avez prévu pour le futur ?

Adam : On a des plans solides pour le futur. Cette tournée, c’est un peu l’enterrement de « Weekend-Man ».

404 : Awww …

Adam : Ne t’inquiète pas, il part juste en vacances. On a déjà commencé à écrire des chansons pour le futur album. Après le nouvel an, on va rentrer à la maison et on va commencer à travailler en studio à Malmö … Il y a encore beaucoup d’inconnues au moment où je te parle. On sait qu’on a des choses qu’on apprécie déjà bien et je ne pense pas qu’on prendra autant de temps que la dernière fois même si on est des escargots en écriture de chansons. Ce qui est différent c’est qu’on a la recette, on a le plan.

Quand on a commencé l’écriture de « Weekend-Man », on n’avait aucune idée de ce qu’on faisait surtout parce que tous les membres de notre entourage nous tiraient dans des directions différentes et voulait mettre son grain de sel dans notre processus. Maintenant, Royal Republic est Royal Republic et restez hors de notre chemin car nous savons mieux que vous qui nous sommes et ce que nous voulons faire.

On a planifié un peu ce qu’on voulait faire dans les mois qui viennent, retourner à la maison certes mais pas trop longtemps donc c’est pour ça qu’on a la petite tournée en France. Donc je suis plein d’espoir et j’ai vraiment hâte de finir les chansons et de commencer à enregistrer. Mais on est aussi dans une démarche où on ne veut pas trop se mettre la pression donc on ne parle pas trop de ce qu’on compte faire. On ne va pas tenir une grande conférence et faire de grands posts sur les réseaux sociaux pour dire jour par jour où on en est. Donc un peu de paix et de silence, pour ainsi dire, pour juste faire les choses et ensuite quand ça sera fini, on va balancer l’album direct, sans aucun délai.

404 : Et vu qu’on parle d’albums, est-ce que vous avez prévu un Royal Republic & The Nosebreakers 2 ?

Adam : Il y a toujours eu des plans. On se disait qu’il nous fallait au moins un album de plus pour relancer le projet en ayant assez de matière à travailler. On verra mais on a des … *il se tourne rapidement et voit que Arsenal s’est pris un but* Ah les idiots ! On a quelques idées un peu folles qui nécessiteraient un budget assez conséquent. On verra ce que ça donne mais du moment qu’on est encore en vie, tu peux t’attendre au retour des Nosebreakers.

404 : Et une dernière question à propos de vos projets, vous avez des choses de prévues pour l’été prochain du côté des festivals ?

Adam : Mon manager a parlé de quelque chose mais je ne pense pas avoir le droit d’en parler pour l’instant  [Peut-être s’agissait-il de l’annonce pour le Download France qui vient d’être publiée ?] mais attends, je vais demander pour toi. *s’en suit une petite discussion à la porte de la loge avec le manager du groupe*.

Effectivement, je n’ai pas le droit de dire de noms mais on fera quelques festivals cet été et les dates seront disponibles très prochainement.

 

 

404 : Super ! Alors là, on aborde la dernière partie de l’interview où on va discuter culture car c’est un peu la marque de fabrique de notre site. Pour commencer, qui est le plus gros nerd/geek du groupe ?

Adam : Ca dépend du domaine en fait. Je suis un amateur de musique et j’écoute vraiment plein de genres différents comme du jazz, du funk, de l’acoustique, des orchestres symphoniques. Je suis aussi l’heureux constructeur et propriétaire de cette valise de jeu qui est composée d’une PS4 et d’un écran grâce auxquels je joue à FIFA toute la journée.

404 : Ca c’est vraiment génial ! Je peux prendre ton setup en photo ?

Adam : Pas de souci. Donc oui, je suis le « geek » en ce qui concerne la musique, le sport et le jeu vidéo. Jonas [le bassiste du groupe] est plutôt le geek des jeux de cartes comme Magic et tout ce qui est en lien avec le jeu de rôle et il est vraiment calé sur le sujet. Per [le batteur] est plutôt sur internet, c’est un peu l’instagrammer et il a une passion assez surprenante pour les parcs d’attraction et les montagnes russes. Dès qu’on va quelque part et qu’il y a un parc d’attraction, il disparait en entrainant généralement Jonas avec lui. Mais après, si on doit en choisir un, je pense que le plus gros geek du groupe c’est Jonas.

404 : Et donc, plus spécifiquement sur le jeu vidéo vu que tu m’as dit que tu jouais, tu joues à autre chose que FIFA ?

Adam : Non, je ne vais pas te mentir, c’est 90% de FIFA avec un tout petit peu de Star Wars et de jeux de tir mais oui, surtout FIFA.

404 : Et côté musique, vous avez une playlist commune pour le tourbus ou chacun écoute sa propre musique dans son coin ?

Adam : On a des goûts différents mais on a aussi des points communs comme celui de tous écouter de tout. Pour nous, il n’y a pas de genres mais juste de la musique. On peut passer sans problème de Céline Dion à Morbid Angel à Michael Bolton à John Williams et puis à Amstrong, ainsi de suite. On écoute aussi du disco, ça nous met en jambe pour le concert et après le concert, on passe sur quelque chose de plus tranquille comme du jazz et après quand la fête commence, on balance du funk des années 70.

404 : Désolée de tomber dans les gros clichés mais la porte a été ouverte par un autre groupe suédois que j’ai interviewé avant vous … Vous écoutez ABBA ?

Adam : Bien sûr ! Qui n’aime pas ABBA ?

404 : Pas grand monde ! Sinon, comme c’est le grand sujet de la fin d’année … Est-ce que vous attendez Star Wars avec impatience ?

Adam : Je ne suis pas vraiment un amateur de Star Wars. Par contre Jonas est un gros fan. J’ai encore du mal à rentrer dans le premier sorti, donc le quatrième et je ne l’ai toujours pas vu.

404 : Les grosses sagas ce n’est pas trop ton truc ?

Adam : Non, c’est juste Star Wars sur lequel je bloque.

404 : Ce sont sur ces belles paroles qui tranchent avec la hype ambiante autour de Star Wars que s’achève cette interview. Merci beaucoup !

[LIVE-REPORT] Five Finger Death Punch + In Flames + Of Mice & Men @Olympia 04/12/2017

Allez, on est de retour à l’Olympia, et pour la bonne cause. Une date complètement metal ce soir !

– Of Mice & Men : 19h30 – 19h50 –

Alors, pour mes chers amis d’Of Mice & Men, cela va aller très vite puisque nous n’avons pas pu assister au petit concert de 5 titres du groupe. On remercie l’organisation de l’Olympia qui a été au taquet une fois de plus, à forcer tout le monde à poser son sac au vestiaire (avec un sous-effectif/trop petit vestiaire) pour tous où on nous a demandés de faire la queue, puis de passer car le vestiaire était complet, puis de refaire la queue finalement… Tout ça alors que j’avais un sac à dos.. pratiquement vide et qui ne contenait qu’une petite sacoche (pour la petite histoire, le lundi j’emmène le matériel pour mon travail avec moi, mais je ramène donc mon sac vide…) Je ne pouvais donc pas entrer dans la salle avec un sac vide… Malgré les vérifications de la sécurité comme quoi il était bien vide, impossible de passer… On a finalement fait du forcing pour passer sinon on aurait peut être vu juste le rappel de Five Finger Death Punch.. D’ailleurs en parlant de ça… On reviendra dessus.

Après avoir écouté un peu les avis autour de nous, on peut tout de même penser que le groupe était très chaud ce soir là pour présenter son prochain album Defy, qui sortira le 19 janvier 2018 et dont on connait déjà de nombreux singles comme Warzone, Defy, Unbreakable ou Back To Me ! « Of Mice And Men devrait revenir jouer 3 heures car c’est ouf » a t-on même entendu de la part d’un nouveau conquis. Son voeu a été exaucé puisque le groupe a annoncé son retour au Trabendo (revanche sur le passé ?) le 19 avril 2018 ! On a super hâte car la dernière fois au Petit Bain, c’était vraiment dingue ! On est donc gâtés avec Of Mice & Men qui démultiplient les dates en France depuis l’an dernier ! Le merch du groupe a été pris d’assaut grâce à des tarifs attractifs et un live qui a semblé impeccable. Vraiment dégoûté de l’avoir raté à cause d’une organisation en papier !

Setlist :

 

Unbreakable
Pain
You Make Me Sick
Warzone
The Depths

– In Flames : 20h15 – 21h45 –

In Flames, c’est ce groupe de metal suédois dont on entend tout le temps parler. Déjà passé dans la capitale en mars 2017, le groupe s’est pointé de nouveau au milieu de cette belle affiche. Pas question pour le groupe de faire une première partie en revanche, mais il a proposé un coheadline dans une salle remplie qui était venue en grande partie pour lui. Le groupe nous a donc proposé un live d’une heure et demi mais trop près des enceintes RIP oreilles. Chanteur vraiment heureux quand tout le monde scandait In Flames. 

In Flames, c’est le feu, alors vous pouvez vous en douter, mais l’ambiance scénique était très tournée sur le rouge. Un peu après le milieu du set, le groupe s’en va et revient en surgissant des flammes, accompagné d’une poupée géante qui restera là jusqu’à la fin du set. Tous les albums seront représentés de façon plutôt équitable et In Flames ne nous laissera pas sur notre faim ce soir là ! On notera tout de même un set un peu plus court que dans les autres pays…

Setlist :

Drained
Before I Fall
Take This Life
Trigger
Dead Alone
Moonshield
The Jester’s Dance
Save Me
Alias
Here Until Forever
The Truth
The Mirror’s Truth
The Quiet Place
The End

– Five Finger Death Punch : 22h05 – 23h00 –

Alors… Replaçons les choses dans leur contexte, j’avais découvert Five Finger en première partie d’Avenged Sevenfold en 2013 et j’avais trouvé ça génial. Puis je les ai vu au Download Festival FR 2016, peu avant les petits soucis rencontrés au sein du groupe, et j’avais donc trouvé ça forcément plus mitigé. C’était donc la soirée où tout allait se jouer. C’est parti ! 

Le groupe débarque quasiment à l’heure sur scène, avec un Ivan Moody plutôt en forme, au visage peint d’une main rouge ensanglanté (qui ne tiendra pas bien longtemps avant de s’effacer de son visage vu la température dans la salle !)

Le groupe reprend sa bonne vieille habitude du Download de partir entre quasiment chaque chanson, qui se justifiera par un changement de vêtements d’Ivan. 

On aura le droit à deux petits titres en acoustique, accompagné par des enfants auquel Ivan offrira un médiator du groupe et une « Monster », cette succulente boisson qui n’est probablement pas dédiée aux enfants de 10 ans… Mais bon, c’est rock, alors qu’est ce qu’on s’en fout. Le passage acoustique et les embrassades avec les enfants qui finissent en pleurs de joie est émouvant et cela fonctionne sur toute la salle. On a probablement là un des moments les plus émouvants de ces dernières dates avec un « The Wrong Side Of Heaven » de toute beauté ! 

Finalement le concert aura été très court avec à peine une heure de show (même si l’Olympia annonçait la fin de la soirée à 23h30…), d’autant plus que le groupe sortait de scène de façon intempestive, un rappel complètement zappé…

Bref, une soirée en demi-teinte, entâchée par une organisation très moyenne (malheureusement trop fréquente à l’Olympia…) et un Five Finger Death Punch qui a retrouvé son frontman mais qui garde un côté un peu trop aseptisé, et détaché du public (hormis le passage avec les enfants et l’acoustique) : pas de rappel, un merchandising hors de prix… Vous pensiez être en Amérique là ou quoi, les gars ? On a des vinyles et t-shirts d’Of Mice à 15€ et les vôtres, de la même qualité/marque soit dit en passant, à 40€ ?! Plus cher que du merch de Green Day à Bercy ou le stuff des festivals… Alors Burn MF, peut être, mais pas complètement ce soir-là, surtout que ce titre là n’a même pas été joué contrairement à d’autres dates de la tournée où chacun des groupes avaient joué un peu plus de titres. Contrat réduit pour la France ? Couvre-feu ? Dommage de ne pas avoir été logé à la même enseigne que nos confrères européens !

Setlist :

Lift Me Up
Never Enough
Wash It All Away
Got Your Six
Ain’t My Last Dance
Bad Company
Jekyll and Hyde
The Agony of Regret (jouée en fond avant l’arrivée acoustique d’Ivan et Jason)
Wrong Side of Heaven 
Remember Everything 
Under and Over It
The Bleeding
The House of the Rising Sun (musique de fond lors de la sortie de scène, pas jouée en live)

Quitter la version mobile