You Me Her

You Me Her

John Scott Shepherd

Bonjour/Bonsoir ! La perte de la sexualité dans un couple, la bisexualité, le polyamour, les trios amoureux, autant de thèmes plus ou moins tabous dans notre société réunis dans une seule et même série ! 

Emma et Jack sont mariés, avec une bonne situation financière, ils vivent dans une sorte de quartier à la Desperate Housewives mais n’arrivent pas à avoir d’enfants. Tout commence par une séance chez une psy dans une clinique de fertilité et leur réponse à la question « Combien de fois faites vous l’amour par semaine ? » Réponse : 1,5

Ce chiffre n’est pas suffisant pour concevoir un enfant, alors sur les conseils de son frère Jack va rencontrer une escorte girl pour donner un peu de piment dans sa vie sexuelle : Izzy. Sauf que tout ne se passe pas comme prévu, Jack s’attache et Emma décide de rencontrer cette jeune femme : c’est un coup de foudre et le début d’une drôle d’histoire. 

C’est surtout les nombreux sujets abordés par la série qui m’ont intrigué, ceux-ci sont plus ou moins développés mais poussent à la réflexion : au 21éme siècle comment gérer une relation multiple ? Est-ce gênant ? est-ce pervers ? Non, ce n’est que la nature humaine qui est faite de telle sorte que l’on n’aime généralement pas une seule personne, on parle également de confiance, d’ouverture d’esprit. On parle de la différence d’âge, des différents modes de vie, de cette prise de conscience passé 30 ans : est-ce que c’est vraiment ça que je veux faire de ma vie ? Autant de questions que de réponse que cette sympathique série nous pose. 

Le tout est porté par des acteurs frais, un rythme réaliste. La série se déroule sur une petite semaine je dirai tout va vite et en même temps le développement des situations et des sentiments l’être aussi dans la vraie vie, ça ne m’a pas choqué. Par contre je l’ai trouvé assez courte, a peine la situation installée que la saison se termine déjà. on aimerait connaître le quotidien, l’attitude face aux voisins, la famille,.. 

A voir ce que nous réserve la saison 2 ! 

 

 

Kuro no Maou – Chapitre 26

 

Chapitre 26 : Histoire d’un Lycéen Normal

 

Kurono Maou était un lycéen de 17 ans.

Il ne s’était jamais teint les cheveux, n’avait jamais fumé et ne s’était jamais battu. De plus, personne dans son entourage ne possédait de telles pratiques. Il vivait une scolarité des plus paisibles.

Sa famille était aussi normale, il avait deux parents et une grande sœur.

Ses seules inquiétudes résidaient dans les examens de l’année prochaine ainsi que dans l’anthologie du club de littérature.

Une vie quotidienne régulière et paisible, c’était ma vie.

« Mais, sans rien comprendre, je me suis retrouvé dans un lieu que je ne connaissais pas. »

Lorsque j’avais ouvert mes yeux pour la première fois dans ce monde, je me trouvais dans un laboratoire, où un anneau fut installé sur mon crâne.

Merde, rien que d’y penser mon humeur empirait. Pour le reste de ma vie, je doutais pouvoir vivre un réveil matinal pire que cela.

« La liberté de mon corps m’a été volée, et je suis devenu un sujet d’expérimentation dans un laboratoire blanc. En conséquence, je suis maintenant capable d’utiliser la magie noire, mon corps est devenu bien plus résistant, et je suis capable de comprendre la langue ainsi que l’écriture de ce monde. »

Alors que je n’avais rien demandé, on m’a donné ce pouvoir de force.

Ce pouvoir ne pouvait pas être obtenu dans ce monde sans entrainement.

Mais moi, je l’avais reçu en moins d’un an, et le prix à payer était une douleur immense infligée à mon esprit comme à mon corps.

« Après avoir obtenu ce pouvoir, j’ai été forcé à me battre lors d’expérimentations. »

J’avais commencé avec un golem léger sans arme, et petit à petit mes adversaires étaient devenus de plus en plus forts.

Et en même temps que mes ennemis, j’étais moi aussi devenu plus fort.

« Et un jour, mon adversaire était… un humain du même monde que moi. Mais ça, je ne l’avais découvert qu’après l’avoir tué. »

Après ça, j’avais abandonné ma conscience.

Toutefois, les expériences n’allaient pas s’arrêter, et je possédais toujours l’envie de fuir cet endroit.

Même si ma conscience disparaissait petit à petit, les expériences vécues par mon corps devenaient miennes.

« Même après ça, les combats ont continués. Je ne me rappelle même plus du nombre de personne que j’ai tué, mais je sais que je suis leur assassin. Chaque fois que je tuais une personne, je devenais plus fort――Voyons… le pouvoir entre mes mains me permettait de vaincre un dragon cracheur de feu. »

Pendant ces jours, je n’avais pas le temps de regagner ma conscience.

Et c’était à cet instant, lorsque ma conscience et mon ego étaient sur le point de disparaitre…

« Je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé, mais lorsque j’ai retrouvé ma conscience, mon anneau gisait sur le sol de la salle d’expérimentation. Maintenant que j’y repense, ma conscience qui s’effaçait peu à peu était peut-être l’un des effets de l’anneau. Dans tous les cas, la source principale de mon emprisonnement, l’anneau, s’est détaché. J’ai donc tué tous les hommes masqués avant de m’enfuir sans la moindre hésitation du laboratoire. »

Au final, grâce au pouvoir qui m’avait été donné, j’avais réussi à fuir le laboratoire. Après ça, sans même manger ou boire, j’étais parvenu jusqu’ici.

Si Sariel n’avait pas été là, m’enfuir n’aurait pas été aussi dangereux.

« Après m’être échappé, j’ai pensé à fuir vers un lieu où jamais ils ne viendraient me chercher, je suis donc monté dans un bateau en direction du Continent Pandora. Et, lorsque je me suis réveillé, tu étais là. »

Je narrais mon histoire à Lily, assise sur mes genoux.

Toutefois, je ne connaissais pas les détails les plus importants, tels que la raison de ma venue dans ce monde, ou la véritable identité des hommes masqués.

« Kurono… »

« Tout va bien maintenant Lily. C’était douloureux, mais cela fait partie du passé maintenant. »

Même si Lily ne connaissait pas tout en détail, elle comprenait mes sentiments.

Après tant de temps passé là-bas, je ne voulais pas qu’on me console. Je souhaitais simplement que Lily connaisse mon histoire.

De plus, le fait que Lily soit à mes côtés était à mes yeux une consolation plus que suffisante.

« Hey Lily, connais-tu une magie capable d’invoquer une personne d’un autre monde ? »

« Un autre monde ? Je ne sais pas, mais il existe une magie d’invocation. »

« Celle pour appeler des monstres ? »

« Ouais. »

« Et toutes les magies d’invocations sont comme ça ? »

« Ouais, la plupart invoquent des monstres ou familiers. A part ça, je ne sais pas. »

« Je vois… »

J’avais parfois vu des magies d’invocations de monstres ou familiers lors des expérimentations de combat.

Je me demandais si j’avais moi aussi été invoqué à partir d’un large cercle magique lumineux, comme eux.

Toutefois, la magie d’invocation que Lily et moi nous connaissions permettait d’invoquer une personne depuis un autre lieu de ce monde, pas depuis un autre monde.

« Kurono, tu veux rentrer chez toi ? Quand vas-tu partir ? »

« Aah, j’ai certainement envie de rentrer chez moi. En venant ici, j’ai tout laissé derrière moi―― »

Que se passait-il dans mon monde ?

Etais-je considéré comme une ‘personne disparue’ ? Dans tous les cas, j’avais probablement causé des problèmes à ma famille.

J’aimerai au moins pouvoir leur envoyer une simple lettre.

« Toutefois, je ne sais pas grand-chose de la magie, et une magie pour voyager entre les mondes n’est sûrement pas facile à trouver. C’est pourquoi je vais vivre ici pour le moment, ou peut-être pour toute ma vie. Si on en vient à ça, je te demande de rester amie avec moi pour le restant de mes jours. »

« Un ! Lily vivra toujours avec Kurono ! »

« Merci Lily. »

Si je pouvais vivre avec Lily, peut-être que vivre dans ce monde allait s’avérer intéressant.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                  Chapitre Suivant

Accueil

Kuro no Maou – Chapitre 25

 

Chapitre 25 : La Boutique à Objets du Village Irz

 

« Bienvenue. »

Lorsque j’ouvris la porte, j’entendis une voix d’homme retentir depuis la boutique chaotique.

Un homme d’âge moyen corpulent était assis au comptoir. Il s’agissait apparemment de ‘Kische’, le marchand d’objets du Village Irz.

« Bonjour, je suis un nouvel aventurier venant à peine de s’enregistrer, et je suis là pour acheter des articles de première nécessité. »

« Oh, oui oui, j’ai tout ce que vous voulez en boutique. Mon nom est Kische, et j’espère que vous continuerez à venir me voir à l’avenir. »

« Oui, je m’appelle Kurono. »

Le marchand se mit à sourire chaleureusement. Apparemment, même dans un monde différent, le sourire était une compétence basique de n’importe quel marchand.

« D’ailleurs Kurono-san, ce que vous portez sur votre épaule… »

« Lily fait une petite sieste, il serait donc préférable que nous parlions à voix basse. »

Lily, après avoir complété le cours de base comme un tutoriel au sommeil, était toujours au pays des rêves, même après notre départ de la guilde.

N’ayant pas d’autre choix, j’étais donc allé à la boutique en la portant sur mon dos.

« Si cela ne vous dérange pas vous pouvez la poser sur une chaise. »

« Ah oui, merci. »

Avec la permission du propriétaire des lieux, je posai doucement Lily sur une chaise. Elle était bien plus légère qu’elle n’en avait l’air, vraisemblablement un autre trait des fées. Il aurait été de toute façon gênant de la porter dans la boutique, et son sommeil paraissait perturbé lorsque je la bougeai trop.

« Je dois avouer être surpris. Vous et Lily vous vous connaissez ? »

Rien d’étonnant de la part de Lily-san, elle était célèbre même ici.

« Oui, nous sommes amis, et à partir d’aujourd’hui je vais vivre avec elle. »

« Ah bon ? Pourquoi vivez-vous―― »

« Nous avons nos raisons, et j’aimerai éviter de trop en parler. Toutefois, je souhaite travailler en tant qu’aventurier d’Irz pendant quelques temps, je vous demanderai donc de prendre soin de moi à partir d’aujourd’hui. »

« J’accepte avec joie cette gracieuse offre, car aider les aventuriers n’est pas seulement le travail de la guilde. Bien, vous voulez donc vous préparer à travailler en tant qu’aventurier ? »

« Oui, mais c’est la première fois que je fais ça, et je ne sais pas quoi préparer. Pouvez-vous m’aider à choisir ? »

Je lui demandai honnêtement son aide. Même s’il me faisait acheter plus que nécessaire, cela n’allait sûrement pas dépasser les 20 pièces d’or.

« Bien sûr que je peux. Mais vous voyez, il existe des lots spécialement faits pour les nouveaux aventuriers. »

« Ça… a l’air plutôt utile. »

« Les nouveaux oublient souvent d’emporter avec eux des articles importants, il est donc bien plus intéressant de vendre ces articles en lots. »

« Oh, j’imagine que la demande est importante pour de tels lots. »

« Nh ? Kurono-san, vous connaissez un mot tel que la ‘demande’ ? Êtes-vous fils de marchand ? De plus, votre façon de parler est très respectu―― Oups, désolé, je ne vais pas vous poser plus de questions. Kurono-san est un aventurier après tout, et un client qui plus est, c’est le plus important n’est-ce pas ? »

« Merci. »

« Je pars tout de suite vous préparer un lot pour aventurier débutant, veuillez attendre un instant. »

Cela s’appelait donc un ‘lot pour aventurier débutant’ huh ? Un nom plutôt simple, mais actuellement un tel article m’était nécessaire. Grâce à ça, mes achats allaient se dérouler sans accrocs.

« Cela fera 2 pièces d’or. Merci de votre achat. »

Le lot pour aventurier débutant que je venais d’acheter était le plus cher disponible.

Toutefois, le marchand n’avait pas profité de mon ignorance. Le lot contenait une tente pour dormir à la belle étoile, un tel prix était donc tout à fait normal. Il s’agissait d’une première chose nécessaire que je ne possédais pas, et en rajoutant divers autres articles indispensables, les 2 pièces d’or avaient été atteintes.

Ce qui m’impressionnait le plus dans cette boutique, c’était les potions de soin. J’avais vu une quête de collecte d’ingrédients pour créer des potions plus tôt à la guilde, mais voir la chose en vrai devant moi restait impressionnant.

Les potions prenaient la forme d’un liquide contenu dans une fine bouteille, une apparence semblable aux potions de RPG. Toutefois, le liquide à l’intérieur n’était pas rouge ou vert, mais gris pâle. Ces potions servaient de médecine liquide, mais il existait aussi de la pommade capable de guérir les blessures.

Pour les blessures externes tels que des saignements, la pommade était utilisée. Ainsi, en plein combat, les blessures étaient refermées bien plus rapidement que par l’intermédiaire d’une potion.

Dans tous les cas, je venais d’acheter un lot pour aventurier débutant en plus de diverses choses pour 2 pièces d’or au total. Je ne pouvais m’empêcher d’être joyeux en me rendant compte que tout cela m’appartenait.

« Kurono-san, cela fait beaucoup de bagages, êtes-vous sûr de pouvoir tout porter ? »

Maintenant qu’il m’y faisait penser, je n’avais pas de sac, et encore moins de chariot hippotracté. Tenant les bagages dans une main, je me rendis compte qu’il s’agissait effectivement d’une charge trop lourde pour une personne normale. Toutefois, je n’étais pas une personne normale, j’étais un mage noir !

« Tout va bien, je peux tout faire rentrer― »

Mon ombre s’élargit tout à coup avant d’avaler le lot pour aventurier débutant tel des sables mouvants.

« C’est… Et bien, je suis surpris de voir que vous savez aussi maitriser la magie spatiale. »

Même s’il savait que j’étais un magicien noir après avoir vu ma carte de guilde, ne s’attendait-il pas à ce qu’un nouvel aventurier possède déjà un tel niveau de maitrise ? Et cela s’appelait donc magie spatiale ?

Maintenant, je savais qu’il était rare qu’une personne de faible rang connaisse une telle magie.

« Kurono-san, vous paraissez être plutôt doué en magie. Maintenant que j’y pense, avez-vous une arme ? »

« Une arme… plus ou moins. »

Je possédais une large hachette maudite.

« Je vois. Pour les armes, il y a un atelier à la périphérie du village. Si vous vous rendez là-bas, ils peuvent tout réparer à l’exception des armes magiques. Ils ne sont pas spécialisés en canes et grimoires, mais j’en possède ici en boutique. Ils évaluent aussi les biens et armes, alors si vous trouvez quoi que ce soit dans un donjon, n’hésitez pas à le faire évaluer là-bas. »

« Que voulez-vous dire par ‘évaluer’ ? »

« Savez-vous qu’il existe des armes magiques ? »

« Oui, j’en ai vu et utilisé plusieurs. »

« Si vous avez un peu d’expérience en la matière, tant mieux. Notre expert en évaluation peut expliquer les pouvoirs des armes magiques, comment les utiliser ainsi que de nombreux autres aspects. Si vous avez du mal à évaluer le tranchant d’une lame ou ses compétences et sorts, vous pouvez donc aller à l’atelier. »

« Je vois… Est-ce que les armes maudites peuvent être elles-aussi évaluées ? »

« L-Les armes maudites ? Elles sont dangereuses et ne peuvent être évaluées que si la malédiction est connue. Nous pouvons donc plus ou moins les évaluer. »

« Je vois―»

Secrètement excité, je sortis la hachette maudite de mon ombre.

« Pouvez-vous me l’évaluer ? »

Je plaçai ensuite la large hachette sur le comptoir. L’arme était noire de la poignée à la lame.

Qu’il s’agisse de ma magie ou de la malice de la hachette, une aura sinistre s’échappait de la lame.

« C-C’est… Vous possédez même une arme aussi ridicule ? »

Le marchand reprit rapidement son sang-froid. Peut-être s’agissait-il de la réaction normale d’une personne devant une arme maudite. Non, il venait probablement de réagir ainsi parce qu’il était justement un marchand.

« Kurono-san…. Est-ce que par chance, vous avez dissipé… Non, vous avez réécrit la malédiction avec votre magie noire ? »

« Cela s’appelle réécrire ? Je ne sais pas. Afin de pouvoir l’utiliser, je l’ai simplement enveloppée dans ma magie noire. »

« C’est donc ça ? Vous avez fait un très bon travail en supprimant pratiquement toute la malice de la malédiction. ‘Réécrire’ est en soi un processus simple, mais ce processus consomme une large quantité de magie. Kurono-san, vous avez un très grand talent. »

« Je ne savais pas. Je pense surtout que tout cela est dû au fait que ma magie noire ait une bonne compatibilité avec la malédiction. »

« Splendide ! Kurono-san, vous êtes un type très rare de personne capable d’utiliser une arme maudite sans même la changer. Si vous le voulez bien, je peux vous vendre à bas prix les armes maudites de ma boutique. »

« Qu-, vous en êtes sûr ? »

« Les armes maudites sont naturellement difficiles à utiliser, mais même simplement les stocker est une véritable corvée. Sauf s’il y a un sceau complet sur la malédiction, une arme maudite ne peut pas être facilement utilisée. Et même si la malédiction est scellée, une calamité risque de tomber sur son utilisateur si le sceau n’est pas régulièrement vérifié. Après tout, ces armes portent malheur. »

« Je vois, mais lorsqu’utilisées normalement, elles possèdent un immense pouvoir. »

« Peu importe leur puissance si la moindre erreur est fatale. Alors, qu’en pensez-vous ? »

« Je suis vraiment curieux, mais pour le moment je vais repartir. »

Le soleil était toujours visible dans le ciel, mais en quittant le village à son coucher, nous risquions de marcher de nuit sur le chemin du retour.

« Je vois, dans ce cas les résultats de l’évaluation seront donné demain. Cela vous va ? »

« Oui, je reviendrai demain, et j’en profiterai pour regarder les autres armes maudites. Ah, et j’aimerai aussi que vous regardiez mes autres armes. »

« Cela ne me dérange pas. »

Je sortis le petit couteau ainsi que le bâton noir de mon ombre. Ils étaient tous les deux dans la boîte au trésor avec la robe et je n’arrivais pas à comprendre comment utiliser les utiliser. Il n’y avait pas de mal à les faire évaluer eux aussi.

« Le coût de l’évaluation est de 2 000 pièces d’argent par arme, est-ce que cela vous convient ? »

Apparemment, une magie spéciale était nécessaire pour évaluer des armes, en plus de matériaux indispensables à l’invocation de cette magie ‘’Catalyse’’. De plus, ce prix était convenable et normal par ici.

« Oui, tenez. »

« Merci, nous nous reverrons demain. »

Je confiai les armes au marchand avant de quitter la boutique――puis de m’arrêter tout à coup.

J’avais complètement oublié, mais actuellement, je ne portais que des sous-vêtements sous ma robe. J’avais le même niveau d’équipement que les pervers apparaissant parfois sur les routes des écoles.

Actuellement, le plus important pour moi ce n’était pas les armes magiques ou articles pour aventuriers, mais plutôt des vêtements.

« Excusez-moi, où puis-je acheter des vêtements ? »

Demandai-je calmement au marchand, sans affirmation inutile et en prétendant porter des vêtements acceptables.

« Ah, dans ce cas―― »

Après avoir récolté les informations sur la partie la plus importante de mes achats, je quittai cette fois-ci la boutique de ‘façon cool’. D’ailleurs, Lily dormait toujours.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                Chapitre Suivant

Accueil

Quitter la version mobile