Torment Tides of Numenera

inXile Entertainment. Sortie le 28 février 2017. 

Soutenez E404 et achetez le jeu sur Amazon ! 🙂 (la version de base inclut la bande son en CD !)

Une majorité plus tard, le  Planescape : Torment de 1999 trouve enfin une suite : Tides of Numenera. Développé par inXile Entertainment (Wasteland, The Bard’s Tale…) Test 4O3. Quatre points positifs, et trois points négatifs sur le jeu !

Plus + tableau

  • Complet – Choix des armes, modification des talents, chaque petit paramètre influencera sur le jeu. Si vous possédez le talent pour lire dans les pensées, vous aurez des phrases supplémentaires dans chacun des dialogues, bref de quoi régaler les rolistes ! 
    Ah, ça fait toujours plaisir de voir des menus complets. Complet, mais pas pour autant complexe !
    Par ailleurs un petit bug : j’ai fait ce screen au début de mon test et je voulais le partager car j’ai vu un bug assez bête : n’ayant d’un objet au démarrage, il était impossible de masquer l’overlay du texte descriptif de l’objet. Il était donc ouvert en permanence, pas très esthétique ni pratique !
  • Un collector sympa – Une version collector du jeu (uniquement allemande apparemment…) existe et elle contient une jolie figurine, un artbook, un OST (présent aussi dans la version classique), quelques cartes et posters. Rien de très original, mais ce collector a déjà le mérite d’exister, car souvent réservé aux jeux AAA.
  • Trop de choix… – Le jeu est assez riche en dialogues (sûrement même trop, on passe notre temps à parler !) et vous laisse de nombreux choix pour en apprendre plus sur tous les personnages. Il y a donc vraiment la possibilité d’explorer le background du jeu et l’ambiance générale qui émane du titre est cohérente et attachante. On veut en découvrir plus sur les personnages, l’univers… pour peu que l’on aime lire ! Le peu de combats et d’autres actions à faire par rapport aux dialogues est très faible. Il y a quelque chose comme une dizaine de combat durant tout le jeu qui se finit d’ailleurs un poil rapidement pour un RPG : une vingtaine d’heures.
    Réponse D : La réponse D.
  • François le Français – La traduction française est intégrale pour les textes, ce qui est quand même vraiment sympathique pour un RPG, cela renforce l’immersion à ce niveau là et élargit son public au plus grand possible. On salue donc la traduction FR qui est présente et en plus tout à fait correcte !

Moins -

  • Graphiquement faiblard – Que l’on veuille lui donner un genre ou une certaine patte graphique, les graphiques de Torment ne s’impose pas vraiment comme une référence. Ayant quelques ressemblances avec de vieux RPG à la Neverwinter Nights ou d’un bon jeu PS1/PS2. Malgré quelques décors plutôt sympa et colorés, il n’y a rien de transcendant. Peut être que ce style graphique plaira cependant aux plus nostalgiques, leur rappelant les RPG d’il y a une dizaine/quinzaine d’année !
    Bon okay, le test a été fait sur PS4 et pas PS4 pro, mais quand même !
  • Final Fantasy XV loadling like – Le principe d’un jeu de rôles, c’est quand même principalement l’immersion : vous devenez votre personnage et vous vous téléporter dans son univers, et le but étant de le vivre le plus possible, de prendre son rôle (d’où le nom, t’as suivi ?). Un petit point noir se fait néanmoins ressentir et il est proche de celui de Final Fantasy XV ! Les temps de chargement de map sont assez embêtant dans ce genre de RPG et casse l’immersion. Il y a des temps de chargement à chaque changement de zone, et autant vous dire que durant les missions c’est vraiment très fréquent ! C’est vraiment dommage !
  • … tue le choix ! – Il y a beaucoup de choix, certes, mais la plupart du temps il est obligatoire d’utiliser toutes les propositions ou presque. A quoi bon donner des choix de discussions s’il faut au final tous les faire pour pouvoir avancer ..? D’accord, on est toujours dans un jeu de rôle et on veut chercher à comprendre les aspirations et les caractères de tous les personnages de l’Aventure mais quand même. Si on en a rien à carrer de savoir que x personne a fait y chose dans sa vie et qu’on veut avancer vraiment les missions selon ce qui nous intéresse vraiment de savoir ou pas. J’exagère un peu car il est parfois possible d’avancer directement sur les bonnes propositions mais quand même, c’est trop peu souvent le cas !

Torment : Tides of Numenera est vraiment un RPG hors du temps avec un monde complexe et immersif pour quiconque parviendra à rentrer dedans. Pour ma part ce ne fût pas vraiment le cas (et pourtant j’attendais d’un coin de l’oeil le jeu !), mais je comprend tout à fait qu’il puisse beaucoup plaire car ses personnages et sa trame de fond sont très complets et valent le détour pour les plus grands rolistes d’entre vous, encore avare de nouvelles aventures. Pour les autres, un RPG de type The Witcherh 3 conviendra probablement bien mieux ! 😉 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :