Une soudaine envie d’aventure ? Je pense avoir trouvé le jeu, voire la perle, qu’il vous faut… C’est la sortie du nouveau Tomb Raider  Rise of the Tomb Raider !  Il est désormais temps de se frotter au Tomb Raider de 2013. Enfin frotter, pas littéralement, j’espère bien que vous m’avez comprise.

tomb-raider-2013-trophies-guide

Une petite piqûre de rappel

Pour tous ceux qui ne connaissent pas encore Tomb Raider, ou qui viennent juste de sortir de l’ère glaciaire ou de la grotte de Gollum, voici un petit rattrapage. Tomb Raider est une franchise principalement constituée de jeux vidéo d’action-aventure, eh oui, exactement, comme Uncharted, ou presque. Par ailleurs, en parlant de celui-ci, il est intéressant de noter que les deux protagonistes de ces jeux, soit Nathan Drake et Lara Croft, se ressemblent bien plus que certains gamers pourraient le penser, notamment au niveau du gameplay et de la personnalité. Nous y reviendrons plus tard.

Le tout premier jeu Tomb Raider sort en 1996. Depuis, l’héroïne est à la fois devenue une icône dans l’industrie du jeu vidéo, eh oui tout comme Mario pour Nintendo, bon en plus sexy certes, mais également un fantasme et une figure féministe pour plusieurs générations de joueurs. Il est également important de constater que dès le premier épisode, la série de jeux connaît un succès planétaire, et les fans de Tomb Raider ne cessent encore aujourd’hui de se multiplier. Dix ans après sa toute première apparition, le Guinness des recors reconnaît Lara Croft comme étant « l’héroïne humaine de jeux vidéo la plus couronnée de succès ».

Deux films, produits avec l’actrice américaine Angelina Jolie pour incarner Lara sont également à noter, Lara Croft : Tomb Raider et Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie. Bon ne vous inquiétez pas, si vous n’avez pas vu ces deux films, ce n’est pas bien grave, c’est peut-être même une chance si vous voulez mon avis…

Développement et sortie du jeu

Bon ça y est vous êtes rassurés, maintenant vous connaissez la licence, on peut passer à la suite ? Parfait ! Où en étais-je ? Ah oui, donc suite au succès en demi-teinte d’Underworld, les développeurs s’interrogent sur la façon de réinventer la série ainsi que le personnage de Lara Croft. Après divers projets avortés que les développeurs estiment trop éloignés du concept original de la franchise, l’idée d’un reboot complet revenant sur les origines de Lara Croft finit par s’imposer.

C’est en 2010 que Square Enix rachète Eidos, la société éditrice de la série, afin de débuter le développement du jeu. Après une très longue attente pour les fans, c’est finalement le 5 mars 2013 que Tomb Raider, jeu vidéo d’action-aventure développé par Crystal Dynamics et édité par Square Enix, sort sur PlayStation 3, Xbox 360 et PC. Depuis le 31 janvier 2014 en Europe, une version « mise à jour » comprend tous les contenus téléchargeables préalablement mis en ligne. Nommé Tomb Raider : The Definitive Edition il n’est cependant commercialisé que sur PlayStation 4 et Xbox One. Le jeu reprend le nom originel de la saga, et se présente effectivement bien comme un reboot complet de la série, n’ayant aucun lien scénaristique avec les jeux précédents.

En février 2015, Square Enix annonce avoir écoulé 7,5 millions d’unité toutes plate-formes confondues, ce qui fait de lui l’épisode le plus vendu de la série. Plus tard en avril, Square Enix annonce avoir écoulé 8,5 millions d’unités, un record pour un jeu de la série. Le moins que l’on puisse dire c’est que le jeu a bien gagné aux changes…

            Le jeu s’oriente légèrement vers le survival-horror, ou plutôt, selon les dires des développeurs, vers le « survival-adventure ». Oui je sais j’ai toujours été pointilleuse sur les catégories de jeux (pas du tout). Lara Croft est une jeune femme bien plus amère, vulnérable, douce et fragile que sa précédente représentation.  Bon je ne dis pas que la précédente était une mégère sans sentiment ni vergogne, mais elle était tout même beaucoup plus sûre d’elle.

Histoire et évolution du personnage

            S’il y a bien un point que l’on peut admirer c’est le suivant : vous pouvez oublier l’ancienne Lara Croft. Non ne pleurez pas tout de suite, mais écoutez ce que j’ai à dire, ou à écrire, tout dépend de quel point de vue vous vous placez… Mais si ! Vous savez, cette aventurière sexy avec un short marron, un haut sans manches bleu ou vert, un holster sur chaque côté pour garder ses deux pistolets ainsi qu’un petit sac à dos marron. Eh bien envolée ! Désormais l’archéologue apparaît beaucoup plus fragile (oui bon je l’ai déjà dit, mais c’est vraiment flagrant), plus jeune, et bien moins bien équipée et expérimentée, enfin pour un moment seulement… La  poitrine du personnage, a quant à elle largement été réduite, ce qui ne m’empêche pas pour autant d’être toujours aussi envieuse de sa plastique… Et puis depuis quand on peut aussi bien se battre sans soutien-gorge ? L’histoire de ce tomb raider commence à bord de l’Endurance, navire d’exploration moderne, ressemblant fort au bateau présent dans le film King-Kong de Peter Jackson… Bon, jusque là le pitch est somme toute assez classique. Nous retrouvons toute une fine équipe composée de Liam, Steph, Grim, Victor, Conrard Roth, Samantha Nishimura, Reyes, Dr.Whitman, Jonah, Alex et de Lara Croft. Vous ne pouvez retenir que ce dernier prénom, les autres personnages étant à vrai dire assez peu attachants, et oui bon inutiles… La jeune femme de 21 ans, étudiante en histoire et archéologie, (tout comme moi ! quand je vous dis que je ressemble à Lara… au moins un peu), est persuadée que le Royaume perdu de Yamatai, autrefois gouverné par la légendaire Reine solaire Himiko se trouve quelque part dans le Triangle du Dragon, non pas le triangle des Bermudes, une zone au sud du Japon connue pour ses violentes tempêtes. Malheureusement, et comme il faut bien un début à tout, le bateau s’échoue sur une île où Lara est directement capturée par un homme n’hésitant absolument pas à la ligoter, à l’attacher par les pieds, et à la séquestrer autour de plusieurs cadavres. Oui rien que ça, il faut juste payer le psychologue après quoi. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle commence déjà à en baver, et qu’il ne s’agit pas vraiment de la meilleure posture pour commencer une aventure… Mais c’est bien à ce moment précis que commence réellement le jeu. Pendant que Lara tente tant bien que mal de se libérer de son ravisseur, elle se blesse grièvement au ventre. Elle comprend vite qu’elle va devoir survivre sur une île terrifiante et fascinante et y découvrir un terrible secret. Mais également retrouver ses amis, résoudre des énigmes, se nourrir, chasser, se battre, se cacher, se découvrir… Je ne vous en dis pas plus, mais croyez-moi ce jeu vaut vraiment le détour, un petit chef d’œuvre en devenir, et très honnêtement un incontournable de sa génération.

tomb_raider_evolution_by_xeno55-d5zvmoi

Gameplay

La gameplay est unique dans le monde de Tomb Raider. Celui-ci se rapproche en effet bien plus d’un Uncharted (quand on vous dit que Lara ressemble de plus en plus à Nathan), ou d’un Assassin’s Creed que d’un des anciens Tomb Raider. Le gameplay évolue donc vers un monde semi-ouvert avec des séquences de tirs en vue troisième personne. Si l’histoire nous centre davantage sur la survie, le gameplay est clairement concentré sur l’action. Je pense notamment aux phases d’escalade sur les surfaces rocheuses mais également à l’intensité donnée aux gunfights.

La progression est rythmée par des sortes de haltes autour de différents feux de camps permettant de sauvegarder, de revenir en arrière sur la carte, d’améliorer ses compétences, ses armes. Nous avons également droit à divers QTE qui nous permettent de nous sortir de situations compliquées, notamment lors de certaines phrases de combats. Pour accentuer le côté survie, Lara ne pourra disposer tout au long de l’aventure que de quatre armes à distance : un pistolet, un fusil d’assaut, un arc, et un fusil à pompe. Bon même s’ils ne sont qu’au nombre de quatre je me demande comment elle fait pour les porter… (Un jour il faudra vraiment que les héros de jeux vidéo me prêtent leurs sacs à dos, c’est vrai quoi ils me semblent assez pratiques)…

Mon arme préférée reste néanmoins l’arc. Il permet de s’approcher assez furtivement, et évite ainsi de se prendre à longueur de journée des cocktails Molotov qui nous forcent à nous déloger sans cesse. Si vous êtes perdus, fatigués, ou que vous cherchez les ennemis à proximité, vous pouvez toujours faire appel à « l’instinct de survie de Lara » qui permet de mettre en surbrillance jaune les éléments de décor qui nous permettent d’avancer dans l’histoire, avec lesquels il est possible d’interagir, ou encore de repérer les ennemis. Le jeu possède également un multijoueur assez sympathique. L’intérêt du multijoueur est avant tout de prolonger l’histoire solo en ce concentrant sur le background. On peut donc ainsi incarner les compagnons de Lara ou encore les ennemis eux-mêmes, pas d’affolement « trahison » à avoir donc.

 

Tomb-Raider-2013-review-screenshot-6

Points positifs :

  • Une histoire prenante et très bien interprétée.
  • Une mythologie japonaise assez intéressante à découvrir.
  • De très belles textures, de beaux décors, une immersion vraiment réussie.
  • Des combats angoissants, ni trop faciles ni trop difficiles à réaliser.
  • Une exploration assez bien maîtrisée, n’hésitant pas à accentuer le côté sauvage de l’île. 

Points négatifs :

  • Des personnages secondaires très peu attachants.
  • Des tombeaux un peu trop évidents à trouver.
  • Les blessures de Lara sont vraiment trop peu réalistes pour être prises au sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :