Fête de la musique de Rambouillet – Une soirée avec W.A.S.A.B.I.

Charlotte Gueguen
Charlotte Gueguen, chanteuse de W.A.S.A.B.I.

Le 20 juin 2015, c’était la très grande fête de la musique à Rambouillet !

Vingt-quatre scènes, une centaine de groupes et artistes venus de tous les horizons musicaux, de quoi vraiment satisfaire tout le monde.

C’est donc en haut de la rue du Général Humbert à Rambouillet que notre équipe a siégé avec les amicaux W.A.S.A.B.I., un sextet français de metal/electro/rap et un peu tout ce que vous voulez, en fait. S’il fallait les qualifier, je les placerais à mi-chemin entre Limp Bizkit grâce au rap de Dam’, chanteur principal du groupe, et The Birthday Massacre, avec la voix enchanteresse de Charlotte, que l’on pourrait assimiler aux meilleurs titres de Chibi (chanteuse de TBM).

Nous avons donc pris plaisir à rencontrer le groupe et leurs amis, venus nombreux pour l’occasion. Sur place, tout le monde a fait de son mieux pour monter la scène #5/24, réservée à un public rock/metal. Dans une bonne ambiance et grâce à l’efficacité de chacun, cela a été vraiment très rapide ! Première expérience de roadie pour Error404 menée presque à bien !

La scène #5 était donc remplie de groupes qui m’étaient inconnus avant, hormis W.A.S.A.B.I.

Nous avons donc pu écouter le groupe Digression en début de soirée. Musicalement efficace mais avec une voix encore hésitante et pas toujours très bien posée, Digression restait un groupe sympathique en début de soirée pour faire un petit tour de chauffe, le temps que le monde arrive dans les rues.

Est ensuite arrivé Warm Inside, un groupe de power rock. Très carré et très bien tenu durant ses 45 minutes de set, Warm Inside a su livrer un show impeccable, faisant venir les personnes les plus éloignées de la scène et approchant quelque peu le public, qui restait quand même assez restreint dans cette grande rue Humbert…

Damien
Damien Brighigni, chant et basse

La rue s’est échauffée un peu, et a accueilli un trio très jeune de rock/metal : Hiding Face. Même si leur musique était plutôt propre et qu’on a eu le droit à quelques reprises sympathiques comme Killing In The Name de Rage Against The Machine, le style du groupe n’était vraiment pas encore défini. On voyait vraiment que les jeunes membres ressortaient leurs titres fraîchement appris en cours de musique, notamment le jeu à la batterie, ou l’on voyait un batteur se concentrer et faire des mouvements très académiques sur des riffs pas forcément des plus compliqués dans le milieu. Cependant, malgré le stress et leur jeune âge, les musiciens de Hiding Face s’en sont vraiment bien sortis, avec une foule qui commençait à arriver. À 22h30, il était temps !

Enfin, le groupe que nous suivons depuis un petit moment, nos amis de chez W.A.S.A.B.I.

Ayant déjà joué l’an dernier au même endroit dans une rue qui était pleine à craquer, il faut croire que leur musique avait été appréciée, car de nombreuses personnes étaient revenues au rendez-vous. Juste avant le début de leur set à 23h, la rue s’était énormément remplie. On sentait que le mot était bien passé : W.A.S.A.B.I. était le groupe de la soirée à Rambouillet si on aime le rock, le metal, l’electro, et tout ce qui peut faire bouger un peu un public.

Après quelques petits problèmes techniques sur l’instrument de Stéphane, le guitariste, le public commençait déjà à s’échauffer. Mais le vide causé par les réglages de la guitare était comblé par une communication entre les chanteurs, la batterie qui s’amusait déjà, et même des trompettistes qui passaient et qui ont joué un petit extrait de musique, accompagnés par la batterie du groupe.

Le set commence avec quelques beats electros lancés par Dany, le claviériste et DJ du groupe. Le ton est donné dans les dix premières secondes, un scream ravageur de Charlotte lance donc les premiers pogos et jumps dans le public désormais très largement présent !

Charlotte Gueguen, chant.
Charlotte Gueguen, chant.

Le groupe va donc, comme les autres, nous servir 45 minutes d’un set des plus explosifs, avec les titres de leur EP W et les derniers singles Invade et Was pour terminer. Le groupe doit être le seul de cette soirée à avoir un univers bien à lui, une prestance scénique. Là, on assistait vraiment à un concert plus qu’à une fête de la musique entre amis. Il n’y avait pas de décor de scène ni rien, mais avec un univers graphique comme celui de W.A.S.A.B.I et de leurs clips, à mi-chemin entre la musique, les comics et la pop culture, il y a sûrement vraiment moyen de faire quelque chose d’original et très joli ! J’espère vite les revoir sur une « vraie » scène afin de voir ça !

Quelques pogos et même un wall of death (= mur de la mort, pratique barbare de metalleux durant les concerts metal) et un circle pit (= pareil que pour le wall of death, si vous ne savez pas de quoi il s’agit, mieux vaut vous laisser dans l’ignorance pour avoir une meilleure surprise ! ;)). Puis W.A.S.A.B.I. quitte la scène sous un tonnerre d’applaudissements.

Il y a vraiment fort à parier que W.A.S.A.B.I. (We Are Savage And Badly Infected) va pouvoir percer un peu plus et se dévoiler auprès d’un public plus large d’ici peu, car ce jeune groupe fait preuve d’un professionnalisme hors pair (même à une échelle qui reste encore plus locale qu’internationale) et d’un style et d’un univers bien à lui.

 

WAS, le dernier single de W.A.S.A.B.I.

Tous ceux qui étaient présents ce soir là : croyez-moi, vous n’avez vu que le début, et vous pourrez dire dans quelque temps « J’y étais.».

Le groupe W.A.S.A.B.I., encerclé par le public.
Le groupe W.A.S.A.B.I., encerclé par le public.

Vous pouvez d’ores et déjà soutenir le premier album du groupe, The Wicked Six, sur leur page de crowdfunding ici-même ! De nombreux et jolis cadeaux à la clé, et surtout la réalisation d’un super album et d’un beau projet DIY mêlant la pop culture avec un style très comics et une musique originale !

 

Petit bonus final : La version de WAS, en live cette fois-ci !

Une pensée sur “[LIVE-REPORT] Fête de la Musique 2015 – Rambouillet Scène Rock !

  • 25 juin 2015 à 18 h 13 min
    Permalink

    Mouhahaha, je suis moi-même un metaleux dans l’âme, la pratique barbare est affective <3. (Bon j'avoue que j'ai pas trop pu bougé, la caméra en main, on évite ce genre de folies ! :p)
    Content que ça te plaîse, et en effet on pourra se vanter d'avoir été les précurseurs à parler de W.A.S.A.B.I, c'est tout le mal qu'on leur souhaite ! 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :