Le ciel attendra 

Marie-Castille Mention-Schaar 
UGC Distribution 

get

Réalisé par Marie-Castille Mention-Schaar, Le ciel attendra est un film français dramatique sorti en octobre 2016. 

Sortez mouchoirs et journaux (pour bien suivre l’actualité), car vous en aurez besoin pour ce film ! Rares sont les drames se situant au plus près de l’actualité de notre pays, ou du moins le faisant aussi bien. Il faut comprendre que le 13 novembre parisien et le 14 juillet niçois restent encore et toujours dans la mémoire des français… Autant vous dire qu’il me sera donc très difficile de faire de l’humour pour résumer ce film, aussi touchant et juste soit-il. 

le_ciel_attendra_3

Le film présente d’emblée une jeune femme âgée de 17 ans, Sonia (interprétée par l’incroyable Noémie Merlant) ayant caché sa radicalisation à ses proches. Lorsque la police pénètre dans la maison familial c’est le choc : Sonia est arrêtée pour avoir tenter de réaliser un attentat avec l’aide d’un groupe djihadiste. Celle-ci explique alors, vouloir « obtenir » des places au paradis pour elle et sa famille en commentant l’irréparable.  

En parallèle, le spectateur découvre Mélanie (Naomi Amarger), lycéenne de 17 ans vivant avec sa mère en banlieue parisienne. Elle est bonne élève, sociable, violoncelliste, et rêve d’un monde meilleur. Alors que son avenir scolaire et professionnel semble tracé, celle-ci rencontre un certain « prince » sur internet. Ce dernier lui confirme que les anges existent, et qu’elle peut aisément en faire partie. 

Les deux parcours se ressemblent, mais ne convergent pas vers le même point. Si l’une des deux jeunes femmes réussit à s’en sortir et à comprendre ses erreurs, l’autre sombre progressivement et définitivement dans la folie et l’embrigadement. Une guérison contre une intoxication irrévocable. 

Même en étant une admiratrice de la réalisatrice je peux objectivement affirmer qu’après Les héritiers (2014c’est toujours avec la même justesse et la même tendresse que celle-ci réussit à mettre en lumière la perdition de deux adolescentes noyées par la haine et l’incompréhension. A travers deux histoires différentes, Marie-Castille Mention Schaar présente une certaine étude psychologique et anthropologique de femmes souhaitant partir en Syrie

L’histoire expose un formidable travail d’enquête d’une mère souhaitant comprendre pourquoi sa fille a subitement décidé de s’enfuir pour l’Etat islamique. Dounia Bouzar, anthropologue et créatrice du Centre de Prévention de Déradicalisation et de Suivi Individuel (CDPSI), joue son propre rôle. Elle permet au spectateur de se situer davantage auprès de ces jeunes (sur la voie de la rédemption ou de l’islamisation radicale) ou encore de ces parents désespères de n’avoir rien vu venir. 

Par la reconstitution au plus près de la réalité, la réalisatrice démontre qu’il n’est pas nécessaire que la personne soit fragilisée, isolée, pour qu’elle tombe à ses dépends dans les griffes de rabatteurs de Daech. La plupart se faisant passer pour des défenseurs de la vie humaine ou pour de parfaits maris.

le-ciel-attendra-header-article

Les acteurs sont bluffants, et jouent parfaitement leur rôle. Sandrine Bonnaire se présente  comme une mère désarmée, désemparée, aimante et compréhensive à l’égard de sa fille Sonia. De la même façon, Zinedine Soualem s’engage dans un portrait meurtri et inquiet d’un père ayant perdu tout espoir. Clotilde Courau incarne Sylvie, autrefois enjouée et positive, elle n’est désormais plus qu’une mère partagée entre la colère, le désespoir et l’incompréhension du départ de sa fille. Son visage est marqué par la souffrance, sa coquetterie s’est envolée, et la tristesse se lit dans ses yeux. 

Mon regard s’est cependant  tourné vers Noémie Merlant, 27 ans, dont le talent se traduit par une aisance bouleversante, sincère, et incroyablement réaliste. Une très grande actrice en devenir. 

 

 

Plus + tableau Moins -
  • Un scénario et une mise en scène dignes des plus grands films dramatiques français
  • Un incroyable jeu d’acteur 
  • Une bande-son juste aussi touchante que blessante
  • Il y a toujours dans l’espoir

 

  • Très peu d’éléments négatifs si ce n’est la tristesse de se rappeler que des jeunes partent vraiment pour rejoindre l’ignorance

Conclusion :

 

La mise en scène est habile, douce, maîtrisée, et le spectateur assiste de manière impuissante, à l’inexorable emprisonnement mental et physique d’une jeune lycéenne. Lycéenne qui promettait pourtant de briller. La musique est idéalement choisie, et illustre bien la sensibilité du film. Un chef d’oeuvre nécessaire à montrer au plus grand nombre pour la qualité de son interprétation, de son scénario, de sa musique, et de son aspect pédagogique à la fois sur l’actualité et sur l’avenir de certains jeunes embrigadés. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :