Dawn of War III

Relic Entertainment. Sega. Sortie le 27 avril 2017.  Dès 44.99€

L’une des licences phares du RTS, Dawn Of War, et appuyée par la forte marque de Games Workshop, Warhammer, revient pour un troisième opus 8 ans après Dawn Of War II. Test 3O3Trois points positifs, et Trois points négatifs sur le jeu !

Plus + tableau

  • ELDARS, ORKS, SPACES MARINES – Déjà, un bon point pour le jeu, c’est qu’on retrouve avec grand plaisir les peuples emblématiques des jeux précédents, ou du moins certains peuples puisque tout ceux qui avaient pu être jouable dans de précédents opus n’ont pas été remis dans le jeu pour l’instant ! Vous pourrez donc incarner les vaillants eldars, les courageux spaces marines et les… orks ? Chacune des factions aura quelques héros emblématiques avec une flopée de sorts à lancer à tout va sur vos ennemis. Il sera possible de les débloquer au fur et à mesure de la partie.
Badaboum !
  • Campagne Complète (Jambon, Fromage, Oeuf…) – La campagne est globalement bien scénarisée. Relic est assez fort pour ça et le background de Warhammer le permet suffisamment pour faire quelque chose d’assez correct et qui tient en haleine ! Comptez donc une quinzaine d’heures pour faire la campagne, composée de 17 missions qui s’enchaînent assez bien. Un rythme sympa à adopter est le rythme 1 jour / 1 mission histoire d’avancer ni trop vite ni pas assez ! 😉
  • Multi fun – Même si le mode multi ressemble à nos bon vieux moba préférés (voir plus bas dans les « -« ), il reste néanmoins sympathiques. On peut donc jouer en 1v1, 2v2, 3v3. Le but sera en revanche toujours le même : péter le bouclier, péter les tourelles, puis péter le PowerCore. On est donc très proche d’un League Of Legends, avec les classes en moins, et l’invocation des creeps en plus, surtout que les héros sont bien mis en avant et que de nouveaux sont déblocables au cours de la partie.
    Le menu des héros de chaque faction, posés sur de jolis socles. A quand les figurines NFC Amiibownofwar ?

Moins -

  • ELDARS, ORKS, SPACES MARINES – Alors les trois classes emblématiques, c’est bien beau, mais l’univers du jeu de rôles/jeu de figurines Warhammer 40.000, ce n’est pas trois classes. Il y a d’ailleurs même moins de classes que dans le premier Dawn Of War que j’avais pu bien poncé à l’époque. Pendant un moment je faisais également de la peinture de figurines, et j’avais un bon régiment de Taus, et quelques Nécrons/Eldars Noirs. Toutes ces classes ne se retrouvent pas jouables dans le jeu ..! C’est vraiment dommage !
  • Le mode Risk – Sur Dawn Of War I, il y avait un mode Risk (qui était en fait la campagne) où l’on devait conquérir les territoires du monde le plus vite possible avec bon nombres de ressources et je trouvais ce mode de campagne (même s’il n’y avait pas de vraies histoires à proprement parler) assez représentative et emblématique du jeu. Il a disparu dans Dawn of War III pour une campagne plus linéaire à la Warcraft. Pourquoi ne pas avoir proposé les deux ?
    RIP DoW 1 :(11
  • League of War III – En mode multi, il est donc possible d’incarner l’une des trois factions et de l’emmener vers la destruction de la base ennemie.. sauf que nous pouvons contrôler notre héros (et un peu les unités évidemment) tout en étant bloqué par des sortes de tourelles qui protègent la base. Il y a même des buissons pour se cacher en embuscade… Donc au final, on est proche de n’importe quel MOBA. Mais on est aussi proche de n’importe quel STR. J’ai un peu de mal à retrouver l’identité du premier en fin de compte. Puis du coup, quitte à faire du MOBA, autant y aller jusqu’au bout et proposer toutes les classes ! #jesuistau #jesuistyranide #jesuisnécron 

 

Médaille de bronze pour Dawn of War III. On retrouve donc la licence phare Warhammer, mais on ne retrouve pas le STR Dawn Of War sur lequel j’avais pu personnellement passer beaucoup d’heures. C’était d’ailleurs l’un des rares STR auquel j’avais joué avec Warcraft III. Donc finalement, Dawn Of War n’est pas un mauvais jeu en soi, sans être réellement un Dawn Of War pour autant ! Moins de factions jouables (et oui car depuis quelques années, les DLC sont de la partie, on prend le pari que de nouvelles factions arriveront sous la forme de DLC payant ?), plus de doublage (qui y était dans les deux précédents), un mode multi peu convaincant et une campagne solo sympathique mais pas aussi fun que le premier opus (je ne peux juger le second car je n’y avais jamais joué !). Il faut donc voir le jeu comme un STR sympathique sans être transcendant, et le voir comme un jeu sur l’univers de Warhammer, mais pas comme LE jeu sur l’univers de Warhammer. Games Workshop en a encore sous le capot et son univers est suffisamment vaste pour nous envoyer encore du rêve… dans un nouveau titre ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :