Bonjour à tous ! Aujourd’hui je vais tenter une nouvelle approche de critique musicale.

Une seule écoute, j’écris cet article en même temps que j’écoute chaque chanson, en ne me laissant pour temps d’écriture que le temps de la chanson. Je prendrai quelques minutes à la fin de l’album pour rédiger le tableau et la conclusion finale. Ce sera donc les premières impressions, comme ce que vous pourriez ressentir après une première écoute !

C’est donc le dernier album des Fall Out Boy qui va inaugurer ce système.

American Beauty/American Psycho, sorti le 16 janvier 2015.
American Beauty/American Psycho, sorti le 16 janvier 2015.

American Beauty/American Psycho est sorti aujourd’hui même, le 16 janvier 2015, et j’avais prévu le coup ! Bonne lecture !

Irresistible :

L’album commence par ce superbe titre, avec quelques instrumentations à vent en plus du classique combo rock. Le chanteur, Patrick Stump, élève sa voix comme il a pu le faire sur Folie à Deux ou même Infinity On High. On retrouve les FOB de l’ancien temps, en grande forme ! Comme souvent, on entend une chorale durant la chanson, qui peut ainsi faire penser à Save Rock n Roll, My Songs Know What You Did In The Dark, la chanson qui les a fait revenir sur le devant de la scène il y a maintenant trois ans.

American Beauty / American Psycho :

Chanson qui donne son titre à l’album. Ici, on a un style un peu plus différent. Teinté d’electro et d’une batterie électronique, le rythme est plus rapide, la voix moins variée dans les aigus. On a même le droit à un passage rappé, à la limite de la voix rauque, et toujours en fond cette chorale qui semble être l’une des marques de fabrique du groupe maintenant.
Le quatuor a séparé sa chanson comme son titre : d’un côté le chant clair, aigu… de l’autre un côté plus phrasé, plus posé, avec la chorale.

Centuries :

Le premier single de cet album, probablement la meilleure chanson de l’album (on va voir ça très vite). Le rythme est effréné, entraînant, il y a des chances pour que les fans du premier temps l’apprécient. Certes, elle reste toujours dans le même style et n’innove pas énormément, mais elle a le mérite d’être très efficace. En revanche, je suis prêt à parier qu’au cours de la chanson les « Lalalalaaa » (vous me comprenez) sont un air repris d’une autre chanson, mais impossible de retrouver laquelle… Si jamais vous avez une idée, je suis preneur ! (Shazam ne trouve rien quand je chante malheureusement… est-ce un signe ?)

The Kids Aren’t Alright

J’étais tout content en voyant ce titre, je me suis dit « Chouette une reprise des Offsprings ça va être top ! ». Après tout ils avaient déjà repris Beat It à merveille sur Folie à Deux… Que nenni ! Une chanson beaucoup plus calme que les trois précédentes, avec une ligne plutôt médiocre de guitare/basse il vaut l’avouer, la batterie et la voix font 90 % de la chanson à elles deux. Je reste mitigé sur ce titre.

Uma Thurman

Une chanson avec pour titre un nom d’actrice… Et pas n’importe laquelle ! L’interprète de Kill Bill, la tueuse, la massacreuse ! Même si la référence va plutôt pour son rôle dans Pulp Fiction ici, est-ce l’annonce d’un titre explosif ?

Un peu, mais pas seulement, il s’agit étrangement d’un titre bien rythmé, avec une ligne de guitare plutôt originale (à l’inverse de celle qui la précède). Retour des instruments à vent derrière, voix plus inquiétante de Stump, et quasi omniprésence d’un piano, qui était absent jusqu’ici. Cette chanson rend vraiment très bien et change de ce que l’on peut entendre d’habitude de la part des FOB. Ici la chorale habituelle est en revanche remplacée par un sample « Wooooh » style gang de rue, pourquoi pas ? La référence à Thurman sur ce titre est qu’une personne veut danser comme Uma, bouger dans tous les sens et faire des trucs incroyables (move mountains, work a miracle…). Ce titre sera d’ailleurs le prochain single à sortir le 27/01 !

Jet Pack Blues

Ici non plus, pas de chorale, mais l’écho de la voix de Stump par passage. Encore une fois, un titre sans guitare, on a juste une batterie, une ligne de basse assez peu présente. Quelques cloches en plus de la batterie. On a en revanche un joli bridge vers 2 minutes à la guitare/voix très plaisant qui ravira les plus acoustiques d’entre vous !

Novocaine

Départ le plus sombre de l’album jusqu’ici, des passages saturés, une ambiance lourde malgré la voix légère du chanteur, entremêlés de passages chantés avec, encore une fois une batterie très lourde et une guitare plus effacée (il est loin le temps des « gros riffs » d’Infinity on High…), des passages electro, pleins d’effets étranges par ci par là pour faire éclater la voix. Avec pour titre un nom de drogue (ou presque, je ne suis pas grand connaisseur là-dedans), le titre ne pouvait qu’être un peu étrange et pertubé, c’est réussi, et très bien !

Fourth of July

Vous l’aurez tous compris, ce titre fait référence directement à la fête nationale américaine, pas étonnant vu le nom de l’album. Ce titre parle des festivités ce jour-là aux États Unis (Fire, Firework!). Je n’ai pas grand-chose à dire sur ce titre, il est construit comme la plupart des autres, toujours la batterie en avant, la guitare qui joue un rythme classique, lambda, c’est vraiment la voix du chanteur qui fait la puissance du groupe, qui a perdu un petit peu son originalité instrumentale apparemment (dommage, on était bien repartis avec Save Rock and Roll sur certains morceaux).

Favorite Record

Votre enregistrement préféré, votre titre préféré c’est quoi ? Dansons, dansons car nous ne l’oublierons jamais. J’hésite entre le fait que cette chanson pourrait être un slow bougeant (pour le côté pseudo romantique des paroles). Je n’ai pas grand-chose à dire ici, la chanson est assez bateau passe-partout, c’était vraiment histoire d’avoir un titre supplémentaire sur un album qui n’en comporte d’ailleurs que trop peu.

Immortals

L’instrumentation de ce morceau est très étrange, une espèce de signal d’alarme electro/synthé. Ce titre nous confirme en revanche que la guitare a DÉFINITIVEMENT disparu du studio d’enregistrement des Fall Out Boy. Toujours ces mêmes riffs qui tournent en boucle, plus de solo, plus d’extra, plus de folie.

Twin Skeleton’s (Hotel in NYC)

On arrive déjà à la dernière chanson de l’album. Cela m’a paru un poil court, moins d’une quaranttaine de minutes. On parle ici de New York, toujours sur le thème des beaux côtés de la vie américaine (American Beauty) mais également des problèmes rencontrés là-bas (American Psycho). Rien que cette phrase peut le montrer très bien même si elle ne s’applique pas directement aux États-Unis ici : « A birth and a death on the same day », le meilleur et le pire en même temps.
Pour ce dernier titre, les Boys ont finalement retrouvé leur guitare et essayent quelques petits trucs ! Bon ce n’est pas encore incroyable, mais au moins, ils l’ont retrouvée !

Cette fin d’album clôture le tout, on a fait un petit tour en Amérique grâce au groupe, qui n’était pas sans déplaire malgré le côté Psycho des USA.

+

  • Centuries
  • Novocaine
  • Uma Thurman
  • The Kids Aren’t Alright (juste car je voulais une cover des Offsprings, j’avoue.)
  • Fourth Of July
  • Favorite Record

Conclusion

Après avoir fait un petit tour en Amérique avec les Fall Out Boy, on ne peut qu’être ravi ! Cependant, je pense qu’ils ne nous ont pas fait faire tout le tour du pays. L’horizon « riff de guitare » a été oublié, nous laissant un peu trop penser à Stump-Voice City et Drums Town, ce qui est dommage. Les fans de Stump au sein des Fall Out Boy ou en solo seront donc sans doute les plus satisfaits de cet album. Le pop-punk d’antan n’est probablement plus. Fall Out Boy arrivera quand même à garder ses fans tout en conquérant un public nouveau ! Puis, entre nous, après la « chose » PAX AM DAYS, cela ne peut qu’être mieux. Médaille d’argent !Médaille - Argent

%d blogueurs aiment cette page :