Big Little Lies

Crée par David E. Kelley  Réalisée par Jean-Marc Vallée
Disponible sur OCS City 

Bonjour/Bonsoir ! Les productions de HBO ne sont plus à présenter. Toujours d’excellente qualité, la dernière en date était The Night Of. Aujourd’hui, découvrez celle que j’aurais aimée bing-watcher tellement le suspense était grand et la qualité du scénario formidable : Big Little Lies (de petits gros mensonges en français). La série est disponible sur la chaîne de OCS city en VF et en VOSTFR jusqu’au 4 mai. 

Commençons par le commencement : le casting. Il est excellent, du scénariste/créateur au réalisateur, en passant par TOUS les acteurs et actrices. Un petit mot sur chacun est mérité car, vraiment, j’ai rarement vu autant de qualité dans une série.

David E. Kelley (le scénariste) nous a pondu de très chouettes séries comme Ally Mc Beal <3, The Practice, ou encore Boston Justice. Le mec n’en est pas à son coup d’essai. Tout comme le réalisateur Jean-Marc Vallée à qui l’on doit de superbes films comme C.R.A.Z.Y., Victoria : les jeunes années d’une reine, l’excellentissime Dallas Buyer Club, Wild ou dernièrement Demolition

Concernant les actrices, devons-nous vraiment en parler ? Le trio principal : Reese Witherspoon, Nicole Kidman et Shailene Woodley. Elles sont exceptionnelles. Justes à souhait, elles incarnent chacun un modèle de mère très différente les unes des autres, dans une justesse à couper le souffle. Comme tout le reste du casting d’ailleurs, on retrouve le très bon et séduisant Alexander Skarsgård (True blood) ou Adam Scott, dans le rôle des maris.

Cette série comporte 7 épisodes. Ayant suivi leur sortie, j’ai dû attendre une semaine entre chaque épisode, celle-ci étant terminée je pense que vous saurez patienter entre les épisodes. Il faut savoir qu’elle aborde beaucoup de sujet : l’éducation des enfants, le harcèlement, les violences conjugales, le viol, l’adolescence, l’adultère…

Le scénario alterne entre la vie de ses 3 femmes qui tourne beaucoup autour de leurs enfants mais tout partira de là (ou presque) et la mort d’un des personnages de la série – son identité ne sera dévoilée que lors de l’épisode final. Elles s’entraident, survivent dans un monde dirigé par les hommes et les rumeurs. L’enquête est en second plan, celle-ci est présentée sous forme de témoignages des autres parents. Difficile alors de se faire une idée de l’identité de la victime, entre les rumeurs et la vérité. L’intrigue aurait pu s’étendre sur plus d’épisodes et de saisons.


D’un côté, je suis contente que l’intrigue soit concentrée, pour éviter les péripéties et les digressions notamment, et d’un autre, je suis triste de quitter les personnages de Madeline, Celeste et Jane, auxquelles on s’attache très rapidement. 

Je pense que beaucoup de femmes – et surtout beaucoup de mèresse reconnaîtront dans ces personnages forts qui doivent faire fassent aux difficultés de l’éducation et du couple.

Big Little Lies est une très belle réussite, je vous la recommande fortement, elle se regarde très bien (et vite !) tout en n’allant jamais dans l’excès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :